Définition de l’économie : Vue d’ensemble, types et indicateurs économiques

Qu’est-ce que l’économie ?

L’économie est une science sociale qui s’intéresse à la production, la distribution et la consommation de biens et de services. Elle étudie la manière dont les individus, les entreprises, les gouvernements et les nations font des choix sur la manière d’allouer les ressources. L’économie se concentre sur les actions des êtres humains, en partant de l’hypothèse que les humains agissent de manière rationnelle, en recherchant le niveau de bénéfice ou d’utilité le plus optimal. Les composantes de base de l’économie sont les études sur le travail et le commerce. Comme il existe de nombreuses applications possibles du travail humain et de nombreuses façons différentes d’acquérir des ressources, il incombe à l’économie de déterminer quelles méthodes donnent les meilleurs résultats.

L’économie peut généralement être décomposée en macroéconomie, qui se concentre sur le comportement de l’économie dans son ensemble, et en microéconomie, qui se concentre sur les personnes et les entreprises.

Points clés à retenir

  • L’économie est l’étude de la manière dont les gens allouent les ressources rares à la production, la distribution et la consommation, à la fois individuellement et collectivement.
  • Les deux principaux types d’économie sont la microéconomie, qui se concentre sur le comportement des consommateurs et des producteurs individuels, et la macroéconomie, qui examine les économies globales à l’échelle régionale, nationale ou internationale.
  • L’économie est particulièrement concernée par l’efficacité de la production et des échanges et utilise des modèles et des hypothèses pour comprendre comment créer des incitations et des politiques qui maximiseront l’efficacité.
  • Les économistes formulent et publient de nombreux indicateurs économiques, tels que le produit intérieur brut (PIB) et l’indice des prix à la consommation (IPC).
  • Le capitalisme, le socialisme et le communisme sont des types de systèmes économiques.

Comprendre l’économie

L’un des premiers penseurs économiques connus est le fermier/poète grec Hesiod, au VIIIe siècle avant J.-C., qui a écrit que la main-d’œuvre, les matériaux et le temps devaient être répartis efficacement pour surmonter la pénurie. Mais la fondation de l’économie occidentale moderne s’est produite beaucoup plus tard, généralement attribuée à la publication du livre du philosophe écossais Adam Smith en 1776, An Inquiry Into the Nature and Causes of the Wealth of Nations. 

Le principe (et le problème) de l’économie est que les êtres humains ont des désirs illimités et occupent un monde aux moyens limités. Pour cette raison, les concepts d’efficacité et de productivité sont considérés comme primordiaux par les économistes. Selon eux, une productivité accrue et une utilisation plus efficace des ressources pourraient conduire à un niveau de vie plus élevé.

Malgré ce point de vue, l’économie a été péjorativement connue sous le nom de « science lugubre », un terme inventé par l’historien écossais Thomas Carlyle en 1849. Il l’a utilisé pour critiquer les vues libérales sur la race et l’égalité sociale d’économistes contemporains comme John Stuart Mill, bien que certains commentateurs suggèrent que Carlyle décrivait en fait les sombres prédictions de Thomas Robert Malthus selon lesquelles la croissance démographique dépasserait toujours l’offre de nourriture.

Types d’économie

L’étude de l’économie est généralement divisée en deux disciplines.

La microéconomie se concentre sur la façon dont les consommateurs individuels et les entreprises prennent des décisions ; ces unités de décision individuelles peuvent être une personne seule, un ménage, une entreprise/organisation ou une agence gouvernementale. En analysant certains aspects du comportement humain, la microéconomie tente d’expliquer comment ils réagissent aux changements de prix et pourquoi ils exigent ce qu’ils font à des niveaux de prix particuliers. La microéconomie tente d’expliquer comment et pourquoi les différents biens sont évalués différemment, comment les individus prennent des décisions financières et comment les individus échangent, coordonnent et coopèrent au mieux les uns avec les autres. Les sujets de la microéconomie vont de la dynamique de l’offre et de la demande à l’efficacité et aux coûts associés à la production de biens et de services ; ils comprennent également la division et l’allocation du travail, l’organisation et le fonctionnement des entreprises et la façon dont les gens abordent l’incertitude, le risque et la théorie des jeux stratégiques.

