Les 10 principaux paradis fiscaux offshore dans les Caraïbes

Qu’est-ce qu’un paradis fiscal ?

Un paradis fiscal est simplement un pays qui n’offre aux particuliers ou aux entreprises que peu ou pas d’obligations fiscales. Les Caraïbes offrent certains des paradis fiscaux les plus populaires au monde, avec des avantages tels qu’un taux d’imposition très faible et une confidentialité financière. Les Bahamas, le Panama et les îles Caïmans comptent parmi les paradis fiscaux les plus utilisés dans les Caraïbes.

Points clés à retenir

  • La plupart des pays des Caraïbes se targuent d’offrir une sécurité fiscale aux propriétaires d’entreprises et aux particuliers, principalement en raison de leurs lois sur la confidentialité financière et de leurs faibles implications fiscales.
  • Le seul coût pour la plupart de ces pays est un droit annuel de licence d’exploitation, avec un taux d’imposition de 0 %. 
  • Il est conseillé de travailler avec un professionnel expérimenté en matière de fiscalité avant de créer un compte ou une entreprise offshore.

De nombreux paradis fiscaux des Caraïbes sont ce qu’on appelle parfois des paradis fiscaux purs, en ce sens qu’ils n’imposent aucun impôt. Un certain nombre de nations des Caraïbes ont été motivées pour devenir des paradis fiscaux afin de réduire leur dépendance vis-à-vis des pays étrangers et de maintenir leur propre économie.

Les îles Caïmans

Les îles Caïmans sont l’un des cinq plus grands centres financiers offshore au monde, fournissant des services tels que les banques offshore, les trusts offshore et la constitution de sociétés offshore. 

Les sociétés offshore ne sont pas imposées sur les revenus gagnés à l’étranger, et il n’y a pas d’imposition des sociétés commerciales internationales (IBC) des Caïmans. Les îles Caïmans n’ont pas d’impôt sur le revenu, pas d’impôt sur les sociétés, pas de droits de succession, pas d’impôt sur les donations ni d’impôt sur les plus-values, ce qui en fait un pur paradis fiscal. 

Les Caïmans ont des lois bancaires très strictes visant à protéger la confidentialité des opérations bancaires. Les sociétés offshore des Caïmans ne sont pas tenues de soumettre des rapports financiers à une quelconque autorité gouvernementale des Caïmans. La constitution en société aux Caïmans est un processus très simple et rationalisé.

Il n’y a pas de contrôle des changes aux Caïmans qui limite les transferts d’argent de quelque manière que ce soit. Les entreprises offshore ne sont pas tenues de payer un droit de timbre sur les transferts d’actifs.

Panama

La République du Panama est considérée comme un paradis fiscal pur et très sûr. Une caractéristique notable de la loi panaméenne sur les juridictions offshore est que les sociétés offshore sont autorisées à mener des opérations commerciales à l’intérieur et à l’extérieur de la juridiction offshore. Les sociétés panaméennes offshore et leurs propriétaires ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu, à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt local, et les personnes de toute nationalité peuvent se constituer en société au Panama. La loi panaméenne protège strictement la vie privée des fiducies et des fondations offshore.

En tant que fournisseur de services bancaires offshore, le Panama dispose de lois strictes en matière de secret bancaire, conçues pour protéger la vie privée des titulaires de comptes. Le Panama n’a pas de conventions fiscales avec d’autres pays et n’a pas de lois sur le contrôle des changes. 

Les Bahamas

Les Bahamas sont devenues un paradis fiscal très populaire dans les années 1990 après avoir adopté une législation permettant la constitution de sociétés offshore et d’IBC. Elles restent l’un des paradis fiscaux préférés des résidents des États-Unis et des pays européens. Les Bahamas proposent des services bancaires offshore, l’enregistrement de sociétés offshore, l’immatriculation de navires et la gestion de trusts offshore.

