Définition de l’exécuteur testamentaire

Qu’est-ce qu’un exécuteur testamentaire ?

Un exécuteur testamentaire (ou executrix) est une personne désignée pour administrer la succession d’une personne décédée. La tâche principale de l’exécuteur est d’exécuter les instructions pour gérer les affaires et les souhaits de la succession de la personne décédée. L’exécuteur est nommé soit par le testateur (la personne qui fait le testament), soit par un tribunal, dans les cas où il n’y a pas eu de nomination préalable.

Comment fonctionnent les exécuteurs testamentaires

L’exécuteur testamentaire est chargé de veiller à ce que tous les biens figurant dans le testament soient comptabilisés, ainsi que de transférer ces biens à la (aux) partie(s) appropriée(s). Les biens peuvent comprendre des avoirs financiers, tels que des actions, des obligations ou des placements sur le marché monétaire, des biens immobiliers, des investissements directs ou même des objets de collection comme des œuvres d’art. L’exécuteur doit estimer la valeur de la succession en utilisant soit la valeur à la date du décès, soit la date d’évaluation alternative, comme le prévoit le code des impôts interne (IRC). 

L’exécuteur doit également s’assurer que toutes les dettes du défunt sont payées, y compris les impôts. L’exécuteur est légalement tenu de respecter les souhaits du défunt et d’agir dans l’intérêt de celui-ci. L’exécuteur peut être presque n’importe qui, mais il est généralement un avocat, un comptable ou un membre de la famille, la seule restriction étant qu’il doit être âgé de plus de 18 ans et n’avoir jamais été condamné pour un crime.

Certaines personnes acceptent d’être exécuteur testamentaire en pensant qu’il leur faudra des années avant de devoir faire quoi que ce soit. Cependant, pour bien faire le travail, il faut se mettre au travail immédiatement. Comme l’a dit Jim Morrison, « l’avenir est incertain et la fin est toujours proche », accepter d’être exécuteur signifie que votre responsabilité juridique peut être engagée à tout moment.

Pour être préparé, il faut :

  • Assurez-vous que le testateur tient une liste des actifs et des dettes, y compris les comptes bancaires, les comptes d’investissement, les polices d’assurance, les biens immobiliers, etc.
  • Sachez où se trouve le testament original et la liste des actifs et comment y accéder.
  • Connaître les noms et les coordonnées des avocats ou des agents nommés par le testateur, et savoir quelle est leur fonction.
  • Discutez des souhaits du testateur en ce qui concerne les funérailles ou le service commémoratif, y compris les instructions pour l’inhumation ou l’incinération.
  • Discutez du testament avec le testateur et, si possible, avec les bénéficiaires afin de minimiser les problèmes à l’avenir.
  • Ayez une copie de tous ces documents.

Encore une fois, il est important que vous ayez le temps de rassembler ces informations le plus rapidement possible après avoir accepté d’être l’exécuteur testamentaire.

Points clés à retenir

  • Un exécuteur testamentaire est la personne qui administre la succession d’une personne à son décès.
  • Sa tâche principale est d’exécuter les souhaits de la personne décédée sur la base des instructions énoncées dans son testament ou dans les documents de la fiducie, en veillant à ce que les biens soient distribués aux bénéficiaires prévus.
  • Être un exécuteur testamentaire est une grande responsabilité qui peut entraîner des risques et des complications.

L’exécuteur et la planification successorale

Les exécuteurs testamentaires jouent un rôle clé dans la planification successorale des personnes, de leurs familles et de leurs bénéficiaires. La planification successorale est un terme général qui couvre la manière dont les actifs d’un individu seront préservés, gérés et distribués après son décès. Elle tient également compte de la gestion des biens et des obligations financières (c’est-à-dire des dettes) de cette personne au cas où elle deviendrait inapte.

