Assurance vie contre rente : Quelle est la différence ?

Assurance vie contre rente : Une vue d’ensemble

À première vue, les polices d’assurance vie permanente et les contrats de rente ont des objectifs diamétralement opposés. Alors que l’assurance vie vise à fournir à la famille d’un individu un paiement fiscal forfaitaire au décès de celui-ci, les rentes servent de filet de sécurité en offrant aux individus des flux de revenus garantis tout au long de leur vie. Ces deux produits sont souvent commercialisés comme des alternatives à imposition différée aux investissements traditionnels en actions et en obligations. Chacun d’entre eux comporte également des frais élevés qui peuvent réduire le rendement des investissements.

Points clés à retenir

  • L’assurance vie et les rentes permettent toutes deux aux particuliers d’investir avec un report d’impôt.
  • L’assurance vie permet de payer les proches d’une personne après son décès.
  • Les rentes sont versées à l’avance, puis procurent un revenu à vie aux assurés jusqu’à leur décès.
  • Les rentes qualifiées sont financées avec des dollars avant impôts, et les rentes non qualifiées avec des dollars après impôts.
  • L’assurance vie et les rentes sont généralement assorties de frais élevés.

Assurance vie

L’assurance vie protège financièrement les personnes à votre charge en cas de décès. Il existe plusieurs types de polices :

Vie simple à terme

Une police d’assurance vie temporaire verse simplement un capital décès aux proches d’une personne.

Vie permanente

Parfois appelés « politiques de valeur monétaire », ces produits ajoutent une composante d’épargne. C’est pourquoi les primes ont tendance à être sensiblement plus élevées que celles associées aux polices à terme proportionnelles.

Toute la vie

Dans le cas des polices d’assurance vie entière, les compagnies d’assurance vie créditent les comptes de trésorerie des assurés en fonction des performances de portefeuilles d’investissement relativement conservateurs.

Vie variable

Ces produits d’assurance vie augmentent le potentiel de croissance d’une police en permettant aux assurés de choisir un panier d’actions, d’obligations et de fonds du marché monétaire dans lesquels investir. Mais les polices d’assurance vie à capital variable comportent également un risque accru si les investissements sous-jacents ne sont pas performants. 

L’argent qui se trouve sur le compte de trésorerie/investissement d’une police s’accroît avec un report d’impôt. Contrairement aux comptes d’investissement ou d’épargne ordinaires, les consommateurs ne paient pas d’impôts sur les gains d’investissement tant que les fonds ne sont pas effectivement retirés. Ces politiques offrent également une certaine souplesse en matière de dépenses. Par exemple, si votre solde de trésorerie est suffisamment élevé, vous pouvez contracter des prêts non imposables pour faire face à des besoins inattendus. La totalité du capital-décès restera intacte, tant que vous rembourserez le compte du montant emprunté, plus les intérêts accumulés. 

Plus vous êtes jeune, plus vos primes sont faibles, mais les personnes âgées peuvent toujours souscrire une assurance vie.

vous pouvez intéressé:  Combien vaut votre Nintendo d'occasion ?

Considérations particulières pour l’assurance vie

Il est important de savoir que l’utilisation de l’assurance vie comme stratégie d’investissement présente des inconvénients, notamment des frais élevés. Environ la moitié des primes d’un assuré est consacrée à la commission du représentant commercial. Par conséquent, il faut un certain temps pour que le volet épargne d’une police commence à prendre de l’ampleur.

En plus des coûts initiaux, les assurés doivent payer des frais annuels d’administration et de gestion, qui peuvent contrecarrer les avantages de la croissance des fonds à l’abri de l’impôt. En outre, la nature de ces frais n’est souvent pas claire, ce qui rend difficile la comparaison entre les prestataires. Malheureusement, de nombreuses personnes laissent leur police arriver à échéance au cours des premières années parce qu’elles ne peuvent pas respecter les délais de paiement très serrés.

De nombreux planificateurs financiers payants incitent les investisseurs à acheter des polices d’assurance temporaire à moindre coût, puis à canaliser les fonds restants qui auraient servi à payer les primes d’assurance vie permanente dans des plans de retraite fiscalement avantageux tels que les 401(k) ou les IRA. Cette approche permet aux assurés de payer des frais d’investissement moins élevés, tout en bénéficiant d’une croissance à imposition différée de leurs comptes.

