Stratégies de trading sur 10 jours pour les débutants

Le day trading est l’acte d’achat et de vente d’un instrument financier au cours d’une même journée, voire plusieurs fois au cours d’une même journée. Tirer profit de petits mouvements de prix peut être un jeu lucratif, à condition de le jouer correctement. Mais ce peut être un jeu dangereux pour les débutants ou pour quiconque n’adhère pas à une stratégie bien réfléchie.

Cependant, tous les courtiers ne sont pas adaptés au volume élevé de transactions effectuées par les day traders. Mais certains courtiers sont conçus pour les day traders. Vous pouvez consulter notre liste des meilleurs courtiers pour le day trading afin de savoir quels courtiers conviennent le mieux à ceux qui souhaitent effectuer des opérations sur séance.

Les courtiers en ligne figurant sur notre liste, Fidelity et Interactive Brokers, disposent de versions professionnelles ou avancées de leurs plateformes qui offrent des cotations en temps réel, des outils graphiques avancés et la possibilité de saisir et de modifier des ordres complexes en succession rapide.

Nous examinerons ci-dessous quelques principes généraux du day trading, puis nous passerons à la décision d’acheter et de vendre, aux stratégies courantes du day trading, aux graphiques et schémas de base et à la manière de limiter les pertes.

Points clés à retenir

  • Le day trading n’est rentable que si les traders le prennent au sérieux et font leurs recherches.
  • Le day trading est un travail, pas un hobby ; traitez-le comme tel – soyez diligent, concentré, objectif et gardez les émotions en dehors de cela.
  • Nous vous donnons ici quelques conseils de base et le savoir-faire nécessaire pour devenir un day trader prospère.

3:02

1. La connaissance, c’est le pouvoir

Outre la connaissance des procédures de négociation de base, les day traders doivent se tenir au courant des dernières nouvelles et des événements boursiers qui affectent les actions – les plans de taux d’intérêt de la Fed, les perspectives économiques, etc.

Faites donc vos devoirs. Faites une liste des actions que vous souhaitez négocier et informez-vous sur les entreprises sélectionnées et les marchés en général. Scannez l’actualité économique et visitez des sites web financiers fiables.

2. Fonds réservés

Évaluez le capital que vous êtes prêt à risquer pour chaque transaction. De nombreux day traders prospères risquent moins de 1 à 2 % de leur compte par transaction. Si vous disposez d’un compte de trading de 40 000 $ et que vous êtes prêt à risquer 0,5 % de votre capital sur chaque transaction, votre perte maximale par transaction est de 200 $ (0,5 % * 40 000 $).

Mettez de côté un excédent de fonds que vous pouvez échanger et que vous êtes prêt à perdre. N’oubliez pas que cela peut arriver ou non.

3. Mettre aussi de côté le temps

Le day trading nécessite votre temps. C’est pourquoi on l’appelle le day trading. En fait, vous devrez renoncer à la plus grande partie de votre journée. N’y pensez pas si vous n’avez que peu de temps à perdre.

Le processus exige d’un opérateur qu’il suive les marchés et repère les opportunités, qui peuvent se présenter à tout moment pendant les heures de négociation. Il est essentiel d’agir rapidement.

4. Commencer petit

En tant que débutant, concentrez-vous sur un à deux titres maximum au cours d’une session. Il est plus facile de suivre et de trouver des opportunités avec seulement quelques actions. Récemment, il est devenu de plus en plus courant de pouvoir négocier des fractions d’actions, ce qui vous permet de spécifier les montants spécifiques, plus petits, que vous souhaitez investir.

Cela signifie que si les actions Apple se négocient à 250 dollars et que vous ne souhaitez acheter que des actions d’une valeur de 50 dollars, de nombreux courtiers vous permettront désormais d’acheter un cinquième d’action.

5. Éviter les actions à un penny

Vous recherchez probablement des offres et des prix bas, mais évitez les actions à un centime. Ces actions sont souvent peu liquides et les chances de décrocher le jackpot sont souvent minces.

vous pouvez intéressé:  Définition de l'analyse coûts-avantages

De nombreuses actions se négociant à moins de 5 dollars par action sont radiées des principales bourses et ne sont plus négociables que sur le marché hors cote (OTC). À moins que vous ne voyiez une réelle opportunité et que vous ayez fait vos recherches, restez à l’écart de ces derniers.

