Loi sur l’aide, le secours et la sécurité économique en matière de coronavirus (CARES)

En mars 2020, les législateurs américains se sont mis d’accord sur l’adoption d’un projet de loi de relance de 2 000 milliards de dollars appelé CARES (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security) Act pour atténuer l’impact du ralentissement économique provoqué par la pandémie mondiale de coronavirus. Le 27 mars 2020, le président Trump a signé le projet de loi. La plupart des prévisionnistes ayant prédit que l’économie américaine était déjà en récession ou s’apprêtait à l’être, les décideurs politiques ont élaboré une loi qui consacre des fonds publics historiques au soutien des petites et grandes entreprises, des industries, des particuliers et des familles, des travailleurs du spectacle et des entrepreneurs indépendants, ainsi que des hôpitaux.

Points clés à retenir

  • Un programme de prêts et de subventions de 367 milliards de dollars pour les petites entreprises
  • Extension des allocations de chômage aux personnes mises à pied, aux travailleurs du spectacle et aux indépendants, avec une augmentation des allocations de 600 dollars par semaine pendant une période de quatre mois
  • Paiements directs aux familles de 1 200 $ par adulte et de 500 $ par enfant pour les ménages dont le revenu ne dépasse pas 75 000
  • Plus de 130 milliards de dollars pour les hôpitaux, les systèmes de soins de santé et les prestataires
  • Un fonds de 500 milliards de dollars pour les prêts aux entreprises américaines (que les démocrates appelaient une caisse noire lorsque le Trésor était seul responsable), supervisé par un inspecteur général et un panel du Congrès, chaque document de prêt étant rendu public
  • Des subventions en espèces de 25 milliards de dollars pour les compagnies aériennes (en plus des prêts), 4 milliards de dollars pour les transporteurs de fret aérien, 3 milliards de dollars pour les entrepreneurs des compagnies aériennes (traiteurs, etc.) pour le soutien des salaires
  • Interdiction des rachats d’actions pour les grandes entreprises bénéficiant de prêts gouvernementaux pendant la durée de leur aide plus un an
  • 150 milliards de dollars aux gouvernements des États et des collectivités locales

Avec plus de 2 000 milliards de dollars, il s’agit du plus important plan de sauvetage de l’histoire des États-Unis. La loi de relance de 2009 s’élevait à 831 milliards de dollars. Cette loi devrait avoir un impact majeur sur l’économie américaine et les efforts de lutte contre le coronavirus.

L’éligibilité à certains des prêts et à l’aide aux petites entreprises est toujours laissée à la discrétion du Trésor ou de l’administration des petites entreprises, mais elle est assortie de conditions strictes, et le Congrès nomme un inspecteur général et un conseil de surveillance pour superviser et contrôler leur administration. La loi alloue 150 milliards de dollars aux États et aux localités qui luttent contre la pandémie et 130 milliards de dollars supplémentaires au système de santé.

Programme de protection des chèques de paie

La loi prévoit 349 milliards de dollars à utiliser pour aider les petites entreprises à maintenir leur masse salariale et certains frais généraux pendant la période d’urgence. L’objectif déclaré est de maintenir la rémunération et l’emploi des travailleurs pendant la période d’urgence.

Le programme de protection des salaires (PPP) s’applique à toute entreprise, organisation à but non lucratif, organisation d’anciens combattants ou entreprise tribale de moins de 500 employés, ou selon la norme de l’administration des petites entreprises (si plus de 500 employés), ou de moins de 500 employés par lieu physique pour toutes les entreprises de restauration et d’hébergement, est éligible. Ils peuvent recevoir un prêt pour interruption de l’activité d’une petite entreprise jusqu’à 2,5 fois leur masse salariale mensuelle moyenne, jusqu’à un maximum de 10 millions de dollars.

Les prêts peuvent être utilisés pour couvrir la masse salariale, les avantages sociaux et les salaires, ainsi que le paiement des intérêts, du loyer et des services publics. Les frais sont supprimés et aucune garantie personnelle n’est exigée. Les paiements sont reportés d’un minimum de six mois, jusqu’à un an, et il n’y a pas de pénalités pour remboursement anticipé.

Le principal du prêt peut être annulé à concurrence du coût total des salaires, des intérêts hypothécaires, du loyer, des services publics et de tout autre salaire supplémentaire versé aux employés ayant reçu un pourboire pendant les huit semaines suivant la signature du contrat. Toutefois, ce montant peut être réduit de la proportion de toute réduction du nombre moyen d’employés au cours de cette période.

