Comment les dividendes affectent le prix des actions

Les dividendes peuvent affecter le prix de l’action sous-jacente de diverses manières. Si l’historique des dividendes d’une action donnée joue un rôle général dans sa popularité, la déclaration et le paiement de dividendes ont également un effet spécifique et prévisible sur les prix du marché.

Points clés à retenir

  • Les entreprises versent des dividendes pour distribuer leurs bénéfices aux actionnaires, ce qui signale également aux investisseurs la santé des entreprises et la croissance des bénéfices.
  • Comme le prix des actions représente les flux de trésorerie futurs, les flux de dividendes futurs sont incorporés dans le prix de l’action, et des modèles de dividendes actualisés peuvent aider à analyser la valeur d’une action.
  • Après le versement d’un dividende, le cours de l’action baisse généralement du montant du dividende versé pour refléter le fait que les nouveaux actionnaires n’ont pas droit à ce paiement.
  • Les dividendes versés en actions plutôt qu’en espèces peuvent diluer les bénéfices, ce qui peut également avoir un impact négatif sur le prix de l’action à court terme.

Comment fonctionnent les dividendes

Pour les investisseurs, les dividendes constituent une source populaire de revenus d’investissement. Pour la société émettrice, ils constituent un moyen de redistribuer les bénéfices aux actionnaires afin de les remercier de leur soutien et d’encourager des investissements supplémentaires. Les dividendes servent également à annoncer le succès de l’entreprise. Étant donné que les dividendes sont prélevés sur les bénéfices non distribués d’une société, seules les sociétés qui sont substantiellement rentables émettent des dividendes de manière constante. 

Les dividendes sont souvent payés en espèces, mais ils peuvent également être émis sous forme d’actions supplémentaires. Dans les deux cas, le montant que chaque investisseur reçoit dépend de sa participation actuelle.

Si une société a un million d’actions en circulation et déclare un dividende de 50 cents, un investisseur possédant 100 actions reçoit 50 dollars et la société verse un total de 500 000 dollars. Si, au contraire, elle déclare un dividende en actions de 10 %, le même investisseur reçoit 10 actions supplémentaires et l’entreprise distribue 100 000 nouvelles actions au total.

L’effet de la psychologie des dividendes

Les actions qui versent des dividendes réguliers sont populaires auprès des investisseurs. Bien que les dividendes ne soient pas garantis sur les actions ordinaires, de nombreuses entreprises sont fières de récompenser généreusement leurs actionnaires en leur versant chaque année des dividendes réguliers, voire croissants. Les entreprises qui le font sont perçues comme étant financièrement stables, et les entreprises financièrement stables font de bons investissements, en particulier parmi les investisseurs qui achètent et conservent les actions et qui sont les plus susceptibles de bénéficier des paiements de dividendes.

Lorsque les entreprises affichent des historiques de dividendes cohérents, elles deviennent plus attrayantes pour les investisseurs. Plus les investisseurs sont nombreux à acheter pour profiter de cet avantage de l’actionnariat, plus le cours de l’action augmente naturellement, ce qui renforce la conviction que l’action est forte. Si une entreprise annonce un dividende supérieur à la normale, le sentiment du public a tendance à s’envoler.

Inversement, lorsqu’une entreprise qui verse traditionnellement des dividendes émet un dividende inférieur à la normale ou ne verse aucun dividende, cela peut être interprété comme un signe que l’entreprise a connu des temps difficiles. La vérité pourrait être que les bénéfices de l’entreprise sont utilisés à d’autres fins, par exemple pour financer son expansion, mais la perception de la situation par le marché est toujours plus puissante que la vérité. De nombreuses entreprises s’efforcent de verser des dividendes réguliers pour éviter d’effrayer les investisseurs, qui peuvent considérer un dividende sauté comme un sombre pressentiment.

L’effet de la déclaration de dividendes sur le prix des actions

Avant de distribuer un dividende, la société émettrice doit d’abord déclarer le montant du dividende et la date à laquelle il sera versé. Elle annonce également la dernière date à laquelle les actions peuvent être achetées pour recevoir le dividende, appelée date ex-dividende. Cette date est généralement un jour ouvrable avant la date d’enregistrement, qui est la date à laquelle la société examine sa liste d’actionnaires. 

La déclaration d’un dividende encourage naturellement les investisseurs à acheter des actions. Comme les investisseurs savent qu’ils recevront un dividende s’ils achètent les actions avant la date de détachement du dividende, ils sont prêts à payer une prime. Cela entraîne une hausse du prix de l’action dans les jours précédant la date de détachement du dividende. En général, l’augmentation est à peu près égale au montant du dividende, mais la variation réelle du prix est basée sur l’activité du marché et n’est pas déterminée par une quelconque entité dirigeante.

vous pouvez intéressé:  Combien de cartes de crédit devez-vous posséder ?

