Que se passe-t-il si la Réserve fédérale abaisse le taux de réserves ?

Le taux de réserves est le montant des réserves – ou des dépôts en espèces – qu’une banque doit conserver et ne pas prêter. Plus les réserves obligatoires sont importantes, moins une banque peut prêter d’argent, mais cet excédent de liquidités permet également d’éviter une faillite bancaire et de consolider son bilan. Néanmoins, lorsque le taux de réserves augmente, on considère qu’il s’agit d’une politique monétaire de contraction, et lorsqu’il diminue, d’une politique monétaire d’expansion.

Si la Réserve fédérale décide de réduire le taux de réserves par une politique monétaire expansionniste, les banques commerciales sont tenues de conserver moins de liquidités et sont en mesure d’augmenter le nombre de prêts à accorder aux consommateurs et aux entreprises. Cela permet d’augmenter la masse monétaire, la croissance économique et le taux d’inflation.

Points clés à retenir

  • Le taux de réserve est le mandat de la banque centrale pour que les banques maintiennent certaines réserves obligatoires, qui sont des dépôts en espèces excédentaires qui doivent être conservés et non prêtés.
  • L’augmentation du ratio est contraignante car les prêts peuvent être réduits, mais elle permet également de consolider les bilans des banques.
  • Si la Réserve fédérale réduit le taux de réserves par une politique monétaire expansionniste, les banques commerciales sont tenues de conserver moins de liquidités et peuvent accorder davantage de prêts.

Quelle est la politique monétaire de la Réserve fédérale ?

La politique monétaire de la Réserve fédérale est l’un des moyens par lesquels le gouvernement américain tente de réguler l’économie du pays en contrôlant la masse monétaire. Elle doit équilibrer la croissance économique et l’augmentation de l’inflation. Si elle adopte une politique monétaire expansionniste, elle augmente la croissance économique mais accélère également le taux d’inflation. S’il adopte une politique monétaire de contraction, il cherche à réduire l’inflation mais aussi à inhiber la croissance.

vous pouvez intéressé:  Financement par actions ou financement par emprunt : Quelle est la différence ?

Les trois moyens par lesquels la Réserve fédérale mène une politique monétaire expansionniste ou contraignante sont les suivants

  • le taux d’actualisation
  • le taux de réserves ou les réserves obligatoires
  • les opérations de marché libre

Comment le taux de réserve affecte-t-il l’économie ?

Le taux de réserves dicte les montants des réserves que les banques doivent détenir en espèces. Ces banques peuvent soit garder l’argent en caisse dans une chambre forte, soit le laisser à une banque locale de la Réserve fédérale. Le taux de réserve exact dépend de la taille des actifs d’une banque. Le taux de réserve est calculé comme suit :

Ratio de réserve=Dépôts x Exigence de réserve

Lorsque la Réserve fédérale diminue le taux de réserves, elle réduit le montant des liquidités que les banques doivent conserver en réserve, ce qui leur permet d’accorder davantage de prêts aux consommateurs et aux entreprises. Cela augmente la masse monétaire du pays et favorise l’expansion de l’économie. Mais l’augmentation des dépenses peut également contribuer à accroître l’inflation.

Exemple

A titre d’exemple simpliste, supposons que la Réserve fédérale ait déterminé que le taux de réserve était de 11 %. Cela signifie que si une banque a des dépôts de 1 milliard de dollars, elle doit avoir 110 millions de dollars en réserve (1 milliard de dollars x 0,11 = 110 millions de dollars), et pourrait donc faire des prêts totalisant 890 millions de dollars.

Supposons maintenant que la banque centrale veuille rendre sa politique monétaire un peu plus expansionniste et encourager l’octroi de plus de prêts pour stimuler l’activité économique. Pour ce faire, elle abaisse le taux de réserves à 10 %. Maintenant, la banque qui dispose d’un milliard de dollars de dépôts doit économiser 100 millions de dollars et peut prêter 900 millions de dollars (contre 890 millions de dollars).

Retour haut de page