Les coûts cachés de la propriété d’un logement

Les taux hypothécaires relativement bas ont ravivé l’intérêt pour l’accession à la propriété, en particulier chez les jeunes qui sont fatigués de voir le coût de leur loyer augmenter chaque année et qui aiment l’idée d’avoir une participation au capital – une participation à la propriété – dans le lieu où ils vivent.

Une résidence peut en effet être un atout précieux et un chemin vers un plus grand avenir financier. Cependant, les acheteurs novices peuvent être choqués par le mordant que l’accession à la propriété peut retirer de leur portefeuille. En plus de leurs paiements hypothécaires, le coût réel de la possession d’un bien immobilier implique une multitude de dépenses cachées. Les trois premiers coûts cachés sont strictement financiers ; les autres ajoutent à l’argent le stress supplémentaire lié à l’entretien et aux réparations de la maison. Voyons les plus courants et comment y faire face.

Points clés à retenir

  • Bien que l’accession à la propriété présente de nombreux avantages, il faut faire attention à certaines dépenses supplémentaires et imprévues.
  • Certains coûts sont strictement financiers et échappent dans une large mesure à votre contrôle : les impôts fonciers et les frais de l’association des propriétaires (HOA).
  • L’assurance habitation peut coûter plus cher que prévu si vous vivez dans une région exposée aux catastrophes naturelles.
  • La partie la plus coûteuse de l’assurance habitation concerne généralement l’entretien et la réparation du toit, du système de chauffage, de ventilation et de climatisation, de la plomberie et de l’électricité.

Taxes foncières

En tant que propriétaire, vous devrez payer des impôts fonciers. Ce n’est pas la banque qui détermine l’impôt foncier, mais la commune, la ville ou le comté dans lequel se trouve la maison. Un paiement ad valorem de l’impôt foncier – évalué en fonction de la valeur de votre résidence – peut facilement atteindre 500 à 1 000 dollars ou plus par mois. Ce sont les États où les taxes foncières sont les plus élevées (lien hypertexte vers la ressource).

L’impôt foncier est essentiellement un paiement garanti à perpétuité effectué aux frais du propriétaire. Bien que vous n’ayez pas vraiment votre mot à dire sur son montant, comme pour tout impôt, il existe des stratégies pour le réduire.

Frais de copropriété et de HOA

Si vous achetez une résidence dans le cadre d’une association de propriétaires (HOA) ou d’une association de copropriétaires, vous devrez payer une redevance mensuelle ou trimestrielle. Cette redevance comprend souvent les coûts de choses qui profitent à tout le quartier, comme le ramassage des ordures ou le déneigement, si votre association a passé un contrat avec une entreprise privée pour la prestation de ces services.

Les frais de la HOA peuvent augmenter, ou votre association peut devoir demander une évaluation spéciale pour des projets tels que le repavage du parking, l’installation d’un nouveau système de sécurité ou la rénovation de zones ou de bâtiments communs.

Assurance des propriétaires

L’assurance habitation n’est pas une dépense imprévue : les banques et les sociétés de crédit hypothécaire l’exigent avant de vous accorder un prêt, et les primes sont probablement incluses dans votre paiement hypothécaire. Le plus souvent, les primes d’assurance de votre propriétaire, tout comme vos impôts fonciers, sont payées sur votre compte séquestre.

N’oubliez pas que les primes peuvent augmenter chaque année – et c’est souvent le cas – ou si vous augmentez votre couverture pour tenir compte de l’augmentation de la valeur de vos biens ou possessions.

La discrimination en matière de prêts hypothécaires est illégale. Si vous pensez avoir été victime de discrimination fondée sur la race, la religion, le sexe, l’état civil, le recours à l’aide publique, l’origine nationale, le handicap ou l’âge, vous pouvez prendre des mesures. L’une de ces mesures consiste à déposer un rapport auprès du Bureau de protection financière des consommateurs ou du ministère américain du logement et du développement urbain (HUD).

vous pouvez intéressé:  En quoi la valeur comptable et la valeur marchande sont-elles différentes ?

