Actions de valeur ou de croissance : Qu’est-ce qui est le mieux ?

Les actions de croissance sont considérées comme des actions qui ont le potentiel de surperformer le marché global au fil du temps en raison de leur potentiel futur, tandis que les actions de valeur sont classées comme des actions qui se négocient actuellement en dessous de leur valeur réelle et qui, par conséquent, offriront un rendement supérieur. Quelle est la meilleure catégorie ? La comparaison des performances historiques de ces deux sous-secteurs donne des résultats surprenants.

Points clés à retenir

  • Les actions de croissance devraient surperformer le marché global au fil du temps en raison de leur potentiel futur.
  • Les actions de valeur peuvent se négocier en dessous de leur valeur réelle et offriront donc théoriquement un rendement supérieur.
  • La question de savoir si une stratégie d’investissement en actions de croissance ou de valeur est meilleure doit être évaluée dans le contexte de l’horizon temporel d’un investisseur individuel et du degré de volatilité, et donc de risque, qu’il peut supporter.

Actions de croissance contre actions de valeur

Le concept de stock de croissance par rapport à un stock considéré comme sous-évalué provient généralement de l’analyse fondamentale des stocks. Les analystes considèrent que les actions de croissance ont le potentiel de surperformer soit l’ensemble des marchés, soit un sous-segment spécifique de ceux-ci pendant une certaine période.

Les actions de croissance se trouvent dans les secteurs des petites, moyennes et grandes capitalisations et ne peuvent conserver ce statut que jusqu’à ce que les analystes estiment qu’elles ont atteint leur potentiel. On considère que les sociétés de croissance ont de bonnes chances de connaître une expansion considérable au cours des prochaines années, soit parce qu’elles ont un produit ou une gamme de produits qui devraient se vendre bien, soit parce qu’elles semblent mieux gérées que bon nombre de leurs concurrents et qu’on prévoit donc qu’elles auront un avantage sur eux sur leur marché.

Les actions de valeur sont généralement des sociétés plus grandes et mieux établies qui se négocient en dessous du prix que les analystes estiment que l’action vaut, en fonction du ratio financier ou du point de référence auquel elle est comparée. Par exemple, la valeur comptable des actions d’une société peut être de 25 dollars par action, en fonction du nombre d’actions en circulation divisé par la capitalisation de la société. Par conséquent, si l’action se négocie actuellement à 20 dollars, de nombreux analystes considéreront qu’il s’agit d’un bon rapport qualité-prix.

Les actions peuvent être sous-évaluées pour de nombreuses raisons. Dans certains cas, la perception du public fera baisser le prix, par exemple si une figure importante de l’entreprise est prise dans un scandale personnel ou si l’entreprise est prise en train de faire quelque chose de contraire à l’éthique. Mais si les finances de l’entreprise sont encore relativement solides, les chercheurs de valeur peuvent considérer cela comme un point d’entrée idéal, car ils pensent que le public oubliera rapidement ce qui s’est passé et que le prix augmentera jusqu’à atteindre le niveau auquel il devrait être. Les actions de valeur se négocient généralement au rabais par rapport au ratio prix/bénéfices, à la valeur comptable ou aux flux de trésorerie.

vous pouvez intéressé:  Quels sont les facteurs à l'origine de l'évolution de la demande globale ?

Bien entendu, aucune des deux perspectives n’est toujours correcte, et certains stocks peuvent être classés dans un mélange de ces deux catégories, où ils sont considérés comme sous-évalués, mais où ils ont aussi un certain potentiel au-delà. Morningstar Inc. classe donc toutes les actions et tous les fonds d’actions qu’elle classe dans une catégorie de croissance, de valeur ou mixte. 

Qu’est-ce qui est le mieux ?

Lorsqu’il s’agit de comparer les performances historiques des deux sous-secteurs respectifs des actions, les résultats qui peuvent être observés doivent être évalués en termes d’horizon temporel et de degré de volatilité, et donc de risque encouru pour les atteindre.

On considère, du moins en théorie, que les actions de valeur présentent un niveau de risque et de volatilité plus faible, car elles se trouvent généralement dans des entreprises plus grandes et mieux établies. Et même si elles ne reviennent pas au prix cible que les analystes ou l’investisseur prédisent, elles peuvent tout de même offrir une certaine croissance du capital, et ces actions versent aussi souvent des dividendes.

