Définition de la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA)

Qu’est-ce que la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA) ?

Le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA, la loi) est une loi américaine qui interdit aux entreprises et aux particuliers américains de verser des pots-de-vin à des fonctionnaires étrangers pour faire avancer des affaires. Le FCPA contient deux articles principaux : 1) les dispositions relatives à la lutte contre la corruption, et 2) les dispositions relatives aux livres, aux registres et au contrôle interne, qui traitent des pratiques comptables. Le FCPA s’applique aux comportements interdits partout dans le monde et s’étend aux sociétés américaines cotées en bourse.

Comprendre la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger

La loi sur les pratiques de corruption à l’étranger vise la corruption et les pots-de-vin au niveau international. Payer des fonctionnaires étrangers pour accélérer des procédures juridiques ou obtenir des contrats était une pratique commerciale courante dans le monde entier pendant une bonne partie des années 1970. Dans certains pays, en fait, les entreprises inscrivaient régulièrement les pots-de-vin comme dépenses professionnelles normales lorsqu’elles remplissaient leurs déclarations d’impôts. Cependant, le fait que cette pratique soit courante ne rend pas ce comportement souhaitable ou éthique.

Lorsque la loi a été adoptée en 1977, elle a reçu un soutien important des entreprises américaines parce qu’elles ne pouvaient pas faire face à une concurrence équitable sur les marchés étrangers où la corruption était acceptée. Le régime anti-corruption du FCPA, ainsi que l’adoption de traités comme celui de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui exige des pays signataires qu’ils interdisent toute forme de criminalité financière, a contribué à uniformiser les règles du jeu à l’étranger pour les entreprises américaines.

Points clés à retenir

  • Le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) est une loi américaine qui interdit aux entreprises et aux particuliers de verser des pots-de-vin à des fonctionnaires étrangers pour faire avancer des affaires.
  • La Securities and Exchange Commission (SEC) et le ministère de la justice (DOJ) sont tous deux responsables de l’application du FCPA.
  • L’adoption du FCPA, en 1977, a contribué à uniformiser les règles du jeu pour les entreprises américaines sur les marchés étrangers.
vous pouvez intéressé:  Frais de l'association des propriétaires (HOA Fee)

Dispositions anti-corruption

La loi interdit la corruption des fonctionnaires étrangers et vise à dissuader la corruption et les abus de pouvoir dans le monde entier. Le FCPA contient des politiques visant à régir les actions des sociétés cotées en bourse, de leurs directeurs, cadres, actionnaires, agents et employés. Cela inclut le travail par l’intermédiaire de tiers tels que des consultants et des partenaires dans une entreprise commune (JV) avec la société, ce qui signifie que l’utilisation de procurations pour exécuter un pot-de-vin ne protégera pas la société ou l’individu de la culpabilité.

Livres, registres et dispositions de contrôle interne

Cette section de la loi décrit les lignes directrices en matière de transparence comptable qui sont censées fonctionner en tandem avec les dispositions anti-corruption. Le FCPA exige des sociétés dont les titres sont cotés aux États-Unis qu’elles respectent ses dispositions comptables, qui citent des moyens d’enregistrement des actifs qui rendent difficile le masquage des paiements de corruption. Les sociétés couvertes par la loi doivent également concevoir et maintenir des contrôles internes pour garantir aux autorités de régulation que leurs transactions commerciales sont correctement comptabilisées.

Violation de la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger

La Securities and Exchange Commission (SEC) et le ministère de la justice (DOJ) sont conjointement responsables de l’application de la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger. Pour sa part, la SEC a créé une unité spéciale au sein de sa division d’application pour se concentrer sur les questions qui relèvent du FCPA.

Les contrevenants à la loi peuvent être soumis à des sanctions et des pénalités importantes, et des poursuites pénales et civiles peuvent être engagées. Les sanctions comprennent des amendes pouvant atteindre le double du montant de l’avantage escompté de la corruption. Les sociétés reconnues coupables d’avoir enfreint la loi peuvent être contraintes d’accepter la supervision d’un auditeur indépendant pour garantir leur conformité future. Les personnes impliquées dans la violation de cette loi peuvent être condamnées à une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans.

vous pouvez intéressé:  Définition du numéro d'identification personnel (PIN)

Exemples de décisions de la SEC concernant le FCPA

La SEC publie les violations actuelles de la loi, ainsi que ses mesures d’application, sur le site web de la SEC sous forme de communiqué de presse. L’agence rédige également une liste sommaire, organisée par année civile, des personnes et des entreprises qui ont violé les principes de la loi.

Par exemple, en 2019, certaines des décisions de la SEC comprenaient des actions contre

  • Ericsson (NASDAQ : ERIC), la société multinationale de télécommunications basée à Stockholm, a accepté de verser plus d’un milliard de dollars à la SEC et au DOJ pour résoudre les accusations de violation du FCPA par la société, qui s’est engagée dans un vaste programme de corruption impliquant l’utilisation de faux consultants pour faire parvenir secrètement de l’argent à des responsables gouvernementaux dans plusieurs pays.
  • Microsoft (NASDAQ : MSFT) a accepté de payer plus de 24 millions de dollars pour régler les accusations de la SEC liées aux violations du FCPA en Hongrie, en Thaïlande, en Arabie Saoudite et en Turquie, ainsi que les accusations pénales liées à la Hongrie.
  • Tim Leissner, un ancien cadre de Goldman Sachs (NYSE : GS), a accepté un règlement avec la SEC qui comprend une interdiction permanente de l’industrie des valeurs mobilières pour avoir violé le FCPA en s’engageant dans un système de corruption, dans lequel il a obtenu des millions de dollars en payant des pots-de-vin illégaux à divers fonctionnaires gouvernementaux pour obtenir des contrats lucratifs pour Goldman Sachs.
  • La SEC a accusé Walmart Inc. (NYSE : WMT) d’avoir enfreint les dispositions du FCPA relatives aux livres, aux registres et aux contrôles comptables internes en n’appliquant pas un programme de conformité suffisant en matière de lutte contre la corruption pendant plus de dix ans, alors que le détaillant connaissait une croissance internationale rapide. Walmart a accepté de payer plus de 144 millions de dollars pour régler les accusations de la SEC et environ 138 millions de dollars pour résoudre les accusations criminelles parallèles du DOJ, pour un total combiné de plus de 282 millions de dollars.
Retour haut de page