Définition de l’Employee Stock Option (ESO)

Que sont les options d’achat d’actions des employés (ESO) ?

Les options d’achat d’actions pour les employés (ESO) sont un type de rémunération en actions accordée par les entreprises à leurs employés et cadres. Plutôt que d’octroyer des actions directement, l’entreprise donne des options dérivées sur les actions. Ces options se présentent sous la forme d’options d’achat ordinaires et donnent à l’employé le droit d’acheter des actions de l’entreprise à un prix déterminé pendant une période de temps limitée. Les conditions de l’OSE seront entièrement précisées pour un employé dans un accord d’options sur actions.

En général, les avantages les plus importants d’une option d’achat sont réalisés si les actions d’une entreprise dépassent le prix d’exercice. En général, les OSE sont émises par l’entreprise et ne peuvent être vendues, contrairement aux options standard cotées ou négociées en bourse. Lorsque le prix d’une action monte au-dessus du prix d’exercice de l’option d’achat, les options d’achat sont exercées et le détenteur obtient les actions de la société avec une décote. Le détenteur peut choisir de vendre immédiatement l’action sur le marché libre pour réaliser un bénéfice ou de conserver l’action dans le temps.

Principales options à prendre

  • Les entreprises peuvent proposer des OSE dans le cadre d’un plan de rémunération en actions.
  • Ces attributions se présentent sous la forme d’options d’achat régulières et donnent à un employé le droit d’acheter des actions de l’entreprise à un prix déterminé pendant une période de temps limitée.
  • Les OSE peuvent avoir des calendriers d’acquisition qui limitent la possibilité de les exercer.
  • Les OSE sont imposées au moment de l’exercice et les actionnaires seront imposés s’ils vendent leurs actions sur le marché libre.

Les options d’achat d’actions sont un avantage souvent associé aux jeunes entreprises, qui peuvent les émettre afin de récompenser les premiers employés lorsque et si l’entreprise entre en bourse. Elles sont accordées par certaines entreprises à croissance rapide pour inciter les salariés à travailler à l’augmentation de la valeur des actions de l’entreprise. Les options d’achat d’actions peuvent également inciter les salariés à rester dans l’entreprise. Les options sont annulées si le salarié quitte l’entreprise avant qu’elles ne soient acquises. Les OSE ne comportent ni dividende ni droit de vote.

Comprendre les OSE

Les avantages de l’entreprise pour certains ou tous les employés peuvent inclure des plans de rémunération en actions. Ces plans sont connus pour fournir une compensation financière sous forme d’actions. Les OSE ne sont qu’un des types de rémunération en actions qu’une entreprise peut offrir. D’autres types de rémunération sous forme d’actions peuvent être proposés :

  1. Lessubventions d’actions restreintes : elles donnent aux employés le droit d’acquérir ou de recevoir des actions une fois que certains critères sont atteints, comme le fait de travailler pendant un nombre d’années défini ou d’atteindre des objectifs de performance.
  2. Les droits à la plus-value des actions (SAR) : Les SARs donnent le droit à l’augmentation de la valeur d’un nombre déterminé d’actions ; cette augmentation de valeur est payable en espèces ou en actions de la société.
  3. Actions fictives: elles donnent droit à une prime future en espèces égale à la valeur d’un nombre défini d’actions ; aucun transfert légal de propriété des actions n’a généralement lieu, bien que les actions fictives puissent être converties en actions réelles si des événements déclencheurs définis se produisent.
  4. Plans d’actionnariat salarié : ces plans donnent aux salariés le droit d’acheter des actions de l’entreprise, généralement avec une décote.

De manière générale, tous ces plans de rémunération en actions ont en commun de donner aux salariés et aux parties prenantes une incitation en actions pour construire l’entreprise et participer à sa croissance et à son succès.

Pour les salariés, les principaux avantages de tout type de plan de rémunération en actions sont les suivants

  • la possibilité de participer directement à la réussite de l’entreprise par le biais d’actions
  • la fierté d’être propriétaire ; les salariés peuvent se sentir motivés pour être pleinement productifs parce qu’ils détiennent une participation dans l’entreprise
  • Fournit une représentation tangible de la valeur de leur contribution pour l’employeur
  • Selon le plan, il peut offrir un potentiel d’économies d’impôt lors de la vente ou de la cession des actions

Les avantages d’un plan de rémunération en actions pour les employeurs sont les suivants :

  • Il s’agit d’un outil essentiel pour recruter les meilleurs et les plus brillants dans une économie mondiale de plus en plus intégrée où la concurrence pour les meilleurs talents est mondiale
  • Augmente la satisfaction professionnelle et le bien-être financier des employés en leur offrant des incitations financières lucratives
  • Incite les employés à aider l’entreprise à se développer et à réussir parce qu’ils peuvent participer à son succès
  • Peut être utilisé comme une stratégie de sortie potentielle pour les propriétaires, dans certains cas

En ce qui concerne les stock options, il en existe deux types principaux :

  1. Les stock-options incitatives (ISO), également appelées options statutaires ou qualifiées, ne sont généralement proposées qu’aux employés clés et aux cadres supérieurs. Elles bénéficient d’un traitement fiscal préférentiel dans de nombreux cas, car l’IRS considère les gains réalisés sur ces options comme des plus-values à long terme.
  2. Les stock options non qualifiées (NSO) peuvent être accordées aux employés à tous les niveaux d’une entreprise, ainsi qu’aux membres du conseil d’administration et aux consultants. Également appelées « stock-options non statutaires », les bénéfices réalisés sur celles-ci sont considérés comme des revenus ordinaires et sont imposés en tant que tels.

Concepts importants

L’OSE compte deux parties clés, le bénéficiaire (employé) et le subventionneur (employeur). Le bénéficiaire – également appelé le titulaire de l’option – peut être un cadre ou un employé, tandis que l’employeur est l’entreprise qui emploie le bénéficiaire. Le bénéficiaire reçoit une rémunération en actions sous la forme d’options sur actions, généralement avec certaines restrictions, dont l’une des plus importantes est la période d’acquisition des droits.