Les actions de croissance, quant à elles, s’abstiendront généralement de verser des dividendes et réinvestiront plutôt les bénéfices non distribués dans l’entreprise pour la développer. La probabilité de perte des actions de croissance pour les investisseurs peut également être plus élevée, en particulier si l’entreprise n’est pas en mesure de répondre aux attentes de croissance.

Par exemple, une entreprise dont le nouveau produit est très prisé peut effectivement voir le cours de son action chuter si le produit est raté ou s’il présente des défauts de conception qui l’empêchent de fonctionner correctement. Les actions de croissance sont généralement celles qui présentent le plus grand potentiel de rendement, ainsi que le plus grand risque, pour les investisseurs.

Performance historique

Bien que le paragraphe ci-dessus laisse entendre que les valeurs de croissance afficheraient les meilleurs chiffres sur des périodes plus longues, c’est en fait le contraire qui s’est produit. L’analyste de recherche John Dowdee a publié un rapport sur le site web Seeking Alpha dans lequel il a réparti les actions en catégories qui reflètent à la fois le risque et le rendement des actions de croissance et de valeur dans les secteurs des petites, moyennes et grandes capitalisations, respectivement. 

L’étude révèle que de juillet 2000 à 2013, date à laquelle l’étude a été menée, les actions de valeur ont surperformé les actions de croissance sur une base ajustée au risque pour les trois niveaux de capitalisation – même si elles étaient clairement plus volatiles que leurs homologues de croissance. 

vous pouvez intéressé:  Fourchettes des scores de crédit : Que signifient-ils ?

Mais cela n’a pas été le cas pendant des périodes plus courtes. De 2007 à 2013, les actions de croissance ont affiché des rendements plus élevés dans chaque classe de capitalisation. L’auteur a été contraint de conclure que l’étude n’apportait pas de véritable réponse à la question de savoir si un type d’action était réellement supérieur à l’autre sur une base ajustée au risque. Il a déclaré que le gagnant dans chaque scénario se situait dans la période pendant laquelle elles étaient détenues. 

Une étude différente

Toutefois, Craig Israelsen a publié une étude différente dans le magazine Financial Planning en 2015, qui a montré les performances des actions de croissance et de valeur dans les trois chutes sur une période de 25 ans, du début de 1990 à la fin de 2014. Les rendements de ce graphique montrent que les actions de valeur des grandes capitalisations ont fourni un rendement annuel moyen qui a dépassé celui des actions de croissance des grandes capitalisations d’environ trois quarts de pour cent. La différence était encore plus importante pour les actions de moyenne et petite capitalisation, en fonction de la performance de leurs indices de référence respectifs, les secteurs de valeur étant à nouveau les gagnants. 

Mais l’étude a également montré que sur chaque période de cinq ans glissants durant cette période, la croissance et la valeur des grandes capitalisations étaient presque également réparties en termes de rendements supérieurs. La valeur des petites capitalisations a battu son homologue en termes de croissance environ trois quarts du temps au cours de ces périodes, mais lorsque la croissance prévalait, la différence entre les deux était souvent beaucoup plus importante que lorsque la valeur l’emportait. Cependant, la valeur des petites capitalisations a battu la croissance dans près de 90% des cas sur des périodes de 10 ans, et la valeur des moyennes capitalisations a également battu son homologue en termes de croissance. 

La décision d’investir dans des actions de croissance ou de valeur est laissée en dernier ressort à la préférence de l’investisseur individuel, ainsi qu’à sa tolérance personnelle au risque, ses objectifs d’investissement et son horizon temporel. Il convient de noter que sur des périodes plus courtes, les performances des actions de croissance ou de valeur dépendront également en grande partie du point du cycle dans lequel se trouve le marché.

Par exemple, les actions de valeur ont tendance à surperformer pendant les marchés baissiers et les récessions économiques, tandis que les actions de croissance ont tendance à exceller pendant les marchés haussiers ou les périodes d’expansion économique. Ce facteur doit donc être pris en compte par les investisseurs à court terme ou ceux qui cherchent à chronométrer les marchés.

Retour haut de page