Avez-vous vraiment besoin d'une assurance contre les écarts ?

La « protection automobile garantie », mieux connue sous le nom d’assurance complémentaire, est un produit d’assurance spécialisé destiné aux conducteurs qui auraient des difficultés à rembourser leur prêt ou leur crédit-bail automobile si leur voiture était détruite ou volée. Dans cet article, nous pesons le pour et le contre à prendre en compte avant d’acheter une assurance complémentaire et nous expliquons comment l’obtenir à moindre coût si vous décidez de l’acheter.

Points clés à retenir

  • L’assurance contre l’interruption de service – également appelée protection automobile garantie – est un type d’assurance qui rembourse les propriétaires de voiture lorsque le montant qu’ils reçoivent pour une réclamation pour perte totale est inférieur à celui qu’ils doivent pour leur prêt ou leur leasing automobile.
  • Cette assurance paie la différence entre la valeur de la voiture au moment de l’accident ou du vol et le montant restant dû sur le prêt ou le leasing.
  • Une police d’assurance complémentaire est généralement beaucoup plus chère lorsqu’elle est achetée chez le concessionnaire automobile plutôt que directement auprès d’une grande compagnie d’assurance automobile.
  • L’assurance complémentaire est la plus judicieuse pour les personnes qui louent leur voiture ou choisissent une longue période de remboursement de leur prêt.

Comment fonctionne l’assurance complémentaire ?

Si vous êtes victime d’un accident grave, la garantie collision de votre assurance automobile (si vous en avez une) ne paiera pas le coût de remplacement de votre voiture par un véhicule neuf. Au lieu de cela, vous recevrez un chèque pour savoir ce qu’une voiture comparable à la vôtre irait chercher sur le marché des voitures d’occasion. Les assureurs appellent cela la valeur réelle en espèces du véhicule.

Le problème est que les voitures se déprécient rapidement au cours des deux premières années, de sorte qu’il est assez facile de devoir au prêteur ou à la société de leasing plus que la valeur de la voiture au début, surtout si vous n’avez pas ou peu versé d’acompte lorsque vous l’avez achetée. En fait, une voiture moyenne perd près d’un tiers de sa valeur après seulement deux ans de conduite.

L’assurance contre les écarts peut aider à combler le déficit. Supposons que vous achetiez une voiture de 30 000 dollars et que, deux ans plus tard, elle soit volée et jamais retrouvée. Comme la dépréciation est plus importante au cours de ces deux premières années, la voiture ne vaut plus que 21 000 $ sur le marché, mais vous devez toujours 24 000 $ au prêteur. Si vous disposez d’une couverture complémentaire, l’assureur vous versera 3 000 $ pour couvrir la différence.

vous pouvez intéressé:  FICO vs. Experian vs. Equifax : Quelle est la différence ?

Notez que si l’assurance complémentaire vous a permis d’éviter de payer ces 3 000 dollars de votre poche, vous n’obtiendrez toujours que 21 000 dollars de votre compagnie d’assurance pour remplacer votre ancienne voiture de 30 000 dollars. L’assurance-incapacité ne couvre pas cette lacune particulière.

Avez-vous besoin d’une assurance contre les écarts ?

L’assurance contre les écarts est un produit de niche, et certains conducteurs peuvent être en mesure de s’en passer complètement. Par exemple, si vous avez versé un acompte important pour l’achat de votre voiture, il y a relativement peu de chances que votre prêt soit renversé.

L’achat d’une assurance contre les écarts est le plus logique si :

  • Vous avez versé moins de 20 % lors de l’achat du véhicule.
  • La durée de remboursement de votre prêt est de cinq ans ou plus.
  • Vous louez la voiture.
  • Votre véhicule particulier a un historique de dépréciation rapide.
  • Vous faites un nombre relativement élevé de kilomètres au compteur chaque année, ce qui fait que la voiture se déprécie encore plus vite.

Même si vous avez un petit montant de fonds propres négatifs dans votre voiture, l’assurance écart n’est pas une évidence. Si vous avez les ressources nécessaires pour payer la différence de votre poche, il vaut peut-être mieux tenter votre chance. La couverture d’écart, comme les autres formes d’assurance, est la plus logique pour les personnes qui ne seraient pas en mesure de faire face au pire scénario autrement.

Notez également que les prêteurs exigent rarement que vous souscriviez à une assurance-crédit pour obtenir un financement, selon le Bureau fédéral de protection financière des consommateurs. Si le concessionnaire automobile suggère le contraire, le bureau vous conseille de « contacter vous-même le prêteur pour savoir si c’est vrai ».

L’assurance-incapacité est souvent intégrée dans les contrats de location de voiture, il est donc conseillé de vérifier le contrat avant de souscrire une assurance. Vous éviterez ainsi de payer deux fois pour une couverture d’assurance que vous avez déjà.

vous pouvez intéressé:  La valeur de la vie universelle à la retraite

Si vous avez souscrit une assurance complémentaire, vérifiez de temps en temps le solde de votre prêt et annulez l’assurance dès que vous devez moins que la valeur comptable de votre véhicule.

Obtenir le meilleur prix pour l’assurance complémentaire

Il y a de fortes chances que le concessionnaire automobile essaie de vous vendre sa propre couverture avant que vous ne quittiez le terrain. Toutefois, les concessionnaires facturent souvent des frais nettement plus élevés que les grandes compagnies d’assurance, de sorte qu’il vaut la peine de faire quelques recherches, en commençant par votre assureur automobile actuel. De nombreux grands assureurs, mais pas tous, vous permettront d’ajouter une assurance complémentaire à votre police d’assurance automobile actuelle.

En moyenne, un concessionnaire vous facturera un forfait de 500 à 700 dollars pour une politique d’écart. En revanche, un grand assureur vous le proposera généralement à un prix correspondant à 5 à 6 % des primes d’assurance collision et accidents sans collision ni versement de votre police d’assurance automobile. Ainsi, par exemple, si vous payez 1 000 $ par an pour ces deux couvertures combinées, vous n’aurez à débourser que 50 à 60 $ de plus pour protéger votre prêt avec une assurance complémentaire.

L’un des autres avantages de faire appel à un grand transporteur est que vous pouvez généralement abandonner la couverture de la différence lorsque celle-ci n’a plus de sens sur le plan financier. Il est utile de consulter régulièrement les guides de la National Automobile Dealers Association (NADA) ou le Kelley Blue Book pour avoir une idée de la valeur réelle de votre voiture et la comparer au solde de votre prêt. Si le solde de votre prêt est inférieur à la valeur de votre voiture, vous n’avez plus à vous soucier de l’écart.

L’assurance contre les écarts peut être un produit utile, mais seulement pour ceux qui ont un capital négatif important dans leur voiture. Cela inclut les conducteurs qui ne versent que peu d’argent ou qui ont une longue période de remboursement de leur prêt. Si vous souhaitez réduire vos frais d’assurance automobile, ne pas payer une assurance complémentaire dont vous n’avez pas vraiment besoin est un moyen facile d’économiser de l’argent.

Retour haut de page