L’impact d’une courbe de rendement inversée

Le terme courbe de rendement désigne la relation entre les taux d’intérêt à court et à long terme des titres à revenu fixe émis par le Trésor américain. Une courbe de rendement inversée se produit lorsque les taux d’intérêt à court terme dépassent les taux à long terme. Dans des circonstances normales, la courbe de rendement n’est pas inversée puisque les dettes à long terme sont généralement assorties de taux d’intérêt plus élevés que celles à court terme.

D’un point de vue économique, une courbe de rendement inversée est un événement notable et peu commun car il suggère que le court terme est plus risqué que le long terme. Nous expliquons ci-dessous ce phénomène rare, discutons de son impact sur les consommateurs et les investisseurs, et vous indiquons comment ajuster votre portefeuille pour en tenir compte.

Points clés à retenir

  • Une courbe de rendement illustre les taux d’intérêt sur les obligations à échéances croissantes.
  • Une courbe de rendement inversée se produit lorsque les instruments de dette à court terme ont des rendements plus élevés que les instruments à long terme ayant le même profil de risque de crédit.
  • Les courbes de rendement inversées sont inhabituelles, car les dettes à long terme devraient comporter un risque plus important et des taux d’intérêt plus élevés, de sorte que lorsqu’elles se produisent, il y a des implications pour les consommateurs et les investisseurs.
  • Une courbe de rendement inversée du Trésor est l’un des indicateurs avancés les plus fiables d’une récession imminente.

Taux d’intérêt et courbes de rendement

Généralement, les taux d’intérêt à court terme sont plus bas que les taux à long terme, de sorte que la courbe de rendement est inclinée vers le haut, ce qui reflète des rendements plus élevés pour les investissements à long terme. C’est ce qu’on appelle une courbe de rendement normale. Lorsque l’écart entre les taux d’intérêt à court terme et à long terme se rétrécit, la courbe des taux commence à s’aplatir. Une courbe de rendement plate est souvent observée lors de la transition d’une courbe de rendement normale à une courbe inversée.

vous pouvez intéressé:  Quels sont vos revenus qui vous placent dans les 1 %, 5 %, 10 % supérieurs ?

Yield Curve

Que suggère une courbe de rendement inversée ?

Historiquement, une courbe de rendement inversée a été considérée comme un indicateur d’une récession économique imminente. Lorsque les taux d’intérêt à court terme dépassent les taux à long terme, le sentiment du marché suggère que les perspectives à long terme sont mauvaises et que les rendements offerts par les titres à revenu fixe à long terme continueront de baisser.

Plus récemment, ce point de vue a été remis en question, car les achats étrangers de titres émis par le Trésor américain ont créé un niveau élevé et soutenu de demande pour les produits garantis par la dette publique américaine. Lorsque les investisseurs recherchent agressivement des titres de créance, le débiteur peut offrir des taux d’intérêt plus bas. Lorsque cela se produit, beaucoup soutiennent que ce sont les lois de l’offre et de la demande, plutôt que la morosité économique imminente, qui permettent aux prêteurs d’attirer les acheteurs sans avoir à payer des taux d’intérêt plus élevés.

Inverted Yield Curve

Les courbes de rendement inversées ont été relativement rares, en grande partie en raison de périodes plus longues que la moyenne entre les récessions depuis le début des années 1990. Par exemple, les expansions économiques qui ont débuté en mars 1991, novembre 2001 et juin 2009 ont été trois des quatre plus longues expansions économiques depuis la Seconde Guerre mondiale. Au cours de ces longues périodes, la question se pose souvent de savoir si une courbe de rendement inversée peut se reproduire.

Les cycles économiques, quelle que soit leur durée, ont historiquement fait la transition de la croissance à la récession et vice-versa. Les courbes de rendement inversées sont un élément essentiel de ces cycles, précédant chaque récession depuis 1956. Compte tenu de la cohérence de ce schéma, un rendement inversé se formera probablement à nouveau si l’expansion actuelle s’efface au profit d’une récession.