Ce que votre politique ne prévoit pas peut aussi vous réserver une mauvaise surprise. En général, l’assurance des propriétaires occupants ne couvre pas les « catastrophes naturelles », ce qui signifie que vous devrez souscrire une couverture supplémentaire contre les catastrophes telles que les inondations, les ouragans et les tremblements de terre. Même les dégâts d’eau causés par les tempêtes sont très rarement couverts par une assurance de base pour les propriétaires.

Malheureusement, cette assurance supplémentaire peut être coûteuse, surtout si vous vivez dans une plaine inondable. Selon la FEMA, le coût moyen d’une assurance inondation est de 708 dollars.

Parfois, des dépenses telles que les impôts fonciers et l’assurance des propriétaires sont regroupées dans les paiements hypothécaires. C’est ce qu’on appelle communément le PITI : capital, intérêts, impôts et assurance. Les prêteurs préfèrent que le PITI soit égal ou inférieur à 28 % du revenu mensuel brut de l’emprunteur.

Le toit

L’eau est le plus grand ennemi de votre maison, et l’une des principales tâches du toit est de la maintenir hors de l’eau. Un toit qui fuit peut causer des dommages esthétiques à l’intérieur d’une maison et
, selon la gravité de la fuite, détruire les biens qui s’y trouvent et causer des problèmes de santé ou des problèmes structurels
.

Les dommages causés aux toits se produisent généralement lorsque les bardeaux, les soffites et les fascias se détachent, se fissurent, s’arrachent ou sont endommagés. Par exemple, un toit avec des bardeaux d’asphalte devra être remplacé tous les 15-20 ans.

Le système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC)

En raison de sa complexité, le système CVC de votre maison – qui contrôle la chaleur, le refroidissement et la circulation de l’air dans toute la résidence – n’est pas quelque chose que vous pourrez inspecter, réparer ou remplacer vous-même. À moins que vous ne soyez un professionnel de la climatisation, vous devriez être prêt à en engager un de temps en temps.

Vous devrez probablement acheter de nouvelles unités à un moment donné, car les unités existantes s’usent avec le temps. Le remplacement fréquent des filtres du four et du climatiseur contribue à maintenir le bon fonctionnement des machines.

Les propriétaires doivent faire inspecter leurs systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation au moins une fois par an. De nombreuses entreprises proposent des contrats de service ou des plans de maintenance, ce qui peut réduire le coût d’une inspection annuelle, offrir des inspections semestrielles et procurer d’autres avantages comme des prix réduits sur les pièces et des visites d’urgence moins coûteuses.

Le système électrique

Les arcs électriques, le câblage défectueux et les courts-circuits électriques provoquent un grand nombre d’incendies électriques qui brûlent les maisons. Tous les propriétaires devraient avoir une connaissance de base du fonctionnement des systèmes électriques pour assurer la sécurité des foyers et des familles, mais devraient également comprendre les limites de leurs compétences.

Chaque fois qu’il y a un problème systémique, ou que vous faites un travail de réadaptation important, faites appel à des électriciens professionnels, formés et agréés, pour vous assurer que les choses sont installées correctement et conformément aux codes et aux normes de sécurité en vigueur.

Plomberie

Les petits problèmes de plomberie (comme les canalisations bouchées) se produisent de temps en temps, quel que soit l’endroit où vous vivez, et il n’est pas très difficile de les régler avec des connaissances de base en plomberie.

