Pourquoi une entreprise rachèterait-elle ses propres actions ?

Le rachat d’actions désigne le rachat d’actions par la société qui les a émises. Un rachat a lieu lorsque la société émettrice paie aux actionnaires la valeur marchande par action et réabsorbe la partie de sa propriété qui était auparavant répartie entre les investisseurs publics et privés.

Avec les rachats d’actions, ou rachats d’actions, l’entreprise peut acheter les actions sur le marché libre ou directement auprès de ses actionnaires. Au cours des dernières décennies, les rachats d’actions ont dépassé les dividendes comme moyen privilégié de rendre l’argent aux actionnaires. Bien que les petites entreprises puissent choisir d’effectuer des rachats, les sociétés de premier ordre sont beaucoup plus susceptibles de le faire en raison du coût que cela implique.

Points clés à retenir

  • Les entreprises procèdent à des rachats pour diverses raisons, notamment la consolidation des entreprises, l’augmentation de la valeur des fonds propres et pour paraître plus attrayantes sur le plan financier.
  • L’inconvénient des rachats est qu’ils sont généralement financés par l’emprunt, ce qui peut mettre à rude épreuve la trésorerie.
  • Les rachats d’actions peuvent avoir un effet légèrement positif sur l’économie dans son ensemble.

Raisons des rachats

Étant donné que les entreprises se procurent des capitaux propres par la vente d’actions ordinaires et privilégiées, il peut sembler contre-intuitif qu’une entreprise choisisse de rendre cet argent. Toutefois, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles il peut être avantageux pour une entreprise de racheter ses actions, notamment la consolidation de la propriété, la sous-évaluation et le renforcement de ses principaux ratios financiers.

1:37

vous pouvez intéressé:  7 conseils pour obtenir un nouvel emploi à 50 ans

Les liquidités non utilisées sont coûteuses

Chaque action ordinaire représente une petite participation dans la propriété de la société émettrice, y compris le droit de vote sur la politique de la société et les décisions financières. Si une entreprise a un propriétaire gérant et un million d’actionnaires, elle compte en fait 1 000 001 propriétaires. Les entreprises émettent des actions pour lever des fonds propres afin de financer leur expansion, mais si aucune opportunité de croissance n’est en vue, le fait de conserver tous ces fonds propres inutilisés signifie un partage de la propriété sans raison valable.

Les entreprises qui se sont développées pour dominer leurs industries, par exemple, peuvent trouver qu’il n’y a guère plus de croissance à avoir. Avec une marge de manœuvre aussi réduite, le fait de porter au bilan des montants importants de capitaux propres devient plus un fardeau qu’une bénédiction.

Les actionnaires exigent un retour sur leurs investissements sous forme de dividendes, ce qui représente un coût des capitaux propres – l’entreprise paie donc essentiellement pour le privilège d’accéder à des fonds qu’elle n’utilise pas. Le rachat d’une partie ou de la totalité des actions en circulation peut être un moyen simple de rembourser les investisseurs et de réduire le coût global du capital. C’est pourquoi Walt Disney (DIS) a réduit le nombre de ses actions en circulation sur le marché en rachetant 73,8 millions d’actions, évaluées collectivement à 7,5 milliards de dollars, en 2016.

3 Reasons Why Companies Buy Back Stocks

Préserve le cours des actions

Les actionnaires souhaitent généralement un flux régulier de dividendes croissants de la part de l’entreprise. Et l’un des objectifs des dirigeants d’entreprise est de maximiser la richesse des actionnaires. Toutefois, les dirigeants d’entreprise doivent trouver un équilibre entre l’apaisement des actionnaires et la nécessité de rester agiles si l’économie plonge dans une récession.

L’une des banques les plus durement touchées pendant la Grande Récession était la Bank of America Corporation (BAC). La banque s’est bien rétablie depuis lors, mais il lui reste encore du travail à faire pour retrouver sa gloire d’antan. Cependant, à la fin de 2017, Bank of America avait racheté près de 300 millions d’actions au cours des douze mois précédents. Bien que le dividende ait augmenté au cours de la même période, la direction de la banque a toujours alloué plus de liquidités aux rachats d’actions plutôt qu’aux dividendes.

Pourquoi les rachats sont-ils privilégiés par rapport aux dividendes ? Si l’économie ralentit ou tombe en récession, la banque peut être contrainte de réduire son dividende pour préserver ses liquidités. Le résultat entraînerait sans aucun doute une liquidation des actions. Toutefois, si la banque décidait de racheter moins

d’actions, ce qui permettrait de préserver le capital tout autant qu’une réduction des dividendes, le cours de l’action serait probablement moins touché. S’engager à verser des dividendes en augmentant régulièrement le cours de l’action d’une entreprise entraînera certainement une hausse de son cours, mais la stratégie de dividende peut être une arme à double tranchant pour une entreprise. En cas de récession, les rachats d’actions peuvent être réduits plus facilement que les dividendes, avec un impact beaucoup moins négatif sur le cours de l’action.

L’action est sous-évaluée

Une autre raison majeure pour les entreprises de procéder à des rachats : Elles ont vraiment le sentiment que leurs actions sont sous-évaluées. La sous-évaluation se produit pour un certain nombre de raisons, souvent en raison de l’incapacité des investisseurs à voir au-delà des performances à court terme d’une entreprise, de nouvelles sensationnalistes ou d’un sentiment général de baisse. Une vague de rachats d’actions a balayé les États-Unis en 2010 et 2011, alors que l’économie commençait à se remettre de la Grande Récession. De nombreuses entreprises ont commencé à faire des prévisions optimistes pour les années à venir, mais les cours des actions des entreprises reflétaient toujours le marasme économique qui les avait frappées les années précédentes. Ces entreprises ont investi en elles-mêmes en rachetant des actions, espérant capitaliser lorsque les cours des actions commenceraient enfin à refléter de nouvelles réalités économiques améliorées.

