Définition de l’introduction en bourse (IPO)

Qu’est-ce qu’une première offre publique de vente (IPO) ?

Une introduction en bourse (IPO) désigne le processus consistant à offrir au public des actions d’une société privée dans le cadre d’une nouvelle émission d’actions. L’émission publique d’actions permet à une société de lever des capitaux auprès d’investisseurs publics. Le passage d’une société privée à une société publique peut être un moment important pour les investisseurs privés afin de réaliser pleinement les gains de leur investissement car il comprend généralement des primes d’émission pour les investisseurs privés actuels. Parallèlement, elle permet également aux investisseurs publics de participer à l’offre.

Points clés à retenir

  • Une introduction en bourse (IPO) désigne le processus consistant à offrir au public des actions d’une société privée dans le cadre d’une nouvelle émission d’actions.
  • Les sociétés doivent satisfaire aux exigences des bourses et de la Securities and Exchange Commission (SEC) pour pouvoir procéder à une première offre publique de vente (IPO).
  • Les IPO donnent aux entreprises la possibilité d’obtenir des capitaux en offrant des actions sur le marché primaire.
  • Les entreprises engagent des banques d’investissement pour commercialiser leurs produits, évaluer la demande, fixer le prix et la date de l’introduction en bourse, etc.
  • L’introduction en bourse peut être considérée comme une stratégie de sortie pour les fondateurs et les premiers investisseurs de l’entreprise, qui réalisent le plein bénéfice de leur investissement privé.

Fonctionnement d’une introduction en bourse (IPO)

Avant une introduction en bourse, une société est considérée comme privée. En tant que société privée, l’entreprise s’est développée avec un nombre relativement restreint d’actionnaires, dont les premiers investisseurs comme les fondateurs, la famille et les amis, ainsi que des investisseurs professionnels comme les investisseurs en capital-risque ou les investisseurs providentiels.

Lorsqu’une entreprise atteint un stade de son processus de croissance où elle estime être suffisamment mûre pour les rigueurs des réglementations de la SEC ainsi que pour les avantages et les responsabilités des actionnaires publics, elle commence à faire connaître son intérêt à entrer en bourse.

En général, cette étape de croissance se produit lorsqu’une entreprise a atteint une valeur privée d’environ 1 milliard de dollars, également appelée statut de licorne. Toutefois, les sociétés privées ayant atteint diverses évaluations et présentant des fondamentaux solides et un potentiel de rentabilité avéré peuvent également se qualifier pour une introduction en bourse, en fonction de la concurrence sur le marché et de leur capacité à répondre aux exigences de cotation.

L’introduction en bourse est une étape importante pour une entreprise car elle lui permet de lever des fonds importants. Cela lui donne une plus grande capacité de croissance et d’expansion. La transparence accrue et la crédibilité de la cotation des actions peuvent également l’aider à obtenir de meilleures conditions lorsqu’elle recherche des fonds empruntés.

Le prix des actions d’une société introduites en bourse est déterminé par un contrôle préalable de la souscription. Lorsqu’une société est introduite en bourse, les actions privées détenues auparavant par l’actionnaire se transforment en actions publiques, et les actions des actionnaires privés existants valent le prix de la transaction publique.

La souscription d’actions peut également inclure des dispositions spéciales pour la propriété d’actions privées à publiques. En général, le passage du privé au public est un moment clé pour les investisseurs privés pour encaisser et obtenir les rendements qu’ils attendaient. Les actionnaires privés peuvent conserver leurs actions sur le marché public ou en vendre une partie ou la totalité pour réaliser des gains.

Parallèlement, le marché public offre à des millions d’investisseurs la possibilité d’acheter des actions de l’entreprise et d’apporter des capitaux à ses actionnaires. Le public est constitué de tout investisseur individuel ou institutionnel qui souhaite investir dans l’entreprise.

Dans l’ensemble, le nombre d’actions que la société vend et le prix auquel les actions sont vendues sont les facteurs générateurs de la valeur des nouveaux capitaux propres de la société. Les capitaux propres représentent toujours les actions détenues par les investisseurs lorsqu’ils sont à la fois privés et publics, mais lors d’une introduction en bourse, les capitaux propres augmentent considérablement avec les liquidités provenant de l’émission primaire.