À la date de sortie, les investisseurs peuvent faire baisser le cours de l’action du montant du dividende pour tenir compte du fait que les nouveaux investisseurs ne sont pas éligibles pour recevoir des dividendes et ne sont donc pas disposés à payer une prime. Toutefois, si le marché est particulièrement optimiste quant à l’évolution de l’action jusqu’à la date ex-dividende, l’augmentation du prix ainsi créée peut être plus importante que le montant réel du dividende, ce qui entraîne une augmentation nette malgré la réduction automatique. Si le dividende est faible, la réduction peut même passer inaperçue en raison du va-et-vient des transactions normales.

De nombreuses personnes investissent dans certaines actions à certains moments uniquement pour percevoir des dividendes. Certains investisseurs achètent des actions juste avant la date ex-dividende, puis les revendent juste après la date d’enregistrement – une tactique qui peut entraîner un bénéfice net si elle est bien exécutée.

Dividendes en actions

Bien que les dividendes en actions n’entraînent aucune augmentation réelle de la valeur pour les investisseurs au moment de l’émission, ils ont une incidence sur le cours des actions similaire à celle des dividendes en espèces. Après la déclaration d’un dividende en actions, le prix de l’action augmente souvent. Cependant, comme un dividende en actions augmente le nombre d’actions en circulation alors que la valeur de la société reste stable, il dilue la valeur comptable par action ordinaire, et le cours de l’action est réduit en conséquence.

Comme pour les dividendes en espèces, les petits dividendes en actions peuvent facilement passer inaperçus. Un dividende en actions de 2 % versé sur des actions se négociant à 200 dollars ne fait que faire baisser le prix à 196 dollars, une réduction qui pourrait facilement être le résultat d’une négociation normale. En revanche, un dividende en actions de 35 % fait baisser le prix à 130 dollars par action, ce qui est assez difficile à manquer.

Rapport entre le rendement des dividendes et les paiements

Le rendement des dividendes et le ratio de distribution des dividendes (DPR) sont deux ratios d’évaluation que les investisseurs et les analystes utilisent pour évaluer les entreprises en tant qu’investissements pour les revenus de dividendes. Le taux de rendement des dividendes indique le rendement annuel par action détenue qu’un investisseur réalise grâce au versement de dividendes en espèces, ou le rendement des investissements en dividendes par dollar investi. Il est exprimé en pourcentage et calculé comme :

R

endement des

dividendes=dividendes

annuels

paractionbegin{aligné}&text{Rendement des dividendes}=frac{text{dividendes annuels

par

action}}{text{prix par action}}end{aligné}

Rendementdes dividendes= prixpar action dividendesannuelspar action

Le rendement des dividendes est une bonne mesure de base que l’investisseur peut utiliser pour comparer le revenu des dividendes de ses avoirs actuels au revenu potentiel des dividendes disponibles en investissant dans d’autres actions ou fonds communs de placement. En ce qui concerne le rendement global des investissements, il est important de noter que les augmentations du cours des actions réduisent le taux de rendement des dividendes même si le rendement global des investissements liés à la détention d’actions peut s’être considérablement amélioré. À l’inverse, une baisse du cours de l’action indique un rendement en dividendes plus élevé, mais peut indiquer que l’entreprise connaît des problèmes et entraîner un rendement total de l’investissement plus faible.

Le ratio de distribution des dividendes est considéré comme plus utile pour évaluer la situation financière d’une société et les perspectives de maintien ou d’amélioration de ses distributions de dividendes à l’avenir. Le ratio de distribution des dividendes révèle le pourcentage du revenu net qu’une société distribue sous forme de dividendes. Il est calculé à l’aide de l’équation suivante :

DPR=TotaldividendesRevenu

net

where:begin{aligned}&text{DPR}=frac{text{Total dividendes}}{text{Revenu net}}&textbf{where:}&text{DPR}=text{Dividend payout ratio}end{aligned}

DPR= Revenu net Totaldividendes where :

Si le ratio de distribution des dividendes est excessivement élevé, cela peut indiquer qu’il est moins probable qu’une société puisse maintenir ces distributions de dividendes à l’avenir, car la société utilise un pourcentage plus faible de ses bénéfices pour réinvestir dans la croissance de l’entreprise. Par conséquent, un ratio de distribution stable est généralement préféré à un ratio exceptionnellement élevé. Une bonne façon de déterminer si le ratio de distribution d’une société est raisonnable est de le comparer à celui de sociétés similaires dans le même secteur.

