Qu’est-ce que la balance des paiements ?

La balance des paiements (BDP) est la méthode utilisée par les pays pour surveiller toutes les transactions monétaires internationales à une période donnée. Habituellement, la BDP est calculée chaque trimestre et chaque année civile. Toutes les transactions effectuées par les secteurs privé et public sont comptabilisées dans la BDP afin de déterminer le montant des entrées et des sorties d’argent dans un pays. Si un pays a reçu de l’argent, cela est appelé un crédit, et si un pays a payé ou donné de l’argent, la transaction est comptée comme un débit.

Théoriquement, la balance des paiements devrait être nulle, ce qui signifie que l’actif (crédits) et le passif (débits) devraient s’équilibrer, mais dans la pratique, c’est rarement le cas. Ainsi, la balance des paiements peut indiquer à l’observateur si un pays a un déficit ou un excédent et de quelle partie de l’économie proviennent les écarts.

Points clés à retenir

  • La balance des paiements (BDP) est l’enregistrement de toutes les transactions financières internationales effectuées par les résidents d’un pays.
  • Il existe trois grandes catégories de balance des paiements : le compte des opérations courantes, le compte de capital et le compte financier.
  • Le compte courant doit être équilibré par rapport au compte de capital et au compte financier combinés, ce qui laisse la balance des paiements à zéro, mais cela se produit rarement.

La balance des paiements divisée

La BDP est divisée en trois grandes catégories : le compte courant, le compte de capital et le compte financier. À l’intérieur de ces trois catégories se trouvent des subdivisions, chacune d’entre elles représentant un type différent de transaction monétaire internationale.

Le compte courant

Le compte courant est utilisé pour marquer les entrées et les sorties de biens et de services dans un pays. Les revenus des investissements, tant publics que privés, sont également versés dans le compte courant.

Le compte courant comprend des crédits et des débits sur le commerce de marchandises, qui comprend des biens tels que les matières premières et les produits manufacturés qui sont achetés, vendus ou donnés (éventuellement sous forme d’aide). Les services désignent les recettes provenant du tourisme, du transport (comme la taxe qui doit être payée en Égypte lorsqu’un navire passe par le canal de Suez), de l’ingénierie, des frais de services aux entreprises (d’avocats ou de conseils en gestion, par exemple) et des redevances de brevets et de droits d’auteur. Lorsqu’ils sont combinés, les biens et les services constituent ensemble la balance commerciale d’un pays (BOT). La balance commerciale représente généralement la plus grande partie de la balance des paiements d’un pays, puisqu’elle représente le total des importations et des exportations. Si un pays a une balance commerciale déficitaire, il importe plus qu’il n’exporte, et s’il a une balance commerciale excédentaire, il exporte plus qu’il n’importe.

vous pouvez intéressé:  Ce sont les meilleures heures pour négocier l'euro

Les recettes provenant d’actifs générateurs de revenus tels que les actions (sous forme de dividendes) sont également enregistrées dans le compte courant. La dernière composante du compte courant est constituée par les transferts unilatéraux. Il s’agit de crédits qui sont pour la plupart des envois de fonds des travailleurs, qui sont des salaires renvoyés dans le pays d’origine d’un ressortissant travaillant à l’étranger, ainsi que de l’aide étrangère qui est directement reçue.

2:00

Le compte de capital

Le compte de capital est l’endroit où sont enregistrés tous les transferts internationaux de capitaux. Il s’agit de l’acquisition ou de la cession d’actifs non financiers (par exemple, un actif physique tel qu’un terrain) et d’actifs non produits, nécessaires à la production mais qui n’ont pas été produits, comme une mine utilisée pour l’extraction de diamants.

Le compte de capital est ventilé en flux monétaires provenant de la remise de dettes, du transfert de biens et d’actifs financiers par les migrants quittant ou entrant dans un pays, du transfert de propriété sur les actifs fixes (actifs tels que les équipements utilisés dans le processus de production pour générer des revenus), du transfert de fonds reçus à la vente ou à l’acquisition d’actifs fixes, des impôts sur les dons et les héritages, des prélèvements sur les décès et, enfin, des dommages non assurés sur les actifs fixes.

Le compte financier

Dans le compte financier, les flux monétaires internationaux liés aux investissements dans les entreprises, l’immobilier, les obligations et les actions sont documentés. Sont également inclus les actifs appartenant à l’État tels que les réserves de change, l’or, les droits de tirage spéciaux (DTS) détenus auprès du Fonds monétaire international (FMI), les actifs privés détenus à l’étranger et les investissements étrangers directs. Les actifs détenus par les étrangers, privés et officiels, sont également enregistrés dans le compte financier.

L’acte d’équilibrage

Le compte courant doit être équilibré par rapport au compte de capital et au compte financier combinés ; cependant, comme mentionné ci-dessus, cela se produit rarement. Il convient également de noter qu’avec les fluctuations des taux de change, la variation de la valeur de la monnaie peut ajouter aux écarts de la balance des paiements.

vous pouvez intéressé:  Définition de l'Office du contrôleur de la monnaie (OCC)

Lorsqu’il y a un déficit dans le compte courant, qui est un déficit de la balance commerciale, la différence peut être empruntée ou financée par le compte de capital.

Si un pays possède un actif immobilisé à l’étranger, ce montant emprunté est marqué comme une sortie du compte de capital. Toutefois, la vente de cet actif immobilisé serait considérée comme une entrée sur le compte courant (revenus des investissements). Le déficit du compte courant serait ainsi financé. Lorsqu’un pays a un déficit des comptes courants qui est financé par le compte de capital, il renonce en fait à des immobilisations pour davantage de biens et de services. Si un pays emprunte de l’argent pour financer son déficit des comptes courants, cela apparaît comme une entrée de capitaux étrangers dans la balance des paiements.

Libéralisation des comptes

L’essor des transactions financières et du commerce mondial à la fin du 20e siècle a stimulé la balance des paiements et la libéralisation macroéconomique dans de nombreux pays en développement. Avec l’avènement du boom économique des marchés émergents, dans lequel les flux de capitaux vers ces marchés ont triplé, passant de 50 à 150 millions de dollars américains entre la fin des années 1980 et la crise asiatique, les pays en développement ont été invités à lever les restrictions sur les transactions en capital et les comptes financiers pour tirer parti de ces flux de capitaux. Beaucoup de ces pays avaient des politiques macroéconomiques restrictives, par lesquelles les réglementations empêchaient la propriété étrangère d’actifs financiers et non financiers. Ces réglementations limitaient également le transfert de fonds à l’étranger.

Avec la libéralisation des capitaux et des comptes financiers, les marchés des capitaux ont commencé à se développer, permettant non seulement un marché plus transparent et plus sophistiqué pour les investisseurs, mais donnant également naissance aux investissements directs étrangers (IDE). Par exemple, les investissements sous la forme d’une nouvelle centrale électrique permettent à un pays de s’exposer davantage aux nouvelles technologies et à l’efficacité, ce qui, en fin de compte, augmente le produit intérieur brut (PIB) global du pays en permettant de plus grands volumes de production. La libéralisation peut également faciliter la réduction des risques en permettant une plus grande diversification sur divers marchés.

Retour haut de page