La période d’acquisition est la durée pendant laquelle un salarié doit attendre pour pouvoir exercer son OSE. Pourquoi l’employé doit-il attendre ? Parce que cela l’incite à obtenir de bons résultats et à rester dans l’entreprise. L’acquisition des droits suit un calendrier prédéterminé qui est établi par l’entreprise au moment de l’attribution des options.

Acquisition des droits

Les OSE sont considérées comme acquises lorsque l’employé est autorisé à exercer les options et à acheter des actions de l’entreprise. Notez que les actions peuvent ne pas être entièrement acquises lorsqu’elles sont achetées avec une option dans certains cas, malgré l’exercice des options, car l’entreprise peut ne pas vouloir courir le risque que les employés réalisent un gain rapide (en exerçant leurs options et en vendant immédiatement leurs actions) et quittent ensuite l’entreprise.

Si vous avez reçu une attribution d’options, vous devez passer soigneusement en revue le plan d’options sur actions de votre entreprise, ainsi que l’accord d’options, pour déterminer les droits disponibles et les restrictions appliquées aux salariés. Le plan d’options sur actions est rédigé par le conseil d’administration de l’entreprise et contient des détails sur les droits du bénéficiaire. L’accord d’options fournit les détails clés de l’attribution d’options, tels que le calendrier d’acquisition des droits, la manière dont les OES seront acquises, les actions représentées par l’attribution et le prix d’exercice. Si vous êtes un employé ou un dirigeant important, il peut être possible de négocier certains aspects de l’accord d’options, tels qu’un calendrier d’acquisition des droits où les actions sont acquises plus rapidement ou un prix d’exercice plus bas. Il peut également être utile de discuter de l’accord d’options avec votre planificateur financier ou votre gestionnaire de patrimoine avant de signer sur la ligne pointillée.

Les options d’achat d’actions sont généralement acquises par tranches dans le temps à des dates prédéterminées, comme indiqué dans le calendrier d’acquisition des droits. Par exemple, vous pouvez obtenir le droit d’acheter 1 000 actions, les options étant acquises à raison de 25 % par an sur quatre ans, avec une durée de 10 ans. Ainsi, 25 % des OES, conférant le droit d’acheter 250 actions, seraient acquises dans un délai d’un an à compter de la date d’attribution des options, 25 % supplémentaires seraient acquis deux ans après la date d’attribution, et ainsi de suite.

Si vous n’exercez pas vos 25 % d’OES acquises après la première année, vous aurez une augmentation cumulative des options exerçables. Ainsi, après la deuxième année, vous auriez 50 % d’OES acquises. Si vous n’exercez aucune des options des OES au cours des quatre premières années, vous auriez 100 % des OES acquises après cette période, que vous pouvez ensuite exercer en tout ou en partie. Comme indiqué précédemment, nous avions supposé que les OES avaient une durée de 10 ans. Cela signifie qu’après 10 ans, vous n’auriez plus le droit d’acheter des actions. Par conséquent, les OES doivent être exercées avant la fin de la période de 10 ans (à compter de la date d’attribution des options).

Réception d’actions

En poursuivant avec l’exemple ci-dessus, disons que vous exercez 25 % des OSE lorsqu’ils sont acquis après un an. Cela signifie que vous obtiendriez 250 actions de l’entreprise au prix d’exercice. Il convient de souligner que le prix record des actions est le prix d’exercice ou le prix d’exercice spécifié dans l’accord d’options, indépendamment du prix réel du marché de l’action.

Recharger l’option

Dans certains accords de l’OSE, une entreprise peut offrir une option de rechargement. Une option de recharge est une disposition intéressante dont il faut tirer parti. Avec une option de rechargement, un employé peut se voir accorder plus d’OSE lorsqu’il exerce les OSE actuellement disponibles.

Les OSE et la fiscalité

Nous arrivons maintenant à la propagation de l’ESO. Comme nous le verrons plus tard, cela déclenche un événement fiscal dans le cadre duquel l’impôt ordinaire sur le revenu est appliqué à l’écart.

En ce qui concerne la taxation de l’ESO, il faut tenir compte des points suivants :

  • L’octroi d’une option n’est pas en soi un événement imposable. Le bénéficiaire ou le titulaire de l’option n’est pas confronté à une obligation fiscale immédiate lorsque les options sont octroyées par la société. Notez que généralement (mais pas toujours), le prix d’exercice des OES est fixé au prix du marché de l’action de la société le jour de l’octroi de l’option.
  • L’imposition commence au moment de l’exercice. L’écart (entre le prix d’exercice et le prix du marché) est également connu comme l’élément d’aubaine dans le langage fiscal, et est imposé aux taux ordinaires de l’impôt sur le revenu parce que l’IRS le considère comme faisant partie de la rémunération du salarié.
  • La vente des actions acquises déclenche un autre événement imposable. Si l’employé vend les actions acquises pendant moins ou jusqu’à un an après l’exercice, la transaction sera traitée comme une plus-value à court terme et sera imposée aux taux ordinaires de l’impôt sur le revenu. Si les actions acquises sont vendues plus d’un an après l’exercice, elles sont soumises au taux d’imposition des plus-values le plus bas.

Montrons cela à l’aide d’un exemple. Supposons que vous avez des OPE dont le prix d’exercice est de 25 $ et que le cours de l’action est de 55 $, et que vous souhaitez exercer 25 % des 1 000 actions qui vous ont été attribuées selon vos OPE.

Le prix d’enregistrement serait de 6 250 $ pour les actions (25 $ x 250 actions). Comme la valeur marchande des actions est de 13 750 dollars, si vous vendez rapidement les actions acquises, vous obtiendrez un bénéfice net avant impôt de 7 500 dollars. Cet écart est imposé comme un revenu ordinaire entre vos mains dans l’année d’exercice, même si vous ne vendez pas les actions. Cet aspect peut entraîner le risque d’une énorme obligation fiscale, si vous continuez à détenir les actions et que leur valeur s’effondre.

