Définition de la récession

Qu’est-ce qu’une récession ?

Une récession est un terme macroéconomique qui fait référence à un déclin significatif de l’activité économique générale dans une région désignée. Il est généralement reconnu qu’il s’agit de deux trimestres consécutifs de déclin économique, comme le reflète le PIB en conjonction avec des indicateurs mensuels tels qu’une hausse du chômage. Cependant, le National Bureau of Economic Research(NBER), qui déclare officiellement les récessions, affirme que les deux trimestres consécutifs de déclin du PIB réel ne sont plus définis de la même façon. Le NBER définit une récession comme une baisse significative de l’activité économique répartie sur l’ensemble de l’économie, d’une durée supérieure à quelques mois, normalement visible dans le PIB réel, le revenu réel, l’emploi, la production industrielle et les ventes au détail en gros. 

Points clés à retenir

  • Une récession est une période de baisse des performances économiques dans l’ensemble d’une économie qui dure plusieurs mois.
  • Les entreprises, les investisseurs et les fonctionnaires suivent divers indicateurs économiques qui peuvent aider à prédire ou à confirmer le début des récessions, mais ils sont officiellement déclarés par le NBER.
  • Diverses théories économiques ont été élaborées pour expliquer comment et pourquoi les récessions se produisent.

Les récessions sont visibles dans la production industrielle, l’emploi, le revenu réel et le commerce de gros et de détail. La définition pratique d’une récession est deux trimestres consécutifs de croissance économique négative telle que mesurée par le produit intérieur brut (PIB) d’un pays, bien que le National Bureau of Economic Research (NBER) n’ait pas nécessairement besoin de voir cela se produire pour appeler une récession, et utilise des données mensuelles plus fréquemment déclarées pour prendre sa décision, de sorte que les baisses trimestrielles du PIB ne s’alignent pas toujours avec la décision de déclarer une récession.

Le NBER a officiellement déclaré la fin de l’expansion économique en février 2020, les États-Unis étant tombés en récession au milieu de la pandémie de coronavirus.

Comprendre les récessions

Depuis la révolution industrielle, la tendance macroéconomique à long terme dans la plupart des pays est la croissance économique. Toutefois, cette croissance à long terme s’accompagne de fluctuations à court terme lorsque les principaux indicateurs macroéconomiques montrent un ralentissement, voire une baisse pure et simple des performances, sur des périodes allant de six mois à plusieurs années, avant de revenir à leur tendance de croissance à long terme. Ces baisses à court terme sont connues sous le nom de récessions.

La récession est un élément normal, bien que désagréable, du cycle économique. Les récessions se caractérisent par une série de faillites d’entreprises et souvent de banques, une croissance lente ou négative de la production et un chômage élevé. La douleur économique causée par les récessions, bien que temporaire, peut avoir des effets majeurs qui modifient une économie. Cela peut être dû à des changements structurels de l’économie, lorsque des entreprises, des industries ou des technologies vulnérables ou obsolètes font faillite et sont balayées ; à des réponses politiques draconiennes de la part du gouvernement et des autorités monétaires, qui peuvent littéralement réécrire les règles pour les entreprises ; ou à des bouleversements sociaux et politiques résultant d’un chômage et d’une détresse économique généralisés.

vous pouvez intéressé:  Définition de l'exécuteur testamentaire

Pour les investisseurs, l’une des meilleures stratégies à adopter en période de récession est d’investir dans des entreprises faiblement endettées, disposant d’une bonne trésorerie et d’un bilan solide. À l’inverse, évitez les sociétés qui ont un fort effet de levier, qui sont cycliques ou spéculatives.

Prédicteurs et indicateurs de récession

Il n’existe pas de méthode unique pour prédire comment et quand une récession va se produire. En dehors de deux trimestres consécutifs de baisse du PIB, les économistes évaluent plusieurs paramètres pour déterminer si une récession est imminente ou déjà en cours. Selon de nombreux économistes, il existe des prédicteurs généralement acceptés qui, lorsqu’ils se produisent ensemble, peuvent indiquer une possible récession.

