Pourquoi un portefeuille 60/40 n'est plus suffisant

Pendant de nombreuses années, un grand pourcentage de planificateurs financiers et de courtiers en valeurs mobilières ont créé pour leurs clients des portefeuilles composés à 60 % d’actions et à 40 % d’obligations ou d’autres produits à revenu fixe. Et ces portefeuilles dits équilibrés se sont plutôt bien comportés tout au long des années 80 et 90.

Cependant, une série de marchés baissiers qui ont débuté en 2000, associée à des taux d’intérêt historiquement bas, a érodé la popularité de cette approche fondamentale de l’investissement. Certains experts affirment aujourd’hui qu’un portefeuille bien diversifié doit comprendre plus de catégories d’actifs que les seules actions et obligations. Comme nous le verrons plus loin, ces experts estiment qu’il faut désormais adopter une approche beaucoup plus large pour obtenir une croissance durable à long terme.

Points clés à retenir

  • Autrefois le pilier des investisseurs avertis, le portefeuille équilibré 60/40 ne semble plus adapté à l’environnement actuel du marché.
  • Au lieu d’allouer 60 % à des actions et 40 % à des obligations, de nombreux professionnels préconisent désormais des pondérations différentes et une diversification dans des catégories d’actifs encore plus importantes.
  • En particulier, les investissements alternatifs tels que les fonds spéculatifs, les matières premières et les fonds de capital-investissement, ainsi que les actifs protégés contre l’inflation, sont de nouveaux ajouts au portefeuille bien équilibré.

Des marchés en mutation

Bob Rice, le stratège en chef des investissements de la banque d’affaires Tangent Capital, s’est exprimé lors de la cinquième conférence annuelle sur les investissements alternatifs. Il y a prédit qu’un portefeuille 60/40 ne devrait croître que de 2,2% par an à l’avenir et que ceux qui souhaitent se diversifier de manière adéquate devront explorer d’autres alternatives telles que le capital-investissement, le capital-risque, les fonds spéculatifs, le bois, les objets de collection et les métaux précieux.

M. Rice a énuméré plusieurs raisons pour lesquelles la combinaison traditionnelle 60/40 qui avait fonctionné au cours des dernières décennies semblait sous-performer : en raison des valorisations élevées des actions, des politiques monétaires qui n’ont jamais été utilisées auparavant, des risques accrus dans les fonds obligataires et des prix bas sur les marchés des matières premières. Un autre facteur a été l’explosion de la technologie numérique qui a eu un impact considérable sur la croissance et le fonctionnement des industries et des économies.

vous pouvez intéressé:  Comment le mercantilisme a affecté les colonies britanniques

« On ne peut plus investir dans un seul avenir, il faut investir dans plusieurs », a déclaré Mme Rice. « Les choses qui ont fait fonctionner les portefeuilles 60/40 sont brisées. L’ancien portefeuille 60/40 faisait ce que les clients voulaient, mais ces deux classes d’actifs ne peuvent plus le faire à elles seules. C’était pratique, c’était facile, et c’est fini. Nous ne faisons plus entièrement confiance aux actions et aux obligations pour assurer un revenu, une croissance, une protection contre l’inflation et une protection contre les risques de baisse ».

Mme Rice a ensuite cité le fonds de dotation de l’université de Yale comme un exemple parfait de la façon dont les actions et les obligations traditionnelles ne sont plus adéquates pour produire une croissance matérielle avec un risque gérable. Ce fonds n’a actuellement que 5 % de son portefeuille alloué aux actions et 6 % aux obligations traditionnelles de toute sorte, et les 89 % restants sont alloués à d’autres secteurs et classes d’actifs alternatifs. Bien que l’allocation d’un seul portefeuille ne puisse pas, bien sûr, être utilisée pour faire des prévisions générales, le fait qu’il s’agisse de la plus faible allocation aux actions et aux obligations dans l’histoire du fonds est significatif.

Mme Rice a également encouragé les conseillers à envisager un ensemble différent d’offres alternatives en lieu et place des obligations, comme les sociétés en commandite principales, les redevances, les instruments de dette des marchés émergents et les fonds de créances et d’actions à long et court terme. Bien entendu, les conseillers financiers devraient placer leurs clients de petite et moyenne taille dans ces catégories d’actifs par le biais de fonds communs de placement ou de fonds négociés en bourse (ETF) pour rester en conformité et gérer les risques efficacement. Mais le nombre croissant d’instruments gérés professionnellement ou passivement qui peuvent offrir une diversification dans ces domaines rend cette approche de plus en plus réalisable pour les clients de toute taille.

vous pouvez intéressé:  Comment les investisseurs doivent-ils interpréter les informations relatives aux créances sur le bilan d'une entreprise ?

Portefeuilles alternatifs

Alex Shahidi, JD, CIMA, CFA, CFP, CLU, ChFC – professeur à l’Université luthérienne de Californie et directeur général des investissements, consultant institutionnel chez Merrill Lynch & Co. à Century City, Californie – a publié un article pour le magazine IMCA Investment and Wealth Management en 2012. Dans ce document, Shahidi a souligné les lacunes du mix 60/40 et a expliqué comment il n’a pas été historiquement performant dans certains environnements économiques. Shahidi affirme que ce mélange est presque aussi risqué qu’un portefeuille composé uniquement d’actions, en utilisant des données historiques de rendement remontant à 1926.

Shahidi crée également un portefeuille alternatif composé d’environ 30% de bons du Trésor, 30% de titres du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS), 20% d’actions et 20% de matières premières et montre que ce portefeuille produirait presque exactement les mêmes rendements au fil du temps mais avec beaucoup moins de volatilité. Il illustre, à l’aide de tableaux et de graphiques, la manière dont son portefeuille « e-balanced » se comporte dans plusieurs cycles économiques où la combinaison traditionnelle est peu performante. En effet, les TIPS et les matières premières ont tendance à surperformer en période de hausse de l’inflation. Et deux des quatre classes de son portefeuille se comporteront bien dans chacun des quatre cycles économiques d’expansion, de pic, de contraction et de creux, ce qui explique pourquoi son portefeuille peut offrir des rendements compétitifs avec une volatilité nettement inférieure.

Le mélange 60/40 d’actions et d’obligations a produit des rendements supérieurs sur certains marchés, mais présente également certaines limites. Les turbulences sur les marchés au cours des dernières décennies ont conduit un nombre croissant de chercheurs et de gestionnaires de fonds à recommander une allocation plus large des actifs afin de réaliser une croissance à long terme avec un niveau de risque raisonnable.

Retour haut de page