Définition de Brexit

Qu’est-ce que Brexit ?

Brexit est un portemanteau des mots « British » et « exit » inventé pour faire référence à la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne (UE) lors d’un référendum le 23 juin 2016. Brexit a eu lieu à 23 heures, heure de Greenwich, le 31 janvier 2020.

Alors que le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne, il est maintenant dans une période de transition pour négocier une nouvelle relation avec l’UE. Pendant cette période, il n’a pas son mot à dire dans la politique de l’UE, mais devra néanmoins se conformer aux règles de l’UE. Le Royaume-Uni doit maintenant renégocier l’ensemble de ses relations commerciales avec l’UE, son principal partenaire commercial, d’ici le 1er janvier 2021. S’il ne le fait pas, il sera soudainement soumis à une foule de modifications des règles et des tarifs douaniers à mesure qu’il sortira du marché unique et de l’union douanière de l’UE. Ce scénario, appelé « no-deal » Brexit, serait probablement très préjudiciable à l’économie britannique. 

1:08

Le référendum

« Leave » a remporté le référendum de juin 2016 avec 51,9 % des voix, soit 17,4 millions de votes ; « Remain » en a reçu 48,1 %, soit 16,1 millions. Le taux de participation a été de 72,2 %. Les résultats ont été calculés à l’échelle du Royaume-Uni, mais les chiffres globaux dissimulent des différences régionales marquées : 53,4 % des électeurs anglais ont soutenu Brexit, contre seulement 38 % des électeurs écossais. Comme l’Angleterre représente la grande majorité de la population britannique, le soutien de cette dernière a fait pencher la balance en faveur de Brexit. Si le vote n’avait eu lieu qu’au Pays de Galles (où « Leave » a également gagné), en Écosse et en Irlande du Nord, Brexit aurait obtenu moins de 45 % des voix. 

Le résultat du vote a défié les attentes et a fait chuter la livre sterling à son plus bas niveau par rapport au dollar depuis 30 ans. L’ancien Premier ministre David Cameron, qui avait organisé le référendum et fait campagne pour que le Royaume-Uni reste dans l’UE, a annoncé sa démission le lendemain. Il a été remplacé à la tête du Parti conservateur et au poste de Premier ministre par Theresa May en juillet 2016.

La période de négociation de l’article 50

Le processus de sortie de l’UE a officiellement commencé le 29 mars 2017, lorsque le mois de mai a déclenché l’article 50 du traité de Lisbonne. Le Royaume-Uni disposait initialement de deux ans à compter de cette date pour négocier une nouvelle relation avec l’UE. Après une élection éclair le 8 juin 2017, le mois de mai est resté le leader du pays. Cependant, les conservateurs ont perdu leur majorité absolue au Parlement et ont convenu d’un accord avec le parti unioniste démocratique eurosceptique (DUP). Cela a ensuite causé des difficultés à May pour faire adopter son accord de retrait au Parlement.

Les discussions ont commencé le 19 juin 2017, et les questions ont tourné autour du processus, en partie parce que la constitution britannique n’est pas écrite et en partie parce qu’aucun pays n’a encore quitté l’UE en invoquant l’article 50 (l’Algérie a quitté le prédécesseur de l’UE grâce à son indépendance vis-à-vis de la France en 1962, et le Groenland – un territoire danois autonome – a quitté l’UE par le biais d’un traité spécial en 1985).

Le 25 novembre 2018, la Grande-Bretagne et l’UE se sont mises d’accord sur un accord de retrait de 599 pages, un accord Brexit, portant sur des questions telles que les droits des citoyens, le projet de loi sur le divorce et la frontière irlandaise. Le Parlement a voté cet accord pour la première fois le mardi 15 janvier 2019. Les membres du Parlement ont voté 432-202 pour rejeter l’accord, la plus grande défaite pour un gouvernement à la Chambre des communes dans l’histoire récente. 

Mme May a quitté la tête de son parti le 7 juin 2019 après avoir échoué à trois reprises à faire approuver par la Chambre des communes l’accord qu’elle avait négocié avec l’UE. Le mois suivant, Boris Johnson, ancien maire de Londres, ministre des affaires étrangères et rédacteur en chef du journal The Spectator, a été élu premier ministre.

Johnson, partisan de la ligne dure de Brexit, a fait campagne sur une plateforme visant à quitter l’UE avant la date limite d’octobre « faire ou mourir » et a déclaré qu’il était prêt à quitter l’UE sans accord. Les négociateurs britanniques et européens se sont mis d’accord sur un nouvel accord de divorce le 17 octobre. La principale différence avec l’accord de mai est que la clause de sauvegarde irlandaise a été remplacée par un nouvel arrangement. Le protocole révisé sur l’Irlande et l’Irlande du Nord est disponible ici.

Un autre moment historique s’est produit en août 2019 lorsque le Premier ministre Boris Johnson a demandé à la Reine de suspendre le Parlement de la mi-septembre au 14 octobre, et elle a approuvé. Cette mesure a été considérée comme un stratagème pour empêcher les députés de bloquer une sortie chaotique de l’UE et certains ont même qualifié ce geste de coup d’État. Le 24 septembre, les 11 juges de la Cour suprême ont unanimement jugé ce stratagème illégal et l’ont annulé.

La période de négociation a également vu les partis politiques britanniques faire face à leurs propres crises. Les législateurs ont quitté les partis conservateur et travailliste en signe de protestation. Il y a eu des allégations d’antisémitisme au sein du parti travailliste, et Corbyn a été critiqué pour sa façon de traiter la question. En septembre, le Premier ministre Boris Johnson a expulsé 21 députés pour avoir voté afin de retarder Brexit.

