L’impact d’une élection contestée sur le marché boursier

L’actuel cycle électoral controversé aux États-Unis a amené les gens du monde entier à se demander ce qui attend les marchés. De nombreux investisseurs se demandent si, si l’élection de 2020 n’est pas réglée immédiatement après le jour de l’élection, le 3 novembre, les participants au marché boursier américain réagiront en vendant des actions pour se protéger du risque perçu. Il ne s’agit pas d’une spéculation futile puisque les marchés ont historiquement réagi négativement aux incertitudes politiques dans le passé.

Dans l’histoire des élections américaines, il n’y a eu que quatre élections présidentielles contestées. Il y a eu beaucoup d’autres élections qui ont été extrêmement serrées, mais seules ces quatre élections ont nécessité une participation gouvernementale sérieuse d’une manière ou d’une autre. Trois de ces élections – 1801, 1825 et 1877 – ont eu lieu avant l’adoption des principaux indices boursiers pour suivre collectivement les performances des marchés boursiers d’une manière ou d’une autre. La quatrième était l’élection de 2000 entre George W. Bush et Al Gore.

Points clés à retenir

  • Par le passé, les marchés ont toujours réagi négativement aux incertitudes politiques, y compris aux élections contestées.
  • Entre le début du mois de septembre 2000 et une semaine après la décision de la Cour suprême sur les résultats des élections contestées en décembre 2000, le S&P 500 a chuté de près de 17,5 %.
  • Au cours d’une hypothétique période post-électorale de résultats contestés en 2020, il ne serait pas déraisonnable de prévoir que le S&P 500 pourrait chuter de manière similaire à sa performance de 2000.
vous pouvez intéressé:  Comment fonctionne l'envoi d'argent sur Facebook

L’élection de 2000

Les élections de 2000 constituent un modèle intéressant pour évaluer la mesure des perturbations potentielles auxquelles les marchés pourraient être confrontés. Toutefois, il est important de souligner que la référence à un seul point de données est entièrement anecdotique et peu susceptible de donner une prévision précise pour un quelconque événement de marché, sans parler de l’élection actuelle dans une année aussi tumultueuse que celle-ci. Mis à part les mises en garde, il existe des données potentiellement intéressantes à examiner en comparant l’action des prix de l’indice S&P 500 (SPX) et de l’indice de volatilité Cboe (VIX).

L’importance de l’utilisation du VIX dans le cadre de cette comparaison est la suivante : le VIX tente littéralement de prévoir l’avenir. Après tout, les acheteurs d’options essaient spécifiquement de spéculer ou de se couvrir contre des événements futurs qu’ils croient pouvoir influencer fortement les prix du marché. Le calcul du VIX est entièrement dérivé des prix des options sur SPX – en particulier les options qui expirent dans les 30 jours. Par conséquent, en étudiant l’action du prix du VIX, nous pouvons discerner les options dont les traders pensent qu’elles présentent des risques potentiels dans un avenir proche.

La traduction des prix du VIX en mouvements du SPX n’est pas un calcul simpliste. Le VIX est inversement corrélé avec le SPX, mais seulement de manière générale, puisque les opérateurs sur options font essentiellement des paris sur ce qu’ils pensent qu’il pourrait arriver. Cela signifie que le VIX peut présenter un changement beaucoup plus important que le mouvement SPX correspondant et résultant pourrait se produire.

vous pouvez intéressé:  Le Canada a-t-il un numéro de sécurité sociale ?

Ce fut certainement le cas au début de l’épidémie de COVID-19 où le VIX a atteint des niveaux proches de ceux enregistrés lors de la crise financière de 2008. Pourtant, l’indice S&P 500 n’a pas chuté en 2020 aussi loin qu’il l’avait fait à l’époque. Rétrospectivement, il semble que les acheteurs d’options aient initialement surestimé l’impact de la pandémie sur le marché.

Malgré cela, le mouvement actuel du VIX semble générer un schéma étonnamment similaire à ses mouvements d’avant les élections de 2000. Examinez le tableau suivant qui compare ces deux indices dans les mois qui ont précédé l’élection et la compétition qui a suivi.

SPX compared to VIX - 2000

Remarquez que SPX avait déjà tendance à baisser cette année-là. Les réductions du secteur technologique au lendemain du passage à l’an 2000 avaient limité la demande de stocks. Le graphique montre une hausse notable de l’activité du VIX tout au long du mois de septembre, à l’approche des élections. Ce qui est peut-être encore plus fascinant, c’est que le VIX a augmenté au début du mois d’octobre et est resté élevé jusqu’à l’inauguration de George W. Bush (zone ombrée en bleu sur la ligne du VIX).