Récapitulons un point important : pourquoi êtes-vous imposé au moment de l’exercice de l’ESO ? La possibilité d’acheter des actions avec une forte décote par rapport au prix du marché actuel (un prix d’aubaine, en d’autres termes) est considérée par l’IRS comme faisant partie de l’ensemble des rémunérations qui vous sont fournies par votre employeur, et est donc imposée à votre taux d’imposition sur le revenu. Ainsi, même si vous ne vendez pas les actions acquises dans le cadre de votre exercice d’OSE, vous êtes assujetti à l’impôt au moment de l’exercice.

Valeur intrinsèque vs. valeur temporelle pour les OES

La valeur d’une option est constituée de la valeur intrinsèque et de la valeur temporelle. La valeur temporelle dépend du temps restant jusqu’à l’expiration (la date à laquelle les OEN expirent) et de plusieurs autres variables. Étant donné que la plupart des OES ont une date d’expiration fixée jusqu’à 10 ans après la date d’octroi de l’option, leur valeur temporelle peut être assez importante. Alors que la valeur temps peut être facilement calculée pour les options négociées en bourse, il est plus difficile de calculer la valeur temps pour les options non négociées comme les OES, puisqu’il n’existe pas de prix de marché pour celles-ci.

Pour calculer la valeur temps de vos OSE, vous devez utiliser un modèle théorique d’évaluation, comme le modèle bien connu de Black-Scholes, pour calculer la juste valeur de vos OSE. Vous devrez introduire dans le modèle des données telles que le prix d’exercice, le temps restant, le prix de l’action, le taux d’intérêt sans risque et la volatilité afin d’obtenir une estimation de la juste valeur de l’OSE. À partir de là, il est facile de calculer la valeur temps, comme on peut le voir ci-dessous. Rappelez-vous que la valeur intrinsèque – qui ne peut jamais être négative – est nulle lorsqu’une option est « à la monnaie » (ATM) ou « hors de la monnaie » (OTM) ; pour ces options, leur valeur totale se compose donc uniquement de la valeur temps.

L’exercice d’une OSE permet de saisir la valeur intrinsèque mais renonce généralement à la valeur temps (en supposant qu’il en reste), ce qui entraîne un coût d’opportunité caché potentiellement important. Supposons que la juste valeur calculée de vos OSE soit de 40 $, comme indiqué ci-dessous. En soustrayant la valeur intrinsèque de 30 $, on obtient une valeur temporelle de 10 $. Si vous exercez vos OSE dans cette situation, vous renoncez à une valeur temps de 10 $ par action, soit un total de 2 500 $ sur la base de 250 actions.

La valeur de vos OSE n’est pas statique, mais elle fluctue dans le temps en fonction des mouvements des principaux facteurs de production tels que le prix de l’action sous-jacente, le délai d’expiration et, surtout, la volatilité. Imaginez une situation dans laquelle vos OSE sont hors jeu (c’est-à-dire que le prix du marché de l’action est maintenant inférieur au prix d’exercice des OSE).

Il serait illogique d’exercer vos OSE dans ce scénario pour deux raisons. Premièrement, il est moins cher d’acheter l’action sur le marché libre à 20 $, par rapport au prix d’exercice de 25 $. Deuxièmement, en exerçant vos OSE, vous renoncez à 15 dollars de valeur temps par action. Si vous pensez que l’action a atteint le creux de la vague et que vous souhaitez l’acquérir, il serait bien plus préférable de l’acheter simplement à 25 $ et de conserver vos OSE, ce qui vous donnerait un plus grand potentiel de hausse (avec un risque supplémentaire, puisque vous êtes également propriétaire des actions).

Comparaisons avec les options cotées en bourse

La différence la plus importante et la plus évidente entre les OES et les options cotées en bourse est que les OES ne sont pas négociés en bourse et ne bénéficient donc pas des nombreux avantages des options négociées en bourse.

vous pouvez intéressé:  Qu'est-ce que cela signifie lorsqu'une obligation se vend à un prix élevé ? S'agit-il d'un bon investissement ?

La valeur de votre OSE n’est pas facile à déterminer

Les options négociées en bourse, en particulier sur les plus grosses actions, sont très liquides et se négocient fréquemment, de sorte qu’il est facile d’estimer la valeur d’un portefeuille d’options. Il n’en va pas de même pour vos OSE, dont la valeur n’est pas aussi facile à déterminer, car il n’existe pas de point de référence pour le prix du marché. De nombreuses OSE sont accordées pour une durée de 10 ans, mais il n’existe pratiquement pas d’options négociables pendant cette période. Les LEAP (titres d’anticipation des actions à long terme) font partie des options les plus longues disponibles, mais même elles ne sont valables que deux ans, ce qui ne serait utile que si vos OSE ont deux ans ou moins à courir. Les modèles d’évaluation des options sont donc essentiels pour que vous puissiez connaître la valeur de vos OSE. Votre employeur est tenu, à la date d’attribution des options, de spécifier un prix théorique de vos OES dans votre contrat d’options. N’oubliez pas de demander cette information à votre entreprise et de vous renseigner sur la manière dont la valeur de vos OSE a été déterminée.

Les prix des options peuvent varier considérablement, en fonction des hypothèses formulées dans les variables d’entrée. Par exemple, votre employeur peut faire certaines hypothèses sur la durée d’emploi prévue et la période de détention estimée avant l’exercice, ce qui pourrait raccourcir le délai d’expiration. En revanche, dans le cas des options cotées en bourse, le délai d’expiration est précisé et ne peut être modifié arbitrairement. Les hypothèses sur la volatilité peuvent également avoir un impact important sur le prix des options. Si votre entreprise part de l’hypothèse d’un niveau de volatilité inférieur à la normale, le prix de vos OSA sera moins élevé. Il peut être judicieux d’obtenir plusieurs estimations à partir d’autres modèles afin de les comparer avec l’évaluation de vos OSE par votre entreprise.

