Tolérance au risque et votre portefeuille personnel

Beaucoup d’entre nous aimeraient gérer leurs propres investissements, mais il peut être accablant de savoir par où commencer. Utilisons-nous des actions, des obligations, des contrats à terme, des matières premières ou des biens immobiliers ? Devons-nous être longs, acheter sur marge, vendre à découvert une action ou tout mettre dans des CD ?

Vous pouvez, bien sûr, vous plonger dans ces sujets individuellement, mais si vous essayez de gérer votre propre risque, vous devez d’abord déterminer votre tolérance au risque. À partir de là, vous pouvez gérer vos comptes en fonction du niveau de risque que vous souhaitez prendre et du degré de gestion active que vous souhaitez faire.

Déterminer votre tolérance au risque

La tolérance au risque est un aspect incroyablement important pour commencer à investir. En fonction de votre âge, de vos revenus, de vos investissements et de vos objectifs, vous serez classé dans l’une des cinq catégories de risque :

  • Très agressif
  • Agressif
  • Équilibré
  • Conservateur
  • Très conservateur

Le moyen le plus simple de savoir à quelle extrémité du spectre on se situe est de se référer à l’âge. Si vous êtes jeune et que vous débutez votre carrière, vous tomberez du côté très agressif du spectre, alors que si vous êtes plus âgé et que vous approchez de la retraite, vous vous rapprocherez probablement du côté très conservateur. Répondez à un questionnaire sur votre tolérance au risque pour déterminer exactement où vous vous situez.

Il existe de légères variations, mais la gestion de votre risque est similaire dans les cinq catégories.

Gérer le risque en tant qu’investisseur très agressif

Si vous êtes un investisseur très agressif, les choses sont assez faciles. En termes simples, vous voudrez que tous vos investissements soient effectués dans des actions (actions) et aucun dans des obligations (titres à revenu fixe). Certains diront qu’il est essentiel d’avoir une petite partie en obligations, mais la vérité est que vous avez besoin de la plus grande croissance pour donner à votre compte un énorme coup de pouce pendant votre jeunesse.

Avoir un portefeuille d’actions à 100 % signifie aussi que vous prenez beaucoup de risques. Pour gérer ce risque, la plupart des gens placent tout leur argent dans des fonds communs de placement. Ces fonds sont répartis sur des centaines d’actions différentes et minimisent le risque qu’une entreprise fasse faillite et ruine le fonds.

Prenons l’exemple d’Enron : vous auriez pu gagner une tonne d’argent en investissant tout dans cette entreprise, mais vous auriez tout perdu lorsqu’elle a fait faillite. Les fonds communs de placement contribuent à minimiser le risque lié à une seule valeur.

N’oubliez pas que vous voudrez toujours disposer d’un fonds d’urgence équivalent à des liquidités, d’une valeur nette dans votre maison et d’autres comptes de non-investissement, de sorte que vous n’aurez pas vraiment tout investi en actions.

(Pour en savoir plus, voir Comment construire un portefeuille à haut risque).

vous pouvez intéressé:  Utilisations de la retraite pour votre compte d'épargne santé (CES)

Gérer le risque en tant qu’investisseur agressif

Comme pour l’investisseur très agressif, vous voudrez, en tant qu’investisseur agressif, qu’une grande partie de votre compte soit investie en actions. Toutefois, votre compte comprendra également des actions de grandes capitalisations – les entreprises qui sont bien établies et dont le risque de défaillance est minime – et quelques obligations. Les grandes capitalisations et les obligations n’augmenteront pas aussi rapidement que les autres actions, mais si l’économie est en récession, leur valeur ne baissera pas autant non plus.

Votre plus grand risque ici est similaire à celui de l’investisseur très agressif. Vous voulez répartir le risque avec des fonds communs de placement afin de ne pas tout perdre (ou une grande partie) en cas de baisse du marché. Cela signifie que si vous possédez des actions d’entreprises que vous avez accumulées au fil des ans, il est peut-être temps d’en encaisser une partie pour redistribuer le risque.

Un investisseur agressif aura un compte composé de 70 à 90 % d’actions, les 10 à 30 % restants étant affectés à des titres à revenu fixe.

Gérer le risque en tant qu’investisseur équilibré

Ceux qui sont bien avancés dans leur carrière professionnelle, mais encore à une ou deux décennies de la retraite, seront probablement des investisseurs équilibrés. Vous avez fini de prendre des risques importants et vous souhaitez maintenant une croissance régulière. Votre plus grand risque est qu’une forte baisse des marchés (comme celle que nous avons connue en 2008 et 2009) dévaste vos investissements et fasse complètement échouer vos projets de retraite.

