La différence entre les impôts régressifs, proportionnels et progressifs

Impôts régressifs, proportionnels et progressifs : Une vue d’ensemble

Les systèmes fiscaux des États-Unis se répartissent en trois grandes catégories : régressif, proportionnel et progressif, et deux de ces trois catégories ont un impact différent sur les hauts et les bas salaires. Les impôts régressifs ont un impact plus important sur les personnes à faibles revenus que sur les personnes riches.

Un impôt proportionnel, également appelé impôt forfaitaire, touche de manière relativement égale les personnes à faibles, moyens et hauts revenus. Ils paient tous le même taux d’imposition, quel que soit leur revenu. Un impôt progressif a un impact financier plus important sur les personnes à revenus élevés que sur les personnes à faibles revenus.

Points clés à retenir

  • Une taxe régressive prélève le même pourcentage sur les produits ou les biens achetés quel que soit le revenu de l’acheteur et est considérée comme excessivement difficile pour les personnes à faible revenu.
  • Un impôt proportionnel applique le même taux d’imposition à tous les individus, quel que soit leur revenu.
  • Un impôt progressif impose un pourcentage d’imposition plus élevé sur les niveaux de revenus plus élevés, en partant de la théorie que les personnes à revenus élevés peuvent se permettre de payer plus.

Impôts régressifs

Les personnes à faibles revenus paient une part plus importante de leurs revenus en impôts que les personnes à revenus élevés dans le cadre d’un système d’imposition régressif, car le gouvernement évalue l’impôt en pourcentage de la valeur du bien qu’un contribuable achète ou possède. Ce type d’impôt n’a aucune corrélation avec les gains ou le niveau de revenu d’un individu. 

Les taxes régressives comprennent les impôts fonciers, les taxes de vente sur les marchandises et les taxes d’accise sur les produits consommables, tels que l’essence ou les billets d’avion. Les droits d’accise sont fixes et sont inclus dans le prix du produit ou du service.

Les « sin taxes », un sous-ensemble des droits d’accises, sont imposées sur certains produits ou activités qui sont perçus comme malsains ou qui ont un effet négatif sur la société, comme les cigarettes, les jeux de hasard et l’alcool. Elles sont prélevées dans le but de dissuader les particuliers d’acheter ces produits. Les détracteurs de la taxe sur le péché soutiennent que ces taxes touchent de manière disproportionnée les personnes les moins bien loties.

Beaucoup considèrent également la sécurité sociale comme un impôt régressif. Les obligations fiscales de la Sécurité sociale sont plafonnées à un certain niveau de revenu appelé base salariale – 137 700 $ en 2020. Les revenus supérieurs à cette base ne sont pas soumis à l’impôt de sécurité sociale de 6,2 %. Le montant maximum annuel que vous pouvez payer au titre de la taxe de sécurité sociale est plafonné à 8 537,40 $ en 2020, que vous gagniez 137 701 $ ou 1 million de dollars. Les employeurs paient un supplément de 6,2 % au nom de leurs travailleurs, et les travailleurs indépendants doivent payer les deux moitiés sur leurs revenus jusqu’à la base salariale. 

Les salariés à revenu élevé versent en effet une proportion plus faible de leur salaire global à la sécurité sociale que les salariés à faible revenu, car il s’agit d’un taux fixe pour tous et en raison de ce plafond.

vous pouvez intéressé:  Évaluations à domicile : La clé d'un refinancement réussi

Tout comme la sécurité sociale peut être considérée comme un impôt régressif, c’est aussi un impôt proportionnel car tout le monde paie le même taux, au moins jusqu’à la base salariale.

Impôts proportionnels

Un système d’imposition proportionnelle, également appelé système d’imposition forfaitaire, évalue le même taux d’imposition pour tous, indépendamment du revenu ou de la fortune. Il vise à créer une égalité entre les taux d’imposition marginaux et les taux d’imposition moyens payés. Neuf États utilisent ce système d’impôt sur le revenu à partir de 2020 : Colorado, Illinois, Indiana, Kentucky, Massachusetts, Michigan, Caroline du Nord, Pennsylvanie et Utah. 

D’autres exemples d’impôts proportionnels sont les impôts par habitant, les taxes sur les recettes brutes et les taxes professionnelles. 

Les partisans des impôts proportionnels estiment qu’ils stimulent l’économie en encourageant les gens à travailler davantage car il n’y a pas de pénalité fiscale pour gagner plus. Ils pensent également que les entreprises sont susceptibles de dépenser et d’investir davantage dans le cadre d’un système d’imposition forfaitaire, ce qui leur permet d’injecter davantage de fonds dans l’économie. 

Impôts progressifs

Les impôts établis dans le cadre d’un système progressif sont basés sur le montant imposable des revenus d’une personne physique. Ils suivent un calendrier accéléré, de sorte que les personnes à revenus élevés paient plus que les personnes à faibles revenus. Le taux d’imposition, ainsi que l’obligation fiscale, augmentent au fur et à mesure que la richesse d’un individu augmente. Le résultat global est que les personnes à revenus élevés paient un pourcentage d’impôts plus élevé et plus d’argent en impôts que les personnes à faibles revenus. 

