Comment la masse monétaire influe-t-elle sur l’inflation ?

L’inflation peut se produire si la masse monétaire augmente plus vite que la production économique dans des circonstances économiques normales. L’inflation, ou le rythme auquel le prix moyen des biens ou des services augmente au fil du temps, peut également être influencée par des facteurs autres que la masse monétaire.

La théorie la plus discutée lorsqu’on examine le lien entre l’inflation et la masse monétaire est la théorie de la quantité de monnaie (QTM), mais il existe d’autres théories qui la remettent en question.

Théorie de la quantité

La théorie de la quantité de monnaie propose que la valeur d’échange de la monnaie soit déterminée comme n’importe quel autre bien, avec l’offre et la demande. L’équation de base de la théorie de la quantité est appelée l’équation de Fisher car elle a été développée par l’économiste américain Irving Fisher. Dans sa forme la plus simple, elle ressemble à ceci :

(M)

(V)=

(P

)(T

)

où : M=Fourniturede monnaie V=Vitessede circulation (le nombre de fois

l’argent

change de mains) P=Niveau moyen

des

prix T=Volumedes transactions de biens et servicesbegin{aligné}&(M)(V)=(P)(T) &textbf{où

:

} &M=text{Fourniture monétaire} &V=text{Vitesse de circulation (le nombre de fois où }&text{l’argent change de mains)} &P=text{Niveau moyen des prix} &T=text{Volume des transactions de biens et services} end{aligned}

(M)(V)=(P)(T) où : M=Fourniturede monnaie V=Vitessede circulation (le nombre de fois l’argentchange de mains) P=Niveaumoyen desprix T=Volumedes transactions de bienset services

Certaines variantes de la théorie de la quantité proposent que l’inflation et la déflation se produisent proportionnellement à l’augmentation ou à la diminution de l’offre de monnaie. Les preuves empiriques n’ont pas démontré cela, et la plupart des économistes ne partagent pas ce point de vue.

vous pouvez intéressé:  Quelles sont les causes de l'inflation et qui en profite ?

Une version plus nuancée de la théorie de la quantité ajoute deux mises en garde :

  1. L’argent frais doit effectivement circuler dans l’économie pour provoquer l’inflation.
  2. L’inflation est relative et non absolue.

En d’autres termes, les prix ont tendance à être plus élevés qu’ils ne l’auraient été autrement si davantage de billets de banque étaient impliqués dans les transactions économiques.

Les défis de la théorie de la quantité

Les économistes keynésiens et autres économistes non-monétaristes rejettent les interprétations orthodoxes de la théorie de la quantité. Leurs définitions de l’inflation se concentrent davantage sur les augmentations réelles des prix, avec ou sans considérations relatives à la masse monétaire.

Selon les économistes keynésiens, l’inflation se présente sous deux formes : l’attraction de la demande et la poussée des coûts. L’inflation tirée par la demande se produit lorsque les consommateurs demandent des biens, peut-être en raison de la masse monétaire plus importante, à un rythme plus rapide que la production. L’inflation par poussée des coûts se produit lorsque les prix des intrants des biens ont tendance à augmenter, peut-être en raison d’une masse monétaire plus importante, à un rythme plus rapide que les préférences des consommateurs.

Retour haut de page