Comprendre les économies nord-coréenne et sud-coréenne

Economies nord-coréenne et sud-coréenne : Une vue d’ensemble

Après la fin des combats de la guerre de Corée en 1953, la Corée du Sud et la Corée du Nord ont pris des chemins radicalement différents. En ce qui concerne leur économie et leur niveau de vie, elles ne pourraient guère être plus différentes.

Les deux Corées sont séparées par la zone démilitarisée, une bande de quatre kilomètres de large le long du 38e parallèle qui divise la péninsule coréenne en deux à peu près. Au sud de la zone démilitarisée, la Corée du Sud possède l’une des économies les plus avancées du monde, tandis qu’au nord, son voisin est une dictature militaire qui garde le poing serré sur l’économie. Le Nord continue de faire face à des défis en matière d’alimentation et de nutrition, entre autres difficultés.

Points clés à retenir

  • L’économie de la Corée du Nord est isolée et étroitement contrôlée. Elle est généralement incapable de répondre aux besoins fondamentaux de sa population. 
  • Les économistes ont du mal à analyser l’économie nord-coréenne car les données sont soit inexistantes, soit peu fiables, soit dépassées.
  • L’économie de la Corée du Sud est l’une des plus avancées et des plus productives au monde, se classant au 12e rang mondial en termes de production annuelle. 
  • La croissance économique de la Corée du Sud dépend fortement des exportations, et le pays est en tête du monde pour les livraisons de semi-conducteurs et de puces de mémoire. 

L’économie nord-coréenne

Longtemps dominée par la dynastie des Kim, la Corée du Nord est l’un des pays les plus isolés au monde. La dictature militaire de Kim Jong-un garde un contrôle étroit sur l’économie, y compris sur presque tous les aspects de la production et de la distribution.

La famille Kim a longtemps donné la priorité à sa propre survie politique – et, par conséquent, à son ambition de développer des armes nucléaires – plutôt qu’au développement économique de la nation. La Corée du Nord étant si isolée – en partie à cause des sanctions internationales sur son programme nucléaire – et le peu de données que le gouvernement publie n’étant pas considérées comme fiables, on ne sait pas grand-chose de sûr sur sa production économique annuelle.

vous pouvez intéressé:  Qu'est-ce que le crédit de fidélisation des employés et comment l'obtenir

En 2015, la CIA a estimé que le PIB du pays était d’environ 40 milliards de dollars. 

Manque d’éléments de base

À l’exception d’une courte période dans les années 1960, où son économie a brièvement éclipsé celle de son voisin du sud, la Corée du Nord a été généralement incapable de répondre aux besoins de sa population. L’économie de la Corée du Nord a subi une récession dévastatrice dans les années 1990, lorsqu’elle s’est contractée de près d’un tiers, et on estime que la famine a coûté la vie à plusieurs centaines de milliers de personnes. 

Les choses se sont améliorées, mais les privations sont encore fréquentes. Selon la Banque mondiale, plus de la moitié des Nord-Coréens n’avaient pas accès à l’électricité en 2017, tandis que les générateurs chinois récemment installés fournissent plus d’un tiers de l’électricité de la capitale du pays, Pyongyang. 

Aide de la Chine et d’autres pays

Le régime nord-coréen adhère à la doctrine du Juche, ou de l’autonomie, mais l’État reçoit régulièrement l’aide et l’assistance d’organismes internationaux comme les Nations unies, ainsi que d’une poignée de pays. Il dépend fortement de la Chine, son plus grand soutien, pour son assistance économique et diplomatique. 

De petits pas vers la libéralisation

Ces dernières années, le gouvernement nord-coréen a autorisé des activités de marché libre à petite échelle, ce qui a donné naissance à une classe moyenne croissante de commerçants et de petits entrepreneurs. Il a également été rapporté que Kim cherche à prendre de nouvelles mesures pour développer et réformer l’économie.

Pour développer l’économie de la Corée du Nord, il est probable que la première étape consiste à exploiter ses ressources naturelles, dont la valeur est estimée à des billions de dollars. C’est l’une des raisons pour lesquelles les pays voisins comme la Chine et la Russie sont enthousiastes à l’idée d’investir en Corée du Nord, en particulier dans son réseau de transport dysfonctionnel.

vous pouvez intéressé:  Pourquoi une entreprise procéderait-elle à un regroupement d'actions ?

L’économie « miracle » de la Corée du Sud

La transformation économique de la Corée du Sud depuis la guerre de Corée a été surnommée le« Miracle sur le fleuve Han« . Autrefois accablée par la pauvreté et le chaos politique, la Corée du Sud a rejoint le « club des billions de dollars » des principales économies mondiales, et fait partie du Groupe des 20.

La Corée du Sud est aujourd’hui la 12e économie mondiale en termes de produit intérieur brut, et abrite certaines des marques les plus emblématiques du monde, dont Samsung Electronics et Hyundai Motors. Elle est le premier exportateur mondial de semi-conducteurs (bien qu’elle soit confrontée à une concurrence croissante de la Chine) et de puces de mémoire et l’un des premiers exportateurs mondiaux de voitures.

Alors que le commerce de la Corée du Nord avec le monde extérieur a presque totalement cessé, la Corée du Sud est devenue l’un des plus importants exportateurs au monde. 

Défis pour la Corée du Sud

Démocratie solide, la Corée du Sud est bien classée en matière de liberté économique, bien que le gouvernement joue toujours un rôle dans le développement de la stratégie industrielle. La nation dépend fortement des exportations, qui représentent environ 40 % du PIB. Par conséquent, tout effondrement du commerce mondial frappe généralement le pays de plein fouet. Ces dernières années, les responsables politiques sud-coréens ont souligné la nécessité de développer des stratégies de croissance alternatives, notamment en renforçant la demande intérieure, mais peu de progrès ont été réalisés jusqu’à présent.

La croissance en Corée du Sud a ralenti et devrait continuer à ralentir, ce que connaissent la plupart des économies avancées. Selon le Factbook de la CIA, la croissance au-delà de 2018 devrait être de l’ordre de 2 à 3 % par an. Le pays est également confronté à des problèmes socio-économiques, notamment le chômage des jeunes, la pauvreté des personnes âgées et une démographie défavorable.

Retour haut de page