La macroéconomie étudie une économie globale à la fois au niveau national et international, en utilisant des données et des variables économiques hautement agrégées pour modéliser l’économie. Elle peut porter sur une région géographique distincte, un pays, un continent ou même le monde entier. Ses principaux domaines d’étude sont les cycles économiques récurrents et la croissance et le développement économiques au sens large. Les sujets étudiés comprennent le commerce extérieur, la politique fiscale et monétaire du gouvernement, les taux de chômage, le niveau de l’inflation et des taux d’intérêt, la croissance de la production totale telle que reflétée par les changements du produit intérieur brut (PIB), et les cycles économiques qui entraînent des expansions, des booms, des récessions et des dépressions.

La micro et la macroéconomie sont étroitement liées. Les phénomènes macroéconomiques agrégés ne sont évidemment et littéralement que la somme totale des phénomènes microéconomiques. Cependant, ces deux branches de l’économie utilisent des théories, des modèles et des méthodes de recherche très différents, qui semblent parfois s’opposer. L’intégration des fondements de la microéconomie dans la théorie et la recherche macroéconomiques est un domaine d’étude majeur en soi pour de nombreux économistes.

Écoles de théorie économique

Il existe de nombreuses théories et écoles de pensée concurrentes, contradictoires ou parfois complémentaires en économie.

Les économistes utilisent de nombreuses méthodes de recherche différentes, de la déduction logique à l’exploration pure des données. La théorie économique progresse souvent par des processus déductifs, y compris la logique mathématique, où les implications d’activités humaines spécifiques sont considérées dans un cadre « moyens-fins ». Ce type d’économie déduit, par exemple, qu’il est plus efficace pour les individus ou les entreprises de se spécialiser dans des types de travail spécifiques et d’échanger ensuite pour leurs autres besoins ou désirs, plutôt que d’essayer de produire tout ce dont ils ont besoin ou envie par eux-mêmes. Elle démontre également que le commerce est plus efficace lorsqu’il est coordonné par un moyen d’échange, ou argent. Les lois économiques ainsi déduites ont tendance à être très générales et à ne pas donner de résultats spécifiques : elles peuvent dire que les profits incitent de nouveaux concurrents à entrer sur un marché, mais pas nécessairement combien le feront. Néanmoins, elles fournissent des informations essentielles pour comprendre le comportement des marchés financiers, des gouvernements, des économies et des décisions humaines qui se cachent derrière ces entités.

D’autres branches de la pensée économique mettent l’accent sur l’empirisme, plutôt que sur la logique formelle – en particulier les méthodes logiques positivistes, qui tentent d’utiliser les observations procédurales et les tests falsifiables associés aux sciences naturelles. Certains économistes utilisent même des méthodes expérimentales directes dans leurs recherches, en demandant aux sujets de prendre des décisions économiques simulées dans un environnement contrôlé. Comme les expériences réelles peuvent être difficiles, impossibles ou contraires à l’éthique en économie, les économistes empiriques s’appuient principalement sur la simplification des hypothèses et l’analyse rétroactive des données. Cependant, certains économistes soutiennent que l’économie n’est pas bien adaptée aux tests empiriques et que ces méthodes génèrent souvent des réponses incorrectes ou incohérentes.

vous pouvez intéressé:  Définition du taux à terme

Deux des plus courants en macroéconomie sont le monétarisme et le keynésianisme. Les monétaristes sont une branche de l’économie keynésienne qui soutient qu’une politique monétaire stable est le meilleur moyen de gérer l’économie et qui, par ailleurs, a souvent des vues généralement favorables sur les marchés libres comme meilleur moyen d’allouer les ressources. En revanche, d’autres approches keynésiennes favorisent une politique budgétaire menée par un gouvernement militant afin de gérer les fluctuations et les récessions irrationnelles du marché et estiment que les marchés ne fonctionnent souvent pas bien par eux-mêmes pour allouer les ressources.

Indicateurs économiques

Les indicateurs économiques sont des rapports qui détaillent les performances économiques d’un pays dans un domaine spécifique. Ces rapports sont généralement publiés périodiquement par des agences gouvernementales ou des organisations privées, et ils ont souvent un effet considérable sur les marchés des actions, des titres à revenu fixe et des devises lorsqu’ils sont publiés. Ils peuvent également être très utiles aux investisseurs pour juger de la manière dont les conditions économiques feront évoluer les marchés et pour orienter les décisions d’investissement.

Vous trouverez ci-dessous certains des principaux rapports et indicateurs économiques américains utilisés pour l’analyse fondamentale.

Produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) est considéré par beaucoup comme la mesure la plus large des performances économiques d’un pays. Il représente la valeur marchande totale de tous les produits finis et services produits dans un pays au cours d’une année donnée ou d’une autre période (le Bureau d’analyse économique publie un rapport régulier dans la dernière partie de chaque mois). De nombreux investisseurs, analystes et commerçants ne se concentrent pas réellement sur le rapport annuel final sur le PIB, mais plutôt sur les deux rapports publiés quelques mois auparavant : le rapport préliminaire sur le PIB et le rapport préliminaire. En effet, le chiffre final du PIB est souvent considéré comme un indicateur retardé, ce qui signifie qu’il peut confirmer une tendance mais pas la prévoir. Par rapport au marché boursier, le rapport sur le PIB est quelque peu similaire au compte de résultat qu’une société publique présente en fin d’année.

Vente au détail

Publié par le ministère du commerce au milieu de chaque mois, le rapport sur les ventes au détail est surveillé de très près et mesure le total des recettes, ou la valeur en dollars, de toutes les marchandises vendues dans les magasins. Le rapport estime le total des marchandises vendues en prélevant des données sur un échantillon de détaillants dans tout le pays – un chiffre qui sert d’approximation des niveaux de dépenses des consommateurs. Comme les dépenses de consommation représentent plus des deux tiers du PIB, ce rapport est très utile pour évaluer l’orientation générale de l’économie. En outre, comme les données du rapport sont basées sur les ventes du mois précédent, il s’agit d’un indicateur opportun. Le contenu du rapport sur les ventes au détail peut entraîner une volatilité supérieure à la normale sur le marché, et les informations contenues dans le rapport peuvent également être utilisées pour évaluer les pressions inflationnistes qui affectent les taux de la Fed.

Production industrielle

Le rapport sur la production industrielle, publié chaque mois par la Réserve fédérale, rend compte des changements dans la production des usines, des mines et des services publics aux États-Unis. L’une des mesures surveillées de près et incluses dans ce rapport est le taux d’utilisation des capacités, qui estime la part de la capacité de production qui est utilisée plutôt que de rester inactive dans l’économie. Il est préférable pour un pays de voir les valeurs de production et d’utilisation des capacités augmenter à des niveaux élevés. Généralement, une utilisation des capacités comprise entre 82 et 85 % est considérée comme « serrée » et peut accroître la probabilité d’une augmentation des prix ou d’une pénurie de l’offre à court terme. Les niveaux inférieurs à 80 % sont généralement interprétés comme un « ralentissement » de l’économie, ce qui peut accroître la probabilité d’une récession.

Données sur l’emploi

Le Bureau des statistiques du travail (BLS) publie les données sur l’emploi dans un rapport appelé « fiches de paie non agricoles », le premier vendredi de chaque mois. En général, les fortes augmentations de l’emploi indiquent une croissance économique prospère. De même, des contractions potentielles peuvent être imminentes si des baisses importantes surviennent. Bien qu’il s’agisse de tendances générales, il est important de considérer la situation actuelle de l’économie. Par exemple, de fortes données sur l’emploi pourraient entraîner une appréciation de la monnaie si le pays a récemment connu des difficultés économiques, car la croissance pourrait être un signe de santé et de reprise économique. À l’inverse, dans une économie en surchauffe, un taux d’emploi élevé peut également entraîner une inflation qui, dans cette situation, pourrait faire baisser la monnaie.

vous pouvez intéressé:  Définition de la charia

Indice des prix à la consommation (IPC)

L’indice des prix à la consommation (IPC), également publié par le BLS, mesure le niveau des variations des prix de détail (les coûts que les consommateurs paient) et constitue la référence pour mesurer l’inflation. En utilisant un panier représentatif des biens et services de l’économie, l’IPC compare les changements de prix mois après mois et année après année. Ce rapport est l’un des plus importants indicateurs économiques disponibles, et sa publication peut accroître la volatilité des marchés des actions, des titres à revenu fixe et des devises. Des augmentations de prix plus importantes que prévu sont considérées comme un signe d’inflation, ce qui entraînera probablement une dépréciation de la monnaie sous-jacente.

Types de systèmes économiques

Les sociétés ont organisé leurs ressources de nombreuses manières différentes au cours de l’histoire, décidant de la manière d’utiliser les moyens disponibles pour atteindre des objectifs individuels et communs.

