Comment fonctionnent les prestations de survivants de la sécurité sociale

Bien que plus connue pour ses versements mensuels aux retraités, l’administration de la sécurité sociale verse en fait plusieurs types de prestations différentes, comme l’indique le nom officiel de son programme d’assurance vieillesse, survivants et invalidité (OASDI). Les prestations de survivants de la sécurité sociale fournissent un revenu aux familles des travailleurs décédés. Si vous avez le droit de percevoir des prestations de sécurité sociale au moment de votre retraite, votre conjoint ou les personnes à votre charge peuvent avoir le droit de les percevoir à votre place en cas de décès. 

Cela semble simple, mais comme pour tant de programmes fédéraux, les règles et les qualifications peuvent être compliquées.

Points clés à retenir

  • Si vous avez droit à la sécurité sociale lorsque vous prenez votre retraite, votre conjoint ou vos enfants peuvent être autorisés à percevoir un pourcentage de vos versements après votre décès.
  • Les veuves et veufs non mariés, les enfants mineurs, les enfants handicapés plus âgés et les parents à charge du défunt peuvent percevoir des prestations de survivant.
  • Les beaux-enfants, les petits-enfants, les beaux-petits-enfants ou les enfants adoptés peuvent parfois aussi percevoir des prestations.
  • Une période d’interdiction peut se produire lorsqu’un enfant est trop âgé et que le parent restant est trop jeune pour percevoir des prestations de survivant.
  • Vous devez demander les prestations de survivant par téléphone ou en personne.

Comment les prestations de survivant de la sécurité sociale sont-elles calculées ?

Tout d’abord, vous devez travailler un certain nombre d’années et accumuler le nombre de « crédits » requis chaque année pour que vos proches puissent bénéficier des prestations – comme vous devez d’ailleurs le faire vous-même. Pour 2021, vous recevez un crédit pour chaque 1 470 $ que vous gagnez, jusqu’à concurrence de 5 880 $, soit un total de quatre crédits par an. 

Le nombre exact de crédits dont vous devez disposer pour que les membres de votre famille aient droit aux prestations de survivant dépend de votre âge au moment de votre décès. Plus vous êtes jeune, moins vous avez besoin de crédits, mais le maximum dont vous aurez besoin est de 40 crédits. Pour la plupart des gens, il faut travailler et payer des impôts de sécurité sociale pendant au moins 10 ans pour accumuler le montant requis. 

Toutefois, si votre décès laisse un conjoint avec des enfants à charge, une disposition spéciale permet de leur verser des prestations si vous avez acquis six crédits (ce qui prend environ 1,5 an) ou plus au cours des trois années civiles précédant votre décès. 

Comme pour les prestations de retraite ordinaires, le montant des prestations de survivant que votre famille recevrait est basé sur le salaire moyen de votre vie. Plus vous avez gagné, plus la prestation est élevée. Si vous avez le droit de percevoir des prestations de sécurité sociale au moment de votre retraite, votre conjoint ou les personnes à votre charge peuvent avoir le droit de les percevoir à votre place en cas de décès. 

Le montant des prestations est basé sur le montant maximum que la personne décédée aurait perçu si elle était encore en vie. Cela signifie que si vous commencez à percevoir des prestations avant l’âge normal de la retraite, ce qui entraîne une diminution des versements (pour tenir compte des années supplémentaires prévues), les prestations versées aux membres survivants de votre famille seront basées sur ce montant réduit. En outre, l’âge auquel votre conjoint ou les personnes à votre charge commencent à percevoir des prestations déterminera le montant de la prestation. 

Qui a droit aux prestations de survivant de la sécurité sociale ?

Des prestations mensuelles sont disponibles pour certains membres de la famille, notamment.

  • Une veuve ou un veuf de 60 ans ou plus (50 ans ou plus s’il est handicapé) qui ne s’est pas remarié(e)
  • Une veuve ou un veuf de tout âge qui s’occupe de l’enfant (ou des enfants) du défunt qui a moins de 16 ans ou qui est handicapé
  • Un enfant non marié du défunt qui a moins de 18 ans (ou jusqu’à 19 ans s’il est étudiant à temps plein dans un établissement d’enseignement primaire ou secondaire), ou 18 ans ou plus avec un handicap qui a commencé avant l’âge de 22 ans
  • Un beau-fils, un petit-fils, un petit-fils par alliance ou un enfant adopté, dans certaines circonstances
  • Les parents, âgés de 62 ans ou plus, qui étaient à la charge du défunt pour au moins la moitié de leurs revenus et dont la propre prestation de sécurité sociale ne serait pas supérieure à celle de la progéniture décédée
  • Un conjoint divorcé survivant, dans certaines circonstances
vous pouvez intéressé:  Les 10 plus grandes banques du monde

Une indemnité de décès unique de 255 $ peut être versée à votre conjoint survivant s’il vivait avec vous ou si vous viviez séparément et que votre conjoint recevait certaines prestations de sécurité sociale figurant dans votre dossier. Dans les cas où il n’y a pas de conjoint survivant, le paiement unique est versé à un enfant qui a droit aux prestations figurant dans le dossier du défunt au cours du mois du décès. 

En bref

Si vous commencez à percevoir des prestations de sécurité sociale avant d’avoir atteint l’âge normal de la retraite, non seulement vous recevrez une prestation réduite, mais après votre décès, votre conjoint survivant en bénéficiera également.

Quelle est l’importance des prestations ?

Les enfants de moins de 18 ou 19 ans, s’ils fréquentent encore l’école primaire ou secondaire, et les enfants handicapés à charge reçoivent 75 % du montant normal des prestations. Le conjoint survivant qui s’occupe de votre (vos) enfant(s) mineur(s) reçoit 75 % du montant de l’allocation. Un parent isolé survivant reçoit des prestations à hauteur de 82,5 % du montant normal. Si vous avez deux parents à charge, ils ont droit à 75 % chacun. 

