Quid Pro Quo : Définition et exemple

Qu’est-ce qu’un quid pro quo ?

Quid pro quo est un terme latin qui signifie « quelque chose pour quelque chose » qui a son origine au Moyen-Âge en Europe. Il décrit une situation où deux parties s’engagent dans un accord mutuel pour échanger des biens ou des services de manière réciproque. Dans un accord de contrepartie, un transfert est donc subordonné à un transfert de l’autre partie.

Dans les contextes commerciaux et juridiques, la contrepartie signifie qu’un bien ou un service a été échangé contre quelque chose de valeur égale. Elle a été utilisée en politique pour décrire une pratique contraire à l’éthique consistant à dire « Je ferai quelque chose pour toi, si tu fais quelque chose pour moi », mais elle est autorisée si elle ne donne pas lieu à des pots-de-vin ou à des malversations.

Points clés à retenir

  • Quid pro quo est un terme latin qui signifie « quelque chose pour quelque chose » et qui décrit un accord entre deux ou plusieurs parties dans lequel il y a un échange réciproque de biens ou de services.
  • Les tribunaux peuvent rendre un contrat commercial nul s’il semble injuste ou unilatéral, et une contrepartie de contrepartie est donc souvent justifiée.
  • En politique, les accords de contrepartie sont acceptables tant qu’ils n’impliquent pas de corruption ou tout autre détournement.

Comprendre la contrepartie

La clé d’un accord commercial de contrepartie est une contrepartie, qui peut prendre la forme d’un bien, d’un service, d’argent ou d’un instrument financier. Ces contreparties sont jointes à un contrat dans lequel quelque chose est fourni et quelque chose de valeur égale est donc rendu en échange. En l’absence de telles considérations, un tribunal peut déclarer un contrat nul ou non contraignant. En outre, si l’accord semble injuste ou trop unilatéral, les tribunaux peuvent déclarer le contrat nul et non avenu. Tout individu, entreprise ou autre entité commerciale doit savoir ce que l’on attend des deux parties pour conclure un contrat.

vous pouvez intéressé:  Définition du numéro de compte bancaire international (IBAN)

Un accord de troc entre deux parties est un exemple d’accord commercial de contrepartie où l’on échange quelque chose contre une autre chose de valeur similaire. Dans d’autres contextes, une contrepartie peut être une situation plus douteuse sur le plan éthique, impliquant un accord de « faveur pour une faveur » plutôt qu’un échange équilibré de biens ou de services de même valeur.

Autres exemples de Quid Pro Quo

Les accords de contrepartie peuvent avoir une connotation négative dans certains contextes. Par exemple, dans un accord de contrepartie entre le service de recherche d’une banque d’investissement et une entreprise publique, la banque peut modifier la notation des actions de l’entreprise en échange d’une prise ferme. En réponse à ces conflits d’intérêts potentiels, les autorités de régulation financière américaines ont enquêté et publié des règles pour s’assurer que les entreprises font passer les intérêts de leurs clients avant les leurs lorsqu’elles émettent des notations d’actions.

Un autre exemple d’accord de contrepartie douteux dans le monde des affaires est l’accord sur le « soft dollar ». Dans un tel accord, une entreprise (entreprise A) utilise les recherches d’une autre entreprise (entreprise B). En échange, l’entreprise B exécute toutes les transactions de l’entreprise A. Cet échange de services est utilisé comme un paiement en lieu et place d’un paiement traditionnel en dollars. Les recherches ont montré que les transactions exécutées dans le cadre d’accords de paiement indirect en dollars coûtent plus cher que les accords d’exécution seule.

Néanmoins, les accords de soft dollar comme ceux-ci sont légaux aux États-Unis et dans d’autres pays, bien que découragés dans certaines juridictions et considérés comme contraires à l’éthique par certains critiques.

vous pouvez intéressé:  Définition de l'économie du Gig

Considérations particulières : Quid Pro Quo en politique

Des arrangements de contrepartie peuvent également exister dans le domaine politique. Par exemple, en échange de dons, un homme politique peut être obligé de fournir une contrepartie future concernant l’élaboration des politiques ou la prise de décision.

Une telle contrepartie n’implique pas toujours un pot-de-vin, mais simplement la compréhension que le politicien tiendra compte des souhaits du donateur lorsqu’il élaborera une politique ou votera sur une législation. La quid pro quo est très controversée en politique, à tel point qu’au cours des 40 dernières années, de nombreuses affaires ont été portées devant la Cour suprême pour définir ce qui constitue un accord illégal.

Aux États-Unis, la loi sur les campagnes électorales fédérales limite le nombre de contributions des donateurs à une campagne.

Retour haut de page