Les courbes de rendement à pente ascendante sont une extension naturelle des risques plus élevés associés aux longues échéances. Dans une économie en croissance, les investisseurs exigent également des rendements plus élevés à l’extrémité longue de la courbe pour compenser le coût d’opportunité d’un investissement en obligations par rapport à d’autres catégories d’actifs, et pour maintenir un écart acceptable par rapport aux taux d’inflation.

Lorsque le cycle économique commence à ralentir, peut-être en raison des hausses de taux d’intérêt de la Banque de la Réserve fédérale, la pente ascendante de la courbe des taux tend à s’aplatir à mesure que les taux à court terme augmentent et que les taux à long terme restent stables ou diminuent légèrement. Dans ce contexte, les investisseurs considèrent les rendements à long terme comme un substitut acceptable au potentiel de rendements plus faibles des actions et d’autres catégories d’actifs, qui ont tendance à augmenter les prix des obligations et à réduire les rendements.

La formation d’une courbe de rendement inversée

Face aux craintes d’une récession imminente, les investisseurs ont tendance à acheter des obligations du Trésor à long terme en partant du principe qu’elles offrent une protection contre la chute des marchés des actions, qu’elles permettent de préserver le capital et qu’elles ont un potentiel de plus-value lorsque les taux d’intérêt baissent. En raison de la rotation vers des échéances longues, les rendements peuvent tomber en dessous des taux à court terme, formant une courbe de rendement inversée. Depuis 1956, les actions ont atteint un sommet six fois après le début d’une inversion, et l’économie est tombée en récession en l’espace de sept à 24 mois.

En 2017, la courbe de rendement inversée la plus récente est apparue pour la première fois en août 2006, lorsque la Fed a augmenté les taux d’intérêt à court terme en réponse à la surchauffe des marchés des actions, de l’immobilier et des prêts hypothécaires. L’inversion de la courbe des taux a précédé de 14 mois le pic du Standard & Poor’s 500 en octobre 2007 et de 16 mois le début officiel de la récession en décembre 2007. Toutefois, un nombre croissant de perspectives économiques pour 2018 émanant de sociétés d’investissement laissent entendre qu’une courbe de rendement inversée pourrait se profiler à l’horizon, en raison du rétrécissement de l’écart entre les bons du Trésor à court et à long terme.

Si l’histoire est un précédent, le cycle économique actuel progressera, et le ralentissement de l’économie pourrait éventuellement se manifester. Si les craintes de la prochaine récession augmentent au point que les investisseurs considèrent l’achat de bons du Trésor à long terme comme la meilleure option pour leurs portefeuilles, il est très probable que la prochaine courbe de rendement inversée prendra forme.

Impact de la courbe de rendement inversée sur les consommateurs

Outre son impact sur les investisseurs, une courbe de rendement inversée a également un impact sur les consommateurs. Par exemple, les acheteurs qui financent leurs propriétés avec des prêts hypothécaires à taux variable (ARM) ont des barèmes de taux d’intérêt qui sont périodiquement mis à jour en fonction des taux d’intérêt à court terme. Lorsque les taux à court terme sont plus élevés que les taux à long terme, les paiements sur les ARM ont tendance à augmenter. Lorsque cela se produit, les prêts à taux fixe peuvent être plus intéressants que les prêts à taux variable.

Les lignes de crédit sont affectées de la même manière. Dans les deux cas, les consommateurs doivent consacrer une part plus importante de leurs revenus au service de leurs dettes existantes. Cela réduit le revenu disponible et a un effet négatif sur l’économie dans son ensemble.

Impact de la courbe de rendement inversée sur les investisseurs à revenu fixe

L’inversion de la courbe de rendement a le plus grand impact sur les investisseurs à revenu fixe. Dans des circonstances normales, les investissements à long terme ont des rendements plus élevés ; comme les investisseurs risquent leur argent pendant de plus longues périodes, ils sont récompensés par des versements plus élevés. Une courbe inversée élimine la prime de risque pour les investissements à long terme, ce qui permet aux investisseurs d’obtenir de meilleurs rendements avec des investissements à court terme.