Certaines vieilles maisons présentent cependant des problèmes plus importants en matière de plomberie. Ces maisons contiennent souvent des conduites d’eau en fer galvanisé, qui se bouchent avec le temps avec des dépôts minéraux et réduisent progressivement la pression de l’eau dans votre maison. Ces conduites ne peuvent pas être réparées, elles doivent être remplacées.

vous pouvez intéressé:  Comment calculer votre valeur corporelle nette

De plus, assurez-vous de vérifier si votre eau pourrait être contaminée par du plomb lié à votre plomberie. Parfois, le problème vient des tuyaux de la maison et parfois des tuyaux du système municipal vers votre maison.

Termites

Les termites sont attirées par le bois et l’humidité, et elles peuvent pénétrer dans votre maison par la moindre fissure. Vous ne voulez pas que votre maison se transforme en poussière sous vos pieds.

Pour éviter des dommages structurels coûteux à votre maison, assurez-vous qu’aucun bois ne touche le sol près de votre maison (comme du bois de construction, du bois de chauffage ou des souches d’arbres). Empêchez toute accumulation d’humidité autour de vos fondations en veillant à ce que le sol soit en pente loin de votre maison, et engagez un exterminateur pour effectuer régulièrement une inspection antiparasitaire.

Mold

Les moisissures peuvent se développer dans des zones humides ou mouillées et peuvent causer des problèmes de santé. Si votre système de chauffage, de ventilation et de climatisation est contaminé, vous pouvez répandre des moisissures dans toute la maison chaque fois que le chauffage fonctionne.

La prévention des problèmes de moisissures consiste à empêcher l’eau d’entrer et à réparer les fuites afin d’éliminer tout environnement propice au développement des moisissures. Si votre maison est très humide, un climatiseur ou un déshumidificateur aidera à prévenir la croissance des moisissures. La moisissure n’est pas toujours visible ; elle peut être cachée derrière le papier peint, sous la moquette et dans divers autres endroits. La moisissure peut provoquer des réactions allergiques ou irritantes et des crises d’asthme.

Aménagement paysager et entretien des pelouses

Que vous vous occupiez vous-même de vos travaux de jardinage ou que vous engagiez un professionnel, vous devrez payer quelque chose pour contrôler votre aménagement paysager. L’équipement de pelouse peut être coûteux et, si vous avez une grande superficie, vous aurez peut-être besoin d’articles tels qu’une souffleuse à neige ou une souffleuse à feuilles.

Ce n’est pas seulement une question de cosmétique. Les branches d’arbre suspendues peuvent tomber et endommager les toits et les fenêtres, et une pléthore de feuilles ou de plantes envahies par la végétation peut boucher les gouttières, ce qui a des répercussions sur le drainage, la plomberie et les systèmes de climatisation extérieurs. De nombreux HOA exigent de leurs membres qu’ils entretiennent le terrain de leur maison pour ces raisons.

Lorsque la plupart des gens pensent aux coûts de l’accession à la propriété, ils ne pensent qu’aux mensualités de leur logement. Il faut non seulement tenir compte des impôts fonciers et des assurances, mais aussi des coûts d’entretien et de réparation.

En fait, les réparations inattendues – par exemple, remplacer ou réparer le toit, réparer les tuiles qui se détachent dans la douche, enlever un arbre mort ou envahi par la végétation ou payer pour l’atténuation des moisissures dans un sous-sol humide – entraînent généralement les factures les plus élevées. La liste des possibilités est infinie, aussi la meilleure chose que les propriétaires puissent faire est de mettre de côté des économies en cas d’urgence. Certains experts financiers suggèrent de prévoir 1 ou 2 % du solde de votre prêt hypothécaire comme fonds annuel pour l’entretien et les réparations, mais le montant que vous devriez économiser dépend de l’âge, de l’état et de la taille de votre maison.

Les prêteurs hypothécaires n’en tiendront pas compte dans leurs équations lorsqu’ils détermineront le montant d’un prêt, mais vous devriez le faire. C’est une bonne chose d’être propriétaire de son logement, mais avant d’acheter, assurez-vous que vous êtes prêt à en assumer le coût réel.

Retour haut de page