Les bases de la rentabilité des options

Les négociants en options peuvent tirer profit de leur statut d’acheteur ou de vendeur d’options. Les options permettent de réaliser des bénéfices potentiels à la fois en période de volatilité et lorsque le marché est calme ou moins volatile. Cela est possible parce que les prix des actifs comme les actions, les devises et les matières premières sont toujours en mouvement, et quelles que soient les conditions du marché, il existe une stratégie d’options qui peut en tirer parti.

Points clés à retenir

  • Les contrats d’options et les stratégies qui les utilisent ont défini des profils de pertes et profits pour comprendre combien d’argent vous pouvez gagner ou perdre.
  • Lorsque vous vendez une option, le profit maximum que vous pouvez en tirer est le prix de la prime perçue, mais le potentiel de baisse est souvent illimité.
  • Lorsque vous achetez une option, votre potentiel de hausse peut être illimité et le maximum que vous pouvez perdre est le coût de la prime de l’option.
  • Selon la stratégie d’option utilisée, un individu peut profiter de n’importe quelle condition de marché, qu’elle soit haussière ou baissière, ou latérale.
  • Les écarts d’options ont tendance à plafonner les profits potentiels comme les pertes.

Les bases de la rentabilité des options

L’acheteur d’une option d’achat est susceptible de réaliser un bénéfice si l’actif sous-jacent, par exemple une action, dépasse le prix d’exercice avant l’échéance. L’acheteur d’une option de vente réalise un bénéfice si le prix tombe en dessous du prix d’exercice avant l’expiration. Le montant exact du profit dépend de la différence entre le prix de l’action et le prix d’exercice de l’option à l’expiration ou lorsque la position d’option est fermée.

Le vendeur d’une option d’achat peut réaliser un bénéfice si l’action sous-jacente reste en dessous du prix d’exercice. Après avoir vendu une option de vente, le négociant réalise un bénéfice si le prix reste supérieur au prix d’exercice. La rentabilité du vendeur d’une option est limitée à la prime qu’il reçoit pour la vente de l’option (qui est le coût de l’acheteur de l’option). Les vendeurs d’options sont également appelés vendeurs d’options.

Achat d’options contre écriture

Un acheteur d’options peut obtenir un retour sur investissement substantiel si l’échange d’options fonctionne. En effet, le cours d’une action peut évoluer considérablement au-delà du prix d’exercice.

Un émetteur d’options réalise un rendement comparativement plus faible si l’échange d’options est rentable. En effet, le rendement de l’émetteur est limité à la prime, quelle que soit l’évolution de l’action. Alors pourquoi vendre des options ? Parce que les chances sont généralement très élevées du côté du vendeur d’options. Une étude réalisée à la fin des années 1990 par le Chicago Mercantile Exchange (CME) a révélé qu’un peu plus de 75 % de toutes les options détenues jusqu’à l’échéance expiraient sans valeur. 

Cette étude exclut les positions d’options qui ont été liquidées ou exercées avant l’expiration. Malgré cela, pour chaque contrat d’option qui était dans la monnaie (ITM) à l’expiration, il y en avait trois qui étaient hors de la monnaie (OTM) et donc sans valeur est une statistique assez révélatrice. 

Évaluer la tolérance au risque

Voici un test simple pour évaluer votre tolérance au risque afin de déterminer s’il vaut mieux être un acheteur d’options ou un vendeur d’options. Supposons que vous puissiez acheter ou vendre 10 contrats d’option d’achat, le prix de chaque option d’achat étant de 0,50 $. Chaque contrat a généralement 100 actions comme actif sous-jacent, de sorte que 10 contrats coûteraient 500 $ (0,50 $ x 100 x 10 contrats).

Si vous achetez 10 contrats d’option d’achat, vous payez 500 dollars et c’est la perte maximale que vous pouvez subir. Cependant, votre profit potentiel est théoriquement illimité. Quel est donc le piège ? La probabilité que le commerce soit rentable n’est pas très élevée. Bien que cette probabilité dépende de la volatilité implicite de l’option d’achat et de la période de temps restant avant l’expiration, disons qu’elle est de 25 %.

En revanche, si vous vendez 10 contrats d’option d’achat, votre profit maximum est le montant de la prime, soit 500 dollars, alors que votre perte est théoriquement illimitée. Toutefois, les chances que les options négociées soient rentables sont très favorables, à 75 %.

