Les meilleurs stratèges savent où investir maintenant

Ces derniers jours, les actions mondiales ont connu une vente brutale, car la propagation du virus et les blocages potentiels ont ravivé la peur du mois de mars chez les investisseurs. Les élections à venir ajoutent également une forte dose d’incertitude sur les marchés, tout comme les bénéfices des plus grandes entreprises américaines. Bien que ces bénéfices soient meilleurs que prévu, les investisseurs ne récompensent plus les performances comme ils le faisaient auparavant.

Comme toujours, nous nous tournons vers deux stratèges de haut niveau, Katie Koch de Goldman Sachs Asset Management, et Ryan Detrick de LPL Financial, pour leurs idées.

Bien que nous partagions les recommandations des stratèges, chaque investisseur doit prendre ses propres décisions en fonction de sa tolérance au risque et de sa situation personnelle. Les commentaires qui suivent sont destinés à vous donner votre point de vue, mais ne doivent pas être considérés comme des conseils d’investissement.

Katie Koch, co-directrice des actions fondamentales, Goldman Sachs Asset Management

Attentes salariales et incertitude des élections

« La semaine dernière, la plus grande nouvelle sur les marchés des actions a été les bénéfices, comme l’ont rapporté environ 27% du S&P 500, avec un BPA moyen en baisse de 14% par rapport à l’année précédente. Ce résultat est meilleur qu’initialement prévu et nous avons vu 83 % des entreprises dépasser les prévisions de bénéfices jusqu’à présent. En examinant les résultats de plus près, nous constatons trois grandes tendances. Tout d’abord, nous constatons une certaine lassitude à l’égard des entreprises qui avaient été précédemment saluées comme gagnantes du concours COVID – les services de streaming, par exemple – ce qui contribue à des rendements médiocres. Deuxièmement, nous constatons une reprise cyclique dans des secteurs comme l’automobile et l’industrie. Enfin, le marché continue de récompenser les entreprises qui peuvent générer une croissance perturbatrice. Il sera important de garder ces facteurs à l’esprit lorsque nous sortirons de la saison des bénéfices et que nous entrerons dans l’environnement post-électoral.

vous pouvez intéressé:  Règles d'attribution des actions

L’élection : L’énergie et les services publics sous surveillance

Sur le plan électoral, il est important de noter que le résultat est difficile à prévoir lorsque l’on regarde les indicateurs du marché – une leçon que nous avons apprise en 2016. Par exemple, les marchés sont généralement à la hausse lorsque l’on s’attend à ce que le président sortant gagne. Dans l’état actuel des choses, cela indiquerait une victoire d’atout. Cependant, les sondages nous indiquent que Biden est en tête. En raison de cette incertitude, il est essentiel de maintenir un portefeuille équilibré jusqu’au 3 novembre. En outre, nous pensons que deux secteurs pourraient être mal évalués en fonction du résultat : l’énergie et les services publics. Si nous remportions l’atout, l’énergie connaîtrait probablement une reprise, car elle est actuellement en baisse de près de 50 % sur l’année et ne représente que 2 % du Russell 1000. À l’inverse, si Biden l’emporte, les services publics pourraient être un secteur intéressant à surveiller car il est actuellement sous-performant et se redresserait probablement grâce à l’augmentation des dépenses d’infrastructure et des impôts. En prenant du recul, nous reconnaissons également la possibilité d’une élection contestée et la volatilité du marché qui pourrait s’ensuivre ».

[Les titres énumérés ci-dessous ne sont pas des recommandations de Katie Koch, de la GSAM ou d’Investopedia. Elles sont données à titre de référence et d’information uniquement]

YCharts

Ryan Detrick, LPL Financial Sr. Market Strategist

Les sondages sont-ils encore erronés ?

« La course à la Maison-Blanche est au plus bas et bien que le candidat à la présidence Joe Biden soit confortablement en tête des sondages, divers indicateurs économiques et de marché suggèrent que l’élection pourrait être beaucoup plus proche que ce que beaucoup attendent.

Soutien à une victoire de Biden

Divers sondages montrent que l’ancien vice-président Joe Biden est confortablement en tête de la course à la présidence pour 2020, même si dans certains États du champ de bataille, la course semble se resserrer rapidement. Des États influents comme l’Ohio et la Pennsylvanie pourraient même être à pile ou face à ce stade.

Il n’est pas surprenant que les taux d’approbation puissent jouer un rôle important dans la prévision du pourcentage global des votes lors d’une élection. Seuls deux présidents ont perdu des réélections depuis la Grande Dépression : George H. W. Bush et Jimmy Carter. Il n’est donc pas surprenant qu’ils aient tous deux obtenu de faibles taux d’approbation avant les élections. Si les gens n’approuvent pas le travail que vous faites, vous ne pouvez pas exercer un second mandat.

Selon de récents sondages Gallup, le taux d’approbation du président Donald Trump est de 43 %. En utilisant une régression des élections précédentes, cela équivaut à moins de la moitié du vote des deux partis. Bien sûr, Trump a reçu moins de la moitié du vote populaire en 2016, mais il a quand même gagné l’élection parce qu’il a eu plus de 270 voix au Collège électoral. Néanmoins, les sondages favorisent actuellement Biden, et il semble que ce soit sa course à la défaite.