Les Bahamas ont été la première nation des Caraïbes à adopter des lois strictes sur le secret bancaire. Les informations sur les titulaires de comptes bancaires offshore ne peuvent être divulguées que sur ordre spécifique de la Cour suprême des Bahamas. Les Bahamas sont un pur paradis fiscal, sans aucune obligation fiscale pour les sociétés offshore ou les particuliers titulaires de comptes bancaires offshore sur les revenus gagnés en dehors de la juridiction. 

vous pouvez intéressé:  Quels sont les différents types d'actions privilégiées ?

Les îles Vierges britanniques

Les îles Vierges britanniques (BVI) sont un endroit idéal pour établir un compte bancaire offshore. Le pays n’impose pas de taxes sur les comptes offshore et n’a pas de conventions fiscales avec d’autres nations, ce qui protège la confidentialité financière des titulaires de comptes bancaires. 

Il n’y a pas d’impôts sur les sociétés offshore, et les BVI IBC ne paient pas d’impôts sur les bénéfices ou les plus-values générés en dehors des BVI. 

Un avantage pour les clients des banques offshore et les sociétés offshore constituées aux îles Vierges britanniques est qu’il n’y a pas de contrôle des changes. Il est donc beaucoup plus facile de transférer des fonds d’un endroit à un autre à des fins de commerce et d’investissement tout en protégeant la confidentialité financière.

Dominique

Souvent confondu avec la République dominicaine, le Commonwealth de la Dominique a mis en place une législation qui facilite la création de sociétés, de trusts et de fondations offshore, offrant des services bancaires offshore fiscalement avantageux et protégés.

La Dominique est un pur paradis fiscal qui n’impose aucun impôt sur le revenu, aucun impôt sur les sociétés et aucun impôt sur les plus-values sur les revenus gagnés à l’étranger. Il n’y a pas non plus de retenues à la source ni de droits de succession, y compris les droits de succession ou de donation. Les sociétés et fiducies offshore ne doivent payer aucun droit de timbre sur les transferts d’actifs. Les personnes de toute nationalité peuvent constituer des sociétés offshore en Dominique. Le pays dispose de lois sur la protection de la vie privée qui protègent l’identité des propriétaires et des directeurs des sociétés offshore constituées en Dominique. 

Les intérêts perçus sur les comptes bancaires offshore ne sont pas imposés, et les informations sur les titulaires de comptes offshore ne sont pas communiquées aux autorités fiscales d’autres pays. Les lois de la Dominique en matière de protection des actifs et de confidentialité financière sont très strictes, ce qui fait de la Dominique un paradis fiscal offshore sûr.

Nevis

Nevis, avec Saint-Kitts, forme la Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis. Nevis propose la création de sociétés à responsabilité limitée (SARL), de fiducies et de fondations offshore, ainsi que d’excellents services bancaires et d’assurance offshore. 

Nevis assure la confidentialité financière en ne rendant publique aucune information concernant les propriétaires et les directeurs des sociétés offshore. La constitution d’une société à Nevis ne nécessite qu’un seul directeur et un seul actionnaire, qui peuvent être la même personne. Un trust exonéré de Nevis est exonéré d’impôts sur tout revenu gagné en dehors de Nevis, y compris les dividendes et les intérêts. Les trusts de Nevis ne doivent pas payer de droit de timbre sur les transactions.

Nevis n’impose pas d’impôts locaux sur les revenus gagnés en dehors de la juridiction. Les sociétés offshore et leurs propriétaires n’ont pas à payer de retenues à la source, d’impôts sur les plus-values, ni de droits de succession, et elles ne sont pas soumises à l’impôt sur les sociétés ni à l’impôt local sur les revenus générés en dehors de Nevis. 

Il n’y a pas de contrôle des changes à Nevis, et le pays a fermement refusé de signer toute convention fiscale avec d’autres pays.