Alors, risqueriez-vous 500 dollars, sachant que vous avez 75 % de chances de perdre votre investissement et 25 % de chances de faire des bénéfices ? Ou préféreriez-vous gagner un maximum de 500 $, sachant que vous avez 75 % de chances de conserver tout ou partie de ce montant, mais que vous avez 25 % de chances de perdre l’opération ?

La réponse à ces questions vous donnera une idée de votre tolérance au risque et vous permettra de savoir s’il vaut mieux être un acheteur ou un vendeur d’options.

Il est important de garder à l’esprit que ce sont les statistiques générales qui s’appliquent à toutes les options, mais à certains moments, il peut être plus avantageux d’être un émetteur d’options ou un acheteur d’un actif spécifique. Appliquer la bonne stratégie au bon moment pourrait modifier ces cotes de manière significative.

Stratégies d’option Risques/Récompenses

Si les options d’achat et de vente peuvent être combinées selon diverses permutations pour former des stratégies d’options sophistiquées, évaluons le rapport risque/rendement des quatre stratégies les plus fondamentales.

Acheter un appel

C’est la stratégie d’option la plus fondamentale. C’est une stratégie à risque relativement faible, puisque la perte maximale est limitée à la prime payée pour acheter l’option d’achat, tandis que la récompense maximale est potentiellement illimitée. Bien que, comme indiqué précédemment, les chances que l’opération soit très rentable sont généralement assez faibles. « Risque faible » suppose que le coût total de l’option représente un très faible pourcentage du capital du négociant. Risquer tout le capital sur une seule option d’achat en ferait une transaction très risquée, car tout l’argent pourrait être perdu si l’option expire sans valeur.

vous pouvez intéressé:  Prêt immobilier commercial

Acheter un put

C’est une autre stratégie qui comporte un risque relativement faible, mais dont la récompense est potentiellement élevée si l’échange fonctionne. L’achat d’options de vente est une alternative viable à la stratégie plus risquée de vente à découvert de l’actif sous-jacent. Les options de vente peuvent également être achetées pour couvrir le risque de baisse d’un portefeuille. Mais comme les indices boursiers ont généralement tendance à augmenter avec le temps, ce qui signifie qu’en moyenne les actions ont tendance à progresser plus souvent qu’à reculer, le profil risque/récompense de l’acheteur d’une option de vente est légèrement moins favorable que celui d’un acheteur d’une option d’achat.

Rédaction d’un put

La vente d’options de vente est une stratégie privilégiée par les négociants en options avancées car, dans le pire des cas, l’action est attribuée au vendeur de l’option de vente (il doit acheter l’action), tandis que dans le meilleur des cas, le vendeur conserve le montant total de la prime de l’option. Le plus grand risque de la vente d’options de vente est que le vendeur finisse par payer trop cher pour une action si celle-ci s’effondre par la suite. Le profil risque/rendement de la vente d’options de vente est plus défavorable que celui de l’achat d’options d’achat ou de vente, puisque la récompense maximale est égale à la prime reçue, mais la perte maximale est beaucoup plus élevée. Cela dit, comme nous l’avons vu précédemment, la probabilité de pouvoir réaliser un bénéfice est plus élevée.

Rédaction d’un appel

La rédaction d’appels se présente sous deux formes, couverte et nue. La vente d’options d’achat couvertes est une autre stratégie favorite des négociants en options intermédiaires et avancées, et est généralement utilisée pour générer des revenus supplémentaires à partir d’un portefeuille. Elle consiste à vendre des options d’achat sur des actions détenues dans le portefeuille. La vente d’options d’achat non couvertes ou nues est l’apanage des négociants en options sophistiquées tolérants au risque, car elle présente un profil de risque similaire à celui d’une vente à découvert d’actions. La récompense maximale dans la vente d’options d’achat est égale à la prime reçue. Le plus grand risque d’une stratégie d’achat couvert est que l’action sous-jacente soit « rachetée ». Dans le cas d’une vente à découvert, la perte maximale est théoriquement illimitée, tout comme dans le cas d’une vente à découvert.

Les options s’étendent

Souvent, les négociants ou les investisseurs combinent les options en utilisant une stratégie d’écart, en achetant une ou plusieurs options pour vendre une ou plusieurs options différentes. L’étalement compensera la prime payée, car la prime de l’option vendue sera déduite de la prime de l’option achetée. En outre, les profils de risque et de rendement d’un spread plafonnent le profit ou la perte potentiels. Les écarts peuvent être créés pour tirer profit de presque toutes les actions de prix prévues, et peuvent aller du plus simple au plus complexe. Comme pour les options individuelles, toute stratégie d’écart peut être achetée ou vendue.

