L’école d’économie autrichienne

Si vous avez l’impression que les économistes avides de données sont toujours occupés par des formules complexes et non par des réflexions sortant des sentiers battus, alors vous devriez jeter un coup d’œil à l’école autrichienne. Tout comme les moines qui vivent dans leur monastère, les économistes de cette école s’efforcent de résoudre des problèmes complexes – économiques – en menant des « expériences de pensée ».

L’école autrichienne croit qu’il est possible de découvrir la vérité simplement en pensant à voix haute. Il est intéressant de noter que ce groupe a un point de vue unique sur certaines des questions économiques les plus importantes de notre époque. Lisez ce qui suit pour découvrir comment l’école autrichienne d’économie a évolué et où elle se situe dans le monde de la pensée économique.

L’école autrichienne : Une vue d’ensemble

Ce que nous connaissons aujourd’hui comme l’école autrichienne d’économie n’a pas été fait en un jour. Cette école a traversé des années d’évolution au cours desquelles la sagesse d’une génération a été transmise à la suivante. Bien que l’école ait progressé et intégré des connaissances provenant de sources extérieures, les principes fondamentaux restent les mêmes.

Carl Menger, un économiste autrichien qui a écrit Principles of Economics en 1871, est considéré par beaucoup comme le fondateur de l’école autrichienne. Le titre du livre de Menger ne suggère rien d’extraordinaire, mais son contenu est devenu l’un des piliers de la révolution du marginalisme. Menger explique dans son livre que les valeurs économiques des biens et des services sont de nature subjective, de sorte que ce qui est précieux pour vous peut ne pas l’être pour votre voisin. Menger explique en outre qu’avec l’augmentation du nombre de biens, leur valeur subjective pour un individu diminue. Cet aperçu précieux est à la base du concept de ce que l’on appelle l’utilité marginale décroissante.

Plus tard, Ludwig von Mises, un autre grand penseur de l’école autrichienne, a appliqué la théorie de l’utilité marginale à l’argent dans son livre Théorie de l’argent et du crédit (1912). La théorie de la diminution de l’utilité marginale de l’argent peut, en fait, nous aider à trouver une réponse à l’une des questions les plus fondamentales de l’économie : combien d’argent est trop ? Ici aussi, la réponse serait subjective. Un dollar de plus dans les mains d’un milliardaire ne ferait guère de différence, alors que le même dollar serait inestimable dans les mains d’un pauvre.

Outre Carl Menger et Ludwig von Mises, l’école autrichienne compte également d’autres grands noms comme Eugen von Bohm-Bawerk, Friedrich Hayek et bien d’autres. L’école autrichienne d’aujourd’hui ne se limite pas à Vienne, son influence s’étend au monde entier.

Au fil des ans, les principes de base de l’école autrichienne ont donné lieu à des aperçus précieux sur de nombreuses questions économiques comme les lois de l’offre et de la demande, la cause de l’inflation, la théorie de la création de monnaie et le fonctionnement des taux de change. Sur chacune de ces questions, les points de vue de l’école autrichienne ont tendance à différer de ceux des autres écoles d’économie.

vous pouvez intéressé:  Que sont les tarifs douaniers et comment vous affectent-ils ?

Dans les sections suivantes, vous pouvez explorer certaines des idées principales de l’école autrichienne et leurs différences avec d’autres écoles d’économie.

(Pour des lectures connexes, voir : Comment l’utilité marginale peut-elle expliquer le paradoxe « diamant / eau » ?)

Réfléchir à votre propre méthodologie

L’école autrichienne utilise la logique de la pensée a priori, c’est-à-dire quelque chose qu’une personne peut penser par elle-même sans s’appuyer sur le monde extérieur, pour découvrir des lois économiques d’application universelle, alors que d’autres écoles d’économie classiques, comme l’école néoclassique, les nouveaux keynésiens et d’autres, utilisent des données et des modèles mathématiques pour prouver leur point de vue de manière objective. À cet égard, l’école autrichienne peut être comparée plus spécifiquement à l’école historique allemande qui rejette l’application universelle de tout théorème économique.

Détermination des prix

L’école autrichienne considère que les prix sont déterminés par des facteurs subjectifs, comme la préférence d’un individu d’acheter ou de ne pas acheter un bien particulier, alors que l’école classique d’économie considère que les coûts objectifs de production déterminent le prix et que l’école néoclassique considère que les prix sont déterminés par l’équilibre entre l’offre et la demande. 

L’école autrichienne rejette les points de vue classique et néoclassique en affirmant que les coûts de production sont également déterminés par des facteurs subjectifs basés sur la valeur des utilisations alternatives de ressources rares, et que l’équilibre entre l’offre et la demande est également déterminé par des préférences individuelles subjectives.