Premièrement, ce sont des indicateurs avancés qui montrent historiquement des changements dans leurs tendances et leurs taux de croissance avant les changements correspondants dans les tendances macroéconomiques. Il s’agit notamment de l’indice ISM des directeurs des achats, de l’indice économique avancé du Conference Board, de l’indicateur avancé composite de l’OCDE et de la courbe de rendement du Trésor. Ces indices sont d’une importance capitale pour les investisseurs et les décideurs commerciaux, car ils peuvent donner un avertissement préalable en cas de récession. Deuxièmement, sont officiellement publiées des séries de données provenant de divers organismes gouvernementaux qui représentent des secteurs clés de l’économie, comme les données sur les mises en chantier de logements et les nouvelles commandes de biens d’équipement publiées par le recensement américain. Les modifications de ces données peuvent légèrement anticiper ou évoluer simultanément au début d’une récession, en partie parce qu’elles servent à calculer les composantes du PIB, qui serviront finalement à définir le moment où une récession commence. Enfin, il existe des indicateurs de retard qui peuvent être utilisés pour confirmer le passage d’une économie en récession après son début, comme une hausse du taux de chômage.

Quelles sont les causes des récessions ?

De nombreuses théories économiques tentent d’expliquer pourquoi et comment l’économie pourrait s’écarter de sa tendance de croissance à long terme et entrer dans une période de récession temporaire. Ces théories peuvent être classées en trois grandes catégories : les facteurs économiques réels, les facteurs financiers ou les facteurs psychologiques, certaines théories permettant de combler les écarts entre les deux.

Certains économistes pensent que les changements réels et les changements structurels dans les industries expliquent mieux quand et comment les récessions économiques se produisent. Par exemple, une flambée soudaine et durable des prix du pétrole due à une crise géopolitique pourrait simultanément faire augmenter les coûts dans de nombreux secteurs ou une nouvelle technologie révolutionnaire pourrait rapidement rendre des secteurs entiers obsolètes, déclenchant dans les deux cas une récession généralisée.

vous pouvez intéressé:  Définition du coupon

La propagation de l’épidémie de COVID-19 et le blocage de la santé publique qui en résulte dans l’économie en 2020 sont un exemple du type de choc économique qui peut précipiter une récession selon la théorie du cycle économique réel. Il se peut également que d’autres tendances économiques sous-jacentes soient à l’œuvre et conduisent à une récession, et qu’un choc économique ne fasse que déclencher le point de basculement vers un ralentissement.

Certaines théories expliquent les récessions comme étant dépendantes de facteurs financiers. Celles-ci se concentrent généralement soit sur la sur-expansion du crédit et du risque financier pendant les périodes de bonne conjoncture précédant la récession, soit sur la contraction de l’argent et du crédit au début des récessions, soit sur les deux. Le monétarisme, qui attribue les récessions à une croissance insuffisante de la masse monétaire, est un bon exemple de ce type de théorie. La théorie autrichienne du cycle économique comble le fossé entre les facteurs réels et monétaires en explorant les liens entre le crédit, les taux d’intérêt, l’horizon temporel des plans de production et de consommation des acteurs du marché, et la structure des relations entre des types spécifiques de biens d’équipement productifs.

Les théories de la récession fondées sur la psychologie ont tendance à considérer l’exubérance excessive de la période de boom précédente ou le profond pessimisme de l’environnement de récession comme expliquant pourquoi les récessions peuvent se produire et même persister. L’économie keynésienne entre tout à fait dans cette catégorie, car elle souligne qu’une fois qu’une récession commence, quelle qu’en soit la raison, le sombre « esprit animal » des investisseurs peut devenir une prophétie auto-réalisatrice de réduction des dépenses d’investissement basée sur le pessimisme du marché, qui conduit alors à une baisse des revenus qui diminue les dépenses de consommation. Les théories de Minskyite cherchent la cause des récessions dans l’euphorie spéculative des marchés financiers et la formation de bulles financières basées sur l’endettement qui éclatent inévitablement, en combinant des facteurs psychologiques et financiers.

Récessions et dépressions

Selon les économistes, il y a eu 33 récessions aux États-Unis depuis 1854 jusqu’à aujourd’hui au total. Depuis 1980, il y a eu quatre périodes de croissance économique négative qui ont été considérées comme des récessions. Parmi les exemples bien connus de récessions, on peut citer la récession mondiale qui a suivi la crise financière de 2008 et la Grande Dépression des années 1930.

Une dépression est une récession profonde et durable. Bien qu’il n’existe pas de critères spécifiques pour déclarer une dépression, les caractéristiques uniques de la Grande Dépression comprenaient une baisse du PIB supérieure à 10 % et un taux de chômage qui a brièvement atteint 25 %. Une dépression est tout simplement un déclin sévère qui dure de nombreuses années.

Retour haut de page