En outre, 10 milliards de dollars de subventions d’urgence sont autorisés pour les petites entreprises, les organisations privées à but non lucratif, les entreprises individuelles, les coopératives agricoles et les entreprises appartenant à des employés, qui peuvent être convertis en avances sur prêts non remboursables comme indiqué ci-dessus. Il y a également 17 milliards de dollars supplémentaires pour payer le principal, les intérêts et les frais des prêts aux petites entreprises existants, garantis par le gouvernement fédéral, pendant une période de six mois. Un milliard de dollars est alloué à l’administration, la formation, le conseil et l’éducation liés à ces programmes de prêts.

Les prêts existants en cas de catastrophe économique (EIDL) ont également été renforcés. Il fournit désormais 10 000 dollars de secours d’urgence aux petites entreprises touchées par le COVID-19. Ces prêts n’ont pas à être remboursés, ce qui en fait effectivement une subvention.

Prêts en cas de catastrophe liée à un préjudice économique

Dans le cadre de l’extension de ce programme EIDL existant, les petites entreprises touchées par COVID-19 peuvent demander une avance d’urgence de 10 000 dollars pour les prêts en cas de catastrophe économique, qui n’a pas à être remboursée. Pour les prêts de l’EIDL, vous pouvez emprunter jusqu’à 200 000 dollars sans garantie personnelle.

Assurance-chômage en cas de pandémie

Le plan de relance étend à la fois l’éligibilité et les montants des prestations de chômage liées à l’urgence actuelle.

vous pouvez intéressé:  4 signes : un stock de pièces de monnaie vaut des millions

Le droit aux allocations de chômage est étendu à ceux qui n’y auraient pas droit autrement si leur perte d’emploi est liée à la pandémie COVID-19. Cela inclut les entrepreneurs et les travailleurs indépendants, ceux dont les prestations existantes ont été épuisées, ceux qui ne recherchent qu’un emploi à temps partiel, ceux qui n’ont pas d’antécédents professionnels suffisants ou toute personne qui n’y aurait pas droit autrement. Toutefois, elle exclut spécifiquement les personnes qui ont la possibilité de poursuivre leur travail à distance en ligne ou qui bénéficient déjà d’un congé de maladie ou d’autres indemnités de congé en raison de l’interruption du travail.

Important

Le plan élargit considérablement les droits aux allocations de chômage, au moment même où les nouvelles demandes d’allocations de chômage montent en flèche. Presque tout le monde y aura droit, sauf les travailleurs en ligne à distance et ceux qui sont déjà en congé payé.

Le plan prolonge la durée des prestations de chômage ordinaires de 26 semaines à 39 semaines pour les travailleurs concernés. Il étend également le versement des prestations à la première semaine de chômage, lorsque cela n’est pas interdit par les lois de l’État. Il finance également une nouvelle indemnité fédérale d’indemnisation du chômage en cas de pandémie de 600 dollars par semaine en plus de l’indemnité de chômage normale jusqu’à la fin juillet 2020.

La loi CARES a également établi le programme d’indemnisation du chômage en cas de pandémie (PEUC), qui permet aux travailleurs qui ont épuisé leurs indemnités de chômage de recevoir 13 semaines de prestations supplémentaires, s’ils sont en mesure de travailler. De plus, l’assistance-chômage en cas de pandémie (PUA) étend les prestations aux travailleurs indépendants, aux freelances et aux entrepreneurs indépendants.

Pour les travailleurs qui restent employés mais avec des horaires réduits, le plan de relance finance 100 % des prestations d’indemnisation à court terme de l’État et incite les États qui n’ont pas de telles prestations à les mettre en œuvre.

Modifications fiscales et crédits d’impôt

Pour les contribuables

Le plan de relance contre les coronavirus prévoit un remboursement d’impôt de 1 200 dollars par contribuable plus 500 dollars par enfant. Le montant du remboursement est progressivement réduit pour les revenus supérieurs à 75 000 dollars par an pour les particuliers, 112 500 dollars pour les chefs de famille et 150 000 dollars pour les co-déclarants. Il donne instruction au Trésor d’envoyer ces paiements dès que possible.

Important

Les remboursements aux contribuables sont progressivement supprimés à mesure que les revenus augmentent, pour tomber à zéro au-delà de 99 000 dollars par an pour les déclarants individuels et de 198 000 dollars pour les déclarants collectifs.