4:46

Explication de l’introduction en bourse (IPO)

Historique des introductions en bourse (IPO)

Le terme « introduction en bourse » (IPO) est un mot à la mode à Wall Street et parmi les investisseurs depuis des décennies. On attribue aux Néerlandais la réalisation de la première introduction en bourse moderne en offrant au grand public des actions de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Depuis lors, les IPO ont été utilisées comme un moyen pour les entreprises de lever des capitaux auprès d’investisseurs publics par l’émission d’actions publiques.

Au fil des ans, les introductions en bourse ont été connues pour les tendances à la hausse et à la baisse des émissions. Certains secteurs connaissent également des tendances à la hausse et à la baisse en matière d’émission en raison de l’innovation et de divers autres facteurs économiques. Les introductions en bourse dans le secteur des technologies se sont multipliées au plus fort du boom des dot-com, les start-ups sans revenus se précipitant pour s’introduire en bourse.

La crise financière de 2008 s’est traduite par une année où le nombre d’introductions en bourse a été le plus faible. Après la récession qui a suivi la crise financière de 2008, les introductions en bourse ont été interrompues et, pendant quelques années, les nouvelles cotations se sont faites rares. Plus récemment, l’intérêt pour les introductions en bourse s’est déplacé vers les « licornes », c’est-à-dire les start-ups qui ont atteint une valeur privée de plus d’un milliard de dollars. Les investisseurs et les médias spéculent beaucoup sur ces entreprises et sur leur décision de s’introduire en bourse ou de rester privées.

Les preneurs fermes et la procédure d’introduction en bourse (IPO)

Une introduction en bourse se compose de deux parties. La première est la phase de pré-commercialisation de l’offre, tandis que la seconde est l’offre publique initiale elle-même. Lorsqu’une société est intéressée par une introduction en bourse, elle fait de la publicité auprès des preneurs fermes en sollicitant des offres privées ou elle peut également faire une déclaration publique pour susciter l’intérêt.

Les souscripteurs dirigent le processus d’introduction en bourse et sont choisis par la société. Une société peut choisir un ou plusieurs souscripteurs pour gérer en collaboration différentes parties du processus d’introduction en bourse. Les souscripteurs participent à tous les aspects de l’introduction en bourse : contrôle préalable, préparation des documents, dépôt, commercialisation et émission.

Les étapes à suivre pour une introduction en bourse sont les suivantes :

  1. Les souscripteurs présentent des propositions et des évaluations en discutant de leurs services, du meilleur type de titre à émettre, du prix d’offre, du nombre d’actions et du délai estimé pour l’offre sur le marché.
  2. La société choisit ses souscripteurs et accepte formellement les conditions de souscription par le biais d’un contrat de souscription.
  3. Des équipes d’introduction en bourse sont constituées, comprenant des souscripteurs, des avocats, des experts-comptables et des experts de la Securities and Exchange Commission (SEC).
  4. Les informations concernant la société sont compilées pour la documentation requise pour l’introduction en bourse.
    a.
    La déclaration d’enregistrement S-1 est le principal document de dépôt pour l’introduction en bourse. Elle se compose de deux parties : Le prospectus et les informations relatives au dépôt privé. La déclaration S-1 comprend des informations préliminaires sur la date prévue du dépôt. Elle sera souvent révisée tout au long de la procédure pré-OPA. Le prospectus inclus est également révisé en permanence.
  5. Des documents de marketing sont créés pour la pré-commercialisation de la nouvelle émission d’actions.
    a.
    Les souscripteurs et les dirigeants commercialisent l’émission d’actions pour estimer la demande et établir un prix d’offre définitif. Les souscripteurs peuvent réviser leur analyse financière tout au long du processus de commercialisation. Ils peuvent notamment modifier le prix de l’introduction en bourse ou la date d’émission comme ils le jugent bon.
    b.
    Les sociétés prennent les mesures nécessaires pour répondre aux exigences spécifiques de l’offre publique d’actions. Les sociétés doivent se conformer à la fois aux exigences d’inscription à la cote d’une bourse et aux exigences de la SEC pour les sociétés ouvertes au public.
  6. Former un conseil d’administration.
  7. Garantir des processus de communication d’informations financières et comptables vérifiables tous les trimestres.
  8. La société émet ses actions à une date d’introduction en bourse.
    a.
    Le capital provenant de l’émission primaire aux actionnaires est reçu en espèces et inscrit au bilan en tant que capitaux propres. Par la suite, la valeur des actions au bilan devient dépendante de l’évaluation globale des capitaux propres par action de la société.
  9. Certaines dispositions post-IPO peuvent être instituées.
    a.
    Les preneurs fermes peuvent disposer d’un délai précis pour acheter un nombre supplémentaire d’actions après la date de l’introduction en bourse.
    b.
    Certains investisseurs peuvent être soumis à des périodes de silence.
vous pouvez intéressé:  Indice S&P 500 - Définition de l'indice Standard & Poor's 500

Financement des entreprises Avantages d’une introduction en bourse (IPO)

L’objectif premier d’une introduction en bourse est de lever des capitaux pour une entreprise. Elle peut également présenter d’autres avantages.

