Régime à prestations définies contre régime à cotisations définies : Quelle est la différence ?

Régime à prestations définies contre régime à cotisations définies : Une vue d’ensemble

Les régimes de retraite d’employeur sont divisés en deux grandes catégories : les régimes à prestations définies et les régimes à cotisations définies. Comme leur nom l’indique, les régimes à prestations définies – également connus sous le nom de régimes de retraite traditionnels – prévoient un montant de paiement déterminé à la retraite. Un régime à cotisations définies permet aux employés et aux employeurs (s’ils le souhaitent) de cotiser et d’investir des fonds au fil du temps pour épargner en vue de la retraite.

Ces différences essentielles déterminent quelle partie – l’employeur ou l’employé – supporte les risques d’investissement et influent sur le coût de l’administration de chaque régime. Les deux types de comptes de retraite sont également connus sous le nom de « superannuation ».

Points clés à retenir

  • Les employeurs financent et garantissent un montant de prestation de retraite spécifique pour chaque participant à un régime de retraite à prestations définies.
  • Les régimes à cotisations définies sont financés principalement par l’employé, car le participant reporte une partie de son salaire brut. Les employeurs peuvent, s’ils le souhaitent, verser des cotisations de contrepartie jusqu’à un certain montant.
  • Le passage aux régimes à cotisations définies a fait peser sur les salariés la charge de l’épargne et des investissements en vue de la retraite.

Régime à prestations définies

Les régimes à prestations définies offrent aux employés admissibles un revenu garanti à vie lorsqu’ils prennent leur retraite. Les employeurs garantissent un montant de prestation de retraite spécifique pour chaque participant qui est basé sur des facteurs tels que le salaire et les années de service de l’employé.

Les employés ont peu de contrôle sur les fonds tant qu’ils ne sont pas reçus à la retraite. L’entreprise assume la responsabilité de l’investissement et de sa distribution à l’employé retraité. Cela signifie que l’employeur assume le risque que le rendement de l’investissement ne couvre pas le montant des prestations définies dues à un employé retraité.

vous pouvez intéressé:  Règles relatives à l'ouverture d'un compte d'épargne santé (CES)

En raison de ce risque, les régimes à prestations définies nécessitent des projections actuarielles complexes et une assurance pour les garanties, ce qui rend les coûts d’administration très élevés. Par conséquent, les régimes à prestations définies dans le secteur privé sont rares et ont été largement remplacés par des régimes à cotisations définies au cours des dernières décennies. Le passage aux régimes à cotisations définies a fait peser sur les salariés la charge de l’épargne et de l’investissement en vue de la retraite.

Bien qu’ils soient rares dans le secteur privé, les régimes de retraite à prestations définies sont encore assez courants dans le secteur public, notamment dans les emplois publics.

Régime à cotisations définies

Les régimes à cotisations définies sont financés principalement par l’employé. Mais de nombreux employeurs versent des cotisations de contrepartie jusqu’à un certain montant.

Le type de régime à cotisations définies le plus courant est un 401(k). Les participants peuvent choisir de différer une partie de leur salaire brut par le biais d’une retenue sur salaire avant impôt, et l’entreprise peut verser une cotisation de contrepartie si elle le souhaite, jusqu’à une limite qu’elle fixe.

Comme l’employeur n’a aucune obligation envers le rendement du compte après le dépôt des fonds, ces régimes exigent peu de travail, présentent peu de risques pour l’employeur et sont moins coûteux à administrer. Il incombe à l’employé de verser les cotisations et de choisir les investissements offerts par le régime. Les cotisations sont généralement investies dans des fonds communs de placement sélectionnés, qui contiennent un panier d’actions ou de titres, et dans des fonds du marché monétaire, mais le menu d’investissement peut également comprendre des rentes et des actions individuelles.

vous pouvez intéressé:  Top 10 des carrières pour les femmes de plus de 50 ans

Les investissements d’un régime à cotisations définies se développent avec un report d’impôt jusqu’au retrait des fonds à la retraite. Il y a une limite au montant que les salariés peuvent cotiser chaque année. Pour 2020 et 2021, par exemple, le montant maximum qu’un employé peut cotiser à un régime 401(k) en une année est de 19 500 $, ou de 26 000 $ s’il a 50 ans ou plus.

Les régimes à cotisations définies ont été initialement conçus pour compléter les régimes à prestations définies, bien que ce ne soit généralement plus le cas.

Perspectives pour les conseillers

Chris Chen, CFP®, CDFA®
Insight Financial Strategists LLC, Waltham, Mass.
Tout est dans la nomenclature. Les régimes à prestations définies définissent l’avantage à l’avance : un paiement mensuel à la retraite, basé sur la durée d’occupation et le salaire de l’employé, à vie. En général, les frais de financement reviennent entièrement à l’entreprise. Les employés ne sont pas tenus de cotiser au régime et n’ont pas de comptes individuels. Ils n’ont pas droit à un compte, mais à un flux de paiements.
Dans les régimes à cotisations définies, la prestation n’est pas connue, mais la cotisation l’est. Elle est versée par l’employé, qui dispose d’un compte personnel au sein du régime et qui choisit les placements pour celui-ci. Comme les résultats des investissements ne sont pas prévisibles, la prestation finale au moment de la retraite n’est pas définie. Néanmoins, l’employé est propriétaire du compte lui-même et peut retirer ou transférer le fonds, dans le cadre des règles du régime.

Retour haut de page