Primitivisme

Dans les sociétés agraires primitives, les gens ont tendance à produire eux-mêmes tous leurs besoins et leurs désirs au niveau du ménage ou de la tribu. Les familles et les tribus construisaient leurs propres habitations, cultivaient leurs propres récoltes, chassaient leur propre gibier, confectionnaient leurs propres vêtements, faisaient leur propre pain, etc. Ce système économique se définit par une très faible division du travail et la faible productivité qui en résulte, un degré élevé d’intégration verticale des processus de production au sein du ménage ou du village pour ce qui est des biens produits, et un échange réciproque basé sur les relations au sein et entre les familles ou les tribus plutôt que sur les transactions du marché. Dans une société aussi primitive, les concepts de propriété privée et de prise de décision concernant les ressources s’appliquent souvent à un niveau plus collectif de propriété familiale ou tribale des ressources productives et des richesses en commun.

Feudalisme

Plus tard, avec le développement des civilisations, des économies basées sur la production par classe sociale ont émergé, comme la féodalité et l’esclavage. L’esclavage impliquait la production par des individus asservis qui n’avaient pas de liberté ou de droits personnels et étaient traités comme la propriété de leur propriétaire. Le féodalisme était un système dans lequel une classe de nobles, appelés seigneurs, possédait toutes les terres et louait de petites parcelles aux paysans pour les cultiver, ces derniers remettant une grande partie de leur production au seigneur. En échange, le seigneur offrait aux paysans une sécurité relative, y compris un endroit où vivre et de la nourriture à manger.

Capitalisme

Le capitalisme a émergé avec l’avènement de l’industrialisation. Le capitalisme est défini comme un système de production dans lequel les propriétaires d’entreprises (entrepreneurs) organisent les ressources productives, y compris les outils, les travailleurs et les matières premières, pour produire des biens destinés à la vente afin de réaliser un profit et non à la consommation personnelle. Dans le capitalisme, les travailleurs sont embauchés en échange de salaires, les propriétaires de terres et de ressources naturelles reçoivent des loyers ou des redevances pour l’utilisation des ressources, et les propriétaires de richesses créées précédemment reçoivent des intérêts pour renoncer à l’utilisation d’une partie de leurs richesses afin que les entrepreneurs puissent les emprunter pour payer les salaires et les loyers et acheter des outils que les travailleurs embauchés pourront utiliser. Les entrepreneurs appliquent leur meilleur jugement sur les conditions économiques futures pour décider des biens à produire, et ils réalisent un bénéfice s’ils décident bien ou subissent des pertes s’ils jugent mal. Ce système de prix du marché, de profits et de pertes, en tant que mécanisme de sélection des personnes qui décideront de l’affectation des ressources à la production, est ce qui définit une économie capitaliste

Ces rôles (travailleurs, propriétaires de ressources, capitalistes et entrepreneurs) représentent des fonctions dans l’économie capitaliste et non des classes de personnes séparées ou mutuellement exclusives. Les individus remplissent généralement des rôles différents en fonction des différentes transactions, relations, organisations et contrats économiques auxquels ils sont parties. Cela peut même se produire dans un contexte unique, comme une coopérative d’employés où les travailleurs sont également les entrepreneurs ou un propriétaire-exploitant de petite entreprise qui autofinance son entreprise à partir de ses économies personnelles et opère à partir d’un bureau à domicile, et agit donc simultanément en tant qu’entrepreneur, capitaliste, propriétaire foncier et travailleur.

Les États-Unis et une grande partie du monde développé peuvent aujourd’hui être décrits comme des économies de marché largement capitalistes.

Socialisme

Le socialisme, comme le féodalisme, est une forme d’économie planifiée.. Le socialisme est un système de production dans lequel il n’y a pas de propriété privée des moyens de production (ou d’autres biens) et le système de prix, de profits et de pertes n’est pas utilisé pour déterminer qui va décider quoi produire et comment le produire. Les décisions de production sont plutôt prises par une sorte de processus de décision politique ou autre processus collectif ou par un planificateur central qui prend et détient le pouvoir sur les ressources et les facteurs de production. Le socialisme est similaire au primitivisme en ce sens que les notions collectives de propriété et de contrôle des ressources sont observées au moins en théorie, bien qu’en pratique, il ressemble davantage à une économie féodale ou esclavagiste, où ceux qui peuvent obtenir et maintenir le contrôle du pouvoir politique agissent comme une classe d’élite privilégiée par rapport aux travailleurs. Le communisme est une variante du socialisme qui implique également le renversement violent d’une économie capitaliste et l’imposition d’une politique économique socialiste par la force, et il est particulièrement susceptible de ressembler à une économie basée sur l’esclavage où les leaders de la révolution deviennent les nouveaux seigneurs ou maîtres d’esclaves.

Retour haut de page