Définition de la loi uniforme sur les dons aux mineurs (UGMA)

Qu’est-ce que la loi uniforme sur les dons aux mineurs (UGMA) ?

La loi uniforme sur les dons aux mineurs (UGMA), élaborée en 1956 et révisée en 1966, permet aux particuliers de donner ou de transférer des actifs à des bénéficiaires mineurs – traditionnellement, les parents et leurs enfants, respectivement. Le montant est exonéré de l’impôt sur les dons, jusqu’à un certain montant. Les actifs sont généralement placés sur des comptes UGMA au nom des mineurs, ce qui évite à un avocat de devoir créer un fonds fiduciaire spécial. Les fonds UGMA sont également soumis à un traitement fiscal particulier.

Points clés à retenir

  • La loi uniforme sur les dons aux mineurs (UGMA) offre un moyen de transférer des actifs financiers à un mineur sans avoir à établir un trust formel, ce qui est long et coûteux.
  • Un compte UGMA est géré par un dépositaire adulte jusqu’à ce que le bénéficiaire mineur atteigne l’âge de la majorité, moment auquel il prend le contrôle du compte.
  • Les revenus générés par le compte UGMA ne sont pas à l’abri de l’impôt, mais ils sont imposés au taux d’imposition le plus bas du mineur, jusqu’à un certain montant.

Comment fonctionne la loi uniforme sur les dons aux mineurs (UGMA)

Un compte UGMA fonctionne comme un type de compte de dépôt conçu pour détenir et protéger des actifs pour le bénéficiaire. Le donateur peut se désigner lui-même, désigner une autre personne ou une institution financière pour jouer le rôle de dépositaire. Le dépositaire – qui a l’obligation fiduciaire de gérer le compte dans le meilleur intérêt du bénéficiaire – peut utiliser les fonds pour acheter des actions, des obligations, des fonds communs de placement et d’autres titres au nom du mineur. Les UGMA sont généralement limités à ce type d’actifs financiers cotés en bourse ; ils ne peuvent pas investir dans des instruments spéculatifs, comme les produits dérivés, ni acheter sur marge.

vous pouvez intéressé:  Définition des marchés publics

Les comptes UGMA peuvent être ouverts par l’intermédiaire d’une banque ou d’une société de courtage. Les amis et la famille peuvent verser des contributions sur ces comptes, qui ne sont soumis à aucune limite de contribution ou de revenu. Ces dépôts sont irrévocables – ils deviennent des transferts permanents vers le mineur et son compte.

En général, les actifs de l’UGMA sont utilisés pour financer l’éducation d’un enfant, mais le donateur peut effectuer des retraits pour à peu près toutes les dépenses qui profitent au mineur. Il n’y a pas de pénalités pour les retraits. Toutefois, comme les actifs de l’UGMA sont techniquement la propriété du mineur, ils sont considérés comme des actifs s’il demande une aide financière fédérale pour l’université, ce qui peut réduire son admissibilité.

Une fois qu’ils ont atteint l’âge de la majorité dans leur État, les mineurs se voient accorder un accès complet à leur compte UGMA. À ce moment, ils peuvent utiliser les fonds comme ils le souhaitent.

Considérations particulières

Les contributions aux comptes de l’UGMA sont faites avec des dollars après impôts – le donateur ne reçoit pas de déduction fiscale pour les avoir faites. Toutefois, jusqu’à 15 000 dollars par personne (30 000 dollars pour un couple marié) peuvent être versés en franchise d’impôt sur les dons.

Aux fins de l’impôt fédéral, le mineur ou le bénéficiaire est considéré comme le propriétaire de tous les actifs d’un compte UGMA et des revenus qu’ils génèrent. Mais les revenus de ces comptes peuvent être imposés soit à l’enfant, soit au parent. Les obligations de déclaration dépendent du montant des revenus générés par le compte et de l’âge du bénéficiaire.

Dans certaines circonstances, les parents peuvent choisir de déclarer les comptes UGMA de leurs enfants dans leur propre déclaration d’impôts, profitant ainsi de la « kiddie tax » ou impôt sur les investissements et autres revenus non gagnésde l’enfant.

vous pouvez intéressé:  Tarif : Définition et exemples

Cela signifie que si les revenus non gagnés de l’enfant, y compris les revenus de l’UGMA, étaient inférieurs à 2 100 $ en 2019 et qu’il n’avait pas plus de 19 ans (ou 24 ans s’il est étudiant à temps plein) à la fin de l’année fiscale correspondante, les parents peuvent choisir de déclarer les revenus de leur enfant dans leur propre déclaration d’impôts. Dans ce cas, les premiers 1 050 dollars de revenus non gagnés de l’enfant sont exonérés d’impôt. Les 1 050 dollars suivants sont imposés au taux d’imposition de l’enfant. Tout ce qui dépasse 2 100 $ est imposé au taux d’imposition des parents. Si un tel choix n’est pas fait ou si les revenus non gagnés de l’enfant dépassent 2 100 $ à la fin de l’année fiscale, le mineur devra remplir une déclaration d’impôt soumise aux règles de l' »impôt sur les enfants ».

Sur le plan fiscal, une UGMA affecte les limites de dons à vie d’un donateur. Si un donateur agissant en tant que gardien décède avant que les biens dont il a la garde ne soient transférés au mineur, l’ensemble des biens dont il a la garde est inclus dans sa succession imposable.

UGMA contre UTMA

L’UGMA et la loi uniforme sur les transferts de mineurs (UTMA) sont généralement utilisées de manière interchangeable, mais les deux ont quelques distinctions. Les comptes de dépôt créés en vertu de la nouvelle loi UTMA, qui date de 1986, peuvent contenir tout type d’actif tangible ou intangible, y compris des biens immobiliers, des œuvres d’art et de la propriété intellectuelle. En revanche, les comptes UGMA sont limités aux actifs financiers, tels que les espèces, les actions, les obligations et les produits d’assurance (polices, rentes).

Tous les États autorisent les comptes UGMA. Le Vermont et la Caroline du Sud n’autorisent pas actuellement les comptes UTMA (à partir de janvier 2020).

Retour haut de page