Les spécifications ne sont pas normalisées

Les options cotées en bourse ont des conditions contractuelles normalisées en ce qui concerne le nombre d’actions sous-jacentes à un contrat d’option, la date d’expiration, etc. Cette uniformité permet de négocier facilement des options sur n’importe quelle action pouvant faire l’objet d’une option, qu’il s’agisse d’Apple, de Google ou de Qualcomm. Si vous négociez un contrat d’option d’achat, par exemple, vous avez le droit d’acheter 199 actions de l’action sous-jacente au prix d’exercice spécifié jusqu’à l’expiration. De même, un contrat d’option de vente vous donne le droit de vendre 100 actions de l’action sous-jacente jusqu’à son expiration. Si les OSE ont des droits similaires à ceux des options cotées en bourse, le droit d’acheter des actions n’est pas normalisé et est précisé dans le contrat d’option.

Pas d’exercice automatique

Pour toutes les options cotées aux États-Unis, le dernier jour de négociation est le troisième vendredi du mois civil du contrat d’option. Si le troisième vendredi tombe un jour férié, la date d’expiration est avancée d’un jour par rapport à ce jeudi. À la clôture des négociations le troisième vendredi, les options associées au contrat de ce mois s’arrêtent de se négocier et sont automatiquement exercées si elles sont supérieures à 0,01 $ (1 cent) ou plus dans la monnaie. Ainsi, si vous possédez un contrat d’option d’achat et qu’à l’expiration, le prix du marché de l’action sous-jacente est supérieur au prix d’exercice d’un cent ou plus, vous posséderez 100 actions grâce à la fonction d’exercice automatique. De même, si vous possédez une option de vente et qu’à l’expiration, le prix du marché de l’action sous-jacente est inférieur au prix d’exercice d’un cent ou plus, vous serez à court de 100 actions grâce à la fonction d’exercice automatique. Notez que malgré le terme « exercice automatique », vous avez toujours le contrôle sur le résultat final, en fournissant à votre courtier des instructions alternatives qui ont la priorité sur toute procédure d’exercice automatique, ou en liquidant la position avant l’expiration. Dans le cas des OSE, les détails exacts concernant la date d’expiration peuvent varier d’une société à l’autre. En outre, comme il n’y a pas de procédure d’exercice automatique avec les OSE, vous devez informer votre employeur si vous souhaitez exercer vos options.

Prix d’exercice

Les options cotées en bourse ont des prix d’exercice standardisés, se négociant par tranches de 1, 2,50, 5 ou 10 dollars, selon le prix du titre sous-jacent (les actions les plus chères ont des tranches plus importantes). Dans le cas des OSE, comme le prix d’exercice correspond généralement au cours de clôture de l’action un jour donné, il n’y a pas de prix d’exercice standardisé. Au milieu des années 2000, un scandale concernant les options aux États-Unis a entraîné la démission de nombreux dirigeants de grandes entreprises. Cette pratique consistait à attribuer une option à une date antérieure plutôt qu’à la date actuelle, fixant ainsi le prix d’exercice à un prix inférieur au prix du marché à la date d’attribution et donnant un gain instantané au détenteur de l’option. L’antidatage des options est devenu beaucoup plus difficile depuis l’introduction de la loi Sarbanes-Oxley, car les entreprises sont désormais tenues de déclarer les attributions d’options à la SEC dans un délai de deux jours ouvrables.

Restrictions en matière d’acquisition de droits et d’actions acquises

L’acquisition de droits donne lieu à des problèmes de contrôle qui ne sont pas présents dans les options cotées en bourse. Les OSE peuvent exiger que l’employé atteigne un certain niveau d’ancienneté ou atteigne certains objectifs de performance avant d’être acquis. Si les critères d’acquisition ne sont pas clairs, cela peut créer une situation juridique trouble, surtout si les relations entre l’employé et l’employeur sont tendues. De plus, avec les options cotées en bourse, une fois que vous avez exercé vos options d’achat et obtenu les actions, vous pouvez en disposer dès que vous le souhaitez sans aucune restriction. Toutefois, dans le cas d’actions acquises par l’exercice d’OCE, il peut y avoir des restrictions qui vous empêchent de vendre les actions. Même si vos OSE sont acquises et que vous pouvez les exercer, les actions acquises peuvent ne pas être acquises. Cela peut poser un dilemme, car vous avez peut-être déjà payé l’impôt sur l’écart d’acquisition des OSE (comme nous l’avons vu précédemment) et vous détenez maintenant des actions que vous ne pouvez pas vendre (ou qui sont en baisse).

Risque de contrepartie

Comme l’ont découvert de nombreux employés au lendemain de l’effondrement des entreprises point-com dans les années 1990, lorsque de nombreuses sociétés technologiques ont fait faillite, le risque de contrepartie est une question valable qui n’est pratiquement jamais prise en compte par ceux qui bénéficient des OSE. Avec les options cotées en bourse aux États-Unis, l’Options Clearing Corporation sert de chambre de compensation pour les contrats d’options et garantit leur exécution. Ainsi, il n’y a aucun risque que la contrepartie de votre transaction d’options soit incapable de remplir les obligations imposées par le contrat d’options. Mais comme la contrepartie de vos OSE est votre entreprise, sans intermédiaire entre les deux, il serait prudent de surveiller sa situation financière pour s’assurer que vous ne vous retrouvez pas avec des options non exercées sans valeur ou, pire encore, des actions acquises sans valeur.

