L’histoire d’Uber

La croissance explosive et la controverse constante d’Uber Technologies (UBER) en ont fait l’une des entreprises les plus fascinantes de la dernière décennie. La société, fondée en 2009, s’est rapidement développée pour devenir la start-up privée la plus appréciée au monde. 

Une croissance rapide

La croissance rapide d’Uber a donné lieu à de nombreuses controverses qui ont fait chuter la valeur de l’entreprise de 70 à 48 milliards de dollars lors de sa levée de fonds de janvier 2018. Le 23 mai 2018, la société a annoncé une nouvelle offre publique d’achat qui allait faire passer la valeur de la société à 62 milliards de dollars. 

Au début de 2018, le conglomérat japonais Softbank Group, ainsi qu’un groupe d’investisseurs dont Dragoneer Investment Group, ont réussi à acquérir 20 % des actions d’Uber à cette valeur inférieure, soit une réduction de 30 % par rapport à la dernière évaluation. L’accord aurait donné à Softbank 15 % de la société de covoiturage, tandis qu’Uber a trouvé un puissant allié en Asie, et pourrait aider à renverser la vapeur pour la société après quelques faux pas très médiatisés. Les 5% restants des actions seraient allés à d’autres investisseurs du groupe. L’année n’a cependant pas été très bonne, puisqu’un véhicule Uber à conduite automatique a été impliqué dans un accident mortel. En outre, le 8 août 2018, le conseil municipal de New York a voté pour mettre en suspens les nouveaux permis délivrés aux services de covoiturage tels que Uber et Lyft. 

Malgré une évaluation plus faible, Uber est aujourd’hui plus valorisé que la capitalisation boursière de Ford Motor Company (F) et de General Motors Company (GM). Il sera intéressant de voir comment se déroulera le projet d’introduction en bourse de la société d’ici 2019.

Les fondateurs se rencontrent à Paris

L’histoire d’Uber a commencé à Paris en 2008. Deux amis, Travis Kalanick et Garrett Camp, participaient au LeWeb, une conférence technique annuelle que l’Economist décrit comme « le lieu où les révolutionnaires se réunissent pour tracer l’avenir ». 

En 2007, les deux hommes avaient vendu des startups qu’ils avaient cofondées pour des sommes importantes. Kalanick a vendu Red Swoosh à Akamai Technologies pour 19 millions de dollars, tandis que Camp a vendu StumbleUpon à eBay (EBAY) pour 75 millions de dollars.  

La rumeur veut que le concept d’Uber soit né une nuit d’hiver pendant la conférence, lorsque les deux hommes n’ont pas pu prendre un taxi. Au départ, l’idée était de proposer un service de limousine en temps partagé qui pourrait être commandé via une application. Après la conférence, les entrepreneurs ont pris des chemins différents, mais lorsque Camp est retourné à San Francisco, il a continué à faire une fixation sur l’idée et a acheté le nom de domaine UberCab.com.

UberCab prend forme

En 2009, Camp était encore PDG de StumbleUpon, mais il a commencé à travailler sur un prototype pour UberCab en tant que projet parallèle. Dès l’été de cette année-là, Camp avait persuadé Kalanick de rejoindre l’incubateur en chef d’UberCab. Le service a été testé à New York au début de l’année 2010 avec seulement trois voitures, et le lancement officiel a eu lieu à San Francisco en mai.

Ryan Graves, qui était le directeur général d’Uber et une figure importante dans les premiers temps de la société, est devenu PDG d’Uber en août 2010. En décembre 2010, Kalanick a repris le poste de PDG, tandis que M. Graves a assumé le rôle de directeur de l’exploitation et de membre du conseil d’administration. 

La facilité et la simplicité de commande d’une voiture ont alimenté la popularité croissante de l’application. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour commander une voiture ; le GPS identifie l’emplacement et le coût est automatiquement débité de la carte sur le compte de l’utilisateur. En octobre 2010, l’entreprise a reçu son premier financement important, un tour de table de 1,25 million de dollars mené par First Round Capital. 

Ordonnance de cesser et de s’abstenir

En octobre 2010, l’entreprise a reçu une ordonnance de cessation de l’Agence municipale des transports de San Francisco. L’un des principaux problèmes cités était l’utilisation du mot « cab » dans le nom d’UberCab. La startup a rapidement réagi en changeant le nom UberCab en Uber et a acheté le nom de domaine Uber.com à Universal Music Group.

Uber divulgue les pertes

2011 a été une année cruciale pour la croissance d’Uber. Au début de l’année, la société a levé 11 millions de dollars dans le cadre d’un financement de série A dirigé par Benchmark Capital. Elle a ensuite étendu ses activités à New York, Seattle, Boston, Chicago, Washington D.C. ainsi qu’à Paris. En décembre, lors de la conférence LeWeb 2011, Kalanick a annoncé qu’Uber avait levé 37 millions de dollars dans le cadre d’un financement de série B auprès de Menlo Ventures, Jeff Bezos et Goldman Sachs . En 2012, la société a élargi son offre en lançant UberX, qui propose une voiture hybride moins chère comme alternative au service de voiture noire. En juin 2016, Uber a levé 3,5 milliards de dollars auprès du Fonds de richesse d’Arabie saoudite. 

vous pouvez intéressé:  Règlement de la dette : Le moyen le moins cher de se désendetter ?