Cette dynamique au sein du VIX s’est traduite par un mouvement qui a presque doublé son prix avant même que l’élection n’ait eu lieu. Entre début septembre et une semaine après la décision de la Cour suprême sur les résultats des élections en décembre (marquée par des flèches rouges), le SPX a chuté de près de 17,5 %. Bien que le pic du VIX ait coïncidé avec le point bas du SPX, la plupart de cette évolution était prévue par les premiers mouvements de ces indices à la mi-octobre, trois semaines avant que l’élection n’ait eu lieu.

Même si personne ne savait en octobre que l’expression « hanging chads, » serait si bien utilisée en novembre, les acheteurs d’options se préparaient au pire un mois entier auparavant. Cela a peut-être plus à voir avec le marché global et les diverses dynamiques économiques en jeu cette année-là qu’avec les résultats des élections en particulier, mais personne ne peut dire que 2020 ne regorge pas d’un ensemble similaire de préoccupations politiques et économiques.

L’élection de 2020

Les lecteurs de graphiques aiment à résumer toute l’incertitude des marchés en représentations bidimensionnelles qui se concentrent sur les données de tendance. Cela peut permettre une comparaison utile avec la situation actuelle, comme le montre le graphique suivant.

SPX compared to VIX - 2020

Ce graphique a été saisi à la clôture des marchés le lundi 26 octobre. La tendance du marché est à la hausse depuis avril, mais indépendamment de cette différence, deux similarités importantes sautent aux yeux immédiatement. La première est que le VIX a fait un pic similairement fort pour commencer une tendance à la baisse sur le SPX. La seconde est que, comme le graphique de 2000, le niveau élevé du VIX est resté dans une fourchette supérieure après son pic initial. En 2000, le VIX a fluctué dans une fourchette de 22 à 32, alors que le graphique actuel montre que l’indice se maintient dans une fourchette de 25 à 35, soit un peu plus qu’il y a vingt ans.

Considérons que si le VIX, au cours d’une hypothétique période postélectorale de résultats contestés, devait finalement atteindre un pic pour presque doubler son niveau de départ, il ne serait pas déraisonnable de prévoir que le SPX chuterait de manière similaire à sa performance en 2000. Il n’y a aucun moyen de savoir avec précision jusqu’à quel niveau il tomberait et combien de temps il y resterait. Toutefois, la simple superposition des mouvements des marchés pendant les élections de 2000 permet de prévoir un scénario qui pourrait être utile lors de la planification du risque de marché.

Une baisse de 17,5 % par rapport au sommet initial de début septembre pourrait faire passer le SPX sous la barre des 3000. C’est une baisse d’au moins 10 % par rapport à son niveau actuel au moment où nous écrivons ces lignes. Certains investisseurs ne s’attendent peut-être pas à prendre autant de risques, mais il semble que les négociateurs d’options aient déjà évalué la possibilité d’une telle évolution.

La question de la fraude électorale

Un autre point important à considérer est l’impact de la fraude électorale. Il est probable que ce sujet reviendra souvent dans les semaines à venir. Certains investisseurs peuvent se demander si ces discussions auront un impact sur les marchés. Si l’on considère le sujet de manière isolée, la réponse à leur question est probablement « non ».

L’élection présidentielle de 1960 entre John F. Kennedy et Richard Nixon n’a été décidée que par 0,2 % du vote populaire, et la fraude électorale a fait l’objet de discussions importantes à Chicago et au Texas. La plupart des historiens ne contestent pas qu’une fraude ait pu avoir lieu. Cependant, ils soulignent qu’il était peu probable que cela ait changé les résultats des élections.

Pendant ce temps, le SPX a fait un bond de deux pour cent le lendemain de la concession de Richard Nixon, et l’élection a marqué un tournant en 1960 alors que 1961 a enregistré de fortes hausses. Cette dynamique des prix suggère que les craintes d’une élection serrée pourraient avoir freiné le marché. Elle montre également que le facteur le plus important dans les résultats sera probablement la progression ordonnée vers un résultat décisif, et non les questions secondaires vantées par l’un ou l’autre des partis. Dans la mesure où les résultats des élections sont continuellement perturbés, il est de plus en plus probable que l’incertitude pèsera sur les marchés.

Retour haut de page