Amortissement cumulé et charge d'amortissement

L’amortissement cumulé est le montant total qu’une société amortit sur ses actifs, tandis que la charge d’amortissement est le montant que les actifs d’une société sont amortis sur une seule période. Essentiellement, l’amortissement cumulé est le montant total du coût d’une société qui a été affecté à la charge d’amortissement depuis la mise en service de l’actif.

Qu’est-ce que l’amortissement cumulé ?

Le compte d’amortissement cumulé est un compte de contre actif dans le bilan d’une entreprise, c’est-à-dire qu’il présente un solde créditeur. Il apparaît au bilan en déduction du montant brut des immobilisations déclarées.

Le montant de l’amortissement cumulé pour un actif ou un groupe d’actifs augmentera au fil du temps car les frais d’amortissement continuent d’être portés au crédit des actifs. Lorsqu’un actif est finalement vendu ou mis hors d’usage, l’amortissement cumulé associé à cet actif sera annulé, éliminant ainsi toute inscription de l’actif au bilan de la société.

Que sont les frais d’amortissement ?

Les charges d’amortissement, en revanche, sont la partie du coût des immobilisations d’une société qui est appropriée pour la période. Les charges d’amortissement sont comptabilisées dans le compte de résultat en tant que charges non monétaires qui réduisent le résultat net de l’entreprise. À des fins comptables, la charge d’amortissement est débitée et l’amortissement cumulé est crédité.

Elle est considérée comme une dépense hors caisse car l’écriture d’amortissement mensuelle récurrente n’implique pas d’opération en espèces. C’est pourquoi le tableau des flux de trésorerie établi selon la méthode indirecte ajoute la charge d’amortissement pour calculer le flux de trésorerie d’exploitation. Les méthodes d’amortissement typiques peuvent inclure la méthode linéaire, le double amortissement dégressif et les unités de production.

Exemple d’amortissement et de cumul des amortissements

La méthode de l’amortissement linéaire permet d’imputer chaque année le même montant que celui de l’amortissement, calculé comme :

vous pouvez intéressé:  Déduction fiscale des intérêts hypothécaires

SLD=AssetCost-SalvageValueUsefulLife où : SLD = Straight Line Depreciationbegin{aligned}&text{SLD} = dfrac{text{Asset Cost} – text{Salvage Value}} {text{Useful Life}} { &textbf{where

:

} &text{SLD = Line Line Depreciation} end{aligned}

SLD= Duréede vieutile Coût des actifsValeurderécupération où : SLD= Line Line Depreciation

Par exemple, la société ABC a acheté un équipement pour 250 000 dollars au début de l’année. La valeur résiduelle de l’équipement est de 25 000 dollars, avec une durée de vie utile prévue de 10 ans. L’amortissement annuel selon la méthode de l’amortissement linéaire serait de 22 500 $ par an.

Chaque année, 22 500 dollars sont ajoutés au compte d’amortissement cumulé. À la fin de la cinquième année, le montant de l’amortissement cumulé sera égal à 112 500 $, soit 22 500 $ d’amortissement annuel multiplié par cinq ans.

Amortissement cumulé et valeur comptable

L’amortissement cumulé est utilisé pour calculer la valeur comptable nette d’un actif. Il s’agit du montant qu’une entreprise porte à son bilan. La valeur comptable nette est le coût d’un actif soustrait de son amortissement cumulé. Par exemple, une entreprise a acheté un équipement d’impression pour 100 000 $ et l’amortissement cumulé est de 35 000 $, alors la valeur comptable nette de l’équipement d’impression est de 65 000 $.

L’amortissement cumulé ne peut pas dépasser le coût d’un actif. Si un actif est vendu ou aliéné, l’amortissement cumulé de l’actif est retiré du bilan. La valeur comptable nette, cependant, ne reflète pas nécessairement la valeur marchande d’un actif.

Exemples de méthodes d’amortissement

Au-delà de la méthode linéaire, il y a aussi la méthode de l’amortissement dégressif. C’est la seule autre méthode d’amortissement autorisée par l’Internal Revenue Service (IRS) à des fins fiscales. La méthode d’amortissement dégressif est calculée comme suit :

vous pouvez intéressé:  Comprendre les taux d'intérêt réels par rapport aux taux d'intérêt nominaux

DBD = (NBV – SV)×1UL×DR où : NBV = Valeur comptable nette SV = Valeur de récupération UL = Durée de vie utile DR = Taux d’amortissementbegin{aligné}&text{DBD = (NBV – SV)} fois dfrac{1}{text{UL}} fois text{DR} &textbf{où

:

} &text{NBV = Valeur comptable nette} &text{SV = Valeur de récupération} &text{UL = Durée de vie utile} &text{DR = Taux d’amortissement} fin{aligné}

DBD = (NBV – SV)× UL 1 ×DR où : NBV = Valeur comptable nette SV = Valeur de récupération UL = Durée de vie utile DR = Tauxd’amortissement

Si l’on utilise la méthode du double amortissement dégressif (DDB), qui est sans doute la plus populaire, le taux d’amortissement dans la formule ci-dessus est de 2. Par exemple, une entreprise achète une pièce d’équipement d’impression pour 100 000 $. La valeur de récupération est de 20 000 $ et sa durée de vie utile est de 10 ans.

La charge d’amortissement de l’année 1 selon la méthode DDB serait : (100 000 $ – 20 000 $) x (1 / 10) x 2 = 16 000 $. La charge d’amortissement de l’année 2 serait la suivante : (84 000 $ – 20 000 $) x (1 / 10) x 2 = 12 800 $.

En revanche, selon la méthode linéaire, la charge d’amortissement dans l’exemple ci-dessus serait de 8 000 $ par an, soit (100 000 $ – 20 000 $) / 10. À la fin de la deuxième année, l’amortissement cumulé selon la méthode de la DDB serait de 28 800 $, tandis que selon la méthode linéaire, il serait de 16 000 $. Cependant, le montant de l’amortissement annuel selon la méthode de la PBD est plus faible les années suivantes. Cette méthode est généralement utilisée pour les actifs qui perdent rapidement leur valeur, comme les ordinateurs.

Retour haut de page