Les inconvénients des soins de santé à payeur unique

Pour certains, c’est la meilleure idée depuis le soutien des prix dans l’agriculture : Un gouvernement assume les choix de santé de ses citoyens, en payant tous les coûts et en minimisant toutes les suppositions. Pour d’autres, c’est une atteinte à l’autonomie individuelle, le transfert des décisions privées en matière de santé à une bureaucratie financée par les contribuables.

Soins de santé à payeur unique

Un euphémisme pour « géré par le gouvernement », « payeur unique » signifie qu’au lieu que chaque personne sur le marché paie pour ses propres soins de santé, il n’y a qu’un seul payeur. Une monopsone. Dans certaines régions du monde, un tel système est en place depuis si longtemps qu’il est difficile de concevoir une autre solution. Dans d’autres, en particulier aux États-Unis, la question fait encore l’objet de nombreux débats. Il est facile de parler d’un « droit fondamental aux soins de santé », mais la question se complique lorsqu’on réalise que le fait de donner à une personne le droit à un certain temps et à certaines ressources signifie que l’on oblige quelqu’un d’autre à faire de même.

Une vieille idée

Le plaidoyer pour un système à payeur unique aux États-Unis n’est pas nouveau. À l’automne 1945, juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le président Harry Truman, récemment investi, s’est adressé au Congrès en plaidant pour un système national de santé. L’Association médicale américaine s’est opposée à cette idée, qui a fini par s’effacer. 

Les étapes progressives se sont poursuivies tout au long des décennies. Medicare et Medicaid ont été créés en 1965, devenant essentiellement un système à payeur unique de facto pour certains groupes de la population – les personnes âgées, les jeunes enfants et les pauvres, respectivement. 

Les temps récents

À l’époque moderne, la plus forte poussée en faveur de la nationalisation des soins de santé dans la plus grande économie du monde a eu lieu en 1993. Alors que l’administration de son mari n’avait que quelques mois, la première dame de l’époque, Hillary Clinton, a été le fer de lance de la loi sur la sécurité sanitaire. Connue sous le nom de « Hillarycare », cette loi exigeait que tous les citoyens s’inscrivent à un plan de santé approuvé par le gouvernement et leur interdisait de sortir de ce plan. 

Hillarycare a également appelé à la création d’un Conseil national de la santé, un panel de sept membres dont les tâches consisteraient notamment à déterminer ce qui constitue « un article ou un service qui n’est pas médicalement nécessaire ou approprié« . Le projet de loi était le rêve d’un bureaucrate, car il fixait des critères pour tout, depuis une nouvelle taxe sur les papiers à rouler les cigarettes jusqu’aux limites de paiement de certains médicaments. Lorsque des membres éminents du parti du président ont commencé à remettre en question la faisabilité du projet de loi, le soutien a continué à faiblir. Le projet de loi est officiellement mort quelques semaines avant les élections de mi-mandat au Congrès de 1994, qui ont été considérées comme une sorte de référendum sur Hillarycare. 

vous pouvez intéressé:  Ce qui a causé le Lundi noir : Le krach boursier de 1987 ?

Un fait souvent utilisé pour défendre le concept de régime à payeur unique est que les États-Unis consacrent une plus grande part de leur produit intérieur brut (PIB) aux soins de santé que les autres pays.

Le Mexique et la Turquie dépensent chacun à peine un tiers du PIB des États-Unis pour les soins de santé. Parmi les pays qui ne font pas partie de l’Organisation de coopération et de développement économiques, les chiffres peuvent être encore plus bas. Par exemple, la Guinée équatoriale consacre moins d’un quart de son PIB aux soins de santé que les États-Unis. Mais les économies de 13,7 points de pourcentage réalisées par la Guinée équatoriale par rapport aux États-Unis dans le domaine des soins de santé permettent également au pays de réduire son espérance de vie de 20 ans et son taux de mortalité infantile de dix fois supérieur à celui des États-Unis.  

Mais il est probablement plus instructif de comparer les dépenses de santé des États-Unis à celles du « groupe de pairs » du pays – les autres nations développées. Le Canada, par exemple, a une espérance de vie de 82 ans, alors que les États-Unis ont une espérance de vie de 79 ans. Et le taux de mortalité infantile pour 1 000 naissances vivantes est de 4,3 au Canada, contre 5,6 aux États-Unis. Pourtant, en 2018, le Canada a dépensé 5 612 dollars de moins par habitant pour les soins de santé que les États-Unis.

La socialisation est-elle vraiment meilleure ?

Il suffit de demander aux citoyens du Canada ou du Royaume-Uni, deux nations célèbres pour leurs systèmes de santé universels. De nombreux Canadiens aiment parler de leur système de santé « gratuit », oubliant que si un repas gratuit n’existe pas, une coloscopie gratuite ne peut pas non plus exister. Ni les salaires des médecins ni les pompes de pontage cardiopulmonaire ne sont bon marché, et l’argent pour les payer doit bien venir de quelque part.

vous pouvez intéressé:  Avantages du remboursement de votre hypothèque

Les dépenses de santé au Canada s’élevaient à 4 974 dollars par habitant en 2018, contre 10 586 dollars aux États-Unis, pays le mieux classé. Au Canada, la quasi-totalité de ces 4 974 dollars est financée par les impôts. La majeure partie des coûts (65 %) provient des taxes perçues par les gouvernements provinciaux et territoriaux. 

L’augmentation des dépenses de santé par habitant au Canada a suivi le rythme de celle des États-Unis, les premières ayant plus que triplé depuis le milieu des années 70, passant de 39,7 milliards de dollars en 1975 (en dollars constants de 1997) à 155,1 milliards de dollars en 2017. Le gouvernement canadien reconnaît non seulement que beaucoup de ses citoyens doivent attendre longtemps pour obtenir des soins, mais il a récemment dépensé un milliard de dollars supplémentaire pour examiner la question. En attendant, regarder les mois passer est une composante inévitable des soins de santé canadiens. Si vous voulez une nouvelle hanche ou un nouveau genou, préparez-vous à vivre avec l’ancien pendant au moins six mois. 

Les temps d’attente sont une réalité de la médecine socialisée au Royaume-Uni également. Le service national de santé britannique affirme que vous ne devriez pas avoir à attendre plus de 18 semaines pour votre service agréé. Pourtant, des rapports récents indiquent que les patients peuvent attendre jusqu’à cinq mois pour une opération de la cataracte. 

Les temps d’attente au Canada augmentent également et ont augmenté de 124 % depuis 1993, selon une mesure. Au moins un médecin canadien a souligné l’absurdité du fait que les chiens puissent consulter des spécialistes plus vite que les humains. Aux États-Unis, de tels délais d’attente ne posent même pas de problème. 

Il n’y a pas si longtemps, le marché des soins de santé n’était pas différent de celui des meubles ou de l’électronique : on payait au fur et à mesure, généralement de sa poche. Puis l’augmentation des coûts a conduit à la notion de payeur unique. Lorsqu’une partie autre qu’un patient ou un prestataire commence à prendre des décisions en matière de soins de santé, il est facile de perdre de vue les intérêts de qui devrait être prioritaire dans une transaction de soins de santé. Les gouvernements et les assureurs privés ont souvent des objectifs contradictoires en matière de traitement, mais une personne malade ne le fait jamais. Il ou elle n’a qu’un seul objectif : se rétablir.

Retour haut de page