Dividendes par action

Le dividende par action (DPS) mesure le montant total des bénéfices qu’une société verse à ses actionnaires, généralement sur une année, sur une base par action. Le DPS peut être calculé en soustrayant les dividendes spéciaux de la somme de tous les dividendes sur une année et en divisant ce chiffre par le nombre d’actions en circulation. Par exemple, la société HIJ a cinq millions d’actions en circulation et a versé des dividendes de 2,5 millions de dollars l’année dernière ; aucun dividende spécial n’a été versé. Le RPD de la société HIJ est de 50 cents (2 500 000 $ ÷ 5 000 000) par action. Une société peut diminuer, augmenter ou supprimer tous les versements de dividendes à tout moment.

vous pouvez intéressé:  Le "dernier Jedi" de Disney ne répond pas aux attentes

Une entreprise peut réduire ou supprimer ses dividendes lorsque l’économie connaît un ralentissement. Supposons qu’une entreprise qui verse des dividendes ne gagne pas assez ; elle peut chercher à diminuer ou à supprimer les dividendes en raison de la baisse des ventes et des revenus. Par exemple, si la société HIJ connaît une baisse de ses bénéfices en raison d’une récession l’année suivante, elle peut chercher à réduire une partie de ses dividendes pour réduire ses coûts.

Un autre exemple serait celui d’une société qui verse trop de dividendes. Une entreprise peut évaluer si elle verse une part trop importante de ses bénéfices aux actionnaires en utilisant le ratio de distribution. Par exemple, supposons que la société HIJ ait un RPD de 50 cents par action et que son bénéfice par action (BPA) soit de 45 cents par action. Le taux de distribution est de 111 % (0,5 ÷ 0,45) ; ce chiffre montre que la société HIJ verse plus à ses actionnaires que le montant qu’elle gagne. La société cherchera à réduire ou à supprimer les dividendes parce qu’elle ne devrait pas verser plus que ce qu’elle gagne.

Le modèle de réduction des dividendes

Le modèle d’actualisation des dividendes (DDM), également connu sous le nom de modèle de croissance Gordon (GGM), suppose qu’une action vaut la somme des valeurs actuelles de tous les futurs paiements de dividendes. Il s’agit d’une méthode d’évaluation populaire utilisée par les investisseurs fondamentaux et les investisseurs de valeur. En théorie simplifiée, une entreprise investit ses actifs pour obtenir des rendements futurs, réinvestit la partie nécessaire de ces rendements futurs pour maintenir et développer l’entreprise, et transfère le solde de ces rendements aux actionnaires sous forme de dividendes. Selon la DDM, la valeur d’une action est calculée comme un rapport entre le dividende annuel suivant au numérateur et le taux d’actualisation moins le taux de croissance du dividende au dénominateur. Pour utiliser ce modèle, l’entreprise doit verser un dividende et ce dividende doit croître à un taux régulier sur le long terme. Le taux d’actualisation doit également être supérieur au taux de croissance du dividende pour que le modèle soit valable.

Le DDM a pour seul objectif de fournir une analyse de la valeur d’une action basée uniquement sur les revenus futurs attendus des dividendes. Selon le DDM, les actions ne valent que le revenu qu’elles génèrent lors des futurs versements de dividendes. Ce modèle, qui est l’une des mesures les plus prudentes pour évaluer les actions, représente une théorie financière qui exige un grand nombre d’hypothèses concernant les paiements de dividendes d’une entreprise, ses modèles de croissance et ses taux d’intérêt futurs. Les défenseurs de cette théorie estiment que les dividendes en espèces futurs projetés sont la seule évaluation fiable de la valeur intrinsèque d’une entreprise.

Le DDM exige trois données pour son analyse, notamment le montant actuel ou le plus récent des dividendes versés par la société, le taux de croissance des dividendes versés au cours de l’histoire de la société et le taux de rendement exigé que l’investisseur souhaite ou considère comme acceptable au minimum.

Le montant actuel des dividendes peut être trouvé dans les états financiers d’une société sur l’état des flux de trésorerie. Le taux de croissance des paiements de dividendes nécessite des informations historiques sur l’entreprise qui peuvent être facilement trouvées sur un certain nombre de sites web d’information boursière. Le taux de rendement requis est déterminé par un investisseur individuel ou un analyste sur la base d’une stratégie d’investissement choisie.

Si le modèle d’actualisation des dividendes constitue une approche solide pour prévoir les futurs revenus en dividendes, il est loin d’être un outil d’évaluation des actions, car il ne tient pas compte des gains en capital résultant de l’appréciation du cours des actions.

Retour haut de page