Un examen des récessions passées

Saviez-vous qu’il y a eu plusieurs récessions aux États-Unis depuis la Grande Dépression ? Cela peut vous surprendre, surtout lorsque vous voyez ces événements couverts par les médias comme des horreurs ponctuelles.

Qu’est-ce qu’une récession ?

Historiquement, une récession a été définie comme deux trimestres consécutifs de baisse du PIB, la valeur combinée de tous les biens et services produits aux États-Unis. Elle diffère du produit national brut (PNB) en ce qu’elle n’inclut pas la valeur des biens et services produits par les entreprises américaines à l’étranger ou les biens et services reçus aux États-Unis en tant qu’importations. 

Une définition plus moderne d’une récession utilisée par le Comité des rencontres du National Bureau of Economic Research (NBER), le groupe chargé d’appeler les dates de début et de fin d’une récession, est « une baisse significative de l’activité économique répartie sur l’ensemble de l’économie, qui dure plus de quelques mois ».

En 2007, un économiste du Federal Reserve Board (FRB), Jeremy J. Nalewaik, a suggéré qu’une combinaison du PIB et du revenu intérieur brut (RIB) pourrait être plus précise pour définir une récession. Voici quelques-unes des plus grandes récessions de l’histoire des États-Unis.

Récessions historiques

Examinons quelques-unes de ces récessions en fonction de quelques caractéristiques clés.

  • Durée: Combien de temps a duré la récession officielle ?
  • Baisse du PIB: De combien le revenu national a-t-il diminué ?
  • Pic du taux de chômage: Quelle proportion de la population active était sans emploi ?
  • Raisons et causes: Quelles circonstances historiques uniques ont contribué au développement de cette récession ?

Le NBER a officiellement déclaré la fin de l’expansion économique en février 2020, les États-Unis étant tombés en récession au milieu de la pandémie de coronavirus.

La récession Roosevelt : (mai 1937- juin 1938)

  • Durée : 13 mois
  • Baisse du PIB : 10%.
  • Pic du taux de chômage : 20%.
  • Raisons et causes : Le marché boursier s’est effondré à la fin de 1937. Les entreprises ont accusé le « New Deal », une série de projets de travaux d’infrastructure financés par le gouvernement par l’intermédiaire de la Works Projects Administration (WPA) et du Civilian Conservation Corps (CCC). Ces projets ont fourni du travail à plus de 250 000 hommes. Le gouvernement a accusé une « grève du capital » (manque d’investissement) de la part des entreprises, tandis que les « New Dealers » ont accusé les réductions de financement de la WPA. Les quatre premières années de déductions de l’assurance sociale ont retiré 2 milliards de dollars de la circulation à cette époque. 

La récession de l’Union : (février 1945-octobre 1945)

  • Durée : Neuf mois
  • Baisse du PIB : 10,9%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 5.2%
  • Raisons et causes : La fin de la Seconde Guerre mondiale, le début de la démobilisation des forces militaires et la lente transition vers la production civile ont marqué cette période. La production de guerre avait pratiquement cessé et les anciens combattants commençaient tout juste à réintégrer la population active. Cette période était également connue sous le nom de « Récession syndicale », car les syndicats commençaient à se réaffirmer. Les salaires minimums étaient en hausse et le crédit était serré. 

La récession de l’après-guerre : (novembre 1948-octobre 1949)

  • Durée : 11 mois
  • Baisse du PIB : 1,7%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 5.7%
  • Raisons et causes : Alors que les vétérans de retour au pays réintégraient la population active en grand nombre pour concurrencer les travailleurs civils qui étaient entrés sur le marché du travail pendant la guerre, le chômage a commencé à augmenter. La réaction du gouvernement a été minime, car il était beaucoup plus préoccupé par l’inflation que par le chômage à l’époque. 
vous pouvez intéressé:  Le Titanic prouve sa valeur

La récession de l’après-guerre coréenne : (juillet 1953-mai 1954)

  • Durée : 10 mois
  • Baisse du PIB : 2,7%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 5.9%
  • Raisons et causes : Après une période inflationniste qui a suivi la guerre de Corée, davantage de dollars ont été consacrés à la sécurité nationale. En 1952, la Réserve fédérale a resserré sa politique monétaire pour freiner l’inflation. Le changement spectaculaire des taux d’intérêt a provoqué un pessimisme accru à l’égard de l’économie et une baisse de la demande globale. 

La récession Eisenhower : (août 1957-avril 1958)

  • Durée : Huit mois
  • Baisse du PIB : 3,7%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 7.4%
  • Raisons et causes : Le gouvernement a resserré sa politique monétaire par rapport aux années précédant la récession pour freiner l’inflation, mais les prix ont continué à augmenter aux États-Unis jusqu’en 1959. La forte récession mondiale et la force du dollar américain ont contribué à un déficit du commerce extérieur. 

La récession « Rolling Adjustment » : (avril 1960-février 1961)

  • Durée : 10 mois
  • Baisse du PIB : 1,6%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 6.9%
  • Raisons et causes : Cette récession a également été connue sous le nom de « rolling adjustment » pour de nombreuses grandes industries américaines, dont l’industrie automobile. Les Américains ont commencé à acheter des voitures compactes et souvent de fabrication étrangère, et l’industrie a réduit ses stocks. Le produit national brut (PNB) et la demande de produits ont diminué. 

La récession Nixon : (décembre 1969-novembre 1970)

  • Durée : 11 mois
  • Baisse du PIB : 0,6%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 5.9%
  • Raisons et causes : L’augmentation de l’inflation a amené le gouvernement à appliquer une politique monétaire très restrictive. La structure des dépenses publiques a ajouté à la contraction de l’activité économique. 

