Acheter au prix fort et vendre au prix faible avec une force relative

Que vous disposiez de 1 000 dollars ou que vous gériez des milliards, la technique de la force relative (RS) est un outil populaire et utile pour comparer un investissement par rapport à l’ensemble du marché. Mais peu de personnes parviennent à utiliser efficacement cette technique, car elles ne parviennent pas à l’intégrer dans une stratégie de négociation globale. Dans cet article, nous définissons la force relative, nous expliquons pourquoi elle fonctionne et nous démontrons comment les investisseurs individuels peuvent utiliser les stratégies de force relative. Cet outil polyvalent peut être appliqué aux actions, aux fonds négociés en bourse (ETF) ou aux fonds communs de placement.

Force relative

L’objectif de l’investissement est de vendre quelque chose à un prix supérieur à celui que l’investisseur a payé pour l’acheter. Le problème auquel les investisseurs sont confrontés est de déterminer quand les prix sont suffisamment bas pour indiquer un achat et suffisamment élevés pour décider que la vente est le meilleur choix. La force relative permet de résoudre ce problème en quantifiant la performance d’une action par rapport à d’autres actions. L’idée est d’acheter les actions les plus fortes (par rapport à la performance du marché global), de les conserver pendant que les plus-values s’accumulent, et de les vendre lorsque leur performance se détériore au point de figurer parmi les moins performantes.

La force relative est connue depuis longtemps comme un précieux outil d’investissement. Jesse Livermore, dans le classique d’Edwin Lefebvre de 1923 « Reminiscences of a Stock Operator », a noté que « [les prix] ne sont jamais trop élevés pour commencer à acheter ou trop bas pour commencer à vendre ». En d’autres termes, les actions dont le prix est relativement élevé continueront probablement à augmenter et il est préférable, du point de vue de Livermore, d’acheter ces actions plutôt que d’acheter des actions dont le prix est en baisse. Depuis l’époque où M. Lefebvre a écrit, de nombreuses discussions ont eu lieu sur la meilleure façon de calculer précisément quand les prix sont élevés, sur une base relative, et quand ils sont bas.

vous pouvez intéressé:  La trésorerie des entreprises : comprendre l'essentiel

L’un des premiers calculs quantitatifs de la force relative apparaît dans les « Relative Velocity Statistics » de H. M. Gartley : Their Application in Portfolio Analysis » de H. M. Gartley, publié dans le numéro d’avril 1945 du Financial Analysts Journal. Pour calculer les statistiques de vitesse, Gartley a écrit

« Il faut d’abord sélectionner une moyenne ou un indice pour représenter le marché au sens large, comme l’indice Standard & Poor’s de 90 actions, l’indice Dow-Jones composite de 65 actions, ou une mesure plus complète … L’étape suivante consiste à calculer le pourcentage comparable d’augmentation ou de diminution de l’action individuelle dans le swing … Et enfin, le pourcentage d’augmentation ou de diminution de l’action individuelle est divisé par l’évolution correspondante de l’indice de base et multiplié par 100, pour donner la « note de vitesse » de l’action ».

Les cotes de vitesse sont très similaires à ce que nous appelons maintenant la bêta, l’idée du prix Nobel de la mémoire définie par William Sharpe. Ces étapes définissent également l’idée de base de la force relative, qui consiste à comparer mathématiquement la performance d’une action individuelle à celle du marché. Il existe plusieurs façons de calculer la force relative, mais toutes finissent par mesurer la dynamique d’une action et par comparer cette valeur à celle du marché global.

Après Gartley, il faudra attendre plus de 20 ans avant qu’une autre étude sur la force relative ne soit publiée. En 1967, Robert Levy a publié un article très détaillé, qui a démontré de façon concluante que la force relative fonctionne (ou du moins qu’elle a fonctionné pendant sa période d’essai de 1960-1965). Il a examiné la force relative sur différentes périodes, puis a étudié la performance future des actions et a constaté que celles qui avaient bien performé au cours des 26 semaines précédentes avaient tendance à bien performer également au cours des 26 semaines suivantes.

vous pouvez intéressé:  Comment devenir un banquier d'affaires

Demande de RS

Comme exemple de calcul de la force relative, nous pouvons prendre le taux de variation sur six mois du prix d’une action et le diviser par le taux de variation sur six mois d’un indice boursier. Si IBM a augmenté de 12% au cours des six derniers mois alors que le marché, tel que mesuré par le S&P 500, a augmenté de 10%, nous obtiendrions une valeur de 1,2. Un exemple de ce type de graphique est présenté ci-dessous.