  • L’entreprise a accès aux investissements de l’ensemble du public investisseur pour lever des capitaux.
  • Facilite les opérations d’acquisition (conversion d’actions). Il peut également être plus facile d’établir la valeur d’une cible d’acquisition si elle possède des actions cotées en bourse.
  • La transparence accrue qui accompagne les rapports trimestriels obligatoires peut généralement aider une entreprise à bénéficier de conditions d’emprunt plus favorables qu’une société privée.
  • Une société publique peut lever des fonds supplémentaires à l’avenir par le biais d’offres secondaires, car elle a déjà accès aux marchés publics grâce à l’introduction en bourse.
  • Les entreprises publiques peuvent attirer et retenir de meilleurs cadres et des employés qualifiés grâce à des prises de participation en actions liquides (par exemple, les ESOP). De nombreuses entreprises rémunéreront leurs cadres ou autres employés par des actions lors de l’introduction en bourse.
  • Les introductions en bourse peuvent permettre à une entreprise de bénéficier d’un coût du capital moins élevé, tant pour les capitaux propres que pour les capitaux d’emprunt.
  • Elles augmentent la visibilité, le prestige et l’image de l’entreprise, ce qui peut contribuer aux ventes et aux bénéfices de l’entreprise.

Inconvénients et alternatives de l’introduction en bourse (IPO)

Les entreprises peuvent être confrontées à plusieurs inconvénients lorsqu’elles s’introduisent en bourse et choisir éventuellement des stratégies alternatives. Parmi les principaux inconvénients, on peut citer les suivants :

  • Une introduction en bourse est coûteuse, et les coûts de maintien d’une société publique sont permanents et généralement sans rapport avec les autres coûts de l’activité.
  • L’entreprise est alors tenue de divulguer des informations financières, comptables, fiscales et autres informations commerciales. Lors de ces divulgations, elle peut être amenée à révéler publiquement des secrets et des méthodes commerciales susceptibles d’aider ses concurrents.
  • Des frais juridiques, comptables et de marketing importants sont alors engagés, dont beaucoup sont permanents.
  • La direction doit consacrer plus de temps, d’efforts et d’attention aux rapports.
  • Le risque que le financement nécessaire ne soit pas obtenu si le marché n’accepte pas le prix de l’introduction en bourse.
  • Il y a une perte de contrôle et des problèmes d’agence plus importants en raison des nouveaux actionnaires qui obtiennent des droits de vote et peuvent contrôler efficacement les décisions de la société par l’intermédiaire du conseil d’administration.
  • Il existe un risque accru de problèmes juridiques ou réglementaires, tels que les recours collectifs contre les titres privés et les actions des actionnaires.
  • Les fluctuations du cours des actions d’une société peuvent être une source de distraction pour la direction, qui peut être rémunérée et évaluée en fonction de la performance des actions plutôt que des résultats financiers réels.
  • Les stratégies utilisées pour gonfler la valeur des actions d’une société publique, comme le recours à un endettement excessif pour racheter des actions, peuvent accroître le risque et l’instabilité de l’entreprise.
  • Une direction et une gouvernance rigides de la part du conseil d’administration peuvent rendre plus difficile la rétention de bons gestionnaires prêts à prendre des risques.

La mise à disposition d’actions publiques nécessite des efforts, des dépenses et des risques importants qu’une société peut décider de ne pas prendre. Rester privé est toujours une option. Au lieu de s’introduire en bourse, les entreprises peuvent également lancer un appel d’offres pour un rachat. En outre, il peut y avoir des alternatives que les entreprises peuvent explorer.

