LLC contre S Corporation : Quelle est la différence ?

LLC contre S Corporation : Une vue d’ensemble

Une structure d’entreprise, en termes d’entité juridique que vous choisissez pour votre entreprise, a un impact significatif sur certaines questions importantes de votre vie professionnelle. Ces questions comprennent l’exposition à la responsabilité, ainsi que le taux et la manière dont vous et votre entreprise êtes imposés. Le choix de la structure de l’entreprise peut également avoir une incidence considérable sur des questions telles que le financement et la croissance de l’entreprise, le nombre d’actionnaires de l’entreprise et la manière générale dont l’entreprise est exploitée. Vous devez être conscient de certaines différences dans la constitution d’une entreprise, notamment lorsque vous choisissez entre une SARL ou une société S pour votre entreprise.

Les sociétés à responsabilité limitée et les sociétés anonymes sont passées au premier plan à l’époque de la loi de 1996 sur la protection de l’emploi dans les petites entreprises, qui contenait un certain nombre de modifications de la législation fiscale de base des entreprises, comme l’autorisation pour les sociétés anonymes de détenir un pourcentage quelconque des actions des sociétés anonymes. Les sociétés C ne sont toutefois pas autorisées à détenir des actions dans des sociétés S.

Points clés à retenir

  • L’IRS est plus restrictif en matière de propriété pour les sociétés S que pour les SARL.
  • Il existe des différences juridiques importantes en termes d’exigences opérationnelles formelles, les sociétés S étant structurées de manière beaucoup plus rigide.
  • Pour les SARL, les opérations commerciales sont beaucoup plus simples et les exigences sont minimales.

Sociétés à responsabilité limitée

Les choix de sociétés à responsabilité limitée (SARL) et de sociétés S sont de plus en plus populaires en raison de leurs avantages fondamentaux de protection de la responsabilité et de l’imposition de passage. Les SARL protègent les biens personnels des propriétaires contre les pertes, les dettes de la société ou les décisions de justice à l’encontre de la société. Les SARL évitent également la double imposition à laquelle sont soumises les sociétés C car elles répercutent tous les revenus de l’entreprise sur les déclarations fiscales des propriétaires individuels.

Propriété d’une SARL

Une SARL est autorisée à avoir un nombre illimité de propriétaires, communément appelés « membres ». Ces propriétaires peuvent être des citoyens américains, des citoyens non américains et des résidents non américains. Les LLC peuvent également être détenues par tout autre type de personne morale. En outre, une LLC est également soumise à une réglementation nettement moins stricte en ce qui concerne la création de filiales. 

LLC Opérations commerciales

Pour les SARL, les opérations commerciales sont beaucoup plus simples et les exigences sont minimales. Bien que les SARL soient invitées à suivre les mêmes directives que les sociétés anonymes, elles ne sont pas légalement tenues de le faire. Certaines de ces lignes directrices comprennent l’adoption de statuts et la tenue d’assemblées annuelles. 

Par exemple, au lieu des exigences détaillées des statuts des sociétés S, les SARL se contentent d’adopter un contrat d’exploitation de SARL, dont les termes peuvent être extrêmement souples, permettant aux propriétaires de créer l’entreprise pour qu’elle fonctionne de la manière qu’ils préfèrent. Les SARL ne sont pas tenues de tenir et de conserver des registres des réunions et des décisions de l’entreprise comme le font les sociétés anonymes.

vous pouvez intéressé:  Repo contre Repo inverse : Quelle est la différence ?

Structure de gestion d’une SARL

Les propriétaires/membres d’une SARL sont libres de choisir si ce sont les propriétaires ou les gérants désignés qui dirigent l’entreprise. Si la SARL choisit que les propriétaires occupent les postes de direction de l’entreprise, l’entreprise fonctionne alors plus étroitement comme un partenariat.

Le choix de l’entité commerciale sera largement guidé par la nature de l’entreprise et la façon dont le propriétaire envisage le développement et la croissance de l’entreprise dans le futur.

Sociétés S

La structure d’une société S protège également les biens personnels des propriétaires d’entreprises de toute responsabilité sociale et permet de faire passer les revenus, généralement sous forme de dividendes, pour éviter la double imposition des sociétés et des particuliers. Toutefois, si les deux options offrent ces avantages de base sous une forme ou une autre, il existe entre elles des distinctions importantes qui doivent être examinées avec soin lors de la création d’une entité commerciale.