Risque de concentration

Vous pouvez constituer un portefeuille d’options diversifié en utilisant des options cotées en bourse, mais avec les ESO, vous avez un risque de concentration, puisque toutes vos options ont le même titre sous-jacent. En plus de vos OES, si vous avez également un nombre important d’actions de l’entreprise dans votre plan d’actionnariat salarié (ESOP), vous risquez d’avoir involontairement une trop grande exposition à votre entreprise, un risque de concentration qui a été mis en évidence par la FINRA.

Questions d’évaluation et de tarification

Les principaux déterminants de la valeur d’une option sont : la volatilité, le délai d’expiration, le taux d’intérêt sans risque, le prix d’exercice et le prix de l’action sous-jacente. Il est essentiel de comprendre l’interaction de ces variables, en particulier la volatilité et le délai d’expiration, pour prendre des décisions éclairées sur la valeur de vos options sur actions.

Dans l’exemple suivant, nous supposons qu’une OSA donne le droit (lorsqu’il est acquis) d’acheter 1 000 actions de l’entreprise à un prix d’exercice de 50 $, qui est le cours de clôture de l’action le jour de l’attribution de l’option (ce qui en fait une option à la monnaie lors de l’attribution). Le premier tableau ci-dessous utilise le modèle d’évaluation des options de Black-Scholes pour isoler l’impact de la décroissance dans le temps tout en maintenant la volatilité constante, tandis que le second illustre l’impact d’une plus grande volatilité sur le prix des options. (Vous pouvez générer vous-même le prix des options en utilisant cette calculatrice d’options très pratique sur le site web du CBOE).

Comme on peut le voir, plus le délai d’expiration est long, plus l’option a de la valeur. Comme nous supposons qu’il s’agit d’une option à l’argent, sa valeur totale est constituée de la valeur temps. Le premier tableau montre deux principes fondamentaux de l’évaluation des options :

  1. La valeur temps est une composante très importante de l’évaluation des options. Si l’on vous attribue des OPE à prix coûtant d’une durée de 10 ans, leur valeur intrinsèque est nulle, mais elles ont une valeur temporelle importante, 23,08 $ par option dans ce cas, ou plus de 23 000 $ pour les OPE qui vous donnent le droit d’acheter 1 000 actions.
  2. La décroissance temporelle des options n’est pas linéaire par nature. La valeur des options diminue à l’approche de la date d’expiration, un phénomène connu sous le nom de décroissance temporelle, mais cette décroissance temporelle n’est pas linéaire par nature et s’accélère à l’approche de l’expiration de l’option. Une option qui est loin hors de la monnaie se dégradera plus rapidement qu’une option qui est à la monnaie, parce que le La probabilité que le premier soit rentable est beaucoup plus faible que celle du second.

Les prix des options ci-dessous sont basés sur les mêmes hypothèses, sauf que la volatilité est supposée être de 60 % au lieu de 30 %. Cette augmentation de la volatilité a un effet significatif sur le prix des options. Par exemple, à dix ans de l’échéance, le prix de l’OSE augmente de 53 % pour atteindre 35,34 $, tandis qu’à deux ans de l’échéance, le prix augmente de 80 % pour atteindre 17,45 $. Plus loin, nous présentons les prix des options sous forme graphique pour la même période restant à courir jusqu’à l’expiration, avec des niveaux de volatilité de 30 % et 60 %.

Des résultats similaires sont obtenus en changeant les variables à des niveaux qui prévalent actuellement. Avec une volatilité de 10 % et un taux d’intérêt sans risque de 2 %, les OSA seraient cotées à 11,36 $, 7,04 $, 5,01 $ et 3,86 $ avec un délai d’expiration de 10, cinq, trois et deux ans respectivement.

Ce qu’il faut retenir de cette section, c’est que ce n’est pas parce que vos OSE n’ont pas de valeur intrinsèque qu’il faut supposer naïvement qu’elles ne valent rien. En raison de leur longue durée d’expiration par rapport aux options cotées en bourse, les OCE ont une valeur temporelle importante qui ne doit pas être gaspillée par un exercice anticipé.

Risques et récompenses associés à la détention d’OCE

Comme nous l’avons vu dans la section précédente, vos OSE peuvent avoir une valeur temporelle importante même s’ils n’ont aucune ou peu de valeur intrinsèque. Dans cette section, nous utilisons la durée commune de 10 ans de la subvention jusqu’à l’expiration pour démontrer le risque et la récompense associés à la possession d’OSE.

Lorsque vous recevez les OES au moment de leur attribution, vous n’avez généralement aucune valeur intrinsèque car le prix d’exercice ou d’exercice de l’OES est égal au cours de clôture de l’action ce jour-là. Comme votre prix d’exercice et le prix de l’action sont les mêmes, il s’agit d’une option à la monnaie. Une fois que l’action commence à monter, l’option a une valeur intrinsèque, qui est intuitive à comprendre et facile à calculer. Mais une erreur courante consiste à ne pas se rendre compte de l’importance de la valeur temps, même le jour de l’octroi, et du coût d’opportunité d’un exercice prématuré ou précoce.

En fait, vos OCE ont la valeur temporelle la plus élevée au moment de l’octroi (en supposant que la volatilité ne monte pas en flèche peu après l’acquisition des options). Avec une composante de la valeur temps aussi importante – comme démontré ci-dessus – vous avez en fait une valeur qui est à risque.

En supposant que vous détenez des OES pour acheter 1 000 actions à un prix d’exercice de 50 dollars (avec une volatilité de 60 % et 10 ans avant l’expiration), la perte potentielle de la valeur temps est assez importante. Si les actions restent inchangées à 50 $ dans 10 ans, vous perdrez 35 000 $ en valeur temps et vous n’aurez plus rien à montrer à vos OSE.