Cotation directe

Il y a cotation directe lorsqu’une introduction en bourse est réalisée sans aucun souscripteur. La cotation directe évite le processus de prise ferme, ce qui signifie que l’émetteur court plus de risques si l’offre ne se déroule pas bien, mais les émetteurs peuvent également bénéficier d’un prix de l’action plus élevé. Une offre directe n’est généralement possible que pour une société dont la marque est bien connue et l’activité attrayante.

Vente aux enchères aux Pays-Bas

Dans une vente aux enchères néerlandaise, le prix d’introduction en bourse n’est pas fixé. Les acheteurs potentiels peuvent faire une offre pour les actions qu’ils veulent et le prix qu’ils sont prêts à payer. Les soumissionnaires qui étaient prêts à payer le prix le plus élevé se voient alors attribuer les actions disponibles. En 2004, Alphabet (GOOG) a procédé à son introduction en bourse par le biais d’une vente aux enchères à la hollandaise. D’autres sociétés comme Interactive Brokers Group (IBKR), Morningstar (MORN) et The Boston Beer Company (SAM) ont également procédé à une vente aux enchères à la hollandaise de leurs actions plutôt qu’à une introduction en bourse traditionnelle.

Investir dans une première offre publique (IPO)

Lorsqu’une entreprise décide de lever des fonds par le biais d’une introduction en bourse, ce n’est qu’après un examen et une analyse minutieux que cette stratégie de sortie particulière maximisera les rendements des premiers investisseurs et permettra de lever le plus de capitaux possible pour l’entreprise. Par conséquent, lorsque la décision d’introduction en bourse est prise, les perspectives de croissance future sont susceptibles d’être élevées, et de nombreux investisseurs publics feront la queue pour mettre la main sur certaines actions pour la première fois. Les introductions en bourse font généralement l’objet d’une décote pour garantir les ventes, ce qui les rend encore plus attrayantes, surtout lorsqu’elles génèrent un grand nombre d’acheteurs dès l’émission primaire.

vous pouvez intéressé:  Définition de l'entreprise

Au départ, le prix de l’introduction en bourse est généralement fixé par les souscripteurs dans le cadre de leur processus de pré-commercialisation. Le prix de l’introduction en bourse est essentiellement basé sur l’évaluation de la société à l’aide de techniques fondamentales. La technique la plus couramment utilisée est l’actualisation des flux de trésorerie, c’est-à-dire la valeur actuelle nette des flux de trésorerie futurs attendus de la société.

Les souscripteurs et les investisseurs intéressés examinent cette valeur sur une base par action. D’autres méthodes peuvent être utilisées pour fixer le prix, notamment la valeur des actions, la valeur de l’entreprise, les ajustements comparables de l’entreprise, etc. Les preneurs fermes tiennent compte de la demande, mais ils escomptent aussi généralement le prix pour assurer le succès le jour de l’introduction en bourse.

Il peut être assez difficile d’analyser les principes fondamentaux et les aspects techniques d’une émission d’IPO. Les investisseurs surveilleront les titres des journaux, mais la principale source d’information devrait être le prospectus, qui est disponible dès que la société dépose son enregistrement S-1. Le prospectus fournit de nombreuses informations utiles. Les investisseurs doivent accorder une attention particulière à l’équipe de direction et à ses commentaires, ainsi qu’à la qualité des souscripteurs et aux spécificités de l’opération. Les introductions en bourse réussies seront généralement soutenues par de grandes banques d’investissement qui ont la capacité de bien promouvoir une nouvelle émission.

Dans l’ensemble, le chemin vers une introduction en bourse est très long. C’est pourquoi les investisseurs publics qui suscitent de l’intérêt peuvent suivre l’évolution des titres et d’autres informations en cours de route, afin de compléter leur évaluation du meilleur prix d’offre potentiel.

Le processus de pré-commercialisation comprend généralement la demande de grands investisseurs privés accrédités et d’investisseurs institutionnels, qui influencent fortement la négociation de l’introduction en bourse le jour de son ouverture. Les investisseurs du public ne s’impliquent pas avant le jour de l’offre finale. Tous les investisseurs peuvent participer, mais les investisseurs individuels doivent spécifiquement avoir un accès à la négociation en place. Le moyen le plus courant pour un investisseur individuel d’obtenir des actions est d’avoir un compte auprès d’une plateforme de courtage qui a elle-même reçu une allocation et souhaite la partager avec ses clients.

