Avantages et inconvénients de l’euro

Le 1er janvier 1999, l’Union européenne a introduit sa nouvelle monnaie, l’euro. L’euro a été créé pour promouvoir la croissance, la stabilité et l’intégration économique en Europe. À l’origine, l’euro était une monnaie globale utilisée pour les échanges entre les pays de l’Union. Les citoyens de chaque pays ont continué à utiliser leur propre monnaie. Cependant, en trois ans, l’euro est devenu une monnaie courante et a remplacé les monnaies nationales de nombreux États membres. L’euro n’est toujours pas universellement adopté par tous les membres de l’UE comme monnaie principale. Toutefois, de nombreux pays qui ont résisté à l’épreuve de la crise y ont rattaché leur monnaie d’une manière ou d’une autre.

Étant donné l’énorme influence de la monnaie euro sur l’économie mondiale, il est utile d’examiner de près ses avantages et ses inconvénients. L’euro, qui est contrôlé par la Banque centrale européenne (BCE), a été lancé avec beaucoup de fanfare et d’anticipation. Toutefois, les défauts considérables de l’euro sont devenus plus apparents lorsqu’il a été mis à l’épreuve par une série de défis au début du 21e siècle.

Points clés à retenir

  • L’euro a été créé le 1er janvier 1999 et a été conçu pour soutenir l’intégration économique en Europe.
  • Les avantages de l’euro comprennent la promotion du commerce, l’encouragement des investissements et le soutien mutuel.
  • En revanche, l’euro a été accusé de mener une politique monétaire trop rigide et d’avoir un possible penchant pour l’Allemagne.

Pour

Promouvoir le commerce

Les principaux avantages de l’euro sont liés à l’augmentation des échanges commerciaux. Les voyages ont été facilités en supprimant la nécessité d’échanger de l’argent. Plus important encore, les risques de change ont été éliminés du commerce européen. Avec l’euro, les entreprises européennes peuvent facilement s’assurer les meilleurs prix auprès de fournisseurs d’autres pays de la zone euro. Cela rend les prix transparents et accroît la concurrence entre les entreprises des pays utilisant l’euro. La main-d’œuvre et les marchandises peuvent traverser plus facilement les frontières pour se rendre là où elles sont nécessaires, ce qui permet à l’ensemble de l’Union de travailler plus efficacement.

Encourager l’investissement

L’euro soutient également les investissements transfrontaliers au sein de la zone euro. Les investisseurs dans les pays utilisant des devises étrangères sont confrontés à un risque de change important, qui peut entraîner une allocation inefficace des capitaux. Bien que les actions présentent également des risques de change, l’impact sur les obligations est bien plus important en raison de leur moindre volatilité. Les prix de la plupart des instruments de dette sont si stables que les taux de change influencent les rendements bien plus que les taux d’intérêt ou la qualité du crédit. Par conséquent, les obligations en devises étrangères ont un profil risque-rendement médiocre pour la plupart des investisseurs.

vous pouvez intéressé:  Un bon taux de rotation pour un fonds commun de placement

Avant l’euro, les entreprises prospères des pays à monnaie faible devaient encore payer des taux d’intérêt élevés. En revanche, les entreprises moins performantes des pays à monnaie stable bénéficiaient de taux d’intérêt relativement bas. Le principal risque lié aux prêts transfrontaliers était le risque de change, plutôt que le risque de défaillance. Avec l’euro, les investisseurs des pays à faible taux d’intérêt, comme l’Allemagne et les Pays-Bas, ont pu prêter de l’argent à des entreprises d’autres pays de la zone euro sans risque de change.

Soutien mutuel

En théorie, l’euro devrait aider les pays qui l’adoptent à se soutenir mutuellement en cas de crise. Les monnaies des pays dont l’économie est plus importante ont tendance à être plus stables, car elles peuvent répartir les risques plus efficacement. Par exemple, même un petit pays prospère des Caraïbes peut être dévasté par un ouragan. D’autre part, l’État américain de Floride peut se tourner vers le reste des États-Unis pour l’aider à se reconstruire après un ouragan. De ce fait, le dollar américain est l’une des monnaies les plus stables au monde.