Le Royaume-Uni devait quitter l’UE d’ici le 31 octobre 2019, mais le Parlement britannique a voté pour forcer le gouvernement à demander une prolongation du délai et a également retardé le vote sur le nouvel accord. Boris Johnson a alors appelé à des élections générales. Lors de l’élection du 12 décembre, la troisième élection générale en moins de cinq ans, le Parti conservateur de Johnson a remporté une énorme majorité de 364 sièges à la Chambre des communes sur 650. Il y est parvenu malgré le fait qu’il n’ait reçu que 42 % des voix, ses adversaires étant répartis entre plusieurs partis. 

vous pouvez intéressé:  Définition de la subvention

Négociations Brexit

Le négociateur principal de la Grande-Bretagne dans les négociations avec Bruxelles était David Davis, un député du Yorkshire, jusqu’au 9 juillet 2018, date à laquelle il a démissionné. Il a été remplacé par le ministre du logement Dominic Raab en tant que secrétaire de Brexit. Raab a démissionné le 15 novembre 2018 en signe de protestation contre l’accord de mai. Il a été remplacé par le ministre de la santé et des affaires sociales, Stephen Barclay, le jour suivant.

Le négociateur en chef de l’UE est Michel Barnier, un homme politique français.

Les discussions préparatoires aux pourparlers ont mis en évidence les divisions dans les approches des deux parties au processus. Le Royaume-Uni voulait négocier les termes de son retrait en même temps que les termes de sa relation avec l’Europe après Brexit, tandis que Bruxelles voulait faire des progrès suffisants sur les termes du divorce d’ici octobre 2017, pour ensuite passer à un accord commercial. Dans une concession que les commentateurs pro et anti-Brexit ont considérée comme un signe de faiblesse, les négociateurs britanniques ont accepté l’approche séquentielle de l’UE.

Droits des citoyens

L’une des questions les plus épineuses sur le plan politique auxquelles les négociateurs de Brexit ont été confrontés est celle des droits des citoyens européens vivant au Royaume-Uni et des citoyens britanniques vivant dans l’UE.

L’accord de retrait permet la libre circulation des citoyens de l’UE et du Royaume-Uni jusqu’à la fin de la période de transition. Après la période de transition, ils conserveront leur droit de séjour s’ils continuent à travailler, s’ils disposent de ressources suffisantes ou s’ils sont liés à une personne qui travaille. Pour faire passer leur statut de résident à permanent, ils devront en faire la demande auprès du pays d’accueil. Les droits de ces citoyens peuvent leur être retirés brusquement si la Grande-Bretagne s’effondre sans avoir ratifié un accord. 

Depuis le référendum, les citoyens de l’UE quittent de plus en plus le Royaume-Uni. « Le solde migratoire de l’UE, tout en continuant d’augmenter la population dans son ensemble, est tombé à un niveau qui n’a plus été observé depuis 2009. Nous voyons aussi maintenant plus de citoyens de l’UE8 – ceux des pays d’Europe centrale et orientale, par exemple, de Pologne – quitter le Royaume-Uni que d’y arriver », a déclaré Jay Lindop, directeur du Centre pour les migrations internationales, dans un rapport trimestriel du gouvernement publié en février 2019.



Le Parlement britannique s’est battu pour le droit des citoyens de l’UE à rester au Royaume-Uni après Brexit, en affichant publiquement ses divisions nationales sur la migration. Après le référendum et la démission de M. Cameron, le gouvernement de May a conclu qu’il avait le droit, en vertu de la « prérogative royale », de déclencher l’article 50 et d’entamer le processus de retrait officiel de son propre chef. La Cour suprême britannique est intervenue, estimant que le Parlement devait autoriser la mesure, et la Chambre des Lords a modifié le projet de loi qui en a résulté pour garantir les droits des résidents nés dans l’UE. La Chambre des Communes – qui avait une majorité conservatrice à l’époque – a bloqué l’amendement et le projet de loi non amendé est devenu loi le 16 mars 2017.



Les opposants conservateurs à l’amendement ont fait valoir que les garanties unilatérales érodaient la position de négociation de la Grande-Bretagne, tandis que les partisans de l’amendement ont déclaré que les citoyens de l’UE ne devaient pas être utilisés comme « monnaie d’échange ». Des arguments économiques ont également été présentés : alors qu’un tiers des expatriés britanniques en Europe sont des retraités, les migrants de l’UE sont plus susceptibles de travailler que les Britanniques de naissance. Ce fait suggère que les migrants européens contribuent davantage à l’économie que leurs homologues britanniques ; là encore, les partisans du « congé » interprètent ces données comme une indication de la concurrence étrangère pour les rares emplois en Grande-Bretagne.

Règlement financier de Brexit

Le « Brexit bill » est le règlement financier que le Royaume-Uni doit à Bruxelles suite à son retrait.

L’accord de retrait ne mentionne pas de chiffre précis, mais il est estimé à 32,8 milliards de livres sterling, selon Downing Street. La somme totale comprend la contribution financière que le Royaume-Uni apportera pendant la période de transition puisqu’il agira en tant qu’État membre de l’UE et sa contribution aux engagements budgétaires de l’UE pour 2020. 

Le Royaume-Uni recevra également des fonds des programmes de l’UE pendant la période de transition et une part de ses actifs à la fin de celle-ci, qui comprend le capital qu’il a versé à la Banque européenne d’investissement (BEI).

Un accord conclu en décembre 2017 a permis de résoudre ce point de friction de longue date qui menaçait de faire dérailler complètement les négociations. L’équipe de M. Barnier a lancé la première volée en mai 2017 avec la publication d’un document énumérant les quelque 70 entités qu’elle prendrait en compte lors de l’élaboration du projet de loi. Le Financial Times a estimé que le montant brut demandé serait de 100 milliards d’euros ; déduction faite de certains actifs britanniques, la facture finale serait « de l’ordre de 55 à 75 milliards d’euros ».

L’équipe de M. Davis, quant à elle, a refusé les demandes de l’UE de soumettre la méthodologie préférée du Royaume-Uni pour le décompte du projet de loi. En août, il a déclaré à la BBC qu’il ne s’engagerait pas à fournir un chiffre avant octobre, date limite pour évaluer les « progrès suffisants » sur des questions telles que le projet de loi. Le mois suivant, il a déclaré à la Chambre des communes que les négociations sur le projet de loi Brexit pourraient se poursuivre « pendant toute la durée de la négociation ».