Ce type de système est censé toucher davantage les personnes à revenu élevé que les personnes à faible revenu ou de classe moyenne, afin de refléter la présomption qu’elles peuvent se permettre de payer plus.

L’impôt fédéral américain sur le revenu est un système fiscal progressif. Son barème de taux d’imposition marginaux impose un taux d’imposition plus élevé aux personnes ayant des revenus plus élevés, et un taux d’imposition plus faible aux personnes ayant des revenus plus faibles. Le taux en pourcentage augmente par intervalles au fur et à mesure que le revenu imposable augmente. Chaque dollar gagné par le particulier le place dans une tranche ou une catégorie, ce qui entraîne un taux d’imposition plus élevé une fois que le montant en dollars atteint un nouveau seuil.

L’impôt fédéral américain sur le revenu est progressif en partie grâce à la déduction standard qui permet aux particuliers d’éviter de payer des impôts sur la première partie de leur revenu annuel. Le montant de la déduction standard varie d’année en année pour suivre l’inflation. Les contribuables peuvent choisir de détailler les déductions à la place si cette option se traduit par une déduction globale plus importante. De nombreux Américains à faible revenu ne paient pas du tout d’impôt fédéral sur le revenu en raison des déductions fiscales. 

Les droits de succession sont un autre exemple d’impôt progressif car ils touchent principalement les personnes fortunées et augmentent avec la taille de la succession. Seules les successions d’une valeur de 11,4 millions de dollars ou plus sont assujetties aux droits de succession fédéraux à partir de 2020, bien que de nombreux États aient des seuils inférieurs. 

vous pouvez intéressé:  Les 7 premières entreprises détenues par Fiat Chrysler (FCAU)

Comme pour toute politique gouvernementale, les taux d’imposition progressifs ont des détracteurs. Certains disent que la fiscalité progressive est une forme d’inégalité et équivaut à une redistribution de la richesse, car les plus hauts revenus paient plus à une nation qui soutient davantage les plus bas revenus. Ceux qui s’opposent à l’impôt progressif désignent souvent un taux d’imposition forfaitaire comme la solution la plus appropriée.

43.8%

C’est le pourcentage de citoyens américains qui n’ont pas payé d’impôts sur le revenu en 2019 parce que leurs revenus n’étaient pas suffisants pour atteindre le taux d’imposition le plus bas, selon le Centre de politique fiscale. 

Exemples d’impôts régressifs, proportionnels et progressifs

Les exemples suivants d’impôts régressifs, proportionnels et progressifs montrent comment ils fonctionnent en pratique :

Taxe régressive

Si les acheteurs paient une taxe de vente de 6 % sur leurs achats, qu’ils gagnent 30 000 ou 130 000 dollars par an, ceux qui ont des revenus moins élevés finissent par payer une plus grande partie du revenu total que ceux qui gagnent plus. Si une personne gagne 20 000 $ par an et paie 1 000 $ de taxe de vente sur les biens de consommation, 5 % de son revenu annuel est consacré à la taxe de vente. Mais s’il gagne 100 000 dollars par an et paie les mêmes 1 000 dollars de taxes de vente, cela ne représente que 1 % de son revenu.

Impôt proportionnel

Dans un système d’impôt proportionnel sur le revenu, les contribuables individuels paient un pourcentage fixe de leur revenu annuel, quel que soit le montant de ce revenu. Le taux fixe n’augmente ni ne diminue en fonction de l’augmentation ou de la diminution du revenu. Un particulier qui gagne 25 000 $ par an paierait 1 250 $ à un taux de 5 %, tandis qu’un particulier qui gagne 250 000 $ par an paierait 12 500 $ à ce même taux.

Impôt progressif

Aux États-Unis, les impôts fédéraux fonctionnent selon un système progressif. En 2020, les taux d’imposition fédéraux progressifs sont de 10%, 12%, 22%, 24%, 32%, 35% et 37%. Le premier taux d’imposition de 10 % s’applique aux revenus inférieurs à 9 875 dollars pour les personnes seules, et à 19 750 dollars pour les couples mariés remplissant une déclaration d’impôts commune. Le taux d’imposition le plus élevé de 37 % s’applique aux revenus supérieurs à 518 400 $ pour les célibataires et à 622 050 $ pour les couples mariés qui font une déclaration commune. 

Un contribuable célibataire qui a un revenu imposable de 50 000 dollars en 2020, par exemple, ne paierait pas le troisième taux de 22 % sur son revenu. Il devrait plutôt payer 10 % sur les premiers 9 875 dollars de revenus et 12 % sur les revenus compris entre 9 876 et 40 125 dollars.

Dans cet exemple, le contribuable devrait un total de 5 802,50 $. Le taux de 10 % sur les premiers 9 875 dollars est de 987,50 dollars et le taux de 12 % sur les 40 125 dollars restants est de 4 815 dollars.

Retour haut de page