Comment calculer les intérêts minoritaires

L’intérêt minoritaire, également appelé intérêt non contrôlant (NCI), est la part de participation dans le capital d’une filiale qui n’est pas détenue ou contrôlée par la société mère. La société mère détient une participation de contrôle de 50 à moins de 100 % dans la filiale et communique les résultats financiers de la filiale consolidés avec ses propres états financiers.

Principaux points à retenir

  • Une participation minoritaire, ou de non-contrôle, est une participation ou un intérêt dans le capital qui consiste en moins de 50 % d’une entreprise.
  • La société mère consolide les résultats financiers de la filiale avec les siens et, par conséquent, une part proportionnelle des revenus apparaît dans le compte de résultat de la société mère, attribuable à la participation minoritaire.
  • De même, une part proportionnelle des capitaux propres de la filiale apparaît dans le bilan de la société mère, attribuable aux intérêts minoritaires.
  • Les intérêts minoritaires peuvent être trouvés dans la section du passif non courant ou dans la section des capitaux propres du bilan de la société mère selon les règles des principes comptables généralement acceptés (GAAP).

Intérêts minoritaires

Par exemple, supposons que la société A acquière une participation majoritaire de 75 % dans la société B. Cette dernière conserve les 25 % restants de la société.

Dans ses états financiers, la société A ne peut pas réclamer la valeur totale de la société B sans tenir compte des 25 pour cent qui appartiennent aux actionnaires minoritaires de la société B. Ainsi, la société A doit intégrer l’impact des intérêts minoritaires de la société B dans son bilan et ses comptes de résultat.

Traitement comptable

Le concept d’intérêt minoritaire n’est appliqué que lorsque la part de propriété dans une filiale dépasse 50 mais est inférieure à 100 %. Une société mère peut vouloir détenir moins de 100 % pour un certain nombre de raisons. Premièrement, obtenir le contrôle d’une filiale avec un investissement en capital inférieur à 100 % fait courir un risque de perte moindre au capital. Comme le contrôle est obtenu lorsque le pourcentage de participation dépasse 50 %, un investissement de 51 % garantira le contrôle et présentera moins de risques pour le capital qu’un investissement de 100 %. Deuxièmement, il peut être difficile d’acquérir toutes les actions d’une filiale, car certains des actionnaires existants peuvent ne pas être disposés à se séparer de leurs actions.

vous pouvez intéressé:  Comment fonctionne la carte de crédit Amazon.com

Lorsqu’une participation de contrôle est acquise dans une filiale, la méthode de consolidation est utilisée pour comptabiliser l’achat d’actions. Cette méthode exige que de nombreux postes des états financiers de la société mère incorporent les résultats financiers de l’entreprise acquise, c’est-à-dire qu’ils reflètent une participation fictive de 100 % dans la filiale. La société mère doit cependant tenir des comptes séparés dans le bilan et le compte de résultat qui suivent la valeur de la participation minoritaire dans la filiale, ainsi que son bénéfice appartenant aux propriétaires minoritaires.

Les deux autres méthodes sont la méthode du coût, où la société mère détient 20 % ou moins des actions avec droit de vote de la filiale, et la méthode de la mise en équivalence, où le pourcentage de participation est de 21-49 %. Aucune des deux méthodes n’utilise les intérêts minoritaires pour déclarer la part des actifs ou des revenus d’une filiale dans les états financiers de la société mère.

Selon les GAAP américains, le traitement comptable des intérêts minoritaires exige qu’ils soient enregistrés soit comme un passif non courant, soit comme partie de la section des capitaux propres dans un bilan consolidé de la société mère afin de refléter la créance des actionnaires sans contrôle sur les actifs. Selon les IFRS, cependant, ils ne peuvent être comptabilisés que dans la section des capitaux propres du bilan. Il doit être enregistré « dans les capitaux propres, mais séparément des capitaux propres de la société mère ». Dans un compte de résultat consolidé, les intérêts minoritaires sont enregistrés comme une part du bénéfice des actionnaires minoritaires, conformément aux normes du FASB.

Comment mesurer les intérêts minoritaires

Il existe quelques étapes de base pour mesurer les intérêts des minorités. La première étape consiste toujours à trouver la valeur comptable de la filiale telle qu’elle apparaît dans le bilan de la filiale. La valeur comptable, ou la valeur de l’actif net d’une société, est le total de ses actifs moins les actifs incorporels (brevets, fonds de commerce) et les passifs. Vous devez ensuite multiplier la valeur comptable par le pourcentage de la filiale détenu par les actionnaires minoritaires. Si nous utilisons 25 % de l’exemple ci-dessus pour le pourcentage de la part minoritaire et supposons que la valeur de l’actif net de la filiale est de 2 millions de dollars, alors notre participation minoritaire sera égale à 25 % x 2 millions de dollars = 500 000 dollars. Une fois la valeur monétaire de la participation minoritaire calculée, nous l’inscrivons au bilan dans la section des capitaux propres.