Emprunter sur les plans de retraite

Le plan, qui inclut les récentes directives de l’IRS, permet aux gens de bénéficier de décaissements et de prêts spéciaux auprès de fonds de retraite fiscalement avantageux jusqu’à 100 000 dollars sans avoir à payer de pénalité fiscale. Il renonce aux règles de distribution minimale requise (RMD) pour les plans 401(k) et les comptes de retraite individuels (IRA) et à la pénalité de 10 % sur les retraits anticipés jusqu’à 100 000 $ des 401(k). Les titulaires de comptes pourront rembourser les distributions au cours des trois prochaines années et seront autorisés à verser des contributions supplémentaires à cette fin.

Ces mesures s’appliquent à toute personne directement touchée par la maladie elle-même ou confrontée à des difficultés économiques en raison de la pandémie. Les récentes directives de l’IRS élargissent la liste des participants éligibles qui peuvent effectuer ces retraits à tous ceux dont l’offre d’emploi a été annulée ou retardée et aux conjoints de ces personnes, même si elles travaillent encore.

Pour les contribuables, elle autorise une déduction supérieure à la limite du revenu brut ajusté jusqu’à 300 dollars pour les contributions caritatives et assouplit les autres limites des contributions caritatives.

Pour les entreprises

Pour les entreprises, elle crée un nouveau crédit de maintien dans l’emploi, qui est déduit des impôts sur le travail, afin de les encourager à maintenir et à payer leurs employés pendant tout trimestre où l’activité commerciale est partiellement ou totalement suspendue en raison du coronavirus. Ce crédit ne s’applique pas aux entreprises qui reçoivent des prêts pour l’interruption des activités des petites entreprises.

Les taxes sur les salaires des employeurs seront reportées à 2020. Cinquante pour cent des paiements de charges sociales pour 2020 seront dus en 2021, les autres 50 % étant dus en 2022. Les pertes d’exploitation des entreprises pour cette année peuvent être reportées jusqu’à cinq ans en arrière. Les droits d’accise sur l’alcool utilisé pour produire du désinfectant pour les mains seront suspendus pour 2020.

Soins de santé

Le plan de relance répond à la fois aux besoins directs en matière de soins de santé pendant l’urgence et au financement des traitements et de la prévention.

Le plan augmente les paiements aux prestataires et fournisseurs de soins de santé de 100 milliards de dollars grâce à divers programmes, notamment les remboursements de l’assurance maladie, les subventions et autres paiements fédéraux directs. Il prévoit également des dépenses de 27 milliards de dollars pour les tests, le développement de vaccins et les appareils de traitement médical, dont 16 milliards de dollars pour l’achat du stock national stratégique. Il ordonne également au gouvernement fédéral et à l’industrie de coopérer pour maintenir les stocks et les chaînes d’approvisionnement en fournitures médicales essentielles, telles que les équipements de protection et les médicaments pour traiter le coronavirus.

Le plan de relance assouplit de nombreuses lois, les règles de paiement de l’assurance maladie et les exigences d’approbation des médicaments afin de permettre une plus grande flexibilité pour répondre à l’urgence, et il introduit quelques nouvelles règles. Il oblige les assureurs santé à couvrir les tests de dépistage du virus ainsi que les traitements et vaccins qui seront mis au point. Elle protège les prestataires de soins de santé de toute responsabilité lorsqu’ils se portent volontaires pour lutter contre l’épidémie dans les différents États et augmente le financement des programmes de formation, d’éducation et de modernisation du personnel de santé. Elle assouplit de nombreuses lois, les règles de paiement de l’assurance maladie et les exigences en matière d’approbation des médicaments afin de permettre une plus grande flexibilité pour répondre à l’urgence.

vous pouvez intéressé:  Quel est l'impact fiscal du calcul de l'amortissement ?

Stabilisation économique

Afin de fournir des liquidités aux entreprises et industries les plus touchées, le plan de relance contre les coronavirus alloue 500 milliards de dollars pour des prêts et des garanties. Cela comprend 25 milliards de dollars pour les compagnies aériennes de passagers, 4 milliards de dollars pour les transporteurs de fret aérien et 17 milliards de dollars pour les entreprises jugées essentielles à la sécurité nationale, le tout devant être administré par le secrétaire au Trésor. Les 454 milliards de dollars restants sont alloués à des programmes et des facilités de prêt gérés par la Réserve fédérale pour soutenir d’autres entreprises, états et municipalités.

Important

La grande majorité de ce financement sera administrée par le biais des facilités de prêt d’urgence de la Réserve fédérale que celle-ci a déployées ces dernières semaines ou qu’elle annoncera bientôt. Les institutions financières, les entités publiques et les entreprises de toutes sortes peuvent être éligibles.

