Définition de la société à responsabilité limitée (SARL)

Qu’est-ce qu’une société à responsabilité limitée (SARL) ?

Une société à responsabilité limitée (LLC) est une structure commerciale aux États-Unis dans laquelle les propriétaires ne sont pas personnellement responsables des dettes ou du passif de la société. Les sociétés à responsabilité limitée sont des entités hybrides qui combinent les caractéristiques d’une société par actions avec celles d’une société de personnes ou d’une entreprise individuelle. 

Bien que la responsabilité limitée soit similaire à celle d’une société, l’imposition des membres d’une SARL est une caractéristique des sociétés de personnes (et non d’une SARL). 

Comprendre les sociétés à responsabilité limitée (SARL)

Les sociétés à responsabilité limitée (SARL) sont une structure commerciale autorisée par les lois de l’État. Les réglementations relatives aux SARL varient d’un État à l’autre. Les propriétaires de SARL sont généralement appelés membres. 

De nombreux États ne limitent pas la propriété, ce qui signifie que n’importe qui peut être membre, y compris les particuliers, les sociétés, les étrangers et les entités étrangères, et même les autres SARL. Certaines entités, cependant, ne peuvent pas former de SARL, notamment les banques et les compagnies d’assurance. 

Une SARL est un accord de partenariat plus formel qui exige que les statuts soient déposés auprès de l’État. La SARL est beaucoup plus facile à créer qu’une société par actions et offre plus de souplesse et de protection.

Les SARL peuvent choisir de ne pas payer d’impôts fédéraux. Les bénéfices et les pertes sont alors indiqués dans les déclarations d’impôts personnelles du ou des propriétaires. La SARL peut également choisir une autre classification, comme celle de société. Si une fraude est détectée ou si une société n’a pas satisfait aux exigences légales et de déclaration, les créanciers peuvent s’en prendre aux membres.

vous pouvez intéressé:  Définition de l'inversion du risque

Les salaires des membres sont considérés comme des dépenses d’exploitation et sont déduits des bénéfices de l’entreprise.

Création d’une SARL

Bien que les exigences applicables aux SARL puissent varier d’un État à l’autre, il existe généralement quelques points communs. La toute première chose que les propriétaires ou les membres doivent faire est de choisir un nom. 

Une fois cela fait, les statuts doivent être documentés et déposés auprès de l’État. Ces statuts établissent les droits, pouvoirs, devoirs, responsabilités et autres obligations de chaque membre de la SARL. Parmi les autres informations figurant sur les documents figurent le nom et l’adresse des membres de la SARL, le nom de l’agent enregistré de la SARL et la déclaration d’intention de l’entreprise. 

Les statuts doivent être accompagnés d’une redevance payée directement à l’État. Les documents et les frais supplémentaires doivent également être présentés au niveau fédéral pour obtenir un numéro d’identification de l’employeur (EIN). 

  • Les sociétés à responsabilité limitée sont des structures d’entreprise aux États-Unis où les propriétaires ne sont pas personnellement responsables des dettes ou du passif de la société.
  • La réglementation relative aux SARL varie d’un État à l’autre.
  • Toute entité peut former une LLC, y compris les personnes physiques et les sociétés, mais les banques et les compagnies d’assurance ne peuvent pas le faire.
  • Les LLC ne paient pas d’impôts : leurs bénéfices et leurs pertes sont transmis aux membres, qui les réclament dans leur déclaration d’impôts.

Avantages et inconvénients des SARL

La principale raison pour laquelle les propriétaires d’entreprises choisissent de prendre la voie de la SARL est de limiter la responsabilité des mandants. Beaucoup considèrent une SARL comme un mélange de société en nom collectif, qui est une simple formation d’entreprise de deux ou plusieurs propriétaires en vertu d’un accord, et de société par actions, qui dispose de certaines protections en matière de responsabilité.

vous pouvez intéressé:  Qu'est-ce qu'un OIC ?

Bien que les SARL présentent certaines caractéristiques attrayantes, elles présentent également plusieurs inconvénients, notamment en ce qui concerne la structure d’une société. Selon la législation de l’État, une SARL peut devoir être dissoute en cas de décès ou de faillite d’un membre. Cette situation est différente de celle d’une société par actions, qui peut exister à perpétuité. Une SARL peut ne pas être une option appropriée lorsque l’objectif ultime du fondateur est de devenir une société cotée en bourse.

Société à responsabilité limitée vs. société de personnes

La principale différence entre une société de personnes et une SARL est que la SARL sépare les actifs commerciaux de l’entreprise des actifs personnels des propriétaires, isolant ces derniers des dettes et du passif de la SARL. 

Une SARL peut fonctionner de la même manière qu’une société de personnes, en ce sens que les bénéfices de la société sont versés dans les déclarations fiscales des propriétaires. Les pertes peuvent être utilisées pour compenser d’autres revenus, mais seulement à concurrence du montant investi. Si la SARL s’est organisée en société de personnes, elle doit alors déposer le formulaire 1065. (Sinon, si les associés ont choisi d’être traités comme une société, alors le formulaire 1120 est déposé). 

En cas de vente ou de transfert de l’entreprise, un accord de poursuite des activités est le seul moyen de garantir le transfert sans heurts des intérêts lorsque l’un des propriétaires quitte l’entreprise ou décède. En l’absence de contrat de continuation, les associés restants doivent dissoudre la SARL et en créer une nouvelle si l’un d’entre eux fait faillite ou décède.

Retour haut de page