Propriété d’une société S

L’IRS est plus restrictif en ce qui concerne la propriété des sociétés S. Ces entreprises ne sont pas autorisées à avoir plus de 100 actionnaires ou propriétaires principaux. Les sociétés S ne peuvent pas être détenues par des personnes qui ne sont pas des citoyens américains ou des résidents permanents. En outre, la société S ne peut pas être détenue par une autre entité commerciale. Cette restriction s’applique également à la propriété d’autres sociétés S, C, LLC, partenariats commerciaux ou entreprises individuelles. 

Opérations commerciales de la société S

Il existe des différences juridiques importantes en termes d’exigences opérationnelles formelles, les sociétés S étant structurées de manière beaucoup plus rigide. Les nombreuses formalités internes requises pour les sociétés S comprennent des réglementations strictes sur l’adoption des statuts de la société, la conduite des assemblées générales initiales et annuelles des actionnaires, la tenue et la conservation des procès-verbaux des réunions de la société, ainsi que des réglementations étendues relatives à l’émission d’actions. 

En outre, une société S peut utiliser les pratiques de comptabilité d’exercice ou de comptabilité de caisse.

Structure de gestion des sociétés S

En revanche, les sociétés S sont tenues d’avoir un conseil d’administration et des dirigeants d’entreprise. Le conseil d’administration supervise la gestion et est responsable des principales décisions de l’entreprise, tandis que les dirigeants, tels que le directeur général (PDG) et le directeur financier (CFO), gèrent les opérations commerciales de l’entreprise au quotidien. 

Parmi les autres différences, on peut citer le fait que l’existence d’une société S, une fois établie, est généralement perpétuelle, alors que ce n’est généralement pas le cas d’une SARL, où des événements tels que le départ d’un membre/propriétaire peuvent entraîner la dissolution de la SARL.

vous pouvez intéressé:  Les pays les plus sûrs pour la retraite en Amérique latine

Les SARL et les sociétés anonymes sont des structures commerciales qui ont un impact sur l’exposition d’une société à la responsabilité et sur la manière dont l’entreprise et son ou ses propriétaires sont imposés.

Décider de la constitution d’une société

Un propriétaire d’entreprise qui souhaite bénéficier d’un maximum de plans de protection des actifs personnels en recherchant des investissements substantiels auprès d’étrangers, ou qui envisage de devenir une société cotée en bourse et de vendre des actions ordinaires sera probablement mieux servi en formant une société C et en faisant ensuite le choix de l’impôt sur les sociétés S.

Il est important de comprendre que la désignation de société S est simplement un choix fiscal fait pour que votre entreprise soit imposée selon le sous-chapitre S du chapitre 1 du code des services fiscaux internes. Toutes les sociétés S commencent comme une autre entité commerciale, soit une entreprise individuelle, une société C ou une SARL. L’entreprise choisit ensuite de devenir une société S à des fins fiscales. 

Une SARL est plus appropriée pour les propriétaires d’entreprises dont la principale préoccupation est la flexibilité de la gestion de l’entreprise. Ce propriétaire veut éviter toute la paperasserie de l’entreprise, sauf un minimum, ne prévoit pas la nécessité d’un investissement extérieur important et ne prévoit pas de faire entrer sa société en bourse et de vendre les actions. En général, plus l’entreprise est petite, simple et gérée personnellement, plus la structure de la SARL est appropriée. Si votre entreprise est plus grande et plus complexe, comme une société multinationale de services financiers, une structure de société à responsabilité limitée est plus appropriée.

Faire le bon choix

Les SARL sont plus faciles et moins coûteuses à mettre en place, et plus simples à maintenir et à rester conformes aux lois applicables aux entreprises, car les réglementations opérationnelles et les exigences en matière de rapports sont moins strictes. Néanmoins, la forme de société S est préférable si l’entreprise recherche un financement extérieur important ou si elle envisage d’émettre des actions ordinaires. Il est bien sûr possible de modifier la structure d’une entreprise si la nature de celle-ci change pour l’exiger, mais cela implique souvent d’encourir une pénalité fiscale d’un type ou d’un autre. Il est donc préférable que le propriétaire de l’entreprise puisse déterminer le choix le plus approprié de l’entité commerciale lors de la création de l’entreprise.

Outre les exigences juridiques de base pour les différents types d’entreprises qui sont généralement codifiées au niveau fédéral, il existe des variations entre les lois des États concernant la constitution en société. Par conséquent, il est généralement considéré comme une bonne idée de consulter un juriste ou un comptable d’entreprise pour prendre une décision éclairée sur le type d’entité commerciale qui convient le mieux à votre entreprise spécifique.

Retour haut de page