Davis a présenté ce refus à la Chambre des Lords comme une tactique de négociation, mais la politique intérieure explique probablement sa réticence. Boris Johnson, qui a fait campagne pour Brexit, a qualifié les estimations de l’UE d' »extorsion » le 11 juillet 2017, et a convenu avec un député conservateur que Bruxelles pouvait « aller siffler » s’ils voulaient « un sou ».

vous pouvez intéressé:  1%/10 Net 30 Définition

Dans son discours de septembre 2017 à Florence, May a cependant déclaré que le Royaume-Uni « honorerait les engagements que nous avons pris pendant la période de notre adhésion », Michel Barnier a confirmé aux journalistes en octobre 2019 que la Grande-Bretagne paierait ce qui lui était dû.

La frontière de l’Irlande du Nord

Le nouvel accord de retrait remplace par un protocole la disposition controversée de soutien irlandais. L’accord révisé stipule que le Royaume-Uni tout entier quittera l’union douanière de l’UE à Brexit, mais que l’Irlande du Nord suivra les règlements et les lois de l’UE en matière de TVA lorsqu’il s’agira de marchandises et que le gouvernement britannique percevra la TVA au nom de l’UE. Cela signifie qu’il y aura une frontière douanière limitée en mer d’Irlande, avec des contrôles dans les principaux ports. Quatre ans après la fin de la période de transition, l’assemblée d’Irlande du Nord pourra se prononcer sur cet arrangement.

Le filet de sécurité est apparu comme la principale raison de l’impasse dans laquelle se trouve Brexit. Il garantissait qu’il n’y aurait pas de « frontière dure » entre l’Irlande du Nord et l’Irlande. C’était une police d’assurance qui maintenait la Grande-Bretagne dans l’union douanière de l’UE avec l’Irlande du Nord en respectant les règles du marché unique européen. Le filet de sécurité, qui était censé être temporaire et remplacé par un accord ultérieur, ne pouvait être supprimé que si la Grande-Bretagne et l’UE donnaient toutes deux leur accord. En raison de cet accord, May n’a pas pu obtenir un soutien suffisant pour son accord. Les députés eurosceptiques voulaient qu’elle ajoute des modifications juridiquement contraignantes, car ils craignaient que cela ne compromette l’autonomie du pays et que cela ne dure indéfiniment. Jusqu’à présent, les dirigeants européens ont refusé de la supprimer et ont également exclu de fixer une limite de temps ou d’accorder à la Grande-Bretagne le pouvoir de la supprimer. Le 11 mars 2019, les deux parties ont signé à Strasbourg un pacte qui ne modifiait pas l’accord de retrait mais ajoutait des « garanties juridiques significatives », ce qui n’a pas suffi à convaincre les partisans de la ligne dure des Brexiteers.

Pendant des décennies, dans la seconde moitié du XXe siècle, la violence entre protestants et catholiques a entaché l’Irlande du Nord, et la frontière entre la campagne britannique et la République d’Irlande au sud a été militarisée. L’accord du Vendredi Saint de 1998 a rendu la frontière presque invisible, à l’exception des panneaux de limitation de vitesse, qui passent du kilomètre par heure au nord au kilomètre par heure au sud.

Les négociateurs britanniques et européens s’inquiètent des conséquences du rétablissement des contrôles aux frontières, comme la Grande-Bretagne pourrait devoir le faire pour mettre fin à la liberté de circulation au départ de l’UE. Pourtant, quitter l’union douanière sans imposer de contrôles douaniers à la frontière de l’Irlande du Nord ou entre l’Irlande du Nord et le reste de la Grande-Bretagne laisse la porte grande ouverte à la contrebande. Ce défi important et unique est l’une des raisons que les partisans du « Brexit doux » citent le plus souvent en faveur du maintien de l’union douanière de l’UE et peut-être de son marché unique. En d’autres termes, l’énigme de l’Irlande du Nord a peut-être créé une porte dérobée pour un Brexit doux.

La question se complique encore du fait que les conservateurs ont choisi le Parti unioniste démocratique d’Irlande du Nord comme partenaire de coalition : le DUP s’est opposé à l’Accord du Vendredi Saint et, contrairement au chef des conservateurs de l’époque, a fait campagne pour Brexit. En vertu de l’accord du vendredi saint, le gouvernement britannique est tenu de superviser l’Irlande du Nord avec une « impartialité rigoureuse » ; cela peut s’avérer difficile pour un gouvernement qui dépend de la coopération d’un parti dont la base de soutien est majoritairement protestante et qui a des liens historiques avec des groupes paramilitaires protestants. 

Arguments pour et contre Brexit

Les électeurs de « Leave » ont fondé leur soutien à Brexit sur divers facteurs, dont la crise de la dette européenne, l’immigration, le terrorisme et le fait que la bureaucratie de Bruxelles semble peser sur l’économie britannique. La Grande-Bretagne s’est longtemps méfiée des projets de l’Union européenne, qui, selon les Leavers, menacent la souveraineté du Royaume-Uni : le pays n’a jamais opté pour l’union monétaire de l’Union européenne, ce qui signifie qu’il utilise la livre au lieu de l’euro. Il est également resté en dehors de l’espace Schengen, ce qui signifie qu’il ne partage pas de frontières ouvertes avec un certain nombre d’autres nations européennes.

Les opposants à Brexit citent également un certain nombre de raisons pour justifier leur position. L’un d’eux est le risque que comporte le retrait du processus décisionnel de l’UE, étant donné que celle-ci est de loin la première destination des exportations britanniques. Un autre est le bénéfice économique et sociétal des « quatre libertés » de l’UE : la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes par-delà les frontières. Ces deux arguments ont un point commun : quitter l’UE déstabiliserait l’économie britannique à court terme et appauvrirait le pays à long terme. En juillet 2018, le cabinet de May a subi un autre bouleversement lorsque Boris Johnson a démissionné de son poste de ministre des affaires étrangères du Royaume-Uni et que David Davis a démissionné de son poste de ministre Brexit en raison des projets de May de maintenir des liens étroits avec l’UE. Johnson a été remplacé par Jeremy Hunt, qui était en faveur d’un Brexit doux.



Certaines institutions étatiques ont soutenu les arguments économiques des Restants : Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a qualifié Brexit de « plus grand risque intérieur pour la stabilité financière » en mars 2016 et le mois suivant, le Trésor a prévu des dommages durables pour l’économie dans l’un des trois scénarios possibles après Brexit : L’adhésion à l’Espace économique européen (EEE), un accord commercial bilatéral négocié et l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).  

