Comprendre les comptes de capital et les comptes financiers dans la balance des paiements

La balance des paiements (BDP) est l’enregistrement de tout paiement ou réception entre une nation et ses ressortissants avec tout autre pays. Le compte courant, le compte de capital et le compte financier constituent la BDP d’un pays. Ensemble, ces trois comptes racontent l’état d’une économie, ses perspectives économiques et ses stratégies pour atteindre les objectifs souhaités.

Un volume important d’importations et d’exportations, par exemple, peut indiquer une économie ouverte qui soutient le libre-échange. D’autre part, un pays qui présente peu d’activité internationale dans son compte de capital ou son compte financier peut avoir un marché des capitaux sous-développé et peu de devises étrangères entrant dans le pays sous forme d’investissements directs étrangers.

Un compte courant enregistre le flux de biens et de services entrant et sortant d’un pays, y compris les biens corporels, les frais de service, les recettes touristiques et l’argent envoyé directement à d’autres pays, soit à titre d’aide, soit pour les familles. Un compte financier mesure l’augmentation ou la diminution des actifs de propriété internationale auxquels un pays est associé, tandis que le compte de capital mesure les dépenses en capital et le revenu global d’un pays.

Nous nous concentrons ici sur les comptes financiers et de capitaux, qui racontent l’histoire des investissements et de la réglementation du marché des capitaux dans un pays donné.

Points clés à retenir

  • La balance des paiements d’un pays se compose de son compte courant, de son compte de capital et de son compte financier.
  • Le compte de capital enregistre les flux de biens et de services entrant et sortant d’un pays, tandis que le compte financier mesure les augmentations ou les diminutions des actifs de propriété internationale.
  • Des comptes de capitaux et financiers positifs signifient qu’un pays a plus de débits que de crédits, ce qui en fait un débiteur net envers le monde. Les comptes négatifs font du pays un créancier net.

Le compte de capital

Le compte de capital d’un pays se réfère à tous les transferts internationaux de capitaux. Les dépenses et les revenus globaux sont mesurés par les entrées et les sorties de fonds sous forme d’investissements et de prêts entrant et sortant de l’économie. Un déficit indique que plus d’argent sort, tandis qu’un excédent indique que plus d’argent entre.

Outre les transactions d’actifs non financiers et non produits, les éléments suivants sont également inclus :

  • Des opérations telles que l’annulation de la dette
  • Le transfert de biens et d’actifs financiers par les migrants qui quittent ou entrent dans un pays
  • Le transfert de propriété sur des actifs immobilisés et des fonds reçus pour la vente ou l’acquisition d’actifs immobilisés
  • Droits de donation et de succession
  • Droits de succession, brevets, droits d’auteur, royalties
  • Dommages non assurés aux actifs immobilisés

Les opérations complexes portant à la fois sur des immobilisations et des créances financières peuvent être enregistrées à la fois dans le compte de capital et dans le compte courant.

Les comptes financiers

Le compte financier d’un pays est subdivisé en deux sous-comptes : la propriété nationale des actifs étrangers et la propriété étrangère des actifs nationaux.

Si la partie du compte financier consacrée à la propriété nationale d’actifs étrangers augmente, cela augmente le compte financier global. Si la part des avoirs nationaux détenue par les étrangers augmente, elle diminue le compte financier global, de sorte que le compte financier global augmente lorsque la part des avoirs nationaux détenue par les étrangers diminue. Ensemble, la propriété intérieure d’actifs étrangers et la propriété étrangère d’actifs nationaux d’un pays mesurent la propriété internationale d’actifs à laquelle le pays est associé.

Le compte financier traite de l’argent lié aux réserves de change et aux investissements privés dans les entreprises, l’immobilier, les obligations et les actions. Le compte financier détaille également les actifs appartenant à l’État, tels que les droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international (FMI), ou les actifs du secteur privé détenus dans d’autres pays, les actifs locaux détenus par les étrangers – gouvernement et investissements privés et étrangers directs (IED).

vous pouvez intéressé:  Principaux avantages fiscaux liés à l'achat d'un logement

Comment ils fonctionnent

Les capitaux transférés hors d’un pays à des fins d’investissement sont enregistrés comme un débit dans l’un ou l’autre de ces deux comptes. Cela s’explique par le fait que l’argent quitte l’économie. Mais comme il s’agit d’un investissement, il y a un rendement implicite. Ce rendement – qu’il s’agisse d’une plus-value réalisée sur un investissement de portefeuille (débit du compte financier) ou d’un rendement réalisé sur un investissement direct (débit du compte de capital) – est enregistré comme un crédit dans le compte courant. C’est là que les investissements de revenu sont enregistrés dans la balance des paiements. L’inverse est vrai lorsqu’un pays reçoit des capitaux : Le paiement d’un rendement sur cet investissement serait enregistré comme un débit dans le compte courant.

Le Bureau of Economic Analysis mesure le compte de capital aux États-Unis.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Contrairement au compte courant, qui devrait théoriquement afficher un excédent ou un déficit, la balance des paiements devrait être nulle. Ainsi, le compte courant d’un côté et le compte de capital et financier de l’autre devraient s’équilibrer.

Par exemple, si un ressortissant du Groenland achète une veste à une société canadienne, le Groenland gagne une veste tandis que le Canada gagne l’équivalent en devises. Pour atteindre zéro, un poste d’équilibrage est ajouté au grand livre pour refléter l’échange de valeur. Selon le Manuel de la balance des paiements du FMI, la formule de la balance des paiements, ou identité, est résumée comme suit

Compte courant + compte financier + compte de capital + poste d’équilibrage = 0

Toutefois, lorsqu’une économie a des comptes de capitaux et financiers positifs (une entrée financière nette), les débits du pays sont supérieurs à ses crédits en raison d’une augmentation des engagements envers d’autres économies ou d’une réduction des créances dans d’autres pays. Cette situation est généralement parallèle à un déficit du compte courant – une entrée d’argent signifie que le rendement d’un investissement est un débit sur le compte courant. Ainsi, l’économie utilise l’épargne mondiale pour répondre à ses demandes locales d’investissement et de consommation. Elle est un débiteur net vis-à-vis du reste du monde.