La crise du coronavirus a mis à l’épreuve le soutien mutuel au sein de la zone euro en 2020. Au départ, l’action collective n’était pas suffisante. Pire encore, de nombreuses nations ont fermé leurs frontières les unes aux autres. Cependant, la Banque centrale européenne a constamment racheté suffisamment de dettes dans les pays touchés, en particulier en Italie, pour maintenir les taux d’intérêt à un niveau relativement bas. Plus important encore, la France et l’Allemagne ont soutenu un fonds de relance de plus de 500 milliards d’euros.

Contre

Une politique monétaire rigide

Le principal inconvénient de l’euro est, de loin, une politique monétaire unique qui, souvent, ne s’adapte pas aux conditions économiques locales. Il est courant que certaines régions de l’UE soient prospères, avec une croissance élevée et un faible taux de chômage. En revanche, d’autres régions souffrent de ralentissements économiques prolongés et d’un taux de chômage élevé.

Les solutions keynésiennes classiques à ces problèmes sont entièrement différentes. Le pays à forte croissance doit avoir des taux d’intérêt élevés pour éviter l’inflation, la surchauffe et un éventuel krach économique. Le pays à faible croissance devrait abaisser les taux d’intérêt pour stimuler l’emprunt. En théorie, les pays à fort taux de chômage n’ont pas besoin de se préoccuper beaucoup de l’inflation, car les chômeurs peuvent produire davantage de biens. Malheureusement, les taux d’intérêt ne peuvent pas être simultanément relevés dans le pays à forte croissance et abaissés dans le pays à faible croissance lorsqu’ils ont une monnaie unique comme l’euro.

vous pouvez intéressé:  Détenir une option jusqu'à la date d'expiration

En fait, l’euro a provoqué la mise en place d’une politique économique exactement opposée à la politique habituelle pendant la crise de la dette souveraine européenne. Alors que la croissance ralentissait et que le chômage augmentait dans des pays comme l’Italie et la Grèce, les investisseurs craignaient pour leur solvabilité, ce qui a entraîné une hausse des taux d’intérêt. En règle générale, les gouvernements n’ont pas à craindre pour leur solvabilité sous un régime de monnaie fiduciaire, car le gouvernement national peut ordonner à la banque centrale d’imprimer plus de monnaie.

Cependant, l’indépendance de la Banque centrale européenne signifiait que les gouvernements de la zone euro n’avaient pas la possibilité d’imprimer de la monnaie. La hausse des taux d’intérêt a fait augmenter le chômage et a même provoqué une déflation et une croissance économique négative dans certains pays. Il serait juste de dire que l’euro a contribué à une dépression économique en Grèce.

Biais possible en faveur de l’Allemagne

La première étape de l’euro a été le mécanisme de change européen (MCE), dans le cadre duquel les futurs membres potentiels de la zone euro fixaient leurs taux de change au mark allemand. L’Allemagne est la plus grande économie de la zone euro et a mené une politique monétaire saine depuis la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, l’ancrage des taux de change au mark allemand a pu créer un biais en faveur de l’Allemagne.

L’idée que l’euro favorise l’Allemagne est politiquement controversée, mais elle bénéficie d’un certain soutien.

Dans les années 1990, l’Allemagne a mené une politique monétaire plus souple pour faire face au fardeau de la réunification. En conséquence, la forte économie britannique de cette époque a connu une inflation excessive. Le Royaume-Uni a d’abord été contraint de relever ses taux d’intérêt et a finalement été exclu du mécanisme de change le mercredi noir de 1992.

L’économie allemande était relativement prospère en 2012, et la politique monétaire européenne était beaucoup trop restrictive pour les économies plus faibles. Le Portugal, l’Italie, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne étaient tous confrontés à une dette élevée, à des taux d’intérêt élevés et à un chômage important. Cette fois, la politique monétaire était trop stricte plutôt que trop souple. La seule constante était que l’euro continuait à jouer en faveur de l’Allemagne.

Retour haut de page