L’impact annuel du départ de l’UE sur le Royaume-Uni après 15 ans (différence par rapport au fait d’être dans l’UE)
EEE Accord bilatéral négocié OMC
Niveau du PIB – central -3.8% -6.2% -7.5%
Niveau du PIB -3,4 % à 4,3 -4,6 % à 7,8 -5,4 % à 9,5
PIB par habitant – centre* -£1,100 -£1,800 -£2,100
PIB par habitant*. -1 000 à 1 200 livres sterling -1 300 à 2 200 livres sterling -1 500 à 2 700 livres sterling
GPD par ménage – central* -£2,600 -£4,300 -£5,200
PIB par ménage*. -2 400 à 2 900 livres sterling -3 200 à 5 400 livres sterling -3 700 à 6 600 livres sterling
Impact net sur les recettes -20 milliards de livres sterling -36 milliards de livres sterling -45 milliards de livres sterling

Adapté de l’analyse de HM Treasury : the long-term economic impact of EU membership and the alternatives, avril 2016.

*Exprimé en termes de PIB de 2015 en prix de 2015, arrondi à la centaine de livres sterling la plus proche.

Les partisans de la gauche ont eu tendance à écarter ces projections économiques sous le label « Project Fear ». Un groupe pro-Brexit associé au Parti de l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui a été fondé pour s’opposer à l’adhésion à l’UE, a réagi en déclarant que le « pire scénario du Trésor, soit 4 300 livres sterling par ménage, est un prix de base avantageux pour le rétablissement de l’indépendance nationale et de frontières sûres ».

Bien que les Leavers aient tendance à mettre l’accent sur les questions de fierté nationale, de sécurité et de souveraineté, ils rassemblent également des arguments économiques. Par exemple, Boris Johnson, qui a été maire de Londres jusqu’en mai 2016 et qui est devenu ministre des affaires étrangères lors de l’entrée en fonction de May, a déclaré la veille du vote que « les responsables politiques de l’UE frapperaient à la porte d’un accord commercial » le lendemain du vote, à la lumière de leurs « intérêts commerciaux ». Labor Leave, le groupe travailliste pro-Brexit, a cosigné un rapport avec un groupe d’économistes en septembre 2017 qui prévoyait une augmentation de 7 % du PIB annuel, les gains les plus importants allant aux plus bas salaires. 

Vote Leave, la campagne officielle en faveur de Brexit, est arrivée en tête de la page « Why Vote Leave » sur son site web, en affirmant que le Royaume-Uni pourrait économiser 350 millions de livres sterling par semaine : « En mai 2016, l’autorité britannique des statistiques, un organisme public indépendant, a déclaré que le chiffre était brut plutôt que net, ce qui « est trompeur et sape la confiance dans les statistiques officielles », mais un sondage réalisé mi-juin par Ipsos MORI a révélé que 47% du pays croyait à cette affirmation. Le lendemain du référendum, Nigel Farage, qui a cofondé l’UKIP et l’a dirigé jusqu’en novembre, a désavoué ce chiffre et a déclaré qu’il n’était pas étroitement associé au congé de vote. May a également refusé de confirmer les promesses du NHS de Vote Leave depuis son entrée en fonction.

Réponse économique de Brexit

Bien que la Grande-Bretagne ait officiellement quitté l’UE, l’année 2020 est une période de transition et de mise en œuvre. En attendant que diverses décisions soient prises et finalisées, le commerce et les douanes se poursuivent comme auparavant, de sorte qu’il n’y a pas grand-chose au quotidien qui semble différent pour les habitants du Royaume-Uni.

Malgré cela, la décision de quitter l’UE a eu un effet sur l’économie britannique.

La croissance du PIB du pays s’est ralentie, passant de 1,9 % en 2017 et 2016 à environ 1,4 % en 2018, en raison de l’effondrement des investissements des entreprises. Le FMI prévoit que l’économie du pays connaîtra une croissance de 1,3 % en 2019 et de 1,4 % en 2020, tandis que la Banque d’Angleterre a réduit ses prévisions de croissance pour 2019 à 1,2 %, soit le taux le plus bas depuis la crise financière. 

Le taux de chômage au Royaume-Uni a atteint son niveau le plus bas depuis 44 ans, à 3,9 %, au cours des trois mois précédant janvier 2019, ce que les experts attribuent au fait que les employeurs préfèrent retenir leurs travailleurs plutôt que d’investir dans de nouveaux projets importants.

En 2018, la livre a réussi à récupérer les pertes subies après le vote de Brexit, mais a réagi négativement car la probabilité d’un Brexit sans accord a augmenté. La monnaie pourrait se redresser si un accord de « Brexit doux » est adopté ou si le Brexit est retardé.



Un rapport de la Chambre des Lords de juillet 2017 a cité des preuves que les entreprises britanniques devraient augmenter les salaires pour attirer des travailleurs nés au Royaume-Uni suite à l’arrêt Brexit, ce qui « risque d’entraîner une hausse des prix pour les consommateurs ».

Le commerce international devrait diminuer en raison de Brexit, même si la Grande-Bretagne négocie une série d’accords de libre-échange. Monique Ebell, ancienne directrice de recherche associée au National Institute of Economic and Social Research, prévoit une réduction de 22 % du commerce total de biens et de services du Royaume-Uni si l’adhésion à l’UE est remplacée par un accord de libre-échange. D’autres accords de libre-échange ne pourraient probablement pas prendre le relais : Ebell estime qu’un pacte avec les BRIICS (Brésil, Russie, Inde, Indonésie, Chine et Afrique du Sud) augmenterait le commerce total de 2,2 % ; un pacte avec les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ferait un peu mieux, à 2,6 %. 

« Le marché unique est un accord commercial très profond et très complet visant à réduire les barrières non tarifaires », a écrit Ebell en janvier 2017, « alors que la plupart des accords de libre-échange conclus avec des pays tiers semblent être assez inefficaces pour réduire les barrières non tarifaires qui sont importantes pour le commerce des services ».

