Ce que les maisons de repos ne sont pas autorisées à faire

Qu’est-ce qui est interdit aux maisons de retraite ? C’est une question importante. Les personnes qui résident dans les maisons de repos sont dans une position vulnérable. De nombreux résidents ont besoin de soins personnels ou infirmiers fréquents ou constants. Par exemple, certains résidents souffrant de maladies chroniques ont besoin d’une assistance médicale à plein temps, tandis que certaines personnes handicapées n’ont besoin que d’une aide pour les activités de la vie quotidienne.

Des lois fédérales et étatiques existent pour protéger les soins des résidents des maisons de retraite. Toutefois, votre capacité à vous protéger ou à protéger votre proche pendant un séjour en maison de repos dépend en partie de votre connaissance des interdictions qui s’appliquent à ces établissements et des mesures à prendre en cas de violation.

Les droits des patients des maisons de repos

Dans cet article, nous abordons certains des droits et des protections des maisons de retraite que les Centres de services Medicare et Medicaid (CMS) ont mis en place pour les établissements Medicare et Medicaid, ainsi que le point de vue d’un expert des maisons de retraite. Ces droits ont été ajoutés en 2016 (certains d’entre eux n’ont été introduits qu’en 2019), y compris le droit de poursuivre en justice les établissements de soins, d’avoir des visiteurs à tout moment et de protéger les biens. 

Les points de cet article s’appliquent spécifiquement aux établissements de soins infirmiers spécialisés – définis par l’assurance maladie comme un établissement spécial ou une partie d’un hôpital qui fournit des services professionnels médicalement nécessaires. Ces services sont fournis par des infirmières, des physiothérapeutes et des ergothérapeutes, des orthophonistes et des audiologistes. Les indications données dans cet ouvrage ne s’appliquent pas aux établissements de vie assistée ni aux maisons de retraite.

Points clés à retenir

  • Les maisons de retraite fournissent des soins infirmiers qualifiés aux personnes malades chroniques et/ou handicapées.
  • Les centres de services Medicare et Medicaid (CMS) ont détaillé les droits et les protections auxquels ont droit les résidents des établissements éligibles à Medicare et Medicaid.
  • Les résidents ont de nombreux droits, notamment le droit de gérer leurs affaires financières, de participer à leur traitement médical, d’être à l’abri des abus et de jouir de leurs biens protégés.
  • Les résidents des maisons de soins ont le droit de signaler les abus et de déposer des plaintes sans représailles.

Avant d’emménager

La loi fédérale interdit aux établissements de soins infirmiers spécialisés de pratiquer une discrimination à l’encontre des classes protégées. En d’autres termes, ils ne peuvent pas décider si les gens peuvent y vivre en fonction de leur race, de leur couleur, de leur religion, de leur âge, de leur sexe ou de toute autre caractéristique protégée. Si vous pensez qu’une maison de soins infirmiers a violé cette loi sur les droits civils, vous devez signaler l’établissement à votre médiateur local pour les soins de longue durée et à l’agence qui réglemente les maisons de soins infirmiers dans votre État. L’assurance maladie propose un formulaire de plainte officiel.

Un établissement de soins qualifiés doit indiquer par écrit, avant le déménagement d’un patient, les services qu’il fournira et les frais qui y sont associés. En outre, alors que certains types de maisons de retraite, comme les communautés de soins continus, exigent un droit d’entrée substantiel qui garantit aux résidents l’accès à divers niveaux de soins en fonction de l’évolution de leurs besoins, les établissements de soins infirmiers spécialisés ne peuvent pas imposer de tels droits.

À l’entrée d’une maison de soins

Lorsqu’un patient entre pour la première fois dans une maison de soins, il est soumis à une évaluation de santé, et les évaluations se poursuivent quotidiennement pendant toute la durée du séjour. Le médecin du patient et le personnel de la maison de soins infirmiers évaluent la santé physique et mentale du patient, ses médicaments, sa capacité à gérer les tâches quotidiennes (par exemple, s’habiller, manger, se laver, utiliser les toilettes, etc. 

Ces évaluations sont utilisées pour planifier le traitement, évaluer les progrès et déterminer l’admissibilité continue à la couverture de l’assurance maladie. Les résidents des maisons de soins infirmiers sont autorisés à participer et à peser sur leur plan de soins. S’ils ne sont pas en mesure de le faire, une personne de confiance, par exemple un enfant adulte ou un frère ou une sœur, peut participer en leur nom.

Une maison de retraite ne peut pas obliger ses résidents à la laisser gérer leur argent.