L’Uber n’est pas publique et n’est pas tenue de déclarer ses bénéfices publiquement, mais en avril 2017, l’Uber s’est ouverte pour la première fois à Bloomberg au sujet de ses finances et a déclaré une perte globale de 3,8 milliards de dollars pour 2016. Cela inclut les pertes de son activité en Chine, qu’elle a vendue à l’été 2016 – sans cela, les pertes nettes ajustées s’élevaient à 2,8 milliards de dollars. La société a également déclaré à Bloomberg que plus elle se tourne vers son UberPool – le service de covoiturage – plus les revenus augmentent rapidement, et ce changement a rendu le quatrième trimestre 2016 un peu plus brillant avec une augmentation des revenus de 76%, alors que les pertes ont augmenté de 5%. 

Uber fait face à l’opposition

Au cours de son expansion, Uber a rencontré une résistance farouche de la part de l’industrie du taxi et des autorités de régulation gouvernementales. Dans le cadre de sa stratégie visant à atténuer l’opposition, l’entreprise a engagé David Plouffe, un stratège politique et d’entreprise très en vue qui a travaillé sur la campagne présidentielle d’Obama en 2008.

En 2014, les chauffeurs de taxi de Londres, Berlin, Paris et Madrid ont organisé une manifestation de grande envergure contre Uber. Les sociétés de taxis ont affirmé que puisque Uber évite leurs frais de licence onéreux et contourne les lois locales, il crée une concurrence déloyale. L’affaire a été entendue par la plus haute juridiction européenne en décembre 2016. En octobre 2017, Uber a perdu son permis d’exploitation à Londres, où la société compte 40 000 chauffeurs enregistrés. Transport for London (TfL) a déclaré qu’Uber était inapte à détenir une licence, tandis que le maire a cédé à quelques personnes qui veulent restreindre le choix des consommateurs. Le 26 juin 2018, un juge londonien a annulé l’interdiction, permettant ainsi à Uber d’opérer avec une licence de 15 mois assortie de conditions. 

À New York, il est apparu qu’Uber avait par erreur facturé aux conducteurs une commission basée sur les revenus avant impôts plutôt que sur les revenus après impôts – ce qui a coûté des dizaines de millions de dollars aux conducteurs new-yorkais. La société a déclaré qu’il s’agissait d’une erreur comptable et s’est engagée à rembourser intégralement ses chauffeurs le plus rapidement possible. Cette question soulève des interrogations quant à l’équité de ceux qui finissent par payer les impôts. Les groupes de défense des conducteurs affirment depuis un certain temps qu’Uber évite une taxe au détriment de ses conducteurs, ce que le New York Times a trouvé des preuves à l’appui. Le journal a estimé que cela aurait pu coûter aux conducteurs des centaines de millions de dollars. 

Le 13 juin 2017, un juge de New York a décidé que les chauffeurs de Uber devaient être considérés comme des employés et non comme des entrepreneurs indépendants comme l’avait fait valoir la société, du moins dans certains cas. Cette décision permet aux conducteurs de bénéficier d’avantages sociaux, ce qui aurait probablement un impact significatif sur . 

La restriction des licences d’août 2018 par le conseil municipal de New York est un coup dur pour Uber et signifierait une pause de 12 mois dans l’octroi de toute nouvelle licence pour le service de covoiturage dans la ville. 

La flambée des prix : une réaction brutale

Uber utilise un algorithme automatisé pour augmenter les prix en fonction de l’offre et de la demande sur le marché. À la veille du Nouvel An 2011, les prix ont grimpé jusqu’à sept fois les taux standards, alimentant ainsi les réactions négatives des utilisateurs. La flambée des prix a de nouveau déclenché l’indignation lors d’une tempête de neige à New York en décembre 2013. Plus récemment, Uber s’est engagé à plafonner les prix de pointe pendant plusieurs blizzards dans la ville de New York.