Élection générale de juin 2017

Le 18 avril, May a appelé à la tenue d’une élection éclair le 8 juin, malgré les promesses précédentes de ne pas en tenir une avant 2020. Les sondages d’alors suggéraient que May renforcerait sa faible majorité parlementaire de 330 sièges (il y a 650 sièges aux Communes). Les travailleurs ont toutefois rapidement gagné du terrain dans les sondages, aidés par une volte-face embarrassante des conservateurs sur une proposition de succession pour financer les soins de fin de vie.

Les conservateurs ont perdu leur majorité, remportant 318 sièges contre 262 pour les travaillistes. Le Parti national écossais en a remporté 35, les autres partis en ayant obtenu 35. La suspension du Parlement qui en résulte jette des doutes sur le mandat de May pour négocier Brexit et conduit les dirigeants du parti travailliste et des libéraux démocrates à demander à May de démissionner. 



Devant la résidence du Premier ministre au 10 Downing Street, May a battu en retraite les appels à quitter son poste, en disant : « Il est clair que seul le Parti conservateur et unioniste » – le nom officiel des Tories – « a la légitimité et la capacité de fournir cette certitude en commandant une majorité à la Chambre des communes » Les conservateurs ont conclu un accord avec le Parti unioniste démocratique d’Irlande du Nord, qui a remporté 10 sièges, pour former une coalition. Le parti est peu connu en dehors de l’Irlande du Nord, à en juger par une vague de recherches curieuses sur Google qui a provoqué le crash du site du DUP.

May a présenté l’élection comme une chance pour les conservateurs de consolider leur mandat et de renforcer leur position de négociation avec Bruxelles. Mais cela s’est retourné contre eux.

« L’élection a servi à diffuser et non à concentrer le pouvoir politique, en particulier en ce qui concerne Brexit », a écrit Lewis Goodall, correspondant politique de Sky News.« Depuis la nuit des élections, Bruxelles ne s’occupe pas seulement du numéro 10, mais aussi de la Chambre des communes.

Au lendemain des élections, beaucoup s’attendaient à ce que la position du gouvernement Brexit s’assouplisse, et ils avaient raison. En juillet 2018, May a publié un livre blanc de Brexit qui mentionnait un « accord d’association » et une zone de libre-échange des marchandises avec l’UE. David Davis a démissionné de son poste de secrétaire Brexit et Boris Johnson a démissionné de son poste de ministre des affaires étrangères en signe de protestation.

Mais l’élection a également augmenté la possibilité d’un « no deal » Brexit. Comme l’avait prédit le Financial Times, le résultat a rendu May plus vulnérable aux pressions des eurosceptiques et de ses partenaires de coalition. Nous avons vu cette situation se jouer avec la lutte des Irlandais.

Sa position étant affaiblie, May s’est efforcée d’unir son parti derrière son accord et de garder le contrôle de Brexit.

Référendum sur l’indépendance de l’Écosse

Les politiciens écossais ont fait pression pour un second référendum sur l’indépendance à la suite du vote Brexit, mais les résultats des élections du 8 juin 2017 ont mis un frein à leurs efforts. Le Parti national écossais (SNP) a perdu 21 sièges au Parlement de Westminster, et le 27 juin 2017, la première ministre écossaise Nicola Sturgeon a déclaré que son gouvernement à Holyrood « réinitialiserait » son calendrier sur l’indépendance pour se concentrer sur l’obtention d’un « Brexit doux ».

Selon la commission électorale du Royaume-Uni, aucune localité écossaise n’a voté pour quitter l’UE, bien que Moray ait frôlé les 49,9 %. Le pays dans son ensemble a rejeté le référendum par 62,0 % à 38,0 %. Cependant, comme l’Écosse ne compte que 8,4 % de la population britannique, son vote en faveur de l’adhésion à l’Union européenne – tout comme celui de l’Irlande du Nord, qui ne représente que 2,9 % de la population britannique – a été largement compensé par le soutien à Brexit en Angleterre et au Pays de Galles.

L’Écosse a rejoint l’Angleterre et le Pays de Galles pour former la Grande-Bretagne en 1707, et les relations ont été parfois tumultueuses. Le SNP, qui a été fondé dans les années 1930, n’avait que six des 650 sièges de Westminster en 2010. L’année suivante, cependant, il a formé un gouvernement majoritaire au sein du Parlement écossais décentralisé à Holyrood, en partie en raison de sa promesse d’organiser un référendum sur l’indépendance de l’Écosse.

Référendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014

Ce référendum, organisé en 2014, a vu la défaite des indépendantistes avec 44,7 % des voix ; la participation a été de 84,6 %. Loin de mettre un terme à la question de l’indépendance, le vote a néanmoins permis de renforcer le soutien aux nationalistes. Le SNP a remporté 56 des 59 sièges écossais à Westminster l’année suivante, dépassant les Lib Dems pour devenir le troisième plus grand parti du Royaume-Uni. La carte électorale de la Grande-Bretagne a soudain révélé un fossé flagrant entre l’Angleterre et le Pays de Galles – dominé par le bleu conservateur avec, à l’occasion, une tache rouge travailliste et une Écosse entièrement jaune.

Lorsque la Grande-Bretagne a voté pour quitter l’UE, l’Écosse a fulminé. La montée du nationalisme et le fort soutien à l’Europe ont presque immédiatement conduit à des appels en faveur d’un nouveau référendum sur l’indépendance. Lorsque la Cour suprême a décidé, le 3 novembre 2017, que les assemblées nationales décentralisées, comme le Parlement écossais, ne pouvaient pas opposer leur veto à Brexit, les demandes se sont faites plus pressantes. Le 13 mars de la même année, Sturgeon a demandé un second référendum, qui devait se tenir à l’automne 2018 ou au printemps 2019. Holyrood l’a soutenue par un vote de 69 à 59 le 28 mars, la veille du déclenchement de l’article 50 par le gouvernement de mai.

Le moment choisi par Sturgeon est important puisque le compte à rebours de deux ans lancé par l’article 50 s’achèvera au printemps 2019, lorsque la politique entourant Brexit pourrait être particulièrement instable.

À quoi ressemblerait l’indépendance ?