Affaires financières

Si une maison de retraite peut proposer de gérer les fonds d’un résident dans le cadre de ses services, elle ne peut pas exiger d’un résident qu’il la laisse gérer son argent, ni servir de dépositaire financier sans le consentement écrit du résident. Même si le résident donne son accord, la maison de retraite doit fournir des états financiers trimestriels et ne peut pas empêcher ces personnes d’accéder à leurs comptes bancaires, à leur argent ou à leurs documents financiers. En outre, si un résident dépose plus de 50 dollars sur un compte géré, ce compte doit être rémunéré.

vous pouvez intéressé:  7 Secrets de Netflix que vous ne connaissiez pas

Traitement humain en maison de retraite

La loi fédérale protège le « droit des résidents des maisons de retraite à être traités avec dignité et respect », ce qui inclut la prise de décisions, comme l’heure du coucher et du lever, l’heure des repas et les activités à faire pendant la journée, tant que ces décisions n’entrent pas en conflit avec le plan de soins.

Le personnel n’est pas autorisé à abuser verbalement ou physiquement des patients, à administrer des médicaments qui ne font pas partie du plan de traitement, à restreindre physiquement les patients (à moins qu’ils ne représentent un danger pour eux-mêmes ou pour les autres), à les isoler involontairement des autres, ou à prendre ou utiliser la propriété d’un résident (cela inclut l’interdiction aux autres résidents ou à toute autre personne travaillant ou visitant l’établissement de prendre ou d’utiliser la propriété d’un résident).

Les infirmières et les établissements disposent d’une grande liberté d’appréciation quant au moment où la contrainte physique peut être utilisée. Les décisions sont complexes et il peut être difficile de garantir une utilisation éthique de la contention. Les lois relatives à la manière de signaler des abus présumés varient d’un État à l’autre.

Les patients ont le droit à la vie privée et à la propriété personnelle, ce qui inclut la possibilité d’ouvrir leur courrier et d’avoir des conversations téléphoniques privées. Ils sont autorisés à recevoir des visites à des heures raisonnables et peuvent interdire les visites. Les membres de la famille doivent pouvoir y accéder à tout moment (à moins que le patient ne le souhaite autrement). L’établissement est également responsable du comportement des patients envers les autres patients. Par exemple, il doit intervenir s’il apprend qu’un résident pose problème à un autre résident.

Traitement médical

Bien que les patients puissent être en mauvaise santé, physique ou mentale, ils ont le droit d’être informés de leur état physique, des affections diagnostiquées et des médicaments prescrits. Ils ont le droit de consulter leur dossier médical.

Les patients peuvent continuer à consulter leur médecin – ils peuvent refuser les services des praticiens résidents ou des praticiens désignés par la maison de soins – et ils ont le même droit de refuser les traitements et les médicaments que les patients ambulatoires. Si les patients ont besoin de conseils d’ordre mental, juridique ou financier en rapport avec leur traitement, la maison de soins infirmiers doit leur fournir ces services.

Les maisons de retraite ne sont pas tenues de tenir un registre des prestations de l’assurance-maladie utilisées pour soigner un patient.

Couverture de l’assurance maladie

Une chose que les maisons de retraite ne sont pas tenues de faire est de garder une trace des prestations de l’assurance-maladie utilisées pour les soins d’un patient. En ce qui concerne les établissements, la couverture de Medicare est quelque peu compliquée. Elle couvre entièrement un séjour pendant un certain nombre de jours et verse ensuite un montant fixe pour une période supplémentaire, et ce uniquement sous certaines conditions.  

Ensuite, les patients sont responsables de la totalité de la facture, à moins qu’ils ne disposent d’une assurance de soins de longue durée ou d’une autre forme de couverture. La maison de soins n’est pas tenue d’informer les résidents de la fin des jours de prestation et peut continuer à leur facturer leurs soins.

Il y a une exception. Si les prestations de l’assurance maladie d’origine cessent plus tôt que prévu parce que les soins ne sont plus jugés « médicalement raisonnables et nécessaires », la maison de soins infirmiers est tenue d’informer le patient que la couverture prend fin, quand elle prend fin et pourquoi. Elle doit également indiquer à ces patients qu’ils devront supporter des coûts supplémentaires et à combien elle estime que ces coûts s’élèveront. Toutefois, un établissement ne peut généralement pas exiger qu’un autre membre de la famille paie les soins d’un résident.