Cette perte de valeur temporelle doit être prise en compte dans le calcul de votre rendement éventuel. Supposons que l’action atteigne 110 dollars à l’échéance dans 10 ans, ce qui vous donne un écart de 60 dollars par action, ou 60 000 dollars au total, par rapport à la valeur intrinsèque de l’action. Cependant, cette perte devrait être compensée par la perte de 35 000 $ de la valeur temporelle due au maintien des OSE jusqu’à l’expiration, ce qui laisse un « gain » net avant impôt de seulement 25 000 $. Malheureusement, cette perte de valeur temporelle n’est pas déductible fiscalement, ce qui signifie que le taux d’imposition ordinaire (supposé à 40 %) serait appliqué à 60 000 $ (et non à 25 000 $). Si vous retirez 24 000 dollars de l’impôt sur les rémunérations versées à votre employeur au moment de l’exercice, il vous restera 36 000 dollars de revenu après impôt, mais si vous déduisez les 35 000 dollars de perte de valeur temporelle, il ne vous restera que 1 000 dollars.

Avant d’examiner certaines des questions relatives à l’exercice anticipé – ne pas conserver les OSE jusqu’à leur expiration – évaluons le résultat de la conservation des OSE jusqu’à leur expiration à la lumière de la valeur temps et des coûts fiscaux. Le tableau ci-dessous montre les gains et pertes après impôts, nets de la valeur temps à l’expiration. À un prix de 120 dollars à l’expiration, les gains réels (après soustraction de la valeur temps) ne sont que de 7 000 dollars. Cela correspond à un écart de 70 $ par action ou 70 000 $ au total, moins la taxe d’indemnisation de 28 000 $, ce qui vous laisse 42 000 $, dont vous soustrayez 35 000 $ pour la valeur temps perdue, pour un gain net de 7 000 $.

Notez que lorsque vous exercez les OPE, vous devez payer le prix d’exercice plus la taxe même si vous ne vendez pas les actions (rappelez-vous que l’exercice des OPE est un événement fiscal), ce qui dans ce cas équivaut à 50 000 $ plus 28 000 $, pour un total de 78 000 $. Si vous vendez immédiatement l’action au prix courant de 120 $, vous recevez un produit de 120 000 $, duquel vous devez soustraire 78 000 $. Le « gain » de 42 000 $ devrait être compensé par la baisse de 35 000 $ de la valeur temps, ce qui vous laisse 7 000 $.

vous pouvez intéressé:  Définition de la règle 80-20

Exercice précoce ou prématuré

Afin de réduire les risques et d’immobiliser les gains, l’exercice précoce ou prématuré des OSE doit être soigneusement envisagé, car il y a un impact fiscal potentiel important et un coût d’opportunité important sous la forme d’une valeur temps perdue. Dans cette section, nous examinons le processus d’exercice anticipé et expliquons les objectifs et les risques financiers.

Lorsqu’une OSE est octroyée, elle a une valeur hypothétique qui – parce qu’il s’agit d’une option à la monnaie – est une valeur temporelle pure. Cette valeur temporelle se dégrade à un taux connu sous le nom de thêta, qui est une fonction de racine carrée du temps restant.

Supposons que vous déteniez des OSE qui valent 35 000 $ au moment de leur octroi, comme nous l’avons vu dans les sections précédentes. Vous croyez aux perspectives à long terme de votre entreprise et prévoyez de conserver vos OSE jusqu’à leur expiration. Vous trouverez ci-dessous la composition de la valeur – valeur intrinsèque plus valeur temporelle – des options ITM, ATM et OTM.

Composition de la valeur pour l’option OSA en argent avec strike de 50 $ (prix en milliers)

Même si vous commencez à acquérir une valeur intrinsèque à mesure que le prix de l’action sous-jacente augmente, vous perdrez de la valeur temporelle en cours de route (mais pas proportionnellement). Par exemple, pour une OCE en jeu dont le prix d’exercice est de 50 dollars et le cours de l’action de 75 dollars, la valeur temporelle sera moindre et la valeur intrinsèque plus élevée, pour une valeur globale plus importante.

Les options hors jeu (barre inférieure) n’ont qu’une valeur temporelle pure de 17 500 $, tandis que les options à la monnaie ont une valeur temporelle de 35 000 $. Plus une option est hors jeu, moins elle a de valeur temporelle, car les chances qu’elle devienne rentable sont de plus en plus minces. Plus une option est dans l’argent et acquiert une valeur intrinsèque, plus celle-ci représente une proportion importante de la valeur totale de l’option. En fait, pour une option profondément dans l’argent, la valeur temporelle est une composante insignifiante de sa valeur, comparée à la valeur intrinsèque. Lorsque la valeur intrinsèque devient une valeur à risque, de nombreux détenteurs d’options cherchent à bloquer tout ou partie de ce gain, mais ce faisant, ils renoncent non seulement à la valeur temporelle, mais ils encourent également une lourde facture fiscale.

Obligations fiscales des OES

On ne saurait trop insister sur ce point : les principaux inconvénients de l’exercice prématuré sont le grand événement fiscal qu’il induit et la perte de la valeur du temps. Vous êtes imposé aux taux ordinaires de l’impôt sur le revenu sur l’écart ESO ou le gain de valeur intrinsèque, à des taux pouvant atteindre 40 %. De plus, tout cela est dû au cours de la même année fiscale et payé au moment de l’exercice, avec un autre événement fiscal probable lors de la vente ou de la cession des actions acquises. Même si vous avez des pertes en capital ailleurs dans votre portefeuille, vous ne pouvez appliquer que 3 000 dollars par an de ces pertes sur vos gains de compensation pour compenser l’obligation fiscale.

Après avoir acquis des actions dont la valeur a vraisemblablement augmenté, vous êtes confronté au choix de les liquider ou de les conserver. Si vous vendez immédiatement après l’exercice, vous avez bloqué vos « gains » de compensation (la différence entre le prix d’exercice et le prix du marché boursier).