La situation économique de l’Écosse soulève également des questions sur son hypothétique avenir en tant que pays indépendant. La chute du prix du pétrole a porté un coup aux finances publiques. En mai 2014, il prévoyait pour 2015-2016 des recettes fiscales provenant du forage en mer du Nord de 3,4 à 9 milliards de livres sterling, mais il a perçu 60 millions de livres sterling, soit moins de 1 % du point médian des prévisions. En réalité, ces chiffres sont hypothétiques, puisque les finances de l’Ecosse ne sont pas entièrement dévolues, mais les estimations sont basées sur la part géographique du pays dans le forage en mer du Nord, elles illustrent donc ce à quoi il peut s’attendre en tant que nation indépendante.

Le débat sur la monnaie qu’utiliserait une Écosse indépendante a été relancé. L’ancien leader du SNP, Alex Salmond, qui a été le premier ministre écossais jusqu’en novembre 2014, a déclaré au Financial Times que le pays pourrait abandonner la livre et introduire sa propre monnaie, en la laissant flotter librement ou en la rattachant à la livre sterling. Il a exclu la possibilité d’adhérer à l’euro, mais d’autres soutiennent que l’Écosse serait obligée de rejoindre l’UE. Une autre possibilité serait d’utiliser la livre, ce qui signifierait perdre le contrôle de la politique monétaire.

Des avantages pour certains

D’autre part, une monnaie faible qui flotte sur les marchés mondiaux peut être une aubaine pour les producteurs britanniques qui exportent des marchandises. Les industries qui dépendent fortement des exportations pourraient en fait en tirer un certain bénéfice. En 2015, les dix premières exportations du Royaume-Uni étaient (en USD) :

  1. Machines, moteurs, pompes : 63,9 milliards de dollars US (13,9 % des exportations totales)
  2. Gemmes, métaux précieux : 53 milliards de dollars (11,5%)
  3. Les véhicules : 50,7 milliards de dollars (11%)
  4. Produits pharmaceutiques : 36 milliards de dollars (7,8%)
  5. Pétrole : 33,2 milliards de dollars (7,2%)
  6. Équipement électronique : 29 milliards de dollars (6,3%)
  7. Aéronefs, engins spatiaux : 18,9 milliards de dollars (4,1%)
  8. Équipement médical et technique : 18,4 milliards de dollars (4%)
  9. Produits chimiques organiques : 14 milliards de dollars (3%)
  10. Plastiques : 11,8 milliards de dollars (2,6%)

Certains secteurs sont prêts à bénéficier d’une sortie. Les multinationales cotées au FTSE 100 sont susceptibles de voir leurs bénéfices augmenter en raison de la faiblesse de la livre sterling. Une monnaie faible peut également profiter au tourisme, à l’énergie et à l’industrie des services.

En mai 2016, la State Bank of India(SBIN.NS), la plus grande banque commerciale indienne, a suggéré que le Brexit profiterait à l’Inde sur le plan économique. Si le fait de quitter la zone euro signifie que le Royaume-Uni n’aura plus un accès illimité au marché unique européen, il permettra de se concentrer davantage sur le commerce avec l’Inde. L’Inde disposera également d’une plus grande marge de manœuvre si le Royaume-Uni ne respecte plus les règles et réglementations commerciales européennes.

Le commerce entre le Royaume-Uni et l’UE après Brexit

May a préconisé un Brexit « dur », ce qui signifie que la Grande-Bretagne quitterait le marché unique et l’union douanière de l’UE, puis négocierait un accord commercial pour régir leurs futures relations. Ces négociations auraient été menées pendant une période de transition qui débutera lors de la ratification d’un accord de divorce. Les piètres résultats des conservateurs lors de l’élection éclair de juin 2017 ont remis en question le soutien populaire à un Brexit dur, et de nombreux journalistes ont spéculé sur le fait que le gouvernement pourrait adopter une ligne plus souple. Le livre blanc de Brexit publié en juillet 2018 a révélé des plans pour un Brexit plus souple. Il était trop mou pour de nombreux députés de son parti et trop audacieux pour l’UE. 

Le livre blanc indique que le gouvernement prévoit de quitter le marché unique et l’union douanière de l’UE. Toutefois, il propose la création d’une zone de libre-échange des marchandises qui « éviterait la nécessité de contrôles douaniers et réglementaires à la frontière et signifierait que les entreprises n’auraient pas à remplir de coûteuses déclarations en douane ». Et elle permettrait aux produits de ne subir qu’une seule série d’agréments et d’autorisations sur l’un ou l’autre marché, avant d’être vendus sur les deux ». Cela signifie que le Royaume-Uni suivra les règles du marché unique européen en ce qui concerne les marchandises. 

Le Livre blanc reconnaît qu’un accord douanier sans frontières avec l’UE – qui a permis au Royaume-Uni de négocier des accords de libre-échange avec des pays tiers – a « une portée plus large que tout autre accord existant entre l’UE et un pays tiers ».

Le gouvernement a raison de dire qu’il n’y a aucun exemple de ce type de relation en Europe aujourd’hui. Les quatre grands précédents qui existent sont les relations de l’UE avec la Norvège, la Suisse, le Canada et les membres de l’Organisation mondiale du commerce.

Le modèle de la Norvège : Adhésion à l’EEE

La première option serait que le Royaume-Uni rejoigne la Norvège, l’Islande et le Lichtenstein dans l’Espace économique européen (EEE), qui donne accès au marché unique de l’UE pour la plupart des biens et services (l’agriculture et la pêche en sont exclues). Dans le même temps, l’EEE est en dehors de l’union douanière, de sorte que la Grande-Bretagne pourrait conclure des accords commerciaux avec des pays non membres de l’UE. Cependant, cet arrangement n’est pas vraiment avantageux pour tous : le Royaume-Uni serait lié par certaines lois de l’UE tout en perdant sa capacité à influencer ces lois par le biais des droits de vote du pays au Conseil européen et au Parlement européen. En septembre 2017, May a qualifié cet arrangement de « perte de contrôle démocratique » inacceptable.