Quitter la maison de retraite

Les maisons de soins sont tenues d’aider à la planification des sorties. En règle générale, elles ne peuvent pas faire sortir des patients ou les transférer dans un autre établissement sans leur consentement, sauf s’ils répondent à l’un des critères suivants :

  1. Leur santé a décliné au point que l’établissement ne peut plus répondre à leurs besoins.
  2. Leur état de santé s’est amélioré au point qu’ils n’ont plus besoin des services de l’établissement.
  3. Elles constituent une menace pour leur bien-être ou celui des autres résidents.
vous pouvez intéressé:  3 Actions à échanger dans le cadre d'un achat de panique provoqué par un coronavirus

Un résident peut également être libéré pour ne pas avoir payé les factures de l’établissement, mais pas si la délinquance est due à l’attente des paiements de Medicaid.

Le droit de poursuivre les établissements de soins financés par le gouvernement fédéral a finalement été accordé aux résidents des maisons de soins en 2016.

Enregistrement des plaintes

Les résidents et leurs avocats ont le droit de se plaindre de tout problème rencontré dans une maison de retraite, et les maisons de retraite ne peuvent pas punir quelqu’un qui s’exprime. « Les résidents et les soignants doivent s’adresser à un superviseur ou à un administrateur, même pour un problème apparemment mineur », déclare Brian Lee, directeur exécutif de Families for Better Care, un groupe de défense des citoyens à but non lucratif basé à Austin, au Texas. 

Lee pense que les petits problèmes peuvent faire boule de neige et se transformer en situations dangereuses. Par exemple, quelque chose d’aussi simple que le fait de placer à plusieurs reprises l’eau d’un résident hors de portée pendant le dîner peut entraîner une déshydratation, une hospitalisation, une infection, voire la mort. « D’autres violations courantes à surveiller sont les plaies de lit non traitées, les erreurs de médication qui peuvent entraîner des blessures ou la mort, les discours irrespectueux, humiliants ou intimidants, la négligence de se laver les mains correctement ou d’autres pratiques de contrôle des infections, qui conduisent à des épidémies, et une nourriture mal préparée », explique M. Lee. Les violations flagrantes telles que les agressions sexuelles, les violences physiques et la surmédication « ne sont pas la norme, mais elles sont plus répandues que nous ne le pensons ».

Si la direction de l’établissement ne peut ou ne veut pas résoudre le problème, M. Lee recommande de signaler le problème à l’agence d’enquête de l’État, qui fait appliquer les lois et règlements des maisons de soins, et au médiateur local des soins de longue durée, qui peut défendre gratuitement la famille.

Un règlement promulgué en septembre 2016 a donné aux résidents des maisons de retraite et à leurs familles la possibilité de poursuivre en justice toute maison de retraite qui reçoit un financement fédéral. Auparavant, les maisons de retraite pouvaient essayer de forcer les gens à recourir à l’arbitrage, ce qui signifie que de nombreux cas de qualité de soins et de problèmes de sécurité, y compris les abus, le harcèlement et les décès injustifiés, pouvaient être gardés sous silence. Les procédures judiciaires étant publiques alors que les procédures d’arbitrage sont privées, les maisons de retraite sont désormais davantage incitées à fournir des soins de qualité et les consommateurs sont mieux informés sur les maisons à éviter.

De récentes réglementations interdisent désormais aux maisons de retraite d’envoyer des patients atteints de démence à l’hôpital et de refuser ensuite de les réadmettre.

Nouvelles protections

Les nouvelles réglementations qui ont été introduites progressivement de novembre 2016 à 2019 donnent des droits supplémentaires aux résidents des maisons de retraite. Les résidents peuvent recevoir n’importe quel visiteur, et pas seulement des membres de leur famille, à n’importe quelle heure de la journée, à condition que leurs visiteurs ne dérangent pas leurs camarades. Les résidents qui souhaitent vivre ensemble peuvent le faire, et les maisons de soins infirmiers ont une plus grande responsabilité pour s’assurer que les effets personnels des résidents ne sont pas perdus ou volés.

Ils sont tenus de fournir des repas et des collations lorsque les résidents le souhaitent, et pas seulement à des heures fixes. Les membres du personnel reçoivent une formation plus poussée en matière de soins aux patients atteints de démence et de prévention de la maltraitance des personnes âgées, et les maisons de soins infirmiers ne peuvent plus facilement renvoyer les résidents atteints de démence en les envoyant à l’hôpital et en refusant ensuite de les réadmettre.

Essentiellement, les droits d’une personne en tant que résident d’une maison de retraite reflètent les droits qu’elle avait en dehors de l’établissement. Les patients peuvent avoir moins de contrôle sur leur vie en raison de leur état physique ou mental, mais cela ne rend pas acceptable que quelqu’un d’autre domine, intimide ou exerce une autorité au-delà des limites de ce qui est nécessaire pour les aider à gérer leur vie quotidienne et à se rétablir. La négligence, la discrimination, les abus et le vol sont inacceptables, quel que soit le cadre, y compris dans les maisons de retraite.

Retour haut de page