6. Chronométrer ces métiers

De nombreux ordres passés par les investisseurs et les traders commencent à être exécutés dès l’ouverture des marchés le matin, ce qui contribue à la volatilité des prix. Un joueur expérimenté peut être capable de reconnaître des modèles et de choisir de manière appropriée pour réaliser des profits. Mais pour les débutants, il peut être préférable de simplement lire le marché sans faire de mouvements pendant les 15 à 20 premières minutes.

Les heures du milieu sont généralement moins volatiles, puis le mouvement commence à reprendre vers la cloche de fermeture. Bien que les heures de pointe offrent des opportunités, il est plus sûr pour les débutants de les éviter au début.

7. Réduire les pertes avec des ordres de limite

Décidez du type d’ordres que vous utiliserez pour entrer et sortir des transactions. Utiliserez-vous des ordres au marché ou des ordres à cours limité ? Lorsque vous passez un ordre au marché, il est exécuté au meilleur prix disponible à ce moment-là – donc sans garantie de prix.

Un ordre à cours limité, quant à lui, garantit le prix mais pas l’exécution. Les ordres à cours limité vous permettent de négocier avec plus de précision, en fixant votre prix (non pas irréaliste mais exécutable) à l’achat comme à la vente. Les day traders plus sophistiqués et plus expérimentés peuvent également utiliser des stratégies d’options pour couvrir leurs positions.

8. Soyez réaliste quant aux bénéfices

Une stratégie n’a pas besoin de gagner tout le temps pour être rentable. De nombreux traders ne gagnent que 50% à 60% de leurs transactions. Cependant, ils gagnent plus sur leurs gagnants qu’ils ne perdent sur leurs perdants. Assurez-vous que le risque sur chaque transaction est limité à un pourcentage spécifique du compte, et que les méthodes d’entrée et de sortie sont clairement définies et écrites.

9. Restez au frais

Il y a des moments où les marchés boursiers mettent vos nerfs à l’épreuve. En tant que day trader, vous devez apprendre à tenir à distance la cupidité, l’espoir et la peur. Les décisions doivent être régies par la logique et non par l’émotion.

10. S’en tenir au plan

Les commerçants qui réussissent doivent agir vite, mais ils ne doivent pas penser vite. Pourquoi ? Parce qu’ils ont développé une stratégie commerciale à l’avance, ainsi que la discipline nécessaire pour s’y tenir. Il est important de suivre de près votre formule plutôt que d’essayer de courir après les profits. Ne laissez pas vos émotions prendre le dessus sur vous et abandonnez votre stratégie. Il existe un mantra parmi les day traders : « Planifiez votre transaction et négociez votre plan ».

Avant d’aborder les tenants et aboutissants du day trading, examinons certaines des raisons pour lesquelles ce type d’activité peut être si difficile.

Qu’est-ce qui rend le commerce de jour difficile ?

Le day trading demande beaucoup de pratique et de savoir-faire, et plusieurs facteurs peuvent rendre le processus difficile.

Tout d’abord, sachez que vous vous heurtez à des professionnels dont la carrière tourne autour du commerce. Ces personnes ont accès à la meilleure technologie et aux meilleures connexions du secteur, de sorte que même si elles échouent, elles sont prêtes à réussir en fin de compte. Si vous prenez le train en marche, cela signifie plus de profits pour eux.

L’oncle Sam voudra aussi une part de vos bénéfices, aussi minime soit-elle. N’oubliez pas que vous devrez payer des impôts sur les gains à court terme – ou sur les investissements que vous détenez pendant un an ou moins – au taux marginal. La seule réserve est que vos pertes compenseront vos gains. 

vous pouvez intéressé:  Investisseurs institutionnels vs. investisseurs particuliers : Quelle est la différence ?

En tant qu’investisseur individuel, vous pouvez être sujet à des préjugés émotionnels et psychologiques. Les traders professionnels sont généralement capables de les éliminer de leurs stratégies de trading, mais lorsqu’il s’agit de votre propre capital, c’est généralement une autre histoire.