Lorsque l’écart entre les bons du Trésor américain (un investissement sans risque) et les alternatives d’entreprises à haut risque est à un niveau historiquement bas, il est souvent facile de décider d’investir dans des véhicules à faible risque. Dans ce cas, l’achat d’un titre adossé au Trésor offre un rendement similaire à celui des obligations de pacotille, des obligations d’entreprise, des fonds de placement immobilier (REIT) et d’autres instruments de dette, mais sans le risque inhérent à ces véhicules. Les fonds du marché monétaire et les certificats de dépôt (CD) peuvent également être intéressants, en particulier lorsqu’un CD à un an offre des rendements comparables à ceux d’une obligation du Trésor à dix ans.

Impact de la courbe de rendement inversée sur les investisseurs en actions

Lorsque la courbe de rendement s’inverse, les marges bénéficiaires diminuent pour les entreprises qui empruntent des liquidités à court terme et prêtent à long terme, comme les banques communautaires. De même, les fonds spéculatifs sont souvent obligés de prendre des risques accrus pour atteindre le niveau de rendement souhaité.

En fait, un mauvais pari sur les taux d’intérêt russes est largement attribué à la disparition de Long-Term Capital Management, un fonds spéculatif bien connu dirigé par le trader d’obligations John Meriwether.

Malgré leurs conséquences pour certaines parties, les inversions de la courbe de rendement ont tendance à avoir moins d’impact sur les produits de consommation de base et les entreprises de santé, qui ne dépendent pas des taux d’intérêt. Cette relation devient évidente lorsqu’une courbe de rendement inversée précède une récession. Lorsque cela se produit, les investisseurs ont tendance à se tourner vers des actions défensives, comme celles des industries alimentaire, pétrolière et du tabac, qui sont souvent moins touchées par les ralentissements de l’économie.

  • En 2019, la courbe des taux s’est brièvement inversée. Les signes de pression inflationniste provenant d’un marché du travail tendu et d’une série de hausses des taux d’intérêt par la Réserve fédérale de 2017 à 2019 ont fait naître l’espoir d’une récession. Ces attentes ont finalement conduit la Fed à revenir sur les hausses de taux d’intérêt. Cette inversion de la courbe des taux a signalé le début d’une récession en 2020.
  • En 2006, la courbe des taux a été inversée pendant une grande partie de l’année. Les obligations du Trésor à long terme ont ensuite surperformé les actions en 2007. En 2008, les bons du Trésor à long terme ont grimpé en flèche lorsque le marché boursier s’est effondré. Dans ce cas, la Grande Récession est arrivée et s’est avérée pire que prévu.
  • En 1998, la courbe des rendements s’est brièvement inversée. Pendant quelques semaines, les prix des obligations du Trésor ont flambé après le défaut de paiement de la dette russe. La réduction rapide des taux d’intérêt par la Réserve fédérale a permis d’éviter une récession aux États-Unis. Cependant, les actions de la Fed ont peut-être contribué à la bulle Internet qui a suivi.

Alors que les experts se demandent si une courbe de rendement inversée reste ou non un bon indicateur d’une récession économique imminente, il faut garder à l’esprit que l’histoire est jonchée de portefeuilles qui ont été dévastés lorsque les investisseurs ont suivi les prédictions sur la façon dont « c’est différent cette fois-ci » sans se poser de questions. Plus récemment, des investisseurs en actions à courte vue qui défendaient cette devise ont participé au « naufrage technologique », en prenant des actions de sociétés technologiques à des prix gonflés, même si ces entreprises n’avaient aucun espoir de faire un jour des bénéfices.

Si vous voulez être un investisseur intelligent, ignorez le bruit. Au lieu de passer du temps et des efforts à essayer de comprendre ce que l’avenir vous réserve, construisez votre portefeuille en vous basant sur une réflexion et des convictions à long terme – et non sur les mouvements du marché à court terme.

Pour vos besoins de revenus à court terme, faites l’évidence : choisissez l’investissement au rendement le plus élevé, mais gardez à l’esprit que les inversions sont une anomalie et qu’elles ne durent pas éternellement. Lorsque l’inversion prend fin, ajustez votre portefeuille en conséquence.

Retour haut de page