Mais si vous détenez l’action et que vous la vendez plus tard, après qu’elle se soit appréciée, vous aurez peut-être plus d’impôts à payer. N’oubliez pas que le prix de l’action le jour où vous avez exercé vos OCE est désormais votre « prix de base ». Si vous vendez l’action moins d’un an après l’exercice, vous devrez payer l’impôt sur les plus-values à court terme. Pour bénéficier du taux réduit sur les plus-values à long terme, vous devrez conserver les actions pendant plus d’un an. Vous finissez donc par payer deux impôts : l’un sur les compensations et l’autre sur les plus-values.

De nombreux détenteurs d’OSE peuvent également se retrouver dans la situation malheureuse de conserver des actions qui annulent leurs gains initiaux après exercice, comme le montre l’exemple suivant. Supposons que vous ayez une OSE qui vous donne le droit d’acheter 1 000 actions à 50 dollars, et que l’action se négocie à 75 dollars avec cinq ans d’expiration en plus. Comme vous vous inquiétez des perspectives du marché ou des perspectives de l’entreprise, vous exercez vos OSE pour bloquer l’écart de 25 $.

Vous décidez alors de vendre la moitié de vos avoirs (1 000 actions) et de conserver l’autre moitié pour d’éventuels gains futurs. Voici comment les calculs s’additionnent :

  • Exercice à 75 $ et paiement d’un impôt compensatoire sur la totalité de l’écart de 25 $ x 1 000 actions @ 40 % = 10 000
  • Vente de 500 actions à 75 dollars pour un gain de 12 500 dollars
  • Vos gains après impôt à ce stade : 12 500 $ – 10 000 $ = 2 500
  • Vous détenez maintenant 500 actions d’un prix de base de 75 $, avec 12 500 $ de plus-values latentes (mais déjà payées par l’impôt)
  • Supposons que l’action baisse maintenant à 50 dollars avant la fin de l’année
  • Votre détention de 500 actions a maintenant perdu 25 $ par action ou 12 500 $, puisque vous avez acquis les actions par exercice (et avez déjà payé l’impôt à 75 $)
  • Si vous vendez maintenant ces 500 actions à 50 $, vous ne pouvez appliquer que 3 000 $ de ces pertes au cours de la même année fiscale, le reste devant être appliqué dans les années futures avec la même limite

Pour résumer :

  • Vous avez payé 10 000 $ de taxe d’indemnisation à l’exercice
  • immobilisation de 2 500 $ de gains après impôt sur 500 actions
  • Il a même fait faillite sur 500 actions, mais il a subi des pertes de 12 500 dollars que vous pouvez amortir de 3 000 dollars par an

Il est à noter que cela ne tient pas compte de la valeur temporelle perdue à la suite d’un exercice anticipé, qui pourrait être assez importante s’il restait cinq ans à courir. Une fois que vous avez vendu vos actions, vous n’avez plus la possibilité de profiter d’un mouvement à la hausse du titre. Cela dit, s’il est rarement judicieux d’exercer les options cotées en bourse de manière anticipée, la nature non négociable et d’autres limitations des OCE peuvent rendre leur exercice anticipé nécessaire dans les situations suivantes :

  • Besoin de trésorerie : Souvent, le besoin de trésorerie immédiat peut compenser le coût d’opportunité de la valeur temps perdue et justifier l’impact fiscal
  • Diversification du portefeuille : Comme mentionné précédemment, une position trop concentrée en actions de la société nécessiterait un exercice et une liquidation anticipés afin d’obtenir une diversification du portefeuille
  • Perspectives boursières ou de marché : Plutôt que de voir tous les gains se dissiper et se transformer en pertes en raison d’une détérioration des perspectives du marché boursier ou des actions en général, il peut être préférable de bloquer les gains par un exercice précoce
  • Mise en œuvre d’une stratégie de couverture : La rédaction d’appels pour obtenir des primes peut nécessiter la livraison de stocks (voir la section suivante)

Stratégies de couverture de base

Nous abordons dans cette section quelques techniques de couverture de base de l’OSE, en précisant qu’il ne s’agit pas de conseils d’investissement spécialisés. Nous vous recommandons vivement de discuter de toute stratégie de couverture avec votre planificateur financier ou votre gestionnaire de patrimoine.

Nous utilisons les options sur Facebook (FB) pour démontrer les concepts de couverture. Facebook a fermé à 175,13 $ le 29 novembre 2017, date à laquelle les options les plus anciennes disponibles sur l’action étaient les options d’achat et de vente de janvier 2020.

Supposons que vous soyez autorisé à acheter 500 actions de FB le 29 novembre 2017, qui sont acquises par tiers au cours des trois prochaines années, et ont une durée de vie de 10 ans.

A titre de référence, les options d’achat de 175 $ de janvier 2020 sur FB sont à 32,81 $ (en ignorant les écarts entre les cours acheteur et vendeur pour plus de simplicité), tandis que les options de vente de 175 $ de janvier 2020 sont à 24,05 $.

Voici trois stratégies de couverture de base, basées sur votre évaluation des perspectives du titre. Pour simplifier les choses, nous supposons que vous souhaitez couvrir la position longue potentielle de 500 actions jusqu’à trois ans seulement (c’est-à-dire jusqu’en janvier 2020).