Toutefois, tout prêt accordé par le Trésor dans le cadre de ce plan est assorti de conditions. Les rachats d’actions, le versement de dividendes et les réductions de la main-d’œuvre de plus de 10 % sont interdits. Tous les prêts émis par le Trésor public doivent inclure des capitaux propres ou des créances prioritaires des emprunteurs. Contrairement aux prêts pour l’interruption de l’activité des petites entreprises, ces prêts de stabilisation économique ne seront pas remboursables.

La rémunération des employés gagnant plus de 425 000 dollars par an sera plafonnée aux niveaux actuels et les indemnités de licenciement seront plafonnées à deux ans de rémunération. L’indemnisation des employés gagnant plus de 3 millions de dollars par an sera plafonnée à 3 millions de dollars plus la moitié de tout montant supérieur à 3 millions de dollars dans leur indemnisation de 2019.

Toute entreprise détenue ou contrôlée par le président, le vice-président ou des membres du Congrès ne peut bénéficier de ces prêts.

Les compagnies aériennes qui reçoivent des prêts doivent maintenir leurs services vers les destinations et les routes existantes. Les accises sur le transport aérien et les taxes sur le carburant seront suspendues pendant toute l’année 2020. En plus du programme de prêts, 32 milliards de dollars sont prévus pour l’aide à la masse salariale des compagnies aériennes et des entrepreneurs.

Les prêts accordés aux entreprises de taille moyenne (500 à 1 000 employés) sont assortis de conditions selon lesquelles elles ne doivent pas externaliser ou délocaliser des emplois, ne doivent pas rompre les contrats syndicaux et doivent rester neutres à l’égard de la syndicalisation.

Le plan autorise également le Trésor public à réactiver l’utilisation du Fonds de stabilisation des changes pour fournir des liquidités d’urgence aux fonds communs de placement du marché monétaire et assouplit certaines exigences en matière de capital pour les banques et les coopératives de crédit.

Cette partie du plan comprend également certaines protections pour les consommateurs et certains emprunteurs. Il s’agit notamment d’abstentions de paiement et d’un moratoire sur les saisies immobilières pour tous les prêts immobiliers garantis par le gouvernement fédéral. Il y a également un moratoire sur les expulsions pour les propriétés locatives ayant des hypothèques garanties par le gouvernement fédéral ou qui participent à divers programmes fédéraux de subvention au logement.

Fonds d’aide aux États et aux collectivités locales

Les gouvernements des États et les collectivités locales recevront jusqu’à 150 milliards de dollars d’aide par le biais du nouveau Fonds d’aide aux victimes du coronavirus. Trois milliards de dollars sont réservés aux territoires administrés par le gouvernement fédéral et huit milliards de dollars aux gouvernements tribaux. Les paiements aux États et aux gouvernements locaux doivent être répartis proportionnellement à la population. Il s’agit d’importantes subventions globales à durée indéterminée qui doivent être utilisées pour couvrir les coûts liés au contrôle de l’épidémie et à l’atténuation des dommages économiques.

Dépenses affectées

Comme on peut s’y attendre au milieu de ce flot de nouvelles dépenses fédérales, de nombreuses industries, agences et groupes d’intérêts spéciaux font la queue pour recevoir une part du gâteau de financement. La loi prévoit également des modifications juridiques destinées à bénéficier à des industries ou des entreprises spécifiques dans les districts des principaux membres du Congrès qui peuvent ne pas sembler immédiatement liées à la crise de Covid-19. Il s’agit notamment de

  • 25 millions de dollars pour le fonctionnement et l’entretien du Kennedy Center for the Performing Arts
  • 75 millions de dollars de nouvelles subventions seront administrées par la National Endowment for the Arts
  • 88 millions de dollars pour le Corps de la Paix
  • 677 millions de dollars de nouvelle aide étrangère et diplomatique
  • 350 millions de dollars pour l’aide aux migrants et aux réfugiés
  • Assouplissement des règles d’approbation réglementaire pour les ingrédients des écrans solaires
  • Un nouvel avantage fiscal pour permettre aux employeurs de rembourser 5 250 $ sur les prêts étudiants de chaque employé
  • Financement de visites gratuites par vidéoconférence et appels aux détenus.
  • L’élimination des plafonds de dépenses du Congrès pour le dragage des ports financé par le gouvernement fédéral.
Retour haut de page