Les particuliers ont diverses raisons de planifier une succession, notamment pour préserver le patrimoine familial, pourvoir aux besoins du conjoint et des enfants survivants, financer l’éducation des enfants et/ou des petits-enfants, ou laisser leur héritage à une cause caritative. L’étape la plus fondamentale de la planification successorale consiste à rédiger un testament. D’autres tâches importantes de planification successorale sont également à prévoir :

vous pouvez intéressé:  Définition de l'homologation

  • Limiter les droits de succession en créant des comptes fiduciaires au nom des bénéficiaires
  • Établissement d’un tuteur pour les personnes à charge vivantes
  • Désignation d’un exécuteur testamentaire chargé de surveiller les termes du testament
  • Création/mise à jour des bénéficiaires de plans tels que l’assurance vie, les IRA et les 401(k)
  • Mise en place des arrangements funéraires
  • Établissement d’un don annuel à des organisations caritatives et à but non lucratif qualifiées pour réduire la succession imposable
  • Mise en place d’une procuration durable (POA) pour diriger d’autres actifs et investissements

Choses à savoir si vous êtes un exécuteur

Avant d’accepter d’agir en tant qu’exécuteur testamentaire, comprenez certains des risques qui peuvent en résulter. Et sachez comment vous pouvez faire face à certains de ces risques potentiels afin que votre rôle d’exécuteur puisse se dérouler sans heurts.

Bien que ce soit un honneur d’être choisi comme exécuteur testamentaire, l’exécution d’un testament demande plus de travail que vous ne le pensez.

1. Litiges avec les co-exécuteurs

Souvent, lorsqu’un parent a plus d’un enfant adulte, tous les enfants sont désignés comme co-exécuteurs afin de ne pas faire preuve de favoritisme. Pour ceux qui sont nommés, cependant, cet arrangement peut ne pas fonctionner sans heurts. Certains enfants peuvent se trouver hors de l’État, voire hors du pays, ce qui rend difficile la gestion des activités pratiques, telles que la sécurisation des biens et la vente d’une maison. Certains n’ont pas la capacité financière de traiter avec les créanciers, de comprendre les questions de droits de succession et de faire une comptabilité pour convaincre les bénéficiaires que les choses ont été correctement traitées. En outre, le fait d’avoir plusieurs exécuteurs testamentaires augmente considérablement la quantité de paperasse. Par exemple, les formulaires qui doivent être signés par tous les exécuteurs doivent être envoyés à tous (dans certains cas, les documents scannés qui ont été signés sont acceptables, mais dans d’autres, seuls les originaux sont acceptables).

C’est la meilleure solution : Voyez si les coexécuteurs peuvent accepter de n’en laisser qu’un seul servir ; les autres renoncent simplement à leur nomination. Cette renonciation fonctionne bien lorsque les coexécuteurs font confiance à la personne qui sera l’unique exécuteur. Une autre possibilité consiste à ce que tous les enfants refusent et laissent plutôt le service fiduciaire d’une banque s’occuper de la tâche (le testament peut désigner la banque comme exécuteur successeur). Cette solution coûte de l’argent et convient mieux aux grandes successions. Toutefois, le fait de désigner une entité plutôt qu’un individu comme exécuteur testamentaire peut atténuer les conflits entre les enfants et les soulager de ce qui pourrait être une tâche onéreuse.

2. Litiges avec les héritiers

Le travail de l’exécuteur testamentaire consiste à garantir les biens de la succession et à les répartir ensuite selon les souhaits de la personne décédée. Dans certaines familles, les héritiers descendent au domicile du défunt avant même les funérailles, choisissant des objets de valeur et autres. De plus, le testament peut donner une certaine latitude à l’exécuteur testamentaire pour effectuer des versements aux héritiers (par exemple, distribution de biens ou vente de biens et distribution d’argent). Un exécuteur peut créer un désaccord familial pour avoir simplement fait son travail.

