Comment calculer le ratio de distribution des dividendes

Peu importe que vous soyez un nouvel investisseur ou un professionnel chevronné. Il est très important de savoir quels sont les facteurs à prendre en compte lorsque vous créez un nouveau portefeuille ou que vous rééquilibrez un portefeuille existant. Après tout, les conditions du marché peuvent menacer les rendements potentiels. Mais quels paramètres devez-vous prendre en compte pour prendre ces décisions importantes ?

Les investisseurs utilisent de nombreux ratios et mesures différents lorsqu’ils évaluent les entreprises à ajouter à leur portefeuille. Parmi eux figure le ratio de distribution des dividendes (DPR), qui examine les dividendes versés par rapport au revenu net total d’une entreprise. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur cette mesure, sa signification et la manière dont elle peut être interprétée.

Points clés à retenir

  • Le ratio de distribution des dividendes est une comparaison du total des dollars versés aux actionnaires par rapport au revenu net.
  • Ce ratio est un aspect important de l’analyse fondamentale qui peut être calculé en utilisant des données faciles à trouver dans les états financiers d’une société.
  • Le RPD est généralement calculé par action en divisant les dividendes annuels par action ordinaire par le bénéfice par action.

Qu’est-ce qu’un ratio de distribution des dividendes ?

Le ratio de distribution des dividendes est une comparaison du total des dollars versés aux actionnaires par rapport au revenu net d’une société. Il s’agit du pourcentage des bénéfices d’une société utilisé pour récompenser ses investisseurs. Le ratio de distribution des dividendes est un aspect important de l’analyse fondamentale qui peut être calculé en utilisant des données faciles à trouver dans les états financiers d’une société. Ce ratio indique quel pourcentage du revenu net une société consacre au versement de dividendes en espèces aux actionnaires.

Il est également considéré comme le revenu net qu’une société ne réinvestit pas dans l’entreprise, n’utilise pas pour rembourser ses dettes ou n’ajoute pas à ses réserves de trésorerie. Le taux de distribution est donc l’opposé du taux de rétention, qui indique le montant des bénéfices que l’entreprise conserve pour les réinvestir dans ses activités.

1:46

Comment calculer le ratio de distribution des dividendes

Le ratio de distribution des dividendes peut être calculé sur une base absolue en divisant le montant total annuel de distribution des dividendes par le revenu net. Mais il est plus souvent calculé par action. Voici la formule :

vous pouvez intéressé:  Aide aux prêts étudiants : Solutions gratuites et peu coûteuses aux prêts incontrôlés

DPR = Dividendes annuels par action ordinaire ÷ Bénéfice par action

Le ratio de distribution peut être déterminé en utilisant le montant total des capitaux propres ordinaires figurant au bilan d’une société. Divisez ce total par le cours actuel de l’action de la société pour obtenir le nombre d’actions en circulation. Ensuite, on calcule les dividendes par action en divisant le montant du dividende figurant au bilan par le nombre d’actions en circulation.

Le chiffre du bénéfice par action (BPA) se trouve au bas du compte de résultat de la société.

Interprétation du ratio de distribution des dividendes

Le ratio de distribution des dividendes est un ratio de rentabilité clé qui mesure le retour sur investissement. En révélant quel pourcentage du revenu net une entreprise verse ou conserve, il peut également servir de mesure pour évaluer les perspectives d’avenir d’une entreprise.

Le ratio de distribution des dividendes peut servir de mesure pour évaluer les perspectives d’avenir d’une entreprise.

Un ratio de distribution élevé n’est pas toujours apprécié par les investisseurs actifs. Un ratio de distribution exceptionnellement élevé peut indiquer qu’une entreprise tente de masquer une mauvaise situation commerciale aux investisseurs en offrant des dividendes extravagants, ou qu’elle ne prévoit tout simplement pas d’utiliser de manière agressive son fonds de roulement pour se développer.

Les analystes préfèrent voir un équilibre sain entre les dividendes versés et les bénéfices non distribués. Ils aiment également voir des ratios de distribution de dividendes cohérents d’une année sur l’autre, qui indiquent qu’une entreprise ne traverse pas de cycles d’expansion et de ralentissement. Les négociateurs en bourse, par opposition aux investisseurs qui achètent et conservent leurs actions, ont tendance à rejeter les dividendes en actions, car ils n’ont pas l’intention de conserver leurs investissements assez longtemps pour les obtenir.

Ces dernières années, les entreprises en plein essor n’ont versé que peu ou pas de dividendes à leurs investisseurs. Lors du boom technologique de la fin des années 1990, il a même été considéré comme un signal qu’une entreprise était en train de mûrir vers une croissance confortable, mais pas spectaculaire.

vous pouvez intéressé:  Pourquoi la moyenne mobile simple de 50 jours est populaire parmi les commerçants

Considérations pour les DPR

L’un des facteurs à prendre en compte pour le DPR est la maturité de l’entreprise. Les nouvelles entreprises peuvent payer un faible DPR ou même ne pas en payer du tout. Cela peut signifier qu’une entreprise est encore relativement nouvelle et qu’elle se concentre sur la croissance : recherche et développement (R&D), nouvelles lignes de produits ou expansion sur de nouveaux marchés. Une entreprise mieux établie peut décevoir les investisseurs si elle ne verse aucun dividende, surtout si elle a largement dépassé ses phases d’expansion et de croissance.

Les RPD et la durabilité des dividendes

Les ratios de distribution des dividendes peuvent également aider à déterminer si une entreprise est en mesure de maintenir son dividende. La fourchette générale pour un bon RPD se situe entre 35 % et 55 %. Cela signifie que l’entreprise reverse environ la moitié de ses bénéfices aux actionnaires et réinvestit la moitié restante pour se développer. Ce type de ratio de distribution indique un dividende plus durable.

Une entreprise dont le DPR est supérieur à 100 % a tendance à ne pas être viable. Cela signifie qu’elle retourne plus d’argent à ses actionnaires qu’elle n’en gagne. L’entreprise peut être obligée de réduire le dividende ou, pire encore, de cesser de le verser. Mais ce scénario est peu probable, car de nombreuses entreprises estiment que la réduction de leurs dividendes peut faire chuter le cours des actions. Cela peut également conduire les investisseurs à perdre confiance dans les équipes de direction des sociétés qui versent des dividendes.

Le taux de distribution des dividendes reste un facteur clé dans le choix des actions, en particulier à long terme. Les gestionnaires de portefeuille professionnels recommandent généralement à un investisseur de consacrer une partie de son portefeuille à ces actions génératrices de revenus. La part recommandée consacrée à ces actions augmente généralement à mesure que l’investisseur approche de la retraite.

Retour haut de page