Anguilla

Anguilla fait partie du territoire britannique d’outre-mer et est devenue un paradis fiscal respecté. La juridiction offshore d’Anguilla prélève une imposition zéro sur tous les revenus générés en dehors de la juridiction par les sociétés offshore. Anguilla est un pur paradis fiscal qui ne prélève pas d’impôt sur le revenu, de droits de succession ou de taxes sur les plus-values des particuliers ou des sociétés. 

vous pouvez intéressé:  5 entreprises appartenant à Facebook

Toutes les entités offshore constituées à Anguilla sont exonérées du paiement du droit de timbre.

La législation financière d’Anguilla protège strictement la confidentialité des comptes bancaires et des entités commerciales offshore. La loi sur les banques offshore de 2005 interdit à tous les employés ou agents des banques de divulguer des informations financières sans le consentement explicite des titulaires de comptes. Il n’existe aucun contrôle des changes concernant les transferts d’argent ou d’actifs.

Costa Rica

Le Costa Rica, bordé par le Nicaragua et le Panama, n’est pas considéré comme un pur paradis fiscal, mais il est reconnu comme suffisamment avantageux sur le plan fiscal pour avoir été désigné comme la Suisse d’Amérique centrale. Grâce à un certain nombre d’incitations fiscales, le pays a réussi à attirer certaines des plus grandes entreprises du monde.

Les sociétés constituées au Costa Rica sont autorisées à exercer leurs activités tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la juridiction. Aucune taxe locale n’est imposée sur les revenus générés par les sociétés qui ne font pas d’affaires dans la juridiction. Pour encourager les entreprises, le Costa Rica accorde des exonérations fiscales pendant huit ans à de nombreuses sociétés. Les sociétés qui sont tenues de payer des impôts paient des taux extrêmement bas et sont généralement exonérées d’impôts sur les intérêts, les plus-values ou les revenus de dividendes. 

Les sociétés offshore constituées au Costa Rica n’ont pas à déposer de rapports financiers auprès des autorités fiscales costaricaines et ne sont pas tenues de divulguer les noms des propriétaires au registre des sociétés.

Le Costa Rica protège étroitement la vie privée des banques offshore. L’argent ou d’autres actifs financiers peuvent être transférés à l’intérieur ou à l’extérieur du Costa Rica sans aucune limitation de montant et sans avoir à révéler l’origine des fonds.

Belize

Le Belize offre des services bancaires offshore et la possibilité de constituer facilement des sociétés offshore ou de créer des trusts ou des fondations. Les entreprises offshore constituées au Belize ne paient aucun impôt sur les revenus gagnés à l’étranger. Les sociétés et les trusts constitués au Belize sont exonérés du paiement du droit de timbre. 

Les comptes bancaires offshore ne sont pas imposés sur les intérêts gagnés, ni soumis à l’impôt sur le rapatriement ou les plus-values. La législation bancaire garantit une stricte confidentialité des opérations bancaires offshore. Les noms des titulaires de comptes et toute autre information financière ne peuvent être divulgués que sur décision de justice dans le cadre d’une enquête pénale. 

Le Belize n’a pas de contrôle des changes, ni de conventions fiscales avec des gouvernements étrangers. Le gouvernement du Belize s’est fermement engagé à protéger la confidentialité des données financières. 

Barbade

La Barbade offre un secteur financier offshore florissant qui propose des services bancaires offshore, la constitution de sociétés offshore et des assurances exonérées.

La Barbade n’est pas un pur paradis fiscal, mais c’est un environnement à très faible imposition pour les sociétés offshore constituées à la Barbade. Les impôts sur les bénéfices des sociétés offshore sont généralement compris entre 0 et 5,5 %, et le taux d’imposition diminue à mesure que les bénéfices réalisés augmentent. Les sociétés offshore peuvent importer les machines ou les équipements commerciaux nécessaires sans payer de droits d’importation.

Il n’y a pas de retenue à la source ni d’impôt sur les plus-values. Contrairement à la plupart des paradis fiscaux des Caraïbes, la Barbade a conclu des conventions de double imposition avec un certain nombre d’autres pays, dont le Canada et les États-Unis.

Retour haut de page