Taux de chômage : Le plus élevé et le plus bas du monde

Les taux de chômage les plus élevés et les plus bas du monde varient considérablement, même parmi les plus grandes économies du monde.

Le taux de chômage aux États-Unis, la plus grande économie, était de 3,5 % à la fin du mois de février en 2020 – le taux le plus bas depuis un demi-siècle – mais il a rapidement augmenté pour atteindre 14,7 % en avril dans le sillage de la pandémie de coronavirus et de son impact économique. Le Bureau du budget du Congrès prévoit que le taux de chômage culminera à 14 % au troisième trimestre de 2020, mais qu’il s’améliorera rapidement par la suite. À titre de comparaison, les recherches historiques montrent que le taux de chômage annuel moyen aux États-Unis entre 1949 et 2019 était de 5,8 %.   

Voici un aperçu des pays ayant les taux d’emploi les plus élevés et les plus bas, ainsi que les taux de chômage des plus grandes économies du monde, selon les données les plus récentes disponibles. À l’horizon 2020, ces taux constitueront une cible mouvante à mesure que les retombées économiques sans précédent de COVID-19 se feront sentir et toucheront les pays du monde entier.

Les taux de chômage les plus élevés

Fin 2019, les taux de chômage les plus élevés au monde se trouvaient en Afrique subsaharienne et en Palestine occupée.

  • Lesotho : 28,2%.
  • Eswatini : 26,5
  • Territoires palestiniens occupés : 26,4%.
  • Mozambique : 24,8%.

Le Lesotho, entouré par l’Afrique du Sud, a l’un des taux de chômage les plus élevés au monde en 2019, et c’est aussi l’un des pays les plus pauvres. La Banque mondiale a estimé son produit intérieur brut (PIB) par habitant à seulement 1 158 dollars en 2019. Le Lesotho est un petit pays montagneux, autrefois sous protectorat britannique (il a déclaré son indépendance en 1966). Le taux de chômage est resté élevé, supérieur à 20 %, ainsi que l’extrême inégalité des revenus et la pauvreté. 

Selon la CIA, Eswatini et le Mozambique souffrent tous deux d’une pauvreté extrême et du taux de prévalence du VIH/SIDA le plus élevé au monde. La productivité diminue fortement à cause du VIH/SIDA car les ménages perdent de la main-d’œuvre.

vous pouvez intéressé:  Comment choisir les actions pour le Transactions du jour

Les travailleurs à temps partiel sont comptés comme employés, et les chiffres ne tiennent pas compte des personnes qui renoncent à chercher du travail pendant une longue période.

Taux de chômage les plus bas

Vous trouverez ci-dessous les taux de chômage tirés de diverses sources gouvernementales. Ils ont été mis à jour avec les données les plus récentes, qui datent de fin 2019.

  • Qatar : 0,1%.
  • Cambodge : 0,3%.
  • Niger : 0,4%.
  • Belarus : 0,5%.
  • République démocratique populaire lao : 0.7%
  • Myanmar : 0,8%.
  • Bahreïn : 1,2%.
  • Tonga : 1,2%.
  • Thaïlande : 1,4%.
  • Koweït : 2,0%.

Bien que couvrant une zone diversifiée, les pays susmentionnés ont des taux de chômage étonnants – de 0,1 % à 2,0 % – et tous ont battu les États-Unis par une marge considérable à la fin de 2019.

Taux de chômage dans les plus grandes économies du monde

Les taux de chômage des plus grandes économies du monde étaient, comme on pouvait s’y attendre, faibles à la fin de 2019, avec quelques valeurs aberrantes comme en France, au Brésil et en Italie.

  • Japon : 2,4%.
  • Inde : 3.5%
  • Allemagne : 3,6%.
  • Royaume-Uni : 3,9%.
  • États-Unis : 4.1%
  • Chine : 4,8%.
  • Canada : 5.9%
  • France : 8,6%.
  • Italie : 10,4%.
  • Brésil : 11,6

Les chiffres ci-dessus seront très différents dans les mois à venir, car les pays prennent des mesures pour limiter la mobilité de leurs citoyens afin d’endiguer la propagation de COVID-19. L’impact sur les taux de chômage variera en fonction du nombre de personnes qui seront finalement touchées, de la gravité de l’impact et des interventions sociétales nécessaires pour contenir sa propagation.

Comme mentionné précédemment, les États-Unis devraient atteindre un taux de chômage de 14 % d’ici la fin du deuxième trimestre de 2020. Le Bureau du budget du Congrès prévoit qu’il tombera à 7,6 % à la fin de 2021.

10 millions d’euros

C’est le nombre de personnes aux États-Unis qui ont perdu leur emploi sur une période de deux semaines à la fin du mois de mars en 2020, selon le ministère du travail. 

vous pouvez intéressé:  Yuan contre Renminbi : Quelle est la différence ?

Taux de chômage et vigueur économique

Un faible taux de chômage ne signifie pas que l’économie d’un pays est particulièrement forte. Par exemple, le Myanmar n’avait qu’un taux de chômage de 0,8 % en 2019, mais son PIB par habitant était de 1 408 dollars, selon la Banque mondiale.  

Le Niger avait un taux de chômage de 0,4 % en 2019, mais un PIB par habitant de 555 dollars, ce qui en fait le pays le plus pauvre de la liste. Le Cambodge employait 99,7 % de sa population active en 2019, et son PIB par habitant était de 1 643 dollars, soit environ 4,50 dollars par jour.  

Ces pays ont un faible taux de chômage, en grande partie parce que leur économie dépend fortement de l’agriculture de subsistance, qui est à forte intensité de main-d’œuvre mais saisonnière. N’oubliez pas que les personnes sous-employées sont toujours comptabilisées dans les chiffres de l’emploi. Même la Thaïlande, avec un PIB par habitant relativement sain de 7 808 dollars, emploie plus de 30 % de sa main-d’œuvre dans l’agriculture.  

Le chômage en parallèle avec une économie riche

Bien sûr, il est possible d’avoir un faible taux de chômage et une économie riche. C’est cette combinaison que l’on observe au Qatar. Selon la Banque mondiale, le PIB par habitant au Qatar était de 64 782 dollars en 2019. Cette richesse leur permet de figurer dans le tableau, car le taux de chômage d’un pays ne tient compte que des personnes qui cherchent activement du travail. Si vous êtes l’enfant de 23 ans de parents riches, vous serez peut-être plus enclin à dépenser de l’argent qu’à en gagner.

L’économie du Qatar est tirée par le pétrole et le gaz naturel, mais le pays s’efforce de se diversifier dans les services financiers, l’industrie manufacturière, la construction et les médias.

Retour haut de page