Fonds communs de placement et ETF : similitudes et différences

Fonds communs de placement et ETF : un aperçu

Les fonds communs de placement et les fonds négociés en bourse (ETF) ont beaucoup en commun. Les deux types de fonds sont constitués d’un mélange de nombreux actifs différents et représentent une manière commune pour les investisseurs de se diversifier. Il existe toutefois des différences essentielles dans la manière dont ils sont gérés. Les ETF peuvent être négociés comme des actions, tandis que les fonds communs de placement ne peuvent être achetés qu’à la fin de chaque journée de négociation, sur la base d’un prix calculé. Les fonds communs de placement sont également gérés activement, ce qui signifie qu’un gestionnaire de fonds prend des décisions sur la manière de répartir les actifs du fonds. Les ETF, en revanche, sont généralement gérés de manière passive et se basent plus simplement sur un indice de marché particulier.

Selon l’Investment Company Institute, il y avait 8 059 fonds communs de placement avec un total de 17 7100 milliards de dollars d’actifs en décembre 2018. Ce chiffre est à comparer aux recherches de l’ICI sur les ETF, qui ont fait état d’un total de 1 988 ETF avec 3,37 billions de dollars d’actifs combinés pour la même période.

Points clés à retenir

  • Les fonds communs de placement sont généralement gérés activement pour acheter ou vendre des actifs au sein du fonds afin de tenter de battre le marché et d’aider les investisseurs à en tirer profit.
  • Les ETF sont le plus souvent gérés de manière passive, car ils suivent généralement un indice de marché spécifique ; ils peuvent être achetés et vendus comme des actions.
  • Les fonds communs de placement ont tendance à avoir des frais et des ratios de dépenses plus élevés que les ETF, ce qui reflète, en partie, les coûts plus élevés d’une gestion active.
  • Les fonds communs de placement sont soit des fonds ouverts, où les investisseurs et le fonds négocient entre eux et où le nombre d’actions disponibles est illimité, soit des fonds fermés, où le fonds émet un nombre déterminé d’actions indépendamment de la demande des investisseurs.
  • Les trois types de FNB sont les fonds communs de placement indiciels ouverts négociés en bourse, les fonds communs de placement à capital variable et les fonds de dotation.

1:40

Les fonds communs de placement

Les fonds communs de placement sont généralement assortis d’une exigence d’investissement minimum plus élevée que les ETF. Ces minimums peuvent varier selon le type de fonds et de société. Par exemple, le Vanguard 500 Index Investor Fund exige un investissement minimum de 3 000 $, tandis que le Growth Fund of America offert par American Funds exige un dépôt initial de 250 $. 

De nombreux fonds communs de placement sont activement gérés par un gestionnaire ou une équipe qui prend des décisions d’achat et de vente d’actions ou d’autres titres au sein de ce fonds afin de battre le marché et d’aider leurs investisseurs à en tirer profit. Ces fonds ont généralement un coût plus élevé, car ils nécessitent beaucoup plus de temps, d’efforts et de main-d’œuvre.

vous pouvez intéressé:  8 Conseils pour la création d'un gestionnaire de fonds alternatifs

Les achats et les ventes de fonds communs de placement ont lieu directement entre les investisseurs et le fonds. Le prix du fonds n’est pas déterminé avant la fin du jour ouvrable où la valeur nette d’inventaire (VNI) est déterminée.

Deux types de fonds communs de placement

Il existe deux classifications juridiques pour les fonds communs de placement :

  • Fonds ouverts. Ces fonds dominent le marché des fonds communs de placement en termes de volume et d’actifs sous gestion. Dans le cas des fonds ouverts, l’achat et la vente des parts de fonds se font directement entre les investisseurs et la société de fonds. Il n’y a pas de limite au nombre d’actions que le fonds peut émettre. Ainsi, plus les investisseurs sont nombreux à souscrire au fonds, plus le nombre d’actions émises est important. La réglementation fédérale exige un processus d’évaluation quotidien, appelé « évaluation au prix du marché », qui ajuste ensuite le prix par action du fonds pour refléter les changements de la valeur du portefeuille (de l’actif). La valeur des actions d’un individu n’est pas affectée par le nombre d’actions en circulation.
  • Fonds fermés. Ces fonds n’émettent qu’un nombre spécifique d’actions et n’en émettent pas de nouvelles à mesure que la demande des investisseurs augmente. Les prix ne sont pas déterminés par la valeur nette d’inventaire (VNI) du fonds, mais sont déterminés par la demande des investisseurs. Les achats d’actions sont souvent effectués avec une prime ou une décote par rapport à la VNI.