Décider quoi et quand acheter

Les day traders tentent de gagner de l’argent en exploitant les mouvements de prix infimes des actifs individuels (actions, devises, contrats à terme et options), en utilisant généralement de grandes quantités de capitaux pour ce faire. Pour décider sur quoi se concentrer, par exemple sur une action, un day trader typique cherche trois choses :

  1. La liquidité vous permet d’entrer et de sortir d’un titre à un bon prix – par exemple, des écarts serrés, ou la différence entre le cours acheteur et le cours vendeur d’un titre, et un faible dérapage, ou la différence entre le prix prévu d’une transaction et le prix réel.
  2. La volatilité est simplement une mesure de la fourchette des prix quotidiens attendus – la fourchette dans laquelle opère un day trader. Plus la volatilité est importante, plus les profits ou les pertes sont importants.
  3. Le volume des transactions est une mesure du nombre de fois qu’une action est achetée et vendue au cours d’une période donnée – plus communément appelé le volume quotidien moyen des transactions. Un volume élevé indique un grand intérêt pour une action. Une augmentation du volume d’une action est souvent le signe avant-coureur d’une hausse ou d’une baisse des prix.

Une fois que vous savez quel type d’actions (ou d’autres actifs) vous recherchez, vous devez apprendre à identifier les points d’entrée, c’est-à-dire à quel moment précis vous allez investir. Parmi les outils qui peuvent vous aider dans cette tâche, citons

  • Services d’information en temps réel: Les nouvelles font bouger les actions, il est donc important de s’abonner à des services qui vous informent lorsque des nouvelles susceptibles de faire bouger le marché sont publiées.
  • Cotes ECN/niveau 2: Les ECN, ou réseaux de communication électronique, sont des systèmes informatiques qui affichent les meilleurs cours acheteur et vendeur disponibles de plusieurs participants au marché, puis apparient et exécutent automatiquement les ordres. Le niveau 2 est un service par abonnement qui permet d’accéder en temps réel au carnet d’ordres du Nasdaq, composé des prix des teneurs de marché qui enregistrent chaque titre coté au Nasdaq et sur le tableau d’affichage de gré à gré. Ensemble, ils peuvent vous donner le sentiment que les ordres sont exécutés en temps réel.
  • Graphiques en chandeliers intrajournaliers: Les chandeliers fournissent une analyse brute de l’évolution des prix. Plus d’informations à ce sujet plus tard.

Définissez et notez les conditions dans lesquelles vous allez entrer en fonction. « Acheter en période de hausse » n’est pas assez précis. Quelque chose comme cela est beaucoup plus spécifique et également testable : « Achetez lorsque le prix dépasse la ligne de tendance supérieure d’un modèle triangulaire, où le triangle a été précédé par une tendance haussière (au moins un haut de swing supérieur et

un bas de swing supérieur avant la formation du triangle) sur le graphique de deux minutes dans les deux premières heures de la journée de trading ».

Une fois que vous disposez d’un ensemble spécifique de règles d’entrée, parcourez d’autres graphiques pour voir si ces conditions sont générées chaque jour (en supposant que vous souhaitez négocier chaque jour) et produisent le plus souvent un mouvement de prix dans la direction prévue. Si c’est le cas, vous disposez d’un point d’entrée potentiel

pour une stratégie. Vous devrez alors évaluer comment sortir de ces transactions ou les vendre.

Décider du moment de la vente

Il existe de multiples façons de sortir d’une position gagnante, y compris les arrêts à la traîne et les objectifs de profit. Les objectifs de profit sont la méthode de sortie la plus courante, en prenant un profit à un niveau prédéterminé. Voici quelques stratégies courantes de ciblage des prix :