vous pouvez intéressé:  Les 5 premiers postes du portefeuille de Warren Buffett

La deuxième étape consiste à calculer le revenu net qui appartient aux actionnaires minoritaires de la filiale. Il s’agit simplement du revenu net total de la filiale multiplié par le pourcentage d’intérêts minoritaires. Là encore, en utilisant le pourcentage d’intérêts minoritaires de 25 % et un revenu net supposé de 1 million de dollars, nous calculons notre revenu minoritaire comme suit : 25 % x 1 million de dollars = 250 000 dollars. Ce montant est ensuite enregistré comme un poste hors exploitation distinct, tel que le « résultat net attribuable aux intérêts minoritaires », dans le compte de résultat consolidé de la société mère.

Examinons un exemple récent d’acquisition et appliquons-y notre calcul des intérêts minoritaires. En août 2015, Berkshire Hathaway Inc. (BRK.A ; BRK.B) a conclu un accord pour acquérir Precision Castparts Corp. (PCP) pour 37,2 milliards de dollars. Pour les besoins de cet exercice, nous supposerons que l’accord porte sur une participation de contrôle de 90 % dans PCP. Vous trouverez ci-dessous des informations financières simplifiées tirées du bilan et du compte de résultat de PCP pour l’exercice financier se terminant le 29 mars 2015.

Bilan

(en millions) Fin de l’exercice financier le 29 mars 2015
Actifs
Actif circulant 5,972
Immobilisations corporelles, nettes 2,474
Bonne volonté 6,661
Actifs incorporels acquis, nets 3,744
Autres 577
Total des actifs 19,428
Passif 8,471
Équité 10,957

Compte de résultat

(en millions) Exercice financier se terminant le 29 mars 2015
Ventes nettes 10,005
Coûts et dépenses de fonctionnement 7,466
Autres dépenses/perte 1,006
Revenu net 1,533

Source : Rapport annuel de Precision Castparts Corp. pour l’exercice financier se terminant le 29 mars 2015

Nous déterminons d’abord la valeur de l’actif net du PCP comme étant le total des actifs moins les actifs et passifs incorporels, soit 19 428 $ – (6 661 $+3 744 $) – 8 471 $ = 552 $. Nous multiplions ensuite cette valeur comptable par 100 % – 90 % = 10 %, ce qui correspond au pourcentage de PCP détenu par les actionnaires minoritaires, pour obtenir la valeur des intérêts minoritaires de 55,2 millions de dollars à inscrire au bilan consolidé de la BRK.

Nous procédons ensuite au calcul du revenu net qui appartient aux actionnaires minoritaires de PCP. Pour ce faire, nous multiplions le revenu net de 1 533 dollars de la PCP par sa part minoritaire restante de 10 %, soit 153,3 millions de dollars. Là encore, ce chiffre figure dans le compte de résultat consolidé de la BRK en tant que « résultat net attribuable aux intérêts minoritaires », un poste distinct hors exploitation.

Les intérêts minoritaires sont importants dans l’analyse des investissements potentiels. Ils sont le plus souvent utilisés dans le calcul de la valeur d’entreprise d’une société et sont traités comme la dette de la société et ajoutés à la capitalisation boursière pour obtenir la valeur d’entreprise de la société :

Valeur d’entreprise (VE) = Valeur marchande des actions ordinaires + Valeur marchande des actions privilégiées + Valeur marchande de la dette + Intérêts minoritaires – Excédent de trésorerie et investissements

Par conséquent, les intérêts minoritaires sont principalement utilisés dans les ratios d’évaluation, tels que la valeur d’entreprise par rapport aux ventes (EV/Sales), le multiple d’entreprise (EV/EBITDA), etc. Comme nous le savons déjà, la méthode de consolidation de la comptabilisation d’un investissement dans une filiale exige que 100 % des ventes ou de l’EBITDA de la filiale soient inclus dans le compte de résultat de la société mère, même dans les cas où la société mère détient moins de 100 % de la filiale. Pour cette raison, et pour assurer la cohérence, nous devons ajouter les intérêts minoritaires afin que la société mère ne possède pas de nouveau la valeur de l’entreprise. Cela garantit que le numérateur et le dénominateur des ratios ci-dessus reflètent 100 % des finances de la filiale, même si la société mère en détient moins de 100 %.

Les intérêts minoritaires entrent en jeu lorsque la comptabilité de consolidation est appliquée pour déclarer un investissement de 51 à moins de 100 pour cent dans une filiale. Le calcul des intérêts minoritaires est relativement simple et nécessite l’utilisation du pourcentage de participation des actionnaires minoritaires dans une filiale. Cette mesure est ensuite reportée sur le bilan et le compte de résultat consolidés de la société mère conformément aux règles IFRS ou US GAAP.

Retour haut de page