Pour combattre ce risque, vous devez vous tourner vers davantage d’actions et éventuellement envisager des investissements alternatifs. Si vous optez pour une répartition entre 40 et 70 % d’actions, vous minimiserez une grande partie des fluctuations du marché. Si vous regardez le graphique de vos investissements, la croissance sera plus régulière, mais plus lente que celle de vos homologues agressifs.

En gardant plus d’argent en liquide tout en vous intéressant à l’immobilier et aux métaux précieux, vous contribuerez à maintenir votre compte à un niveau plus équilibré que si vous aviez tout investi de manière traditionnelle.

(Pour en savoir plus sur le risque et le rendement, voir Perspectives sur la relation risque-rendement).

Gérer les risques en tant qu’investisseur conservateur

Lorsque vous avez fixé une date de départ à la retraite ferme, vous entrez probablement dans la catégorie des investisseurs conservateurs. Vous ne voulez plus courir le risque de perdre une grande partie de votre compte, mais vous avez encore besoin d’un certain risque pour croître plus vite que l’inflation.

Votre allocation se fera entre 20 et 40 % d’actions. Ces actions seront presque toutes des actions à forte capitalisation (et probablement celles qui versent des dividendes) pour maintenir la volatilité à un niveau bas. Votre profil de risque passe du risque de perdre de l’argent au risque que votre compte ne croisse pas assez vite. Sans les actions agressives, votre compte croît plus lentement, mais il ne baisse pas autant pendant les récessions.

vous pouvez intéressé:  Propriétés locatives : Avantages et inconvénients

Heureusement, à cette période, vos autres dépenses de la vie devraient être réduites au minimum (maison payée, prêts scolaires épuisés, enfants à l’université) et vous pourrez consacrer une plus grande partie de vos revenus à vos investissements.

Gérer les risques en tant qu’investisseur très conservateur

Lorsque vous serez à quelques années de la retraite, votre compte devrait devenir très conservateur. Vous ne voudrez prendre que très peu de risques et votre objectif sera peut-être de préserver votre argent plutôt que de le faire fructifier. Vous aurez pris des dispositions pour pouvoir suivre l’inflation au lieu de faire croître votre compte.

Pour éviter tout risque, votre compte peut contenir jusqu’à 20 % d’actions. Vous voudrez avoir plusieurs années de revenus investis en équivalents de trésorerie (une échelle de CD est idéale pour cela). Le raisonnement est que vous devez éliminer le risque d’une baisse du marché de trois à cinq ans. Vous ne voulez pas puiser dans vos investissements lorsque le marché est au plus bas, de sorte que pendant les années où il baisse, puis remonte, vous payez vos frais de subsistance grâce à l’épargne en espèces. Lorsque le marché se redresse, vous pouvez alors retirer des fonds pour reconstituer vos sources de liquidités épuisées.

Vos années les plus conservatrices seront les cinq années précédant la retraite jusqu’aux cinq années suivant la retraite. Pendant ces années, vous ne pouvez pas vous permettre de perdre de l’argent pendant que vous réfléchissez à votre mode de vie et à vos besoins de revenus à la retraite. Après quelques années de retraite, vous pouvez en fait commencer à prendre plus de risques. Gardez à l’esprit qu’à l’âge de 80 ans, vous ne dépenserez probablement plus autant.

Le degré de risque que vous êtes prêt à prendre est la clé pour construire un portefeuille qui répondra à vos besoins, mais vous ne pouvez pas l’évaluer une seule fois. Tous les ans ou tous les deux ans, vous devez réévaluer votre tolérance au risque. Ensuite, vous devez continuer à ajuster votre portefeuille si nécessaire pour qu’il corresponde à votre tolérance au risque.

Les objectifs de chacun seront différents, donc si ces conseils pour gérer les risques fonctionnent pour la plupart des gens, ils ne fonctionneront pas pour tout le monde. Certains voudront être plus actifs, d’autres voudront être moins actifs. Trouvez une stratégie d’investissement qui vous convient, puis faites en sorte de fonder vos investissements sur la logique plutôt que sur l’émotion.

(Pour en savoir plus, voir l’introduction d’Investopedia sur la gestion des risques).

Retour haut de page