Stratégie Description
Scalping Le scalpage est l’une des stratégies les plus populaires. Elle consiste à vendre presque immédiatement après qu’un commerce soit devenu rentable. L’objectif de prix est tout chiffre qui se traduit par « vous avez gagné de l’argent sur cette affaire ».
En déclin L’évanouissement consiste à réduire les stocks après des mouvements rapides à la hausse. On part du principe que (1) ils sont surachetés, (2) les premiers acheteurs sont prêts à commencer à faire des bénéfices et (3) les acheteurs existants peuvent être effrayés. Bien que risquée, cette stratégie peut être extrêmement gratifiante. Ici, l’objectif de prix est le moment où les acheteurs recommencent à intervenir.
Pivots quotidiens Cette stratégie consiste à profiter de la volatilité quotidienne d’un titre. Pour ce faire, on tente d’acheter au plus bas de la journée et de vendre au plus haut. Ici, le prix cible est simplement au prochain signe de retournement.
Momentum Cette stratégie consiste généralement à négocier des communiqués de presse ou à trouver des tendances fortes soutenues par un volume élevé. Un type de trader momentum achètera sur les communiqués de presse et suivra une tendance jusqu’à ce qu’elle montre des signes de renversement. L’autre type de stratégie consiste à atténuer la flambée des prix. Ici, l’objectif de prix est le moment où le volume commence à diminuer.

Dans la plupart des cas, vous voudrez sortir d’un actif lorsque l’intérêt pour l’action aura diminué, comme l’indiquent le niveau 2/ECN et le volume. L’objectif de profit devrait également permettre de réaliser plus de profits sur les transactions gagnantes que sur les transactions perdantes. Si votre limite de perte est à 0,05 $ de votre prix d’entrée, votre objectif devrait être à plus de 0,05 $.

Tout comme votre point d’entrée, définissez exactement comment vous allez sortir de vos métiers avant d’y entrer. Les critères de sortie doivent être suffisamment précis pour être répétables et vérifiables.

Graphiques et modèles de négociation sur séance

Pour déterminer le moment opportun d’acheter une action (ou tout autre actif que vous négociez), de nombreux négociants ont recours à l’utilisation de l’outil :

  • Motifs de chandeliers, y compris les bougies et les dojis
  • Analyse technique, y compris les lignes de tendance et les triangles
  • Augmentation ou diminution du volume

Il existe de nombreuses installations de chandeliers qu’un day trader peut rechercher pour trouver un point d’entrée. S’il est utilisé correctement, le schéma d’inversion du doji (surligné en jaune dans le tableau ci-dessous) est l’un des plus fiables.

Day Trading Paterns

En règle générale, il faut rechercher un schéma comme celui-ci avec plusieurs confirmations :

  1. Tout d’abord, recherchez un pic de volume, qui vous indiquera si les négociants soutiennent le prix à ce niveau. Remarque : cela peut se trouver soit sur la bougie du doji, soit sur les bougies qui la suivent immédiatement.
  2. Ensuite, recherchez un soutien préalable à ce niveau de prix. Par exemple, le cours le plus bas du jour (LOD) ou le cours le plus haut du jour (HOD).
  3. Enfin, regardez la situation du niveau 2, qui montrera toutes les commandes en cours et les tailles des commandes.

Si vous suivez ces trois étapes, vous pouvez déterminer si le doji est susceptible de produire un redressement réel et peut prendre position si les conditions sont favorables.

L’analyse traditionnelle des schémas graphiques fournit également des objectifs de profit pour les sorties. Par exemple, la hauteur d’un triangle dans sa partie la plus large est ajoutée au point de rupture du triangle (pour une rupture vers le haut), fournissant un prix auquel prendre des bénéfices.

Comment limiter les pertes lors de la négociation sur séance

Un ordre stop-loss est conçu pour limiter les pertes sur une position dans un titre. Pour les positions longues, un ordre stop loss peut être placé en dessous d’un bas récent, ou pour les positions courtes, au-dessus d’un haut récent. Il peut également être basé sur la volatilité.

Par exemple, si le prix d’une action évolue d’environ 0,05 $ par minute, vous pouvez placer un stop loss à 0,15 $ de votre entrée pour donner au prix un peu d’espace pour fluctuer avant qu’il n’évolue dans la direction prévue.

Définissez exactement comment vous allez contrôler le risque des échanges. Dans le cas d’un triangle, par exemple, un stop loss peut être placé à 0,02 $ en dessous d’un bas de swing récent si vous achetez un breakout, ou à 0,02 $ en dessous du modèle. (Le 0,02 $ est arbitraire ; le point est simplement pour être précis).