Bien entendu, pour les personnes qui ont déjà atteint le maximum de leurs cotisations sur ces comptes de retraite fiscalement avantageux, les politiques de valeur de rachat peuvent être prudentes, surtout si elles choisissent des prestataires à bas prix et ont le temps nécessaire pour laisser leurs liquidités croître. En outre, les personnes fortunées placent parfois les polices à valeur de rachat dans des fiducies d’assurance-vie irrévocables afin de minimiser les droits de succession fédéraux de leurs bénéficiaires, qui peuvent atteindre 40 %. 

Annuités

Beaucoup de gens s’inquiètent de ne pas avoir un pécule assez important pour les aider à passer le cap de la retraite. Les rentes ont été développées pour aider à soulager ces inquiétudes. Une rente est essentiellement un contrat avec un assureur, dans lequel les personnes acceptent de verser à la compagnie une certaine somme d’argent, soit en une seule fois, soit par versements, ce qui leur donne le droit de recevoir une série de paiements à une date ultérieure. Ces paiements durent souvent pendant une période déterminée, par exemple dix ans. D’autres rentes offrent des versements à vie. Dans les deux cas, les assurés savent qu’ils disposeront d’un coussin financier.

Le nombre de produits de rente a explosé au fil des ans. C’est le cas des contrats fixes qui créditent votre compte à un taux garanti, ainsi que des contrats variables, dont les rendements sont attachés à un panier de fonds d’actions et d’obligations. Il existe même des rentes indexées, dont le rendement est lié à un indice de référence spécifique, comme l’indice S&P 500.

vous pouvez intéressé:  Ratio frais de gestion/dépenses : Quelle est la différence ?

Considérations particulières pour les rentes

Malheureusement, comme pour les polices d’assurance vie permanente, les produits de rente commandent également des commissions initiales substantielles qui peuvent éroder les gains à long terme. Ils comportent également des frais de rachat élevés, qui sont essentiellement des pénalités que les investisseurs doivent payer en cas de retrait prématuré des fonds d’un contrat de rente, ou d’annulation pure et simple. Pour cette raison, les fonds d’une rente peuvent être immobilisés pendant une période pouvant aller jusqu’à dix ans. Il n’est pas rare qu’un titulaire de police prenne un coup sur les distributions effectuées au cours des premières années du contrat. 

Le traitement fiscal est également une préoccupation. Bien que les revenus augmentent avec un report d’impôt, si un souscripteur retire des fonds avant d’avoir atteint l’âge de 59½, tout gain d’investissement sera soumis à l’impôt ordinaire sur les plus-values. 

Pour toutes ces raisons, les rentes sont les plus judicieuses pour les personnes qui vivent longtemps dans leur famille. Pour les personnes susceptibles d’atteindre l’âge de 90 ans, il est essentiel de disposer d’un revenu à vie, surtout si les retraits de leur régime 401(k) et les versements de la sécurité sociale sont insuffisants.

Pour les jeunes investisseurs, les rentes variables ne sont prudentes que s’ils ont déjà atteint le maximum de leurs cotisations 401(k) et IRA et s’ils recherchent des abris fiscaux.

Rentes qualifiées ou non qualifiées

Les rentes susmentionnées entrent dans la catégorie des rentes non qualifiées. Les contrats de rente qualifiés sont ceux qui sont détenus dans des IRA ou d’autres plans de retraite fiscalement avantageux, comme les 401(k)s. Une rente qualifiée est financée avec des dollars avant impôt, et une rente non qualifiée avec des dollars après impôt.

Les contrats de rente qualifiés sont soumis aux mêmes pénalités de retrait anticipé et aux mêmes règles de distribution minimale requise (DMD) que les autres investissements dans des plans de retraite qualifiés.

Le 27 mars 2020, le président Trump a signé un plan de relance d’urgence de 2 000 milliards de dollars pour lutter contre les coronavirus, appelé CARES (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security) Act, qui est devenu une loi. La loi CARES exonère de la pénalité fiscale de 10 % les retraits anticipés des fonds de retraite, y compris les rentes qualifiées, si ces retraits sont liés à l’impact financier du coronavirus. La renonciation est rétroactive au 1er janvier 2020. Vous n’êtes pas non plus soumis à une DMR sur votre compte de retraite en 2020.

Retour haut de page