David Davis a exprimé son intérêt pour le modèle norvégien en réponse à une question qu’il a reçue à la Chambre de commerce américaine à Washington. « Il a notamment fait référence à l’Association européenne de libre-échange (AELE) qui, comme l’EEE, offre un accès au marché unique, mais pas à l’union douanière. L’AELE était autrefois une grande organisation, mais la plupart de ses membres sont partis pour rejoindre l’UE. Elle comprend aujourd’hui la Norvège, l’Islande, le Lichtenstein et la Suisse ; tous ces pays, à l’exception de la Suisse, sont également membres de l’EEE.

Le modèle suisse

Les relations de la Suisse avec l’UE, qui sont régies par une vingtaine de grands pactes bilatéraux avec le bloc, sont globalement similaires à l’accord EEE. Avec ces trois pactes, la Suisse est membre de l’Association européenne de libre-échange (AELE). La Suisse a contribué à la création de l’EEE, mais son peuple a rejeté l’adhésion lors d’un référendum en 1992.

Le pays permet la libre circulation des personnes et est membre de l’espace Schengen sans passeport. Il est soumis à de nombreuses règles du marché unique, sans avoir son mot à dire dans leur élaboration. Il se trouve en dehors de l’union douanière, ce qui lui permet de négocier des accords de libre-échange avec des pays tiers ; habituellement, mais pas toujours, il a négocié aux côtés des pays de l’EEE. La Suisse a accès au marché unique pour les marchandises (à l’exception de l’agriculture), mais pas pour les services (à l’exception des assurances). Elle verse un montant modeste au budget de l’UE.

Les partisans de Brexit qui veulent « reprendre le contrôle » n’accepteront probablement pas les concessions faites par les Suisses en matière d’immigration, de paiements budgétaires et de règles du marché unique. L’UE ne voudrait probablement pas non plus d’une relation calquée sur l’exemple suisse : L’adhésion de la Suisse à l’AELE, mais pas à l’EEE, à Schengen, mais pas à l’UE, est un produit désordonné de l’histoire complexe de l’intégration européenne et – quoi d’autre – d’un référendum.

Le modèle canadien : Un accord de libre-échange

Une troisième option consiste à négocier un accord de libre-échange avec l’UE sur le modèle de l’accord économique et commercial global (AECG), un pacte que l’UE a finalisé avec le Canada mais qu’elle n’a pas ratifié. Le problème le plus évident de cette approche est que le Royaume-Uni ne dispose que de deux ans à compter du déclenchement de l’article 50 pour négocier un tel accord. L’UE a refusé de discuter d’une future relation commerciale avant décembre au plus tôt.

Pour donner une idée de la rigueur de ce calendrier, les négociations de l’AECG ont commencé en 2009 et se sont achevées en 2014. Trois ans plus tard, une petite minorité des 28 parlements nationaux de l’UE ont ratifié l’accord. Persuader les autres pourrait prendre des années. Même les assemblées législatives infranationales peuvent faire obstacle à un accord : le Parlement régional wallon, qui représente moins de 4 millions de Belges, principalement francophones, a bloqué à lui seul l’AECG pendant quelques jours en 2016. Afin de prolonger le délai de deux ans pour quitter l’UE, la Grande-Bretagne devrait obtenir l’approbation unanime des 27 États membres de l’UE. Plusieurs politiciens britanniques, dont le chancelier de l’Échiquier Philip Hammond, ont souligné la nécessité d’un accord transitoire de quelques années afin que, entre autres raisons, la Grande-Bretagne puisse négocier des accords commerciaux avec l’UE et les pays tiers ; l’idée a toutefois rencontré la résistance des Brexiteers purs et durs.

D’une certaine manière, comparer la situation de la Grande-Bretagne à celle du Canada est trompeur. Le Canada bénéficie déjà du libre-échange avec les États-Unis dans le cadre de l’ALENA, ce qui signifie qu’un accord commercial avec l’UE n’est pas aussi crucial qu’il ne l’est pour le Royaume-Uni : L’AECG n’inclut pas les services financiers, l’une des principales exportations britanniques vers l’UE.

S’exprimant à Florence en septembre 2017, M. May a déclaré que le Royaume-Uni et l’UE « peuvent faire beaucoup mieux » qu’un accord commercial de type AECG, puisqu’ils partent de la « position sans précédent » de partager un ensemble de règles et de réglementations. Elle n’a pas précisé à quoi ressemblerait un « bien meilleur », en plus d’appeler les deux parties à être « créatives et pratiques ».

Monique Ebell, anciennement de l’Institut national de la recherche économique et sociale, souligne que même avec un accord en place, les barrières non tarifaires risquent de freiner considérablement les échanges commerciaux de la Grande-Bretagne avec l’UE : elle s’attend à ce que l’ensemble du commerce extérieur britannique – et pas seulement les flux à destination et en provenance de l’UE – soit soumis à un pacte commercial entre l’UE et le Royaume-Uni. Elle explique que les accords de libre-échange ne gèrent généralement pas bien le commerce des services. Les services sont une composante majeure du commerce international de la Grande-Bretagne ; le pays bénéficie d’un excédent commercial dans ce segment, ce qui n’est pas le cas pour les marchandises. Les accords de libre-échange ont également du mal à contenir les barrières non tarifaires. Certes, la Grande-Bretagne et l’UE partent d’un schéma réglementaire unifié, mais les divergences ne feront que se multiplier après Brexit. 



OMC : faire cavalier seul

Vous voulez sortir ? Tu es viré. Si la Grande-Bretagne et l’UE ne parviennent pas à un accord sur une future relation, elles reviendront aux conditions de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Cependant, même ce défaut ne serait pas tout à fait simple. Étant donné que la Grande-Bretagne est actuellement membre de l’OMC par l’intermédiaire de l’UE, elle devra diviser les listes tarifaires avec le bloc et se répartir les responsabilités découlant des différends commerciaux en cours. Ce travail a déjà commencé.

Le commerce avec l’UE aux conditions de l’OMC est le scénario « sans accord » que le gouvernement conservateur a présenté comme une solution de repli acceptable – bien que la plupart des observateurs considèrent qu’il s’agit d’une tactique de négociation. Le secrétaire d’État britannique au commerce international, Liam Fox, a déclaré en juillet 2017 : « Les gens parlent de l’OMC comme si c’était la fin du monde. Mais ils oublient que c’est ainsi qu’ils commercent actuellement avec les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Inde et le Golfe, et que nos relations commerciales sont solides et saines ».