Comment les conjoints survivants peuvent-ils maximiser les avantages ?

Les conjoints survivants peuvent percevoir des prestations dès l’âge de 60 ans, mais les prestations perçues avant que le bénéficiaire n’atteigne l’âge de la retraite complète sont sujettes à une réduction. Ceux qui commencent à percevoir des prestations avant cet âge (66 ans pour les personnes nées entre 1945 et 1956, 67 ans pour celles nées en 1962 ou après) reçoivent entre 71,5 % et 99 % du montant normal des prestations, selon l’âge exact auquel la perception commence.

Les veuves ou veufs qui commencent à percevoir des prestations de conjoint survivant après l’âge de la retraite complète, jusqu’à 70 ans, reçoivent 100 % de ce montant.  

Toutefois, un conjoint survivant peut percevoir des prestations pour son propre compte après l’âge de 62 ans si son propre historique salarial entraîne un versement plus élevé. Ainsi, si votre conjoint est décédé et que vous approchez de la soixantaine, vous avez une décision importante à prendre. Allez-vous percevoir l’allocation de survivant à l’approche de vos 60 ans ou allez-vous attendre d’avoir 62 ans pour demander votre propre prestation (partielle) ?

La réponse doit être basée sur l’importance du montant de chaque prestation. Si les deux versements sont actuellement à peu près identiques, vous devriez percevoir l’allocation de survivant à l’âge de 60 ans. Elle sera réduite parce que vous la percevez tôt, mais vous pouvez la percevoir entre 60 et 70 ans, tandis que votre propre prestation continue d’augmenter. Vous pouvez ensuite percevoir votre propre prestation de retraite à partir de 70 ans.

À l’inverse, si votre propre prestation est faible par rapport à l’allocation de survivant, vous devez percevoir votre propre prestation (réduite) à 62 ans. À 66 ans, passez à l’allocation de survivant car elle ne sera pas plus importante à ce moment-là et vous offrira une prestation plus importante que la vôtre.

vous pouvez intéressé:  Quand l'inflation est-elle bonne pour l'économie ?

Qu’est-ce qu’une période d’interdiction ?

Dans certains cas, les familles peuvent tomber par inadvertance dans une période d’interdiction lorsqu’elles n’ont pas droit aux prestations de survivant. Les périodes d’interdiction sont le résultat d’incohérences dans les règles régissant les différents types de prestations de survivant pour les conjoints, les enfants et les parents.

Les causes de l’énigme

Comme indiqué ci-dessus, une veuve ou un veuf n’a pas droit à ses propres prestations avant l’âge de 60 ans. Toutefois, ce conjoint (quel que soit son âge) peut percevoir les versements en tant que responsable des enfants du défunt jusqu’à ce qu’ils aient 16 ans.

Les enfants eux-mêmes ont droit à des prestations (versées au parent survivant) jusqu’à l’âge de 18 ans (ou 19 ans s’ils sont encore scolarisés). Mais entre le 18e anniversaire de l’enfant (lorsque les prestations de survivant cessent) et le 60e anniversaire du conjoint (lorsque les prestations reprennent), personne dans la famille n’a droit à ces prestations. 

Prenons l’exemple d’une femme devenue veuve à 30 ans avec un fils de deux ans. En tant qu’aide-soignante du garçon, elle a le droit de percevoir des prestations de sécurité sociale pendant 14 ans, jusqu’à son 16e anniversaire. Après cela, le fils continue à recevoir ses prestations de survivant pendant deux ans encore, jusqu’à ses 18 ans. Sa mère aura 46 ans à ce moment-là, ce qui la rendra inéligible à tout paiement jusqu’à ce que les prestations de veuvage entrent en vigueur à 60 ans. Dans ce cas, la période d’exclusion de la sécurité sociale dure 14 ans.

Les membres de la famille éligibles peuvent être en mesure de recevoir des prestations de survivant pour le mois même du décès du bénéficiaire de la sécurité sociale.

Il existe une exception pour le handicap. Une veuve ou un veuf peut commencer à percevoir des prestations de survivant de manière anticipée s’il est handicapé et si l’invalidité est survenue dans les sept ans suivant le décès du conjoint. 

Une solution possible pour une période de black-out

Un remède courant à la période d’interdiction est l’assurance vie, en particulier l’assurance vie temporaire, qui fournit une couverture pour une durée prédéterminée, généralement 15, 20 ou 30 ans.

Prenez par exemple un couple, tous deux âgés de 31 ans, qui a récemment eu un enfant. Si l’un des deux parents décède, le conjoint survivant peut percevoir des prestations jusqu’à ce qu’il ait 47 ans (lorsque l’enfant a 16 ans). Avec l’achat d’une assurance vie temporaire de 30 ans, le survivant reçoit une prestation de décès qui durera jusqu’à l’âge de 61 ans, soit un an après le rétablissement de l’éligibilité à la sécurité sociale.

Comment faire une demande de prestations de survivant ?

Comme les cas peuvent varier considérablement, il n’est pas possible de demander des prestations de survivant en ligne. Toutefois, les demandes peuvent être faites par téléphone ou sur rendez-vous auprès de votre bureau local de sécurité sociale. Les conditions actuelles et les coordonnées sont toujours disponibles sur le site web de l’administration de la sécurité sociale. 

Pour demander des prestations de survivant, vous devrez peut-être présenter des documents spécifiques, tels qu’un certificat de décès, un certificat de mariage, une preuve de citoyenneté ou un jugement de divorce. Le fait de disposer de ces documents et des autres informations importantes figurant sur le site web contribuera à accélérer la procédure.

Retour haut de page