Si une action est fortement sous-évaluée, la société émettrice peut racheter une partie de ses actions à ce prix réduit et les réémettre une fois que le marché s’est corrigé, augmentant ainsi ses fonds propres sans émettre d’actions supplémentaires. Bien que cette manœuvre puisse être risquée si les prix restent bas, elle peut permettre aux entreprises qui ont encore besoin d’un financement à long terme d’augmenter leurs fonds propres sans diluer davantage la propriété de l’entreprise.

Supposons, par exemple, qu’une entreprise émette 100 000 actions à 25 dollars l’action, ce qui lui permettrait de lever 2,5 millions de dollars en capitaux propres. Une nouvelle inopportune remettant en question l’éthique de la direction de l’entreprise fait que les actionnaires paniqués commencent à vendre, faisant baisser le prix à 15 dollars par action. L’entreprise décide de racheter 50 000 actions à 15 dollars l’action pour un montant total de 750 000 dollars et d’attendre la fin de la frénésie. L’entreprise reste rentable et lance une nouvelle ligne de produits passionnants le trimestre suivant, faisant grimper le prix au-delà du prix d’offre initial à 35 dollars par action. Après avoir retrouvé sa popularité, la société réémet les 50 000 actions au nouveau prix du marché pour un afflux de capitaux total de 1,75 million de dollars. En raison de la brève sous-évaluation de son action, la société a pu transformer 2,5 millions de dollars de capitaux propres en 3,5 millions de dollars sans diluer davantage la propriété en émettant des actions supplémentaires.

C’est une solution rapide pour la fiche financière

Le rachat d’actions peut également être un moyen facile de rendre une entreprise plus attrayante pour les investisseurs. En réduisant le nombre d’actions en circulation, le ratio de bénéfice par action (BPA) d’une entreprise est automatiquement augmenté – car ses bénéfices annuels sont désormais divisés par un nombre inférieur d’actions en circulation. Par exemple, une entreprise qui gagne 10 millions de dollars par an avec 100 000 actions en circulation a un BPA de 100 dollars. Si elle rachète 10 000 de ces actions, ce qui réduit le nombre total d’actions en circulation à 90 000, son BPA passe à 111,11 dollars sans augmentation réelle des bénéfices.

En outre, les investisseurs à court terme cherchent souvent à gagner rapidement de l’argent en investissant dans une entreprise avant un rachat programmé. L’afflux rapide d’investisseurs gonfle artificiellement la valeur de l’action et augmente le ratio cours/bénéfice (P/E) de l’entreprise. Le ratio de rendement des capitaux propres (ROE) est un autre indicateur financier important qui est automatiquement stimulé.

Une interprétation du rachat est que l’entreprise est financièrement saine et n’a plus besoin de fonds propres excédentaires. Le marché peut également considérer que la direction a suffisamment confiance dans l’entreprise pour réinvestir en elle-même. Les rachats d’actions sont généralement considérés comme moins risqués que l’investissement dans la recherche et le développement de nouvelles technologies ou l’acquisition d’un concurrent ; c’est une action rentable, tant que l’entreprise continue de croître. Les investisseurs considèrent généralement les rachats d’actions comme un signe positif d’appréciation pour l’avenir. Par conséquent, les rachats d’actions peuvent entraîner une ruée des investisseurs vers les actions.

Les inconvénients des rachats

Un rachat d’actions affecte la cote de crédit d’une entreprise si celle-ci doit emprunter de l’argent pour racheter les actions. De nombreuses entreprises financent les rachats d’actions parce que les intérêts de l’emprunt sont déductibles des impôts. Cependant, les dettes drainent les réserves de liquidités, qui sont souvent nécessaires lorsque le vent économique tourne contre une entreprise. C’est pourquoi les agences d’évaluation du crédit considèrent ces rachats d’actions financés de manière négative : Elles ne considèrent pas que l’augmentation du BPA ou la capitalisation d’actions sous-évaluées soient une bonne justification pour s’endetter. Une baisse de la notation de crédit suit souvent une telle manœuvre.

Effet sur l’économie

Malgré ce qui précède, les rachats peuvent être bons pour l’économie d’une entreprise. Qu’en est-il de l’économie dans son ensemble ? Les rachats d’actions peuvent avoir un effet légèrement positif sur l’économie dans son ensemble. Ils ont tendance à avoir un effet beaucoup plus direct et positif sur l’économie financière, car ils entraînent une hausse des cours des actions. Mais à bien des égards, l’économie financière alimente l’économie réelle et vice versa. Des recherches ont montré que les hausses du marché boursier ont un effet bénéfique sur la confiance des consommateurs, la consommation et les achats importants, un phénomène appelé « effet de richesse ».

Une autre façon dont les améliorations de l’économie financière ont un impact sur l’économie réelle est la réduction des coûts d’emprunt pour les entreprises. En retour, ces entreprises sont plus susceptibles d’étendre leurs activités ou de dépenser pour la recherche et le développement. Ces activités entraînent une augmentation de l’embauche et des revenus. Pour les particuliers, l’amélioration du bilan des ménages augmente leurs chances d’emprunter pour acheter une maison ou créer une entreprise.

Retour haut de page