La crise du pétrole : la récession : (novembre 1973-mars 1975)

  • Durée : 16 mois
  • Baisse du PIB : 3%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 8.6%
  • Raisons et causes : Cette longue et profonde récession a été provoquée par le quadruplement des prix du pétrole et par les dépenses publiques élevées consacrées à la guerre du Vietnam. Cela a conduit à une stagflation et à un chômage élevé. Le chômage a finalement atteint 9 % en mai 1975, après la fin déclarée de la récession. 

La crise énergétique Récession : (janvier 1980-juillet 1980)

  • Durée : Six mois
  • Baisse du PIB : 2,2%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 7.8%
  • Raisons et causes : L’inflation avait atteint 11,1 % et la Réserve fédérale a augmenté les taux d’intérêt et ralenti la croissance de la masse monétaire, ce qui a ralenti l’économie et provoqué une hausse du chômage. Les prix et l’offre d’énergie ont été mis en danger, ce qui a provoqué une crise de confiance ainsi que l’inflation. 

La crise énergétique iranienne Récession : (juillet 1981-novembre 1982)

  • Durée : 16 mois
  • Baisse du PIB : 2,9%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 10.8%
  • Raisons et causes : Cette longue et profonde récession a été causée par le changement de régime en Iran. Quatrième producteur mondial de pétrole à l’époque, le pays a renversé son gouvernement soutenu par les États-Unis. Le « nouvel » Iran a exporté du pétrole à des intervalles irréguliers et à des volumes plus faibles, ce qui a entraîné une hausse des prix. Le gouvernement américain a appliqué une politique monétaire plus stricte pour contrôler l’inflation galopante, qui avait été reportée des deux précédentes crises pétrolières et énergétiques. Le taux préférentiel a atteint 20,5 % en 1981.

La récession de la guerre du Golfe : (juillet 1990 – mars 1991)

  • Durée : Huit mois
  • Baisse du PIB : 1,5%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 6.8%
  • Raisons et causes : L’Irak a envahi le Koweït. Cela a entraîné une flambée du prix du pétrole en 1990, qui a fait baisser les ventes du commerce manufacturier. Ce phénomène s’est ajouté à l’impact de la délocalisation de l’industrie manufacturière lorsque les dispositions de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) sont entrées en vigueur. En outre, le rachat par emprunt de United Airlines a déclenché un krach boursier. 
vous pouvez intéressé:  Payer les soins de longue durée : comment ça change

La récession du 11 septembre : (mars 2001-novembre 2001)

  • Durée : Huit mois
  • Baisse du PIB : 0,3%.
  • Pic du taux de chômage : 5.5%
  • Raisons et causes : L’effondrement de la bulle Internet, les attentats du 11 septembre et une série de scandales comptables dans les grandes entreprises américaines ont contribué à cette contraction relativement légère de l’économie américaine. Dans les mois qui ont suivi, le PIB est revenu à son ancien niveau.

La Grande Récession : (décembre 2007-juin 2009)

  • Durée : Dix-huit mois
  • Baisse du PIB : 4,3%.
  • Le taux de chômage atteint un sommet : 10.0%
  • Raisons et causes : L’effondrement de la bulle immobilière des années 2000 a entraîné des saisies record et une crise financière qui a fait chuter les marchés du monde entier. Les prix du pétrole ont atteint des sommets records à la mi-2008, puis se sont effondrés, dévastant l’industrie pétrolière américaine. 

Covid-19 Récession (février 2020-en cours)

  • Durée : En cours
  • Le déclin du PIB : Selon l’enquête GDPNow de la Fed d’Atlanta, l’estimation médiane du consensus pour le PIB du deuxième trimestre est de -53,8%.
  • Pic du taux de chômage : 13,0 % en mai 2020
  • Raisons et causes : Les mesures prises par les États-Unis et d’autres pays dans le monde – restriction des voyages, fermeture d’entreprises non essentielles et mise en œuvre de politiques universelles de distanciation sociale – pour freiner la propagation du nouveau coronavirus de 2019, officiellement déclaré pandémie en mars 2020 par l’Organisation mondiale de la santé, ont eu de graves conséquences économiques. Le 8 juin 2020, le National Bureau of Economic Research a officiellement déclaré une récession de l’économie américaine. Bien qu’il y ait eu beaucoup de spéculations, on ne sait pas encore quelle sera la forme de cette récession, et la durée de la récession du Covid-19 ne sera évidente qu’avec le recul.

Qu’ont donc en commun toutes ces récessions très différentes ? Dans de nombreux cas, le facteur unique le plus important est une période de politique monétaire expansionniste dans les années précédant la récession, parfois pour aider à financer les dépenses de guerre du gouvernement ou pour tenter de relancer l’économie après le cycle de récession précédent.

Une fois que les bulles d’endettement qui en résultent éclatent ou que la fin d’une guerre entraîne une réduction de l’expansion monétaire, plusieurs années de surendettement, d’investissements et de mauvais investissements ont tendance à être effacés dans un processus de déflation de la dette en un laps de temps relativement court. Cela fait monter le chômage en flèche et entraîne une baisse du PIB.

Au-delà des tendances monétaires sous-jacentes, les chocs économiques réels contribuent souvent à déclencher le tournant vers la récession. D’une part, les fluctuations des prix du pétrole semblent être des précurseurs historiques constants et fréquents des récessions américaines. Une flambée des prix du pétrole a précédé ou coïncidé avec 10 des 12 récessions qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Cela montre que si l’intégration mondiale des économies permettant des efforts de coopération plus efficaces entre les gouvernements s’est accrue au fil du temps, l’intégration elle-même lie plus étroitement les économies mondiales, les rendant plus susceptibles de connaître des problèmes en dehors de leurs frontières.

Retour haut de page