Si les comptes de capital et financier sont négatifs (une sortie financière nette), le pays a plus de créances que de dettes, soit en raison d’une augmentation des créances de l’économie à l’étranger, soit en raison d’une réduction des dettes des économies étrangères. Le compte courant devrait enregistrer un excédent à ce stade, indiquant que l’économie est un créancier net, fournissant des fonds au monde entier.

Comptes des libéraux

Les comptes de capital et les comptes financiers sont étroitement liés car ils enregistrent tous deux les flux de capitaux internationaux. Dans l’économie mondiale actuelle, la libre circulation des capitaux est fondamentale pour assurer le commerce mondial et, à terme, une plus grande prospérité pour tous. Pour ce faire, les pays doivent toutefois adopter des politiques « ouvertes » ou « libérales » en matière de capitaux et de comptes financiers. Aujourd’hui, de nombreuses économies en développement mettent en œuvre la libéralisation des comptes de capitaux – un processus qui supprime les restrictions aux mouvements de capitaux – dans le cadre de leur programme de réforme économique.

La libéralisation du compte de capital d’un pays peut signaler une évolution vers une politique économique saine.

Cette libre circulation des capitaux signifie que les gouvernements, les entreprises et les particuliers sont libres d’investir des capitaux dans d’autres pays. Cela ouvre alors la voie non seulement à une augmentation des IDE dans les industries et les projets de développement, mais aussi à des investissements de portefeuille sur le marché des capitaux. Ainsi, les entreprises qui s’efforcent de conquérir de plus grands marchés et les petits marchés à la recherche de capitaux et d’objectifs économiques nationaux plus importants peuvent se développer sur la scène internationale, ce qui se traduit par une économie mondiale plus forte.

vous pouvez intéressé:  Comprendre les coûts variables par rapport aux coûts fixes

Les avantages que le pays bénéficiaire tire de l’IDE comprennent un afflux de capitaux étrangers dans son pays ainsi que le partage d’une expertise technique et managériale. L’avantage pour une entreprise qui réalise un IDE est la capacité d’étendre sa part de marché dans une économie étrangère, ce qui lui permet d’obtenir un meilleur rendement. Certains affirment que même les politiques politiques politiques et macro-économiques intérieures du pays sont affectées de manière plus progressive parce que les entreprises étrangères qui investissent dans une économie locale ont un intérêt important dans le processus de réforme de l’économie locale. Ces sociétés étrangères deviennent des experts-conseils auprès du gouvernement local en matière de politiques qui faciliteront la vie des entreprises.

Les investissements étrangers de portefeuille peuvent encourager la déréglementation des marchés des capitaux et le volume des échanges boursiers. En investissant sur plus d’un marché, les investisseurs sont en mesure de diversifier le risque de leur portefeuille tout en augmentant leurs rendements, qui résultent d’un investissement sur un marché émergent. L’approfondissement du marché des capitaux, basé sur une économie locale en pleine réforme et sur une libéralisation des comptes de capitaux et des comptes financiers, peut ainsi accélérer le développement d’un marché émergent.

Un peu de contrôle peut être bon

Outre les idéologies politiques, certaines théories économiques solides expliquent pourquoi un certain contrôle des comptes de capitaux peut être bénéfique. Rappelez-vous la crise financière asiatique de 1997. Certains pays asiatiques ont ouvert leurs économies au monde et un volume sans précédent de capitaux étrangers a franchi leurs frontières, principalement sous la forme d’investissements de portefeuille – un crédit sur le compte financier et un débit sur le compte courant. Cela signifie que les investissements étaient à court terme et faciles à liquider au lieu d’être à plus long terme.

Lorsque la spéculation a augmenté et que la panique s’est répandue dans toute la région, un renversement des flux de capitaux s’est d’abord produit, l’argent étant retiré de ces marchés de capitaux. Les économies asiatiques étaient responsables de leurs engagements à court terme (débits dans le compte courant) car les titres étaient vendus avant que les plus-values ne puissent être récoltées. Non seulement l’activité boursière a souffert, mais les réserves de change ont été épuisées, les monnaies locales se sont dépréciées et des crises financières se sont déclenchées.

Les analystes affirment que le désastre financier aurait pu être moins grave s’il y avait eu quelques contrôles des comptes de capital. Par exemple, si le montant des emprunts à l’étranger avait été limité (qui est un débit sur le compte courant), les obligations à court terme auraient été limitées et les dommages économiques auraient pu être moins graves.

La balance des paiements d’un pays est un résumé des transactions internationales de ce pays avec le reste du monde. Ces transactions sont classées en trois catégories : le compte courant, le compte de capital et le compte financier.

Les leçons tirées de la crise financière asiatique ont donné lieu à de nouveaux débats sur la meilleure façon de libéraliser les capitaux et les comptes financiers. En effet, le FMI et l’Organisation mondiale du commerce ont historiquement soutenu le libre-échange des biens et des services (libéralisation des comptes courants) et sont maintenant confrontés aux complexités de la liberté des capitaux. L’expérience a prouvé que sans aucun contrôle, une inversion soudaine des flux de capitaux peut non seulement détruire une économie mais aussi entraîner une augmentation de la pauvreté pour une nation.

Retour haut de page