Pour certaines industries, cependant, le tarif extérieur de l’UE serait durement touché : la Grande-Bretagne exporte 77 % des voitures qu’elle fabrique, et 58 % de celles-ci vont en Europe. L’UE prélève des droits de douane de 10 % sur les voitures importées. Monique Ebell, du NIESR, a estimé que l’abandon du marché unique européen réduirait de 22 à 30 % l’ensemble des échanges de biens et de services du Royaume-Uni, et pas seulement avec l’UE. 

Le Royaume-Uni ne renoncera pas non plus uniquement à ses accords commerciaux avec l’UE : dans tous les scénarios ci-dessus, il perdra probablement les accords commerciaux que le bloc a conclus avec 63 pays tiers, ainsi que les progrès réalisés dans la négociation d’autres accords. Le remplacement de ces accords et l’ajout de nouveaux sont des perspectives incertaines. Dans une interview accordée à Politico en septembre 2017, le secrétaire au commerce Liam Fox a déclaré que son bureau – créé en juillet 2016 – avait refusé certains pays tiers qui cherchaient à négocier des accords de libre-échange parce qu’il n’avait pas la capacité de négocier. 

Fox veut transformer les termes des accords commerciaux existants de l’UE en nouveaux accords, mais certains pays pourraient ne pas être disposés à accorder à la Grande-Bretagne (66 millions d’habitants, 2 600 milliards de dollars de PIB) les mêmes conditions qu’à l’UE (à l’exclusion de la Grande-Bretagne, environ 440 millions d’habitants, 13 900 milliards de dollars de PIB). 



Les négociations avec les pays tiers ne sont techniquement pas autorisées tant que la Grande-Bretagne reste membre de l’UE, mais des pourparlers informels ont tout de même commencé, notamment avec les États-Unis.

Impact sur les États-Unis

Les entreprises américaines de secteurs très divers ont réalisé d’importants investissements au Royaume-Uni pendant de nombreuses années. Depuis 2000, les sociétés américaines ont tiré du Royaume-Uni 9 % des bénéfices des filiales étrangères mondiales. Rien qu’en 2014, les entreprises américaines ont investi un total de 588 milliards de dollars en Grande-Bretagne. Les États-Unis embauchent également beaucoup de Britanniques. En fait, les entreprises américaines sont l’un des plus grands marchés de l’emploi du Royaume-Uni. La production des filiales américaines au Royaume-Uni était de 153 milliards de dollars en 2013. Le Royaume-Uni joue un rôle essentiel dans l’infrastructure mondiale des entreprises américaines grâce aux actifs qu’il gère, aux ventes internationales et aux progrès de la recherche et du développement (R&D). Les entreprises américaines ont considéré la Grande-Bretagne comme une porte d’entrée stratégique vers d’autres pays de l’Union européenne. Brexit mettra en péril les bénéfices des filiales et le cours des actions de nombreuses entreprises stratégiquement alignées sur le Royaume-Uni, ce qui pourrait les amener à reconsidérer leurs opérations avec les membres du Royaume-Uni et de l’Union européenne.

Les entreprises et les investisseurs américains qui sont exposés aux banques et aux marchés du crédit européens peuvent être affectés par le risque de crédit. Les banques européennes pourraient devoir remplacer 123 milliards de dollars de titres en fonction du déroulement de la sortie. En outre, la dette britannique pourrait ne pas être incluse dans les réserves de liquidités d’urgence des banques européennes, ce qui créerait des problèmes de liquidité. Les titres européens adossés à des actifs sont en déclin depuis 2007. Ce déclin va probablement s’intensifier maintenant que la Grande-Bretagne a choisi de partir.

Qui sera le prochain à quitter l’UE ?

En mai 2016, le cabinet d’études international IPSOS a publié un rapport montrant qu’une majorité des personnes interrogées en Italie et en France pensent que leur pays devrait organiser un référendum sur l’adhésion à l’UE. 




Italie

Le fragile secteur bancaire italien a creusé un fossé entre l’UE et le gouvernement italien, qui a fourni des fonds de sauvetage afin d’éviter aux détenteurs d’obligations familiales d’être « mis en dépôt », comme le prévoient les règles de l’UE. Le gouvernement a dû abandonner son budget 2019 lorsque l’UE l’a menacé de sanctions. Il a réduit son déficit budgétaire prévu de 2,5 % du PIB à 2,04 %. 

Matteo Salvini, chef de la Ligue du Nord italienne d’extrême droite et vice-premier ministre du pays, a appelé à un référendum sur l’adhésion à l’UE quelques heures après le vote Brexit, en déclarant : « Ce vote a été une gifle pour tous ceux qui disent que l’Europe est leur affaire et que les Italiens n’ont pas à s’en mêler. »La Ligue du Nord a un allié dans le mouvement populiste Five Star (M5S), dont le fondateur, l’ancien comédien Beppe Grillo, a appelé à un référendum sur l’adhésion de l’Italie à l’euro, mais pas à l’UE. Les deux partis ont formé un gouvernement de coalition en 2018 et ont nommé Giuseppe Conte au poste de premier ministre. Giuseppe Conte a exclu la possibilité d’une « sortie d’Italie » en 2018 lors de l’impasse budgétaire.

France

Marine Le Pen, leader du Front national (FN) eurosceptique français, a salué le vote de Brexit comme une victoire pour le nationalisme et la souveraineté en Europe : « Comme beaucoup de Français, je suis très heureuse que le peuple britannique ait tenu bon et ait fait le bon choix. Elle a perdu l’élection présidentielle française face à Emmanuel Macron en mai 2017, ne recueillant que 33,9 % des voix. 

Macron a averti que la demande de « Frexit » augmentera si l’UE ne procède pas à des réformes. Selon un sondage IFOP de février 2019, 40 % des citoyens français souhaitent que le pays quitte l’UE. Frexit est également l’une des revendications des manifestants en gilet jaune.

Retour haut de page