Une stratégie consiste à fixer deux stop loss :

  1. Un ordre stop-loss physique placé à un certain niveau de prix qui correspond à votre tolérance au risque. Il s’agit essentiellement de l’argent que vous risquez le plus de perdre.
  2. Un stop-loss mental fixé au point où vos critères d’entrée ne sont pas respectés. Cela signifie que si la transaction prend une tournure inattendue, vous quitterez immédiatement votre position.

Quelle que soit votre décision de quitter votre métier, les critères de sortie doivent être suffisamment précis pour être testables et reproductibles. Il est également important de fixer une perte maximale par jour que vous pouvez vous permettre de supporter, tant financièrement que mentalement. Chaque fois que vous atteignez ce point, prenez le reste de la journée. Respectez votre plan et votre périmètre. Après tout, demain est un autre jour (de bourse).

Une fois que vous avez défini la manière dont vous entrez dans les transactions et où vous placerez un stop loss, vous pouvez évaluer si la stratégie potentielle s’inscrit dans votre limite de risque. Si la stratégie vous expose à un risque trop élevé, vous devez la modifier d’une manière ou d’une autre pour réduire le risque.

Si la stratégie se situe dans la limite de vos risques, alors les tests commencent. Passez manuellement en revue les graphiques historiques pour trouver vos entrées, en notant si votre stop loss ou votre cible aurait été atteinte. Faites des transactions sur papier de cette manière pour au moins 50 à 100 transactions, en notant si la stratégie était rentable et si elle répond à vos attentes.

Si c’est le cas, procédez à l’échange de la stratégie dans un compte de démonstration en temps réel. Si la stratégie est rentable sur une période de deux mois ou plus dans un environnement simulé, procédez à une négociation sur une journée avec du capital réel. Si la stratégie n’est pas rentable, recommencez.

Enfin, n’oubliez pas que si vous effectuez des opérations sur marge – ce qui signifie que vous empruntez vos fonds d’investissement à une société de courtage (et n’oubliez pas que les exigences de marge pour les opérations sur séance sont élevées) – vous êtes beaucoup plus vulnérable aux fortes variations de prix. La marge contribue à amplifier les résultats de la négociation, non seulement des profits, mais aussi des pertes si une transaction va à votre encontre. C’est pourquoi l’utilisation de stop loss est cruciale dans le cadre d’un day trading sur marge.

Maintenant que vous connaissez les tenants et aboutissants du day trading, examinons brièvement certaines des stratégies clés que les nouveaux day traders peuvent utiliser.

Stratégies de base pour le Day Trading

Une fois que vous avez maîtrisé certaines des techniques, développé vos propres styles de négociation et déterminé vos objectifs finaux, vous pouvez utiliser une série de stratégies pour vous aider dans votre quête de profits.

Voici quelques techniques populaires que vous pouvez utiliser. Bien que certaines d’entre elles aient été mentionnées ci-dessus, elles méritent d’être approfondies :

  • Suivre la tendance: Toute personne qui suit la tendance achète lorsque les prix sont à la hausse ou vend à découvert lorsqu’ils baissent. Cela se fait en partant du principe que les prix qui ont augmenté ou diminué régulièrement continueront à le faire.
  • Investir à contre-courant: Cette stratégie suppose que la hausse des prix s’inverse et qu’ils baissent. L’investisseur à contre-courant achète pendant la baisse ou vend à découvert pendant la hausse, en s’attendant expressément à ce que la tendance change.
  • Scalping: C’est un style où un spéculateur exploite les petits écarts de prix créés par l’écart entre les cours acheteur et vendeur. Cette technique consiste normalement à entrer et à sortir rapidement d’une position – en quelques minutes ou même en quelques secondes.
  • Négociation des nouvelles: les investisseurs qui utilisent cette stratégie achètent lorsque de bonnes nouvelles sont annoncées ou vendent à découvert lorsqu’il y a de mauvaises nouvelles. Cela peut entraîner une plus grande volatilité, qui peut se traduire par des profits ou des pertes plus élevés.

Le day trading est difficile à maîtriser. Il exige du temps, des compétences et de la discipline. Beaucoup de ceux qui s’y essayent échouent, mais les techniques et les lignes directrices décrites ci-dessus peuvent vous aider à créer une stratégie rentable. Avec suffisamment de pratique et une évaluation constante des performances, vous pouvez grandement améliorer vos chances de battre la chance.

Retour haut de page