C’est la meilleure solution : Sécurisez le domicile et les autres biens le plus rapidement possible. Informez les héritiers que c’est la loi. Partagez également des informations sur les souhaits du défunt, qui peuvent être décrits dans un testament ou énumérés dans un document séparé (le document séparé n’engage pas l’exécuteur testamentaire mais peut constituer une bonne feuille de route pour le déboursement des actifs).

vous pouvez intéressé:  Définition et exemple de courtier

3. Drainage du temps

L’un des principaux inconvénients du métier d’exécuteur testamentaire est le temps qu’il faut pour assumer correctement ses responsabilités. Pensez par exemple au temps qu’il faut pour contacter les différents organismes gouvernementaux (par exemple, l’administration de la sécurité sociale pour mettre fin aux prestations de sécurité sociale et, dans le cas d’un conjoint survivant, réclamer le capital décès de 255 $ ; l’IRS et les autorités fiscales de l’État pour les questions d’impôt sur le revenu et d’impôt sur le décès ; les services des biens non réclamés de l’État pour récupérer les dépôts des services publics et autres montants en souffrance qui appartenaient au défunt). 

C’est lameilleure solution : Un exécuteur testamentaire peut permettre à un avocat spécialisé dans les successions de s’occuper d’un grand nombre de ces questions. Toutefois, l’avocat facturera son temps et coûtera de l’argent à la succession. Même si l’avocat fait appel à un assistant juridique pour diverses actions, cela peut coûter cher. En outre, un expert comptable ou d’autres préparateurs fiscaux peuvent travailler sur la déclaration de revenus finale du défunt ainsi que sur les déclarations de revenus de la succession. Lorsque la succession est modeste, ces frais peuvent signifier peu ou pas d’héritage pour certains héritiers. Un exécuteur dans cette situation doit utiliser les services de professionnels avec parcimonie et comprendre le temps qu’il devra consacrer à cette tâche. Le fait d’être organisé (par exemple, en utilisant une liste de contrôle comme celle de Jonathan Pond) peut aider un exécuteur à utiliser son temps de la manière la plus efficace possible.

4. Exposition à la responsabilité personnelle

En tant qu’exécuteur testamentaire, vous devez payer les impôts dus avant de verser les héritages aux héritiers. Si vous payez d’abord les héritiers et que vous ne disposez pas de fonds suffisants sur le compte courant de la succession pour payer les impôts, vous êtes personnellement responsable des impôts. 

Alors que de nombreuses successions ne sont plus concernées par l’impôt fédéral sur le revenu en raison du montant élevé de l’exonération (11,58 millions de dollars en 2020), de nombreux États continuent d’imposer des droits de succession sur les petites successions. La valeur de la succession aux fins de l’impôt sur les décès est supérieure à celle de la succession homologuée (les actifs qui ne sont pas automatiquement transmis aux bénéficiaires désignés) ; elle comprend tous les actifs dans lesquels le défunt avait un intérêt (par exemple, les IRA, les rentes, les assurances-vie détenues par le défunt).

C’est la meilleure solution : Expliquez aux héritiers qui sont impatients de recevoir leur héritage que vous n’êtes pas autorisé à leur donner leur part tant que vous n’avez pas réglé avec les créanciers, l’IRS et les autres personnes ayant une créance sur la succession. (Les créanciers ne peuvent toutefois pas s’en prendre au produit d’une police d’assurance vie qui a un bénéficiaire précis.) Assurez-vous de bien comprendre l’importance des fonds nécessaires pour payer ce qui est dû.

5. Coûts directs

Un exécuteur testamentaire est autorisé à recevoir une compensation pour l’exercice de ses fonctions. En général, le montant de l’indemnisation est déterminé par la taille de la succession (par exemple, un pourcentage des actifs). Toutefois, dans de nombreux cas, en particulier pour les petites successions, il est demandé à l’exécuteur de renoncer à toute compensation.

C’est lameilleure solution : Payez les frais de la succession à partir d’un compte chèque de la succession. Gardez la trace des dépenses engagées (par exemple, les frais postaux). Certaines de ces dépenses peuvent être remboursées par la succession.

Retour haut de page