Définition de la Fair and Accurate Credit Transactions Act (FACTA)

Qu’est-ce que la loi sur les transactions de crédit équitables et exactes (FACTA) ?

Le Fair and Accurate Credit Transactions Act (FACTA) est une loi fédérale promulguée par le Congrès des États-Unis en 2003. Son objectif déclaré était de renforcer la protection des consommateurs, notamment en ce qui concerne le vol d’identité.

La caractéristique la plus connue de cette loi est qu’elle a donné à tous les citoyens américains un accès gratuit à leurs rapports de crédit une fois par an sur le site www.annualcreditreport.com.

Points clés à retenir

  • Le Fair and Accurate Credit Transactions Act (FACTA) est une loi fédérale adoptée en 2003 qui vise à renforcer la protection des consommateurs.
  • La FACTA est principalement connue pour ses dispositions contre le vol d’identité.
  • Malheureusement, le vol d’identité est toujours en augmentation, car les habitudes sociales et d’achat des consommateurs continuent de se déplacer en ligne.

Comprendre la loi sur les transactions de crédit équitables et précises (FACTA)

À la suite de la FACTA, de nombreuses réformes liées à l’utilisation et à la protection des informations sur les consommateurs ont été mises en œuvre. Par exemple, elle a augmenté le niveau de surveillance que les prêteurs, les organismes de traitement des paiements et les régulateurs doivent assurer lorsqu’ils recherchent de manière proactive des transactions suspectes. De même, elle a permis aux consommateurs d’enregistrer des alertes à la fraude sur leurs propres cartes de crédit, afin d’alerter les autorités lorsqu’une fraude suspecte a eu lieu.

La FACTA a été adoptée sous l’administration de l’ancien président George W. Bush en réponse à une augmentation des cas de vol d’identité. Malheureusement, la prévalence de l’identité n’a augmenté que depuis 2003 en raison d’une augmentation du commerce électronique, des réseaux sociaux et d’autres activités en ligne.

vous pouvez intéressé:  Définition de la rétrofacturation

Outre ses dispositions visant à réduire le vol d’identité, la FACTA contient également des mesures destinées à renforcer les mécanismes de protection des consommateurs de manière plus générale. Par exemple, elle a imposé aux prêteurs hypothécaires de nouvelles exigences en matière de divulgation des scores de crédit et d’autres facteurs qui ont influencé leur décision d’approuver ou non une demande de prêt hypothécaire. Il s’agit notamment de communiquer aux clients les facteurs dits de « tarification en fonction du risque » utilisés dans leur décision, ainsi que tout problème spécifique noté sur le rapport de crédit du consommateur.

Bien que moins visible pour les consommateurs, la FACTA a également inclus de nombreuses nouvelles règles pour les entreprises et les prestataires de services financiers. Elle a notamment permis aux organismes d’application de la loi de prendre des mesures en cas de violation des « règles du drapeau rouge ». Les règles d’alerte exigent que les créanciers et les institutions financières, telles que les banques et les coopératives de crédit, mettent en œuvre des programmes de prévention du vol d’identité qui aident à détecter et à prévenir le vol d’identité. Par exemple, les émetteurs de cartes de crédit et de débit doivent prendre des mesures pour valider tout changement d’adresse des clients.

L’une des conséquences involontaires de la FACTA est qu’elle peut avoir contribué à la quantité d’informations personnelles identifiables que les entreprises sont tenues d’obtenir de leurs clients. Par exemple, une entreprise qui doit confirmer l’identité ou la localisation d’un client de manière plus rigoureuse en raison de la FACTA peut devoir demander plusieurs formes d’identification afin de satisfaire à certaines dispositions de la FACTA. D’une part, ces changements pourraient rendre l’entreprise et le consommateur moins vulnérables au vol d’identité ou à d’autres types de fraude. Toutefois, dans l’éventualité où un piratage ou un vol des dossiers de cette entreprise aurait lieu à l’avenir, il est possible que davantage d’informations soient disponibles sur la clientèle de cette entreprise, ce qui pourrait être plus préjudiciable pour les consommateurs.

Retour haut de page