Image

Comme indiqué ci-dessus, l’achat et la vente basés uniquement sur les ruptures de tendance de la RS se seraient avérés être une stratégie rentable à long terme. Les signaux d’achat sont représentés par des flèches montantes, les ventes sont orientées vers le bas.

Un graphique mensuel est présenté car il est préférable d’appliquer la RS sur une période hebdomadaire à mensuelle pour éviter d’être fouetté. Dans cet exemple, les achats sont effectués lorsque la RS casse une ligne de tendance descendante et les signaux de vente se produisent lorsqu’une ligne de tendance ascendante est cassée. Cette technique n’aurait nécessité que trois achats sur une période de 15 ans, tous rentables.

Une application plus courante de la RS consiste à classer toutes les actions dans un univers d’investissement.

La première étape de tout processus de classement consiste à calculer une valeur pour RS. Bien que le simple calcul du taux de variation fonctionne bien, certains investisseurs préfèrent utiliser une moyenne du taux de variation sur plusieurs périodes, bêta ou alpha, qui est un concept lié au bêta. La méthode utilisée n’est pas aussi importante que l’application cohérente de la formule. Les classements doivent être effectués chaque semaine afin de maximiser les gains et, ce qui est tout aussi important, de minimiser les pertes.

Profiter de la RS

L’idée de classer les actions par RS peut aider les petits investisseurs à gérer leurs comptes de retraite. De nombreux employeurs offrent à leurs employés un plan de retraite dans le cadre d’une rémunération globale. De nombreux travailleurs indépendants ont également un plan de retraite en raison des avantages fiscaux et parce qu’ils constituent un élément important de la planification financière globale d’un individu. Alors que les régimes de retraite traditionnels versaient aux employés un pourcentage de leurs revenus annuels après leur retraite, l’augmentation des coûts a obligé les employeurs à transférer la charge du financement de la retraite aux employés, d’où les régimes à cotisations définies actuellement proposés dans la plupart des entreprises.

Dans le cadre d’un régime à cotisations définies, les employés versent une partie de leur salaire total à un IRA. L’employeur peut verser une partie de la cotisation. La totalité des cotisations est investie, souvent en bourse, et le rendement de l’investissement, qui peut finalement être un gain ou une perte, est crédité sur le compte de l’individu. Au moment de la retraite, le solde de ce compte constitue un revenu de retraite.

La plupart de ces plans de retraite autogérés comportent des avantages fiscaux. En échange des avantages fiscaux, le gouvernement définit des limites strictes pour les retraits des comptes de retraite avant d’atteindre l’âge de la retraite. Cela fait des comptes de retraite de véritables investissements à long terme et signifie qu’ils doivent être gérés comme tels. La gestion à long terme fait de ces comptes le véhicule parfait pour appliquer une stratégie de force relative, en recherchant des gains supérieurs au marché tout en étant capable d’accepter le risque.

Si nous supposons que l’employeur offre une gamme typique d’options d’investissement, il peut y avoir une douzaine de fonds communs de placement différents. Pour gérer activement ce compte, l’investisseur peut calculer chaque semaine le taux de variation simple sur six mois de chaque option d’investissement ainsi qu’un indice de marché. Le trader de RS investira tout l’argent du compte dans le fonds ayant la valeur la plus élevée.

La décision de vendre et d’acheter quelque chose d’autre peut également être basée sur la RS. Pour éviter les coups de fouet, vous pouvez conserver le fonds pendant qu’il est classé n° 1, 2 ou 3. S’il tombe en quatrième position ou en dessous dans une semaine donnée, il doit être vendu et le fonds actuellement classé numéro 1 doit être acheté avec le produit de la vente. Lorsque plus de 12 fonds sont utilisés dans le calcul, le rang limite peut être fixé à 25-50% du nombre d’options d’investissement.

Conclusion

Les résultats d’études telles que celle menée par Robert Levy illustrent les avantages de la force relative et prouvent que cette méthode mérite d’être explorée. La possibilité d’utiliser une stratégie de force relative au sein d’un compte de retraite rend cette stratégie encore plus accessible à l’investisseur moyen et elle peut être utilisée par toute personne souhaitant jouer un rôle actif dans la gestion de ses investissements.

Retour haut de page