Approval ratings matter for reelected presidents

La qualité des « actions Biden » pourrait être un autre indice qu’une victoire de Biden est imminente. Nos amis de Strategas Research Partners ont créé un panier d’actions susceptibles de bénéficier d’une présidence Trump ou Biden, et le portefeuille de Biden s’est extrêmement bien comporté ces derniers temps. Des domaines comme l’énergie verte et l’énergie solaire ont connu d’énormes mouvements avant cette élection, tandis que les entreprises de défense et les finances – considérées comme favorables à Trump – n’ont pas fait aussi bien.

De plus, les récessions ont été des tueuses de réélection. Depuis la Grande Dépression, il y a eu quatre récessions dans les deux ans suivant une élection, et le parti sortant a perdu à chaque fois. L’élection de 1924 avec le président Calvin Coolidge a été la dernière victoire du candidat du parti sortant alors qu’une récession précédait l’élection.

Des indices qui pourraient être plus proches que ne le suggèrent les sondages

La majorité des initiés de Washington que nous suivons pensent que Biden a au moins 60 % de chances de gagner cette élection, et beaucoup pensent que les chances sont bien plus élevées. Cependant, il y a de fortes chances que les choses soient beaucoup plus proches, et voici pourquoi.

  • Leproduit intérieur brut (PIB) devrait connaître une forte hausse au cours du troisième trimestre, la Réserve fédérale d’Atlanta estimant que le PIB devrait bondir de 35,3 % lors de la publication de ce chiffre le 29 octobre. Il s’agirait de la plus forte augmentation trimestrielle jamais enregistrée, ce qui porterait la moyenne des deux trimestres précédents à un taux respectable de 2,1 %. Ce n’est pas mal, si l’on considère que le PIB a baissé de plus de 31 % au deuxième trimestre 2020. En utilisant la régression des élections précédentes, une impression de 2,1 % du PIB se traduit par 51,9 % des votes des deux partis, exactement ce que le président Barack Obama a reçu en 2012. Il est à noter que le seul président qui a connu une croissance négative du PIB avant l’élection est Carter, qui a perdu sa candidature à la réélection en 1980.

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, si l’économie est en récession avant les élections, les chances de réélection diminuent, alors que nous démontrons ici qu’une économie forte juste avant une élection est bonne. Cela résume bien l’année 2020 – les choses sont vraiment déroutantes !

GDP Matters to voters

  • Les actions sont fortes. Historiquement, le marché boursier est un excellent indicateur de l’identité des membres de la Maison Blanche. En fait, lors de 20 des 23 dernières élections (87 %), l’indice S&P 500 a prédit avec précision qui gagnerait. Si les actions ont été plus élevées au cours des trois mois précédant les élections, le parti sortant a généralement gagné, et si elles ont été plus basses, le parti sortant a généralement perdu. Vous vous souvenez de 2016, lorsque presque tout le monde pensait que l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton allait gagner ? Eh bien, les actions n’y ont pas cru, car le S&P 500 a chuté avant l’élection et a signalé un changement de parti. Depuis le 3 août, le S&P 500 est en hausse de 5,6 %, ce qui soutiendrait Trump dans cette élection.
  • Les revenus sont en hausse. Il s’avère également que que si les gens gagnent plus d’argent, ils ont tendance à réélire les présidents. Plus la croissance du revenu disponible réel (corrigé de l’inflation) par habitant est élevée de janvier à octobre d’une année électorale, plus le vote bipartite d’un président sortant est élevé. Cette statistique a augmenté de 3,4 % jusqu’à présent cette année, et une analyse de régression suggère que cela pourrait représenter 57 % du vote bipartite sur la base des élections précédentes. Carter et George H.W. Bush ont tous deux connu une faible croissance de leurs revenus (moins de 1 %), et ils ont tous deux perdu leur réélection, tandis que les présidents Richard Nixon, Lyndon B. Johnson et Ronald Reagan ont tous connu une belle croissance des salaires, et tous ont gagné confortablement.

Le problème de cette analyse pour l’élection actuelle est que la loi CARES a inclus des contrôles de relance pour de nombreux Américains, ainsi qu’une assurance chômage renforcée, qui ont gonflé les revenus malgré le taux de chômage élevé. Nous mettrions ce signal en faveur de Trump, mais avec un astérisque à côté.

  • Le dollar américain est faible. Un dollar américain plus faible avant les élections a toujours été le signe d’une victoire du parti au pouvoir. Comme lorsque les actions sont à la hausse, un dollar plus faible a tendance à se produire lorsque les choses sont calmes, et dans de nombreux cas, en amélioration. Jusqu’à présent, nous avons vu un dollar faible avant cette élection, comme en 1988, 2004 et 2012, et dans tous ces cas, le parti au pouvoir a remporté l’élection.

Ce qui rend 2020 si unique, c’est que certains pensent que les politiques de Biden, telles qu’une réglementation accrue, des taxes plus élevées et des droits de douane réduits, pourraient affaiblir le dollar américain, ce qui remet en question l’exactitude de ce signal.

LPL Research’s

Bien que Biden soit en tête des sondages, plusieurs indices laissent penser que cette course pourrait être beaucoup plus serrée que ce que beaucoup attendent. Cela pourrait également influencer la composition du Congrès, où une course serrée pourrait suggérer une plus grande chance de gouvernement divisé. En fin de compte, c’est le peuple qui détermine quels signaux sont bons cette fois-ci, alors allez-y et votez !

Retour haut de page