Concurrence de Lyft

La concurrence a été féroce entre Uber et son plus proche rival Lyft. En 2014, Uber et Lyft ont toutes deux affirmé que les chauffeurs et les employés se livraient à des actes de sabotage en se saluant régulièrement et en annulant des voyages sur les services de l’autre. Kalanick a également admis ouvertement avoir tenté de saper les efforts de collecte de fonds de Lyft dans un Vanity Fair article. (Pour en savoir plus, voir : Principales différences entre Uber et Lyft)

Services complémentaires

Uber dispose d’un programme de livraison de nourriture par les commerçants appelé Uber Eats. Uber propose également UberPool, qui permet aux chauffeurs de prendre plusieurs passagers sur un trajet programmé, ce qui en fait une option moins coûteuse que UberX et UberBlack. En 2017, l’entreprise, en partenariat avec Barclays, a lancé une carte de crédit de récompense comarquée aux États-Unis. La carte Visa Uber serait gratuite et assortie d’un bonus de départ de 100 dollars. Elle offrirait également une remise en espèces sur les dépenses, notamment les repas, les billets d’avion et certaines transactions en ligne. 

vous pouvez intéressé:  Utilisation du ratio cours/bénéfices et du PEG pour évaluer un titre

Le 9 juillet 2018, il a été annoncé qu’Uber investit dans la société de location de scooters électriques Lime, en collaboration avec Google Ventures (GOOG) d’Alphabet Inc. Lime a été fondée en 2017 et a levé 467 millions de dollars jusqu’à présent. Ces scooters légers sont disponibles à la location dans toutes les villes, car les clients les laissent sur le trottoir pour le prochain conducteur, ce qui constitue un modèle commercial pratique et basé sur l’énergie propre. L’accord fait partie d’un cycle d’investissement de 335 millions de dollars, et l’entreprise est évaluée à 1,1 milliard de dollars. Uber prévoit de promouvoir Lime par le biais de son application et de faire figurer son propre logo sur les scooters. Uber a fait des efforts similaires avec la start-up JUMP Bikes avant dacquérir l’entreprise pour près de 200 millions de dollars en avril 2018.

Kalanick Out – Khosrowshahi In

2017 a été une année difficile pour Uber. Les problèmes ont commencé en février, lorsqu’une ancienne ingénieure d’Uber a évincé l’entreprise pour sa culture sexiste dans un article de 3000 mots sur son blog. Il a été allégué que la culture d’entreprise d’Uber était très hostile, sexiste et assez offensante pour la plupart des gens. Le message est rapidement devenu viral et un certain nombre d’employés de haut niveau ont été licenciés ou ont démissionné pour des raisons liées aux allégations dans les mois qui ont suivi. Suite à ce post, le conseil d’administration a demandé une enquête interne qui a été baptisée « Holder Investigation » (elle a été menée par l’ancien procureur général Eric Holder. L’enquête a abouti à 47 recommandations visant à améliorer la culture et l’environnement de travail et, selon M. Uber, au licenciement de plus de 20 membres du personnel. 

Dans les mois qui ont suivi, des scandales ont semblé hanter à la fois l’entreprise et son PDG. Des lettres ont été envoyées à la presse, qui ont confirmé que les attitudes sexistes venaient du sommet, y compris de Kalanick lui-même. Il a également été surpris en vidéo en train de se disputer avec un chauffeur d’Uber au sujet de la baisse des tarifs, ce qui n’a pas renforcé son image aux yeux du public . 

Au même moment, Uber était poursuivi par Waymo, de Alphabet (GOOGL), qui affirmait qu’un ancien employé de leur entreprise avait volé des secrets liés à la technologie de l’auto-conduite. Cette affaire a été réglée début 2018. En outre, le New York Times a révélé qu’Uber avait utilisé une fonctionnalité qui lui permettrait d’opérer dans des zones où elle était illégale, ce qui a donné lieu à une enquête criminelle. 

Le 21 juin 2017, Kalanick a démissionné après une révolte des actionnaires. Après un peu plus de deux mois, il a été annoncé que Dara Khosrowshahi – alors PDG d’Expedia (EXPE) – prendrait le relais. Khosrowshahi est venu à New York en 1978 avec ses parents pour échapper à la révolution iranienne. Il a commencé sa carrière dans la finance dans une banque d’investissement, et est finalement devenu le directeur financier d’IAC/InterActiveCorp (IAC), un poste qu’il a occupé pendant sept ans avant de devenir le PDG d’Expedia.(Note de l’éditeur : Investopedia est une société détenue par IAC)

En décembre 2017, Barney Harford, ancien PDG du site de voyage en ligne Orbitz, a été nommé directeur de l’exploitation d’Uber.

Comme Google, Apple Inc. (AAPL) et Tesla Motors (TSLA), Uber se prépare également à un avenir de voitures sans conducteur. L’entreprise prévoit actuellement d’obtenir un permis pour ses voitures à conduite autonome en Californie. Cependant, la route a été cahoteuse jusqu’à présent, surtout depuis que Waymo, d’Alphabet Inc (GOOG), a poursuivi Uber pour vol de technologie d’autodétermination, sans parler de l’éviction de son propre fondateur et PDG. Uber a peut-être connu son pire accident en mars 2018, lorsqu’une voiture à moteur a heurté un piéton, ce qui a obligé l’entreprise à suspendre temporairement tous les tests. En mai 2018, Uber a annoncé qu’elle mettrait fin à son programme de tests en Arizona, mais qu’elle le mènerait ailleurs. En juillet 2018, les voitures autopropulsées d’Uber ont fait leur retour à Pittsburgh. Le temps nous dira si Khosrowshahi pourra faire demi-tour.

Retour haut de page