Raisons d’échanger des options

Les investisseurs et les négociants effectuent des opérations sur options soit pour couvrir des positions ouvertes (par exemple, l’achat de puts pour couvrir une position longue, ou l’achat de calls pour couvrir une position courte), soit pour spéculer sur les mouvements probables du prix d’un actif sous-jacent.

Le plus grand avantage de l’utilisation des options est celui de l’effet de levier. Par exemple, disons qu’un investisseur a 900 dollars à utiliser sur une transaction particulière et souhaite obtenir le meilleur rapport qualité-prix. L’investisseur est haussier à court terme sur les actions de XYZ Inc. Supposons donc que XYZ se négocie à 90 $. Notre investisseur peut acheter un maximum de 10 actions de XYZ. Cependant, XYZ propose également des options d’achat à trois mois à un prix d’exercice de 95 $ pour un coût de 3 $. Maintenant, au lieu d’acheter les actions, l’investisseur achète trois contrats d’option d’achat. L’achat de trois options d’achat coûtera 900 $ (3 contrats x 100 actions x 3 $).

Peu avant l’expiration des options d’achat, supposons que XYZ se négocie à 103 $ et que les options d’achat se négocient à 8 $, auquel cas l’investisseur vend les options d’achat. Voici comment le retour sur investissement s’échelonne dans chaque cas.

  • Achat pur et simple d’actions XYZ à 90 dollars : Profit = 13 $ par action x 10 actions = 130 $ = 14,4 % de rendement (130 $ / 900 $).
  • Achat de trois contrats d’option d’achat à 95 $ : Profit = 8 $ x 100 x 3 contrats = 2 400 $ moins la prime payée de 900 $ = 1 500 $ = 166,7 % de rendement (1 500 $ / 900 $).

Bien sûr, le risque lié à l’achat d’options d’achat plutôt que d’actions est que si XYZ n’avait pas négocié au-dessus de 95 dollars à l’expiration de l’option, les options d’achat auraient expiré sans valeur et les 900 dollars auraient été perdus. En fait, XYZ a dû se négocier à 98 $ (prix d’exercice de 95 $ + prime de 3 $ payée), soit environ 9 % de plus que son prix au moment de l’achat des options d’achat, pour que la transaction atteigne tout juste le seuil de rentabilité. Si l’on ajoute à l’équation le coût du courtier pour placer la transaction, pour être rentable, le titre devrait se négocier à un prix encore plus élevé.

Ces scénarios supposent que le commerçant a tenu jusqu’à l’expiration. Cela n’est pas nécessaire avec les options américaines. À tout moment avant l’expiration, le négociant aurait pu vendre l’option pour bloquer un bénéfice. Ou, s’il semblait que l’action n’allait pas dépasser le prix d’exercice, il pouvait vendre l’option pour sa valeur résiduelle afin de réduire la perte. Par exemple, le négociant a payé 3 $ pour les options, mais au fil du temps, si le cours de l’action reste inférieur au prix d’exercice, ces options peuvent tomber à 1 $. Le négociant pourrait vendre les trois contrats pour 1 $, ce qui lui permettrait de récupérer 300 $ sur les 900 $ initiaux et d’éviter une perte totale.

vous pouvez intéressé:  Quels sont les facteurs qui influencent une modification de l'élasticité de l'offre ?

L’investisseur pourrait également choisir d’exercer les options d’achat plutôt que de les vendre pour réaliser des bénéfices/pertes comptables, mais l’exercice des options d’achat exigerait de l’investisseur qu’il trouve une somme d’argent substantielle pour acheter le nombre d’actions que représentent ses contrats. Dans le cas ci-dessus, cela nécessiterait l’achat de 300 actions à 95 $.

Choisir la bonne option

Voici quelques grandes lignes directrices qui devraient vous aider à décider des types d’options à échanger.

Haussier ou baissier

Êtes-vous à la hausse ou à la baisse sur le titre, le secteur ou le marché au sens large que vous souhaitez négocier ? Si c’est le cas, êtes-vous en hausse, en baisse modérée ou juste un peu en hausse/en baisse ? Cette détermination vous aidera à décider de la stratégie d’option à utiliser, du prix d’exercice à utiliser et de l’échéance à viser. Supposons que vous soyez très optimiste sur l’action hypothétique ZYX, une action technologique qui se négocie à 46 dollars.