(Pour des lectures connexes, voir : Macroéconomie : écoles de pensée).

Biens d’équipement

L’Autriche centrale a compris que les biens d’équipement ne sont pas homogènes. En d’autres termes, les marteaux, les clous, le bois, les briques et les machines sont tous différents et ne peuvent pas se substituer parfaitement les uns aux autres. Cela semble évident, mais cela a de réelles implications dans les modèles économiques agrégés. Le capital est hétérogène.

Le traitement keynésien du capital l’ignore. La production est une fonction mathématique importante dans les formules micro et macro, mais elle est obtenue en multipliant le travail et le capital. Ainsi, dans un modèle keynésien, produire 10 000 dollars en clous est exactement la même chose que produire un tracteur à 10 000 dollars. L’école autrichienne soutient que la création de mauvais biens d’équipement entraîne un véritable gaspillage économique et nécessite des réajustements (parfois douloureux).

Taux d’intérêt

L’école autrichienne rejette la vision classique du capital, selon laquelle les taux d’intérêt sont déterminés par l’offre et la demande de capital. L’école autrichienne soutient que les taux d’intérêt sont déterminés par la décision subjective des individus de dépenser de l’argent maintenant ou à l’avenir. En d’autres termes, les taux d’intérêt sont déterminés par la préférence temporelle des emprunteurs et des prêteurs. Par exemple, une augmentation du taux d’épargne suggère que les consommateurs reportent leur consommation actuelle et que davantage de ressources (et d’argent) seront disponibles à l’avenir.

vous pouvez intéressé:  Quels sont les exemples d'obligations fiduciaires ?

L’effet de l’inflation

L’école autrichienne estime que toute augmentation de la masse monétaire non soutenue par une augmentation de la production de biens et de services entraîne une augmentation des prix, mais que les prix de tous les biens n’augmentent pas simultanément. Les prix de certains biens peuvent augmenter plus rapidement que d’autres, ce qui entraîne une plus grande disparité des prix relatifs des biens. Par exemple, Pierre le plombier peut découvrir qu’il gagne les mêmes dollars pour son travail, alors qu’il doit payer plus à Paul le boulanger pour acheter le même pain.

Les changements de prix relatifs rendraient Paul riche au détriment de Pierre. Mais pourquoi cela se passe-t-il ainsi ? Si les prix de tous les biens et services augmentaient simultanément, cela n’aurait guère eu d’importance. Mais les prix des biens par lesquels l’argent est injecté dans le système s’ajustent avant les autres prix. Par exemple, si le gouvernement injecte de l’argent en achetant du maïs, le prix du maïs augmenterait avant celui des autres biens, laissant derrière lui une traînée de distorsion des prix.

(Pour des lectures connexes, voir : Comment l’inflation affecte votre coût de la vie).

Cycles économiques

L’école autrichienne estime que les cycles économiques sont causés par la distorsion des taux d’intérêt due à la tentative du gouvernement de contrôler l’argent. Il y a mauvaise affectation des capitaux si les taux d’intérêt sont maintenus artificiellement bas ou élevés par l’intervention du gouvernement. En fin de compte, l’économie traverse une récession. 

Pourquoi faut-il qu’il y ait une récession ? La main-d’œuvre et les investissements employés dans des secteurs inappropriés (comme la construction et la rénovation pendant la crise financière de 2008) doivent être redéployés vers des objectifs réellement réalisables sur le plan économique. Cet ajustement à court terme des entreprises entraîne une baisse des investissements réels et une hausse du chômage.

Le gouvernement ou la banque centrale pourrait tenter de contourner la récession en abaissant les taux d’intérêt ou en soutenant l’industrie en faillite. Les théoriciens autrichiens estiment que cela ne ferait qu’aggraver la récession au moment où elle frappera.

Création de marchés

L’école autrichienne considère le mécanisme du marché comme un processus et non comme le résultat d’un projet. Les gens créent des marchés dans l’intention d’améliorer leur vie, et non par une décision consciente. Ainsi, si vous laissez un groupe d’amateurs sur une île déserte, tôt ou tard leurs interactions conduiront à la création d’un mécanisme de marché.

La théorie économique de l’école autrichienne est fondée sur la logique verbale, ce qui permet de s’affranchir du charabia technique de l’économie dominante. Il existe des différences considérables avec les autres écoles, mais en fournissant des aperçus uniques sur certaines des questions économiques les plus complexes, l’école autrichienne a gagné une place permanente dans le monde complexe de la théorie économique.

Retour haut de page