    1. Rédiger des appels : L’hypothèse est que vous êtes neutre ou modérément haussier sur le FB, auquel cas une possibilité de faire jouer la baisse de la valeur temps en votre faveur est de vendre des calls. Bien que la vente d’options d’achat nues ou non couvertes soit une activité très risquée et non recommandée, dans votre cas, votre position courte d’options d’achat serait couverte par les 500 actions que vous pouvez acquérir par l’exercice des OSA. Vous vendez donc cinq contrats (chaque contrat couvre 100 actions) avec un prix d’exercice de 250 $, ce qui vous rapporterait 10,55 $ de prime (par action), pour un total de 5 275 $ (hors coûts tels que la commission, les intérêts sur marge, etc.) Si l’action est en perte de vitesse ou se négocie à la baisse au cours des trois prochaines années, vous empochez la prime et répétez la stratégie après trois ans. Si l’action monte en flèche et que vos actions FB sont « rachetées », vous recevrez encore 250 dollars par action FB, ce qui, avec la prime de 10,55 dollars, équivaut à un rendement de près de 50 %. (Notez qu’il est peu probable que vos actions soient rachetées bien avant l’expiration des trois ans, car l’acheteur de l’option ne souhaite pas perdre la valeur temps par un exercice anticipé). Une autre solution consiste à souscrire un contrat d’achat à un an d’échéance, un autre contrat à deux ans d’échéance et trois contrats à trois ans d’échéance.
    2. Acheter des options de vente : Disons que, bien que vous soyez un employé loyal de FB, vous êtes un peu pessimiste quant à ses perspectives. Cette stratégie d’achat d’options de vente ne vous offrira qu’une protection contre les risques de baisse, mais ne résoudra pas le problème de la décroissance dans le temps. Vous pensez que l’action pourrait se négocier en dessous de 150 $ au cours des trois prochaines années, et vous achetez donc les options de vente de 150 $ de janvier 2020 qui sont disponibles à 14,20 $. Dans ce cas, votre mise de fonds serait de 7 100 $ pour cinq contrats. Vous atteindriez le seuil de rentabilité si le FB se négocie à 135,80 $ et vous gagneriez de l’argent si le titre se négocie en dessous de ce niveau. Si l’action ne descend pas en dessous de 150 $ d’ici janvier 2020, vous perdrez la totalité des 7 100 $, et si l’action se négocie entre 135,80 $ et 150 $ d’ici janvier 2020, vous récupérerez une partie de la prime payée. Cette stratégie ne vous obligerait pas à exercer vos OSE et peut également être poursuivie comme stratégie autonome.
    3. Collier sans frais : Cette stratégie vous permet de construire un collier qui établit une fourchette de négociation pour vos avoirs en BF, sans frais initiaux ou avec des frais minimaux. Il s’agit d’une option d’achat couverte, une partie ou la totalité de la prime reçue étant utilisée pour acheter une option de vente. Dans ce cas, l’achat des options d’achat à 215 $ de janvier 2020 rapportera une prime de 19,90 $, qui pourra être utilisée pour acheter les options de vente à 165 $ de janvier 2020 à 19,52 $. Dans cette stratégie, votre action court le risque d’être rappelée si elle se négocie au-dessus de 215 $, mais votre risque de baisse est plafonné à 165 $.

Parmi ces stratégies, la vente d’options d’achat est la seule qui vous permette de compenser l’érosion de la valeur temporelle de vos actions en faisant jouer la décroissance temporelle en votre faveur. L’achat de puts aggrave la question de la décroissance du temps mais constitue une bonne stratégie pour couvrir le risque de baisse, tandis que le collier sans frais a un coût minime mais ne résout pas la question de la décroissance du temps des OSE.

Les OSE sont une forme de rémunération en actions accordée par les entreprises à leurs employés et cadres. Comme une option d’achat ordinaire, une OSE donne à son détenteur le droit d’acheter l’actif sous-jacent – l’action de l’entreprise – à un prix déterminé pendant une période de temps limitée. Les OSE ne sont pas la seule forme de rémunération en actions, mais elles sont parmi les plus courantes.

Les options d’achat d’actions sont de deux types principaux. Les options d’achat d’actions incitatives, qui ne sont généralement proposées qu’aux employés clés et aux cadres supérieurs, bénéficient dans de nombreux cas d’un traitement fiscal préférentiel, car l’IRS considère les gains réalisés sur ces options comme des plus-values à long terme. Les stock-options non qualifiées (NSO) peuvent être accordées aux employés à tous les niveaux d’une entreprise, ainsi qu’aux membres du conseil d’administration et aux consultants. Également appelées « stock-options non statutaires », les bénéfices réalisés sur celles-ci sont considérés comme des revenus ordinaires et sont imposés en tant que tels.

Bien que l’octroi d’une option ne soit pas un événement imposable, l’imposition commence au moment de l’exercice et la vente des actions acquises déclenche également un autre événement imposable. L’impôt à payer au moment de l’exercice est un élément dissuasif majeur contre l’exercice anticipé des OSA.

Les OES diffèrent des options cotées ou négociées en bourse de nombreuses façons : comme elles ne sont pas négociées, leur valeur n’est pas facile à déterminer. Contrairement aux options cotées en bourse, les OE n’ont pas de spécifications normalisées ni d’exercice automatique. Le risque de contrepartie et le risque de concentration sont deux risques dont les détenteurs d’OES doivent être conscients.

Bien que les OES n’aient pas de valeur intrinsèque lors de l’attribution des options, il serait naïf de penser qu’elles sont sans valeur. En raison de leur longue durée d’expiration par rapport aux options cotées en bourse, les OES ont une valeur temporelle importante qui ne devrait pas être gaspillée par un exercice anticipé.

Malgré l’importante charge fiscale et la perte de valeur temporelle qu’entraîne l’exercice anticipé, celui-ci peut se justifier dans certains cas, par exemple lorsque des liquidités sont nécessaires, qu’une diversification du portefeuille s’impose, que les perspectives boursières ou les perspectives de marché se détériorent ou que les actions doivent être livrées dans le cadre d’une stratégie de couverture par appels.

Les stratégies de couverture de base de l’OSE comprennent la vente d’options d’achat, l’achat d’options de vente et la mise en place de tunnels sans frais. Parmi ces stratégies, la vente d’options d’achat est la seule où l’érosion de la valeur temporelle des OSE peut être compensée en faisant jouer la décroissance temporelle en sa faveur.

Les détenteurs d’OSE doivent connaître le plan d’options sur actions de leur entreprise ainsi que leur accord d’options afin de comprendre les restrictions et les clauses qui y figurent. Ils doivent également consulter leur planificateur financier ou leur gestionnaire de patrimoine pour tirer le meilleur parti de cette composante potentiellement lucrative de la rémunération.

Retour haut de page