L’Irlande est-elle un paradis fiscal ?

L’Irlande est considérée comme un paradis fiscal en raison de la politique fiscale et économique du pays. La législation favorise fortement la création et le fonctionnement des sociétés, et l’environnement économique est très accueillant pour toutes les sociétés, en particulier celles qui investissent dans la recherche, le développement et l’innovation.

Fiscalité générale

Les États-Unis ont un taux d’imposition forfaitaire des sociétés de 21 %. En Irlande, le taux d’imposition des sociétés est de 12,5 %. En outre, l’Irlande ne prélève un taux d’imposition des sociétés de 6,25 % que pour les revenus liés à un brevet ou à la propriété intellectuelle d’une société. Ce taux plus bas est destiné à accorder des avantages fiscaux pour la protection et le soutien des redevances tirées de la propriété intellectuelle. Le développement de l’Irlande en tant que régime d’impôt sur les sociétés à faible taux remonte à 1956, lorsqu’elle a introduit un allégement fiscal sur les bénéfices d’exportation.   

Points clés à retenir

  • De nombreuses personnes considèrent l’Irlande comme un paradis fiscal en raison de sa politique fiscale et économique, qui favorise la création et le fonctionnement des sociétés.
  • L’économie irlandaise est très accueillante pour toutes les entreprises, en particulier celles qui investissent dans la recherche, le développement et l’innovation.
  • L’Irlande est particulièrement accueillante pour les jeunes entreprises à forte intensité de recherche et de développement, qui peuvent demander le remboursement de leurs impôts.

Les politiques fiscales irlandaises en matière de recherche et de développement incitent fortement les entreprises à investir dans des idées innovantes. L’Irlande a adopté des politiques permettant aux jeunes entreprises à forte intensité de recherche et de développement de demander le remboursement de leurs impôts. Cela est vrai même si la start-up subit des pertes et ne peut pas payer son impôt sur les sociétés. En outre, le crédit d’impôt de 25 % s’applique au taux de l’impôt sur les sociétés qui n’est que de 12,5 %. 

vous pouvez intéressé:  Comment choisir les actions pour le Transactions du jour

L’Irlande est fortement dépendante de l’impôt sur les sociétés et est clairement incitée à rester un paradis fiscal pour les entreprises et à ne pas mettre en œuvre des politiques défavorables. L’Irlande a conclu une convention fiscale avec plus de 70 pays, dont plus de 25 sont des pays développés. 

Politiques économiques

Les prix de transfert permettent aux entreprises de transférer leurs bénéfices des juridictions à forte imposition vers les juridictions à faible imposition. Ainsi, une société fait du commerce avec différentes filiales plutôt qu’avec des sociétés externes. Ce déplacement artificiel, lorsqu’il est effectué par des multinationales qui produisent jusqu’à 80 % du commerce mondial, se traduira par une baisse des impôts. Cette politique de prix de transfert a donné lieu à une enquête du Sénat américain sur la société Apple Inc. Le Sénat a constaté qu’une entité d’Apple en Irlande a reçu 74 milliards de dollars en recettes mondiales de 2009 à 2012, sur lesquels Apple a payé une taxe de moins de 2 % à l’Irlande. Une autre entité a reçu 30 milliards de dollars et n’a rien payé. La Commission européenne a déclaré que l’Irlande a accordé à Apple des avantages fiscaux indus et doit récupérer 13 milliards d’euros d’impôts impayés.   

L’environnement financier de l’Irlande permet la création de véhicules à usage spécial pour la réduction des taxes. Au troisième trimestre de 2019, il y avait 2 493 véhicules spéciaux en Irlande, détenant un actif déclaré de 851 milliards d’euros. La raison de l’utilisation élevée des véhicules de titrisation est liée à la transparence financière, car l’Irlande n’en possède pas ou très peu. Le gouvernement n’exige pas des sociétés transnationales qu’elles fournissent des comptes publics sur leur chiffre d’affaires, les subventions reçues, les bénéfices ou le montant des impôts payés.

Retour haut de page