Comprendre les économies capitalistes et socialistes

Economies capitalistes contre économies socialistes : Une vue d’ensemble

Le capitalisme et le socialisme sont des systèmes économiques que les pays utilisent pour gérer leurs ressources économiques et réguler leurs moyens de production.

Aux États-Unis, le capitalisme a toujours été le système dominant. Il est défini comme un système économique dans lequel ce sont des particuliers ou des entreprises, plutôt que le gouvernement, qui possèdent et contrôlent les facteurs de production : l’esprit d’entreprise, les biens d’équipement, les ressources naturelles et le travail. Le succès du capitalisme dépend d’une économie de marché libre, dirigée par l’offre et la demande.

Avec le socialisme, toutes les décisions légales de production et de distribution sont prises par le gouvernement, les individus dépendant de l’État pour l’alimentation, l’emploi, les soins de santé et tout le reste. Le gouvernement, plutôt que le marché libre, détermine la quantité de production, ou l’offre et les niveaux de prix de ces biens et services.

Les pays communistes, comme la Chine, la Corée du Nord et Cuba, tendent vers le socialisme, tandis que les pays d’Europe occidentale favorisent les économies capitalistes et tentent de trouver un juste milieu. Mais, même à leurs extrêmes, les deux systèmes ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Points clés à retenir

  • Le capitalisme et le socialisme sont des systèmes économiques que les pays utilisent pour gérer leurs ressources économiques et réguler leurs moyens de production.
  • Le capitalisme est basé sur l’initiative individuelle et privilégie les mécanismes du marché par rapport à l’intervention de l’État, tandis que le socialisme est basé sur la planification gouvernementale et les limites du contrôle privé des ressources.
  • Laissées à elles-mêmes, les économies ont tendance à combiner des éléments des deux systèmes : le capitalisme a développé ses filets de sécurité, tandis que des pays comme la Chine et le Vietnam peuvent se diriger vers des économies de marché à part entière.

Capitalisme

Dans les économies capitalistes, les gouvernements jouent un rôle minimal dans la décision de ce qu’il faut produire, de la quantité à produire et du moment de la production, laissant le coût des biens et des services aux forces du marché. Lorsque les entrepreneurs repèrent des débouchés sur le marché, ils se précipitent pour combler le vide.

Le capitalisme est basé sur une économie de marché libre, c’est-à-dire une économie qui distribue des biens et des services selon les lois de l’offre et de la demande. La loi de la demande dit qu’une augmentation de la demande d’un produit signifie une augmentation des prix de ce produit. Les signes d’une demande plus élevée entraînent généralement une augmentation de la production. L’augmentation de l’offre contribue à niveler les prix au point que seuls les concurrents les plus forts restent. Les concurrents essaient de réaliser le plus grand profit possible en vendant leurs produits au prix le plus élevé possible tout en maintenant les coûts à un faible niveau.

vous pouvez intéressé:  Pourquoi les douze mois de retard (TTM) sont importants en finance

Le libre fonctionnement des marchés des capitaux fait également partie du capitalisme. L’offre et la demande déterminent les prix équitables des actions, des obligations, des produits dérivés, des devises et des matières premières.

Dans son ouvrage de référence, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations

, l’économiste Adam Smith a décrit la manière dont les gens sont motivés pour agir dans leur propre intérêt. Cette tendance sert de base au capitalisme, la main invisible du marché servant d’équilibre entre les tendances concurrentes. Parce que les marchés distribuent les facteurs de production en fonction de l’offre et de la demande, le gouvernement peut se limiter à promulguer et à faire respecter des règles du jeu équitables.
1:43

Socialisme et planification centralisée

Dans les économies socialistes, les décisions économiques importantes ne sont pas laissées aux marchés ou décidées par des individus intéressés. Au contraire, le gouvernement – qui possède ou contrôle une grande partie des ressources de l’économie – décide du quoi, du quand et du comment de la production. Cette approche est également appelée « planification centralisée ».

Les partisans du socialisme soutiennent que la propriété partagée des ressources et l’impact de la planification sociale permettent une distribution plus équitable des biens et des services et une société plus juste.

Le communisme et le socialisme font tous deux référence aux écoles de pensée économique de gauche qui s’opposent au capitalisme. Cependant, le socialisme était présent plusieurs décennies avant la publication du « Manifeste communiste », un pamphlet influent de Karl Marx et Friedrich Engels datant de 1848. Le socialisme est plus permissif que le communisme pur, qui ne tient pas compte de la propriété privée.

Principales différences

Dans les économies capitalistes, les gens sont fortement incités à travailler dur, à accroître leur efficacité et à produire des produits de qualité supérieure. En récompensant l’ingéniosité et l’innovation, le marché maximise la croissance économique et la prospérité individuelle tout en offrant une variété de biens aux consommateurs. En encourageant la production de biens désirables et en décourageant la production de biens non désirés ou inutiles, le marché s’autorégule, laissant moins de place à l’ingérence et à la mauvaise gestion du gouvernement.

vous pouvez intéressé:  5 éléments essentiels que vous devez connaître sur chaque action que vous achetez

Mais sous le capitalisme, parce que les mécanismes du marché sont mécaniques, plutôt que normatifs, et agnostiques en ce qui concerne les effets sociaux, il n’y a aucune garantie que les besoins fondamentaux de chaque personne seront satisfaits. Les marchés créent également des cycles d’expansion et de ralentissement et, dans un monde imparfait, permettent le « capitalisme de copinage », les monopoles et autres moyens de tricher ou de manipuler le système.

Dans les sociétés socialistes, les besoins fondamentaux sont satisfaits ; le principal avantage d’un système socialiste est que les personnes qui y vivent bénéficient d’un filet de sécurité sociale.

En théorie, l’inégalité économique est réduite, ainsi que l’insécurité économique. Les besoins fondamentaux sont couverts. Le gouvernement lui-même peut produire les biens dont les gens ont besoin pour satisfaire leurs besoins, même si la production de ces biens ne génère pas de profit. Sous le socialisme, il y a plus de place pour les jugements de valeur, avec moins d’attention portée aux calculs impliquant le profit et rien que le profit.

Les économies socialistes peuvent également être plus efficaces, en ce sens qu’il est moins nécessaire de vendre des biens à des consommateurs qui n’en ont peut-être pas besoin, ce qui se traduit par moins d’argent dépensé pour la promotion des produits et les efforts de marketing.

Considérations particulières

Le socialisme semble plus compatissant, mais il a ses défauts. L’un des inconvénients est que les gens ont moins de choses à se mettre sous la dent et se sentent moins liés aux fruits de leurs efforts. Leurs besoins fondamentaux étant déjà satisfaits, ils sont moins incités à innover et à accroître leur efficacité. En conséquence, les moteurs de la croissance économique sont plus faibles.

Une autre grève contre le socialisme ? Les planificateurs et les mécanismes de planification des gouvernements ne sont pas infaillibles, ni incorruptibles. Dans certaines économies socialistes, il y a des déficits, même pour les biens les plus essentiels. Comme il n’y a pas de marché libre pour faciliter les ajustements, le système peut ne pas s’autoréguler aussi rapidement, ou aussi bien.

L’égalité est une autre préoccupation. En théorie, tout le monde est égal sous le socialisme. En pratique, des hiérarchies apparaissent et les responsables des partis et les personnes qui ont des relations avec eux se trouvent en meilleure position pour recevoir des biens de faveur

.

Retour haut de page