Les finances secrètes de l’économie du Vatican

Comme le Vatican a très peu publié au cours des siècles sur ses finances et ses investissements, la plupart des gens ne savent pas comment il gagne de l’argent en tant que cité-état souveraine dotée de sa propre économie. Le Vatican est situé dans la ville de Rome, qui s’étend sur 110 acres et compte moins de 1 000 habitants, ce qui en fait le plus petit pays du monde. Bien que le Vatican soit de petite taille, il a un impact important dans le monde financier grâce à ses investissements de grande envergure qui comprennent des activités bancaires, immobilières et des entreprises privées.

Points clés à retenir

  • Le Vatican est le plus petit pays du monde, avec une économie qui repose sur une combinaison de dons, d’entreprises privées et d’investissements pour générer des revenus.
  • L’économie du Vatican est entourée de secret, certains estimant que ses chiffres financiers sont plus généraux qu’exacts.
  • Le Saint-Siège est l’organe directeur de la nation et génère de l’argent par le biais de dons ; il investit ensuite une partie de cet argent dans des actions, des obligations et des biens immobiliers.
  • La Cité du Vatican génère des revenus par les entrées des musées et la vente de pièces de monnaie, de timbres et de publications.
  • La Banque du Vatican a été au centre de nombreux scandales financiers, ce qui a incité le pape François à instituer des réformes qui assurent la responsabilité et la transparence financières.

Recettes du Saint-Siège

Afin de comprendre l’économie complexe du Vatican, il est important d’établir les différences entre la Cité du Vatican et le Saint-Siège. Le Saint-Siège est l’organe directeur de la nation. Si vous avez conclu un contrat avec le territoire, vous le ferez avec le Saint-Siège, dans la plupart des cas. La Cité du Vatican est la zone physique où réside le Saint-Siège.

Le Saint-Siège tire ses revenus du Denier de Pierre, terme du 8e siècle désignant les dons reçus des catholiques du monde entier. Des particuliers aux diocèses, le Saint-Siège collecte les dons par l’intermédiaire d’un département spécial. Le Saint-Siège tire également des revenus des intérêts et des investissements de ses réserves.

Investissements du Saint-Siège

Historiquement, le Saint-Siège investissait principalement dans les industries italiennes, répartissant son portefeuille entre actions et obligations, et limitant sa participation dans les entreprises à moins de 6 %. Il a investi de manière prudente, en choisissant d’acheter et de détenir des entreprises éprouvées dans des industries fortes ; de ce fait, les investissements dans le monde en développement sont limités.

vous pouvez intéressé:  Les 3 plus grandes sociétés de fonds communs de placement aux États-Unis

Toutefois, les investissements plus récents ont été plus internationaux, en particulier dans les devises et les obligations d’Europe occidentale, avec une certaine activité à la Bourse de New York. Le Saint-Siège a également des investissements dans l’immobilier dans le monde entier, en particulier dans les terrains et les églises.

Il y a cependant certains investissements que le Saint-Siège ne fera pas. Par exemple, il n’investira pas dans des entreprises qui vont à l’encontre des valeurs de l’Église, comme les entreprises pharmaceutiques qui fabriquent des contraceptifs. À cet égard, les investissements du Saint-Siège sont similaires à ceux qui utilisent une stratégie d’investissement fondée sur la foi.

Le déficit du Saint-Siège

Depuis de nombreuses années, le Saint-Siège est déficitaire. Le Los Angeles Times

a rapporté que le Saint-Siège avait un déficit de 18,4 millions de dollars en 2012. Les responsables ont mis en cause la faiblesse de l’économie européenne et le coût de la rémunération de ses 2 832 employés, ainsi que la diffusion de la foi catholique par le biais de ses différents médias. 

En septembre 2019, le cardinal allemand Reinhard Marx, responsable du Conseil économique du Vatican, a confirmé que le pape François lui avait demandé de réduire les coûts afin d’éliminer un déficit estimé à environ 70 millions d’euros. Le montant exact est sujet à débat car le Vatican n’a pas publié de budget depuis 2015 et se trouve sans auditeur interne depuis deux ans. 

Bien que le pape François (et le pape Benoît XVI avant lui) ait fait des efforts pour rendre le pays plus transparent, ses finances restent un peu un mystère, et certains pensent que les chiffres sont plus généraux que précis et vérifiés. C’est pourquoi il est presque impossible d’évaluer la santé financière du Saint-Siège, bien que ceux qui étudient l’Église ne doutent guère qu’elle dispose de réserves importantes.

1:17

Recettes de la Cité du Vatican

Contrairement au Saint-Siège, la Cité du Vatican tire ses revenus d’entreprises étatiques plus traditionnelles. Avec une main-d’œuvre d’environ 4 800 employés, la ville s’appuie sur quelques petites industries pour générer de l’argent. La ville elle-même, avec la chapelle Sixtine, la basilique Saint-Pierre et les musées du Vatican, attire chaque année des millions de touristes et de pèlerins religieux.

vous pouvez intéressé:  Combien de temps les informations négatives restent-elles sur votre rapport de crédit ?

La ville perçoit des recettes grâce aux entrées des musées, aux visites, aux timbres et pièces de monnaie très recherchés et à la vente de publications. Bien que le Vatican ne divulgue pas le montant des recettes annuelles provenant de ces activités, le World Fact Book de la Central Intelligence Agency (CIA) estime que la ville a eu des recettes de 315 millions de dollars et des dépenses de 348 millions de dollars en 2013.

La Banque du Vatican

Le rôle de la Banque du Vatican est peut-être la partie la plus controversée et la moins bien comprise des finances du Vatican. Aussi connue sous le nom d’Institut des œuvres de religion, la Banque du Vatican est une banque privée située dans la Cité du Vatican, fondée par le pape Pie XII en 1942. Au fil des décennies, la banque a été au centre de nombreux scandales et accusations de mauvaise gestion, de blanchiment d’argent et de fraude.

En février 2018, la Banque du Vatican a annoncé qu’elle accusait son ancien président de banque et son avocat d’avoir détourné 50 millions d’euros par le biais de fraudes immobilières et de blanchiment d’argent. Dans son rapport annuel 2018 (publié en mai 2019), la Banque du Vatican a déclaré qu’elle faisait des progrès dans la réduction du blanchiment d’argent et l’augmentation de la transparence financière. La banque a déclaré un bénéfice de 19,8 millions de dollars en 2018, contre 36 millions de dollars en 2017. Les actifs de la banque, évalués à environ 5,6 milliards de dollars fin 2018, se composent des investissements et des dépôts de près de 15 000 titulaires de comptes. Parmi ces titulaires de comptes, on compte des membres du clergé catholique, des employés du Vatican et des ordres religieux catholiques du monde entier.

Le Vatican est le plus petit pays du monde dont l’économie (et presque tout le reste) est entourée de secret. Beaucoup attendent du pape François et de ses réformes qu’ils apportent de la transparence, espérant que ses initiatives éclaircissent les mystères qui ont entouré les finances du Vatican pendant tant de décennies.

Retour haut de page