Volatilité

Le marché est-il calme ou assez volatile ? Qu’en est-il de la bourse ZYX ? Si la volatilité implicite du ZYX n’est pas très élevée (disons 20 %), il peut être judicieux d’acheter des options d’achat sur l’action, car ces options peuvent être relativement bon marché.

Prix de grève et expiration

Comme vous êtes très optimiste sur ZYX, vous devriez être à l’aise avec le rachat des appels d’argent. Supposons que vous ne vouliez pas dépenser plus de 0,50 $ par option d’achat, et que vous ayez le choix entre des options d’achat à deux mois avec un prix d’exercice de 49 $, disponibles pour 0,50 $, ou des options d’achat à trois mois avec un prix d’exercice de 50 $, disponibles pour 0,47 $. Vous décidez de choisir cette dernière option car vous pensez que le prix d’exercice légèrement plus élevé est plus que compensé par le mois supplémentaire avant l’expiration.

Et si vous n’étiez que légèrement haussier sur ZYX, et que sa volatilité implicite de 45 % était trois fois supérieure à celle du marché global ? Dans ce cas, vous pourriez envisager de vendre des options de vente à court terme pour vous assurer un revenu supérieur, plutôt que d’acheter des options d’achat comme dans le cas précédent.

Conseils pour la négociation d’options

En tant qu’acheteur d’options, votre objectif doit être d’acheter des options avec l’échéance la plus longue possible, afin de donner à votre transaction le temps de se mettre en place. À l’inverse, lorsque vous vendez des options, optez pour l’échéance la plus courte possible afin de limiter votre responsabilité.

En essayant d’équilibrer le point ci-dessus, lorsque vous achetez des options, l’achat des moins chères possibles peut améliorer vos chances de faire un commerce rentable. La volatilité implicite de ces options bon marché est probablement assez faible, et si cela suggère que les chances de réussite d’une transaction sont minimes, il est possible que la volatilité implicite et donc l’option soient sous-évaluées. Ainsi, si l’échange fonctionne, le profit potentiel peut être énorme. Il peut être préférable d’acheter des options ayant un niveau de volatilité implicite plus faible que celles ayant un niveau de volatilité implicite très élevé, en raison du risque d’une perte plus importante (prime plus élevée payée) si la transaction ne fonctionne pas.

Il y a un compromis entre les prix d’exercice et les échéances des options, comme l’a montré l’exemple précédent. Une analyse des niveaux de soutien et de résistance, ainsi que des principaux événements à venir (comme un communiqué sur les résultats), est utile pour déterminer le prix d’exercice et l’échéance à utiliser.

Comprendre le secteur auquel appartient l’action. Par exemple, les actions de biotechnologie s’échangent souvent avec des résultats binaires lorsque les résultats des essais cliniques d’un médicament important sont annoncés. Des options d’achat ou de vente peuvent être achetées pour négocier ces résultats, selon que l’action est haussière ou baissière. Il est évident qu’il serait extrêmement risqué de vendre des options d’achat ou de vente sur des actions biotechnologiques à l’occasion de tels événements, à moins que le niveau de volatilité implicite ne soit si élevé que les revenus des primes gagnées compensent ce risque. De même, il n’est pas très judicieux d’acheter en profondeur des options d’achat ou de vente sur des secteurs peu volatils comme les services publics et les télécommunications.

Utilisez des options pour faire des compromis entre des événements ponctuels, tels que les restructurations et les scissions d’entreprises, et des événements récurrents, tels que les publications de résultats. Les actions peuvent présenter un comportement très volatil lors de tels événements, ce qui donne à l’opérateur d’options avisé une occasion d’encaisser. Par exemple, l’achat d’options d’achat à bas prix avant la publication des résultats d’une action qui a connu une baisse prononcée peut être une stratégie rentable si elle parvient à dépasser des attentes revues à la baisse, puis des hausses.

Les investisseurs ayant un faible appétit pour le risque doivent s’en tenir à des stratégies de base comme l’achat d’options d’achat ou de vente, tandis que les stratégies plus avancées comme la vente d’options de vente et la vente d’options d’achat ne doivent être utilisées que par des investisseurs avertis ayant une tolérance au risque adéquate. Comme les stratégies d’options peuvent être adaptées à la tolérance au risque et aux besoins de rendement de chacun, elles offrent de nombreuses possibilités de rentabilité.

Retour haut de page