Les plus grandes introductions en bourse

  • Le groupe Alibaba (BABA) en 2014 mobilise 25 milliards de dollars
  • Le groupe Softbank (SFTBF) en 2018 mobilise 23,5 milliards de dollars
  • American Insurance Group (AIG) a levé 20,5 milliards de dollars en 2006
  • VISA (V) en 2008 : 19,7 milliards de dollars
  • General Motors (GM) en 2010 : 18,15 milliards de dollars
  • Facebook (FB) en 2012 : 16,01 milliards de dollars

Réalisation d’une première offre publique (IPO)

Plusieurs facteurs peuvent influer sur le rendement d’une introduction en bourse, qui est souvent surveillée de près par les investisseurs. Certaines introductions en bourse peuvent être excessivement surveillées par les banques d’investissement, ce qui peut entraîner des pertes initiales. Toutefois, la majorité des introductions en bourse sont connues pour leur rentabilité à court terme, lorsqu’elles sont présentées au public. Quelques considérations essentielles doivent être prises en compte pour la performance des introductions en bourse.

Lock-Up

Si vous regardez les graphiques qui suivent de nombreuses introductions en bourse, vous remarquerez qu’après quelques mois, le titre connaît une forte baisse. Cela est souvent dû à l’expiration de la période de blocage. Lorsqu’une société entre en bourse, les souscripteurs font signer une convention de blocage aux initiés de la société, tels que les fonctionnaires et les employés.

Les conventions de blocage sont des contrats juridiquement contraignants entre les souscripteurs et les initiés de la société, qui leur interdisent de vendre des actions pendant une période déterminée. Cette période peut aller de trois à 24 mois. Quatre-vingt-dix jours est la période minimale prévue par la règle 144 (loi SEC), mais le lock-up spécifié par les souscripteurs peut durer beaucoup plus longtemps. Le problème est qu’à l’expiration de la période de blocage, tous les initiés sont autorisés à vendre leurs actions. Il en résulte une ruée des personnes qui essaient de vendre leurs actions pour réaliser leur profit. Cette offre excédentaire peut exercer une forte pression à la baisse sur le prix des actions.

Délais d’attente

Certaines banques d’investissement incluent des délais d’attente dans leurs conditions d’offre. Cela permet de mettre de côté certaines actions pour les acheter après une période déterminée. Le prix peut augmenter si cette allocation est achetée par les souscripteurs et diminuer dans le cas contraire.

Retournement

Le « flipping » est la pratique consistant à revendre les actions d’une IPO dans les premiers jours pour réaliser un profit rapide. Elle est courante lorsque l’action est décotée et s’envole dès son premier jour de négociation.

Suivi des stocks

Une opération étroitement liée à une introduction en bourse traditionnelle est celle où une société existante se sépare d’une partie de l’entreprise en tant qu’entité autonome, en créant des stocks de suivi. La raison d’être des scissions et de la création d’actions de suivi est que, dans certains cas, des divisions individuelles d’une entreprise peuvent valoir plus séparément que dans leur ensemble. Par exemple, si une division présente un potentiel de croissance élevé mais d’importantes pertes courantes au sein d’une société à croissance lente, il peut être intéressant de la scinder et de conserver la société mère comme actionnaire important, puis de la laisser lever des capitaux supplémentaires lors d’une introduction en bourse.

Du point de vue d’un investisseur, il peut s’agir d’opportunités intéressantes d’introduction en bourse. En général, l’essaimage d’une entreprise existante fournit aux investisseurs de nombreuses informations sur la société mère et sa participation dans l’entreprise cédante. Il est généralement préférable de fournir davantage d’informations aux investisseurs potentiels que d’en fournir moins, de sorte que les investisseurs avertis peuvent trouver de bonnes opportunités dans ce type de scénario. Les spin-offs peuvent généralement connaître une moindre volatilité initiale parce que les investisseurs sont mieux informés.

Les introductions en bourse sur le long terme

Les introductions en bourse sont réputées pour leurs rendements volatils le jour de l’ouverture qui peuvent attirer les investisseurs désireux de profiter des rabais qu’elles impliquent. Sur le long terme, le prix d’une introduction en bourse se stabilisera à une valeur stable, qui peut être suivie par les mesures traditionnelles du prix de l’action comme les moyennes mobiles. Les investisseurs qui apprécient l’opportunité d’une introduction en bourse mais qui ne veulent pas prendre le risque de l’action individuelle peuvent se tourner vers des fonds gérés axés sur les univers des introductions en bourse.

Retour haut de page