Il est important de prendre en compte les différentes structures de frais et les implications fiscales de ces deux choix d’investissement avant de décider si et comment ils s’intègrent dans votre portefeuille.

Fonds négociés en bourse (ETF)

Les ETF peuvent coûter beaucoup moins cher pour une position d’entrée – aussi peu que le coût d’une action, plus les frais ou commissions. Un ETF est créé ou racheté par lots importants par des investisseurs institutionnels et les actions se négocient tout au long de la journée entre les investisseurs comme une action. Tout comme une action, les ETF peuvent être vendus à découvert. Ces dispositions sont importantes pour les négociants et les spéculateurs, mais présentent peu d’intérêt pour les investisseurs à long terme. Mais comme les prix des ETF sont fixés en permanence par le marché, il est possible que la négociation se fasse à un prix différent de la VNI réelle, ce qui peut introduire une possibilité d’arbitrage.

vous pouvez intéressé:  Les 5 violations de l'éthique les plus médiatisées par les PDG

Les ETF offrent des avantages fiscaux aux investisseurs. En tant que portefeuilles gérés passivement, les ETF (et les fonds indiciels) ont tendance à réaliser moins de gains en capital que les fonds communs de placement gérés activement.

Les ETF sont plus efficaces sur le plan fiscal que les fonds communs de placement en raison de la manière dont ils sont créés et rachetés.

Exemple de fonds commun de placement ou d’ETF

Par exemple, supposons qu’un investisseur rachète 50 000 dollars d’un fonds traditionnel de l’indice Standard & Poor’s 500 (S&P 500). Pour payer l’investisseur, le fonds doit vendre 50 000 $ d’actions. Si des actions à la hausse sont vendues pour libérer des liquidités pour l’investisseur, le fonds récupère cette plus-value, qui est distribuée aux actionnaires avant la fin de l’année. En conséquence, les actionnaires paient les impôts sur le chiffre d’affaires du fonds. Si un actionnaire du fonds souhaite racheter 50 000 dollars, le fonds ne vend aucune action du portefeuille. Il propose plutôt aux actionnaires des « rachats en nature », qui limitent la possibilité de payer les gains en capital.

Trois types d’ETF

Il existe trois classifications juridiques pour les ETF :

  • Fonds commun de placement indiciel ouvert négocié en bourse. Ce fonds est enregistré en vertu de la loi de 1940 sur les sociétés d’investissement de la SEC, selon laquelle les dividendes sont réinvestis le jour de leur réception et versés aux actionnaires en espèces tous les trimestres. Le prêt de titres est autorisé et des produits dérivés peuvent être utilisés dans le fonds.
  • Exchange-Traded Unit Investment Trust (UIT). Les UIT négociés en bourse sont également régis par la loi sur les sociétés d’investissement de 1940, mais ils doivent tenter de reproduire intégralement leurs indices spécifiques, limiter les investissements dans une seule émission à 25 % ou moins et fixer des limites de pondération supplémentaires pour les fonds diversifiés et non diversifiés. Les UIT ne réinvestissent pas automatiquement les dividendes, mais versent des dividendes en espèces tous les trimestres. Parmi les exemples de cette structure, on peut citer le QQQQ et Dow DIAMONDS (DIA).
  • Exchange-Traded Grantor Trust. Ce type d’ETF ressemble beaucoup à un fonds fermé, mais un investisseur possède les actions sous-jacentes des sociétés dans lesquelles l’ETF est investi. Il dispose notamment des droits de vote associés au statut d’actionnaire. La composition du fonds ne change cependant pas. Les dividendes ne sont pas réinvestis, mais ils sont versés directement aux actionnaires. Les investisseurs doivent négocier des lots de 100 actions. Les certificats de dépôt de société holding